Hippotese, Le cheval de Travail

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Mot-clé - cheval de trait

Fil des billets - Fil des commentaires

samedi 21 novembre 2015

Agenda Hippotese et CA pour 2016

Agenda Hippotese pour 2016
Dernière Mise à Jour : Samedi 21 nov 2015

Cet agenda (prévisionnel et évolutif) sera mis à jour au fur et à mesure des informations que nous recevrons...
Un lien permanent dans la colonne de droite du blog permet de le consulter régulièrement...
Date 1ère diffusion : Samedi 21 nov 2015

Février 2016

- Le Salon de l'Agriculture de Paris (SIA) aura lieu du 27 février au 6 mars 2016 :
- Les chevaux seront dans le Hall 6 comme en 2015.
- Les journées de présentation du matériel moderne, (les derniers outils à « énergie cheval » issus des avancées technologiques les plus récentes) auront lieu les mardi 1er mars et jeudi 3 mars 2016 (à confirmer)
- Hippotese sera présente sur un stand partagé avec le CERRTA... (à confirmer)
- Pour avoir une petite idée des présentations et des rencontres que l'on fait au SIA, voir les billets récapitulatifs de 2014, ici

Mars 2016

-AG de la FECTU le week-end des 26 et 27 mars à Genoves (46 894) en Espagne

Avril 2016

Mai 2016

- 13ème Chantier-École de Montdenis, les 4, 5, 6, 7 et 8 mai 2016.
Le chantier d'autoformation au débardage annuel de Montdenis se déroulera comme chaque année le week-end de l'Ascension.
Le thème du chantier-école n'est pas encore vraiment choisi mais il y aura du transport par bât, du débardage sur chemins étroits (moins d'un mètre) avec traîneau et mini-porteur, du mouflage sur ancrage "volant", de la fabrication et du débuscage de fagots, de l'attelage en ligne et toujours du travail en forte pente...
Sans doute des essais de remise en état de chemins étroits de montagne en traction animale...
Plus de renseignements bientôt ici...

- 9ème journée technique d'échange en maraîchage réservée aux professionnels jeudi 26 mai 2016 : chez Nicolas Koziel (à Montoison entre Crest et Valence dans la Drôme). Il y aura une présentation in-situ du prototype [NéoBucher qu'Hippotese et l'Atelier Paysan ont conçu à partir du Porte-outils de maraîchage Suisse Bucher et des démos de matériel monorang
Pour plus d'infos sur le Bucher original ou sur le projet NeoBucher, cliquez sur les liens...

Juin 2016

Juillet 2016

Août 2016

- Route du Trait Comtois dans la Nièvre du 26 au 28 août 2016.
Des infos ici.

Septembre 2016

Octobre 2016

- Les Journées Traction Animale à Sciez-sur-Léman auront lieu le samedi 8, dimanche 9 et lundi 10 octobre 2016
La journée professionnelle se fera le lundi afin de toucher plus de professionnels, d'institutions, de collectivités......
Cette année le sujet du colloque sera : le cheval territorial : arrosage, ramassage des déchets (verts et poubelles , tri selectif....) entretien des espaces verts, voies vertes, parc, forêt etc...

Novembre 2016

Décembre 2016

Les autres dates bientôt...

Contacter le Conseil d'Administration d'Hippotese :

Lien vers tous les contacts ici...

samedi 30 mai 2015

Chevaux en vigne, reportage Midi-en-France à Saint Jean de Muzols (Ardèche)

Reportage sur le cheval dans les vignes à Saint Jean de Muzols (Ardèche), vallée du Rhône (émission du 25 mai 2015). Merci Christian D.

Le cheval est très adapté au travail dans les vignes en terrasses, difficilement mécanisables et où l'on doit utiliser de grande quantité d'herbicides .

La conversion de certains vignobles en agriculture biologique ou biodynamique impose de réutiliser des techniques culturales de limitation de l'enherbement par le labour, le buttage, le débuttage, le décavaillonnage ou le sarclage...

Christian Bouvier, qui a été un précurseur de la réintroduction du cheval dans la vigne en Drôme-Ardèche, aujourd'hui à la retraite, continue d'accompagner de jeunes meneurs(neuses), futurs(es) prestataires en vigne, dont son petit fils...


Chevaux en vigne, reportage Midi-en-France Ardeche par hippotese

samedi 12 juillet 2014

Décavaillonage en vigne, au cheval, avec une simple décavaillonneuse... Thierry Bret, Tec&Bio 2013

Nos derniers billets sur les porte-outils de travail en vigne avec soc(s) de décavaillonnage à palpeur, ont pû laisser penser que nous les considérons comme le seul avenir de la traction animale en vigne.

Pour infirmer cette idée et laisser sa chance aux méthodes plus "artisanales" et surtout capables de s'adapter aux vignes en forte pente, étroites, jeunes, fragiles ou simplement irrégulières...
Nous vous offrons cette vidéo, tournée lors d'une démonstration durant le salon Tec&Bio, à Valence, en sept 2013.

Cette démonstration a été réalisée sur les vignes du lycée agricole, Le Valentin par Thierry Bret et son cheval Reggo. Ces vignes, laissées intentionnellement enherbées pour les démos, étaient envahies par des amarantes qui sont des plantes particulièrement invasives.

Cette vidéo montrera à ceux qui la méconnaissent, le décavaillonnage, cette technique de labour si particulière, qui permet de détruire l'herbe sous le rang et se réalise à une vitesse très lente avec des chevaux (et des meneurs) spécialement préparés à cet exercice.

Vous pourrez apprécier "le geste", la complicité du meneur et de son cheval et même dans la dernière partie de cette vidéo l'utilité du ressort de traction interposé entre l'arceau (de traction) et la charrue...

Il s'agit d'un ressort 70 kg distribué par Hippotese.
On remarquera d'ailleurs, que l'effort demandé est généralement inférieur à la limite en butée du ressort, donc en dessous de 70 kgf (0,693 kN).


Décavaillonnage de la vigne au cheval par hippotese

NB : Pour info : Les nouveaux "ressorts Hippotese" sont arrivés...

A propos des ressorts que nous distribuons (en exclusivité), Hippotese vient de recevoir sa 3ème livraison (ce qui porte à plus de 300 le nombre de ressorts mis en circulation).
Le prix augmente un peu puisque nous sommes à 60 € la paire, le port étant toujours de 10 € pour une ou 2 paires.
Nous vous rappelons que nous ne sommes autorisés à vendre qu'aux adhérents, à jour de leur cotisation (20 €).
Et que l'adresse de commande (chèque à l'ordre d'HIPPOTESE) est chez notre secrétaire :
Hippotese, c/o Christian Deiber,
676, Rue Rincote,
Buzegney,
88220 Hadol,
tél : +33 6 81 99 66 02
Mél : christian.deiber@wanadoo.fr
Dépêchez-vous, il n'y en aura encore pas pour tout le monde...

vendredi 23 mai 2014

Démonstration de faucheuses à chevaux, samedi 31 mai 2014, en Suisse, au Mont Crozin

Comme nous vous l'annoncions, Henri Spychiger, grand utilisateur de traction animale en Suisse, organise, le samedi 31 mai 2014, une démonstration de faucheuse en traction animale (avec des faucheuse AEBI, Chr. Schmitz et I&J, anciennes et moderne, de 135 à 240 cm de largeur de coupe...), au Mont Crozin, SUISSE.

Vous trouverez ci-joint le PDF du programme et du plan d’accès de la journée.

Nous organisons un covoiturage à partir du chantier-école de Montdenis, le samedi très tôt, mais vous pouvez aussi nous rejoindre sur place (pensez à la "vignette autoroute" Suisse).

Quelques photos d'archives des faucheuses présentées :


La faucheuse AEBI (ancienne) de Henri Spychiger, chez lui, lors d'un voyage d'étude avec les CS de Montmorot, en 2000. (photo D. Fady)


La faucheuse I&J (modèle 1) en démonstration à Detmold (Allemagne) en 2013. (photo D. Fady)

mercredi 19 février 2014

Projet : "Un cheval pour des légumes..."

Voilà sans doute un affreux copinage, mais comme Jérémy a passé beaucoup de temps pour faire le nouveau site d'Hippotese, j'ai fait taire mes scrupules en estimant qu'Hippotese pouvait bien lui renvoyer l'ascenseur...

Et puis il s'agit du projet d'un jeune qui refuse la DJA (Dotation Jeune Agriculteur), pour "divergence de philosophie", et il faut bien que nous le soutenions autrement, nous qui voulons "changer de monde"...

Voir à ce sujet l'actualité brûlante de celui "qui risque d'être condamné pour avoir refusé de polluer ?" (voir aussi la vidéo ici), et qui a aussi besoin de notre soutien...

Enfin, le projet de Jérémy est un projet "Traction Animale" et à ce titre aussi, il mérite de figurer ici...

Vous trouverez une présentation complète de ce projet, sur le site de financement participatif Kisskissbankbank à la rubrique "Un cheval pour des légumes".

Jérémy nous a promis de continuer à nous donner des nouvelles de son installation, au delà de cette opération d'appel à soutien citoyen, sur son blog "paysansansfrontieres.com".

dimanche 24 novembre 2013

Le harnais chevilatte peut aussi s'utiliser au palonnier...

Suite du dernier Hippobulle N°30 consacré aux recherches sur le harnais "chevilatte" (voir ici tous les billets, dans la catégorie "Recherche-sur-le-Harnais-chevilatte" ).

Voici une petite vidéo, tournée à la Journée de la Traction Animale, jeudi 20 juin 2013 à Sciez-sur-Léman (Haute-Savoie), où, comme promis dans l'Hippobulle N°30, nous avons testé le harnais chevilatte HIPPOTESE avec un palonnier.

Nous avions au préalable modifié les mortaises des brancards pour avoir plus de jeu longitudinal et permettre l'utilisation d'un palonnier additionnel.


Isabelle Carrel et Ruby, avec la benne Ochsner équipée de mortaises longues.

Ces nouvelles mortaises longues, font 12 cm d'ouverture longitudinale, alors que nos mortaises habituelles faisaient 4,5 cm d'ouverture (pour 1,6 cm de hauteur).


Gros plan sur les mortaises longues, soudées sur les brancards d'origine de la benne Ochsner.

Rappel : Les chevilles inox d'origine suédoises, que nous utilisons, font 3,8 cm de large pour 1,0 cm d'épaisseur.


Plan coté des chevilles suédoises inox originales.

On passe donc d'un jeu longitudinal de 0,7 cm (4,5 - 3,8) à un jeu de 8,2 cm (12 - 3,8) largement suffisant pour permettre au palonnier de jouer son rôle (le jeu vertical lui reste à 0,6 cm)

Merci à Isabelle Carrel et Ruby qui sont à la manœuvre...


Harnais Chevilatte HIPPOTESE (test palonnier et... par hippotese

Code pour les tablettes et les smartphones.


Harnais Chevilatte HIPPOTESE (test palonnier et... par hippotese

Plan coté des mortaises modèle 2013, un peu allégé par rapport aux mortaises initiales .


Plan coté des mortaises modèle 2013 (en rouge les cotes des mortaises longues).

Pour mémoire, le modèle 2009...


Plan coté des mortaises modèle 2009.

Voici aussi quelques photos du Lama (arche de débardage) qui était déjà équipée de mortaises de 4,5 cm et auquel on a ajouté des mortaises de 12 cm.

Ce montage permet d'utiliser un palonnier avec les balances de collier, en attelage en ligne, et avec un véhicule à brancards (on utilise alors les mortaises longues) ou d'utiliser le système habituel sans palonnier (mortaises courtes).

Gros plan sur ces mortaises doubles...

Indications cotées sur les mortaises doubles du Lama

dimanche 15 juillet 2012

(Episode 4) Faire ses foins avec un cheval et une motofaucheuse, c'est possible... (Partie 1)

Série : Faire ses foins avec un cheval et une motofaucheuse, c'est possible...
Épisode 4 : Transport des trousses avec le cheval et un traîneau...

Nous avons décidé de faire une petite série de vidéos sur la récolte du foin (une quinzaine de tonnes) avec un cheval et une simple motofaucheuse, à Montdenis (1400 m, Maurienne, Savoie) en utilisant la technique des trousses de foin.

Nous avons simplement perfectionné la méthode traditionnelle en y ajoutant des "troyes" pour la tension des cordes et la compression du foin, ce qui permet d'obtenir simplement, des trousses de 50 à 100 kg de foin pressé mais non brisé.

L'épisode 4 montre le chargement des trousses sur un simple traîneau de 2 m de long par 1 m de large (celui-ci vient des Hautes Alpes, merci Didier), mais ils existaient aussi en Savoie.

''Que ceux qui comprendraient pas pourquoi on commence par l'épisode 4, se rappellent la Saga Stars-War qui elle aussi commençait au 4ème épisode...
En fait y'a pas de raison, sauf qu'on avait filmé ça... Mais on va filmer le reste, rassurez-vous...''

On vous prépare aussi des billets explicatifs sur la fabrication des bois des trousses et la méthode de réalisation des trousses elles-même...


(Episode 4) Faire ses foins avec un cheval et... par hippotese

Code pour les smartphone et les tablettes


(Episode 4) Faire ses foins avec un cheval et... par hippotese

Merci à Zsigmond Vladar pour le tournage, le montage et la réalisation...

dimanche 20 mars 2011

Pourquoi le projet Hippomobile du Mont Saint Michel se doit de réussir !

Si nous sommes critique aujourd'hui vis à vis du projet de navettes hippomobiles au Mont Saint Michel, c'est pour des raisons philosophiques et techniques...

Mais d'abord, levons tout de suite une ambiguïté. Le projet de navettes hippomobiles du Mont Saint Michel doit réussir !
C'est un projet d'envergure (40 chevaux impliqués), d'audience mondiale (Le Mont Saint Michel est un des sites les plus visités au monde), et l'ensemble de la filière nationale et internationale du cheval de trait (du cheval de travail) bénéficiera des retombées médiatiques si ce projet est une réussite.

C'est aussi pourquoi, nous avons tous la responsabilité de faire en sorte que ce projet aboutisse positivement et donc aussi celui d'être critique sur les choix qui peuvent nous apparaître discutables.

Les choix philosophiques... Avoir choisi (*) une entreprise privée peut-être plus intéressée par un coup de peinture verte sur ses activités (l'avenir nous le dira) que de promouvoir l'énergie animale, est un choix discutable.
Il aurait sans doute été possible de garder la maîtrise du projet dans une structure collective (GIE, Association...) qui aurait regroupé les utilisateurs de chevaux du secteur, les syndicats de race, les haras nationaux (IFCE), les élus locaux et d'autres partenaires d'audience nationale...
Il aurait sans doute aussi été possible de faire un projet purement hippomobile et pédestre, plutôt que mixte avec les navettes automobiles (les passeurs) et hippomobiles (les maringotes), mais celà demandait une prise de risque plus grande sans doute...
Bref, ces choix sont faits, il est trop tard pour les remettre en cause...
On peut espérer qu'une entreprise comme celle qui a été choisie, se donnera les moyens de faire aboutir la partie hippomobile de ce projet au moins pour sauver son image...

(*) L'entreprise Véolia a été retenu via une Délégation de Service Public pour la construction et l'exploitation des parcs de stationnement et des navettes de transports en octobre 2009.

Les choix techniques... Avant de discuter les choix techniques (dont nous reparlerons dans un futur billet), il est peut-être bon de vous faire une synthèse des informations techniques que nous avons réussi à glaner... (ce genre de projet hésite toujours entre une stricte confidentialité technique et l'envie de diffuser aux médias quelques données concrètes pour faire de la mousse...)


NB : certaines données varient suivant les sources, nous les avons données telles que connues...

Les données connues...

Les Maringotes : Les navettes hippomobiles, sont appelées "Maringotes".
Pour la petite histoire le Littré définit le terme comme : Une petite voiture hippomobile, ordinairement suspendue, garnie de barreaux sur les côtés, et à deux fins, les bancs étant mobiles).

Certains prétendent que les voitures à cheval (souvent appelé "voitures de Genêts) qui à marée basse traversaient la baie, de la pointe des Genêts au Mont Saint Michel, étaient appelées "Maringottes" (avec 1 ou 2 "t"), je n'ai pas trouvé de confirmation de cette information.

Les Maringotes "modernes" ont été conçues par Véolia (qui, dit-on, a déposé un brevet sur leur système directionnel à 2 phases, qui permet un retournement à court rayon de braquage en bout de course).
Ce sont des voitures à pneus, de design moderne, à impériale, de 7 m de long et 2,5 m de large, pour 1,5 tonne de poids à vide (PV) (dans un document, ils parlent de 2 tonnes de PV) et 50 places.
Elles seront fabriquées en région, dans la Manche. Il est prévu de mettre en service 6 Maringotes au maximum (mais on a parlé de 6 à 8 au début).

Elles devraient permettre selon les prévisions de capter 10 à 15% du trafic passagers (3 millions/an de visiteurs au Mont) soit 350.000 personnes par an. Comme les maringotes en PTC (Poids Total en Charge) sont estimées à 5,5 tonnes (j'ai trouvé des indications de 5 à 6 tonnes), j'en conclu que la charge maxi sera de 4 tonnes. Ce qui correspond à 50 personnes de 80 kg de moyenne ce qui semble une moyenne plutôt importante (famille avec enfants) sauf à charger plusieurs équipes de rugbymen. Si la charge maxi est à 5,5 tonnes, la charge moyenne, elle, est estimée à 3 tonnes.

Le parcours : C'est un parcours routier sur un pont dont le tablier doit rester peu épais (le plus "transparent" possible pour ne pas gêner l'esthétique du site, nous a-t-on dit), ce qui expliquerait que l'on ne peut pas y placer des rails pour utiliser un tramway plutôt qu'un omnibus.
Si le Mont est à 2,4 km du parking, seulement 2 km seront couverts par les navettes, il restera 400 m à faire à pied...

Il est prévu de faire une pente descendante à 2cm/m (2%) au 2 bouts pour faciliter le démarrage des maringotes après le chargement (mais donc il y aura aussi une pente montante de 2% en fin de chaque aller et de chaque retour).
Le parcours doit se faire au pas sur 500 m, puis au petit trot sur un kilomètre, puis au pas sur 500 m. J'ai trouvé des vitesses prévues de 5 km/h, 7 km/h ou 8 km/h (sans précisions).
L'aller simple doit prendre une vingtaine de minutes (on parle aussi de 30 minutes).
Il n'est pas prévu de pose sauf le temps d'arrêt pour le déchargement-chargement des passagers.
Un aller-retour se fait donc en environ une heure, soit 3 aller-retours en 3 heures (temps d'utilisation voulu pour une paire de chevaux dans une journée, et ce, 5 jours pas semaine.
Départ prévu pour les maringotes toutes les 15 mn en basse saison et toutes les 5 mn en très haute saison (il faudra alors plus de 6 maringotes dans ce cas là).
Le vent maxi qui a été pris en compte est de 50 km/h (les maringotes seront-elles immobilisées si le vent est plus fort ?).

Les chevaux :
Il faudra 40 chevaux (on parle aussi de 38), des Percherons (850 kg), Cobs-Normands (650-750 kg) et des Postiers-Bretons.
Norbert Coulon sera propriétaire des chevaux qui seront loués à Véolia, il assurera leur dressage et leur entraînement. L’écurie sera installée à Beauvoir, près du Mont-Saint-Michel.
Au printemps 2011, trois syndicats de races (percherons, bretons et cobs normands) présenteront les chevaux sélectionnés par leurs éleveurs. Les chevaux recherchés sont, de préférence, des mâles et des hongres adultes (au moins 5 ans).
La formation des meneurs des Maringotes commencera à l’automne 2010 afin qu’ils soient prêts en novembre 2011. Cette formation est assurée par le lycée agricole de Saint-Hilaire du Harcouët dans la Manche.
Norbert Coulon mettra à disposition des meneurs expérimentés pour les former sur les particularités des Maringotes.

Les tests et l'entraînement :
En attendant un protocole d'essais a été mis en place en collaboration avec le Docteur Mathilde Audic de Coutances (Manche), vétérinaire spécialisée en contrôle de chevaux d’endurance en compétition.
Ces phases de test ont pour objectif de définir les conditions optimales de travail des chevaux : rythmes journaliers et hebdomadaires, soins et contrôles vétérinaires, ferrures et harnais...
Une première phase de tests d'effort a permis de déterminer la limite de poids que les chevaux pouvaient tracter sans risque.

"À chaque type d'effort, nous avons mesuré les températures corporelles, les rythmes cardiaques, respiratoires et procédé à des prises de sang afin de vérifier les taux de lactate, significatifs du degré de fatigue musculaire, explique le Dr Audic. Au vu des analyses, nous estimons que des chevaux de traits entraînés peuvent sans difficulté tracter une charge de 10 tonnes. Nous savons que pour un travail d'endurance, il faut être aux alentours de 60 % de la charge maximale. Soit 6 tonnes pour les chevaux de traits qui vont être utilisés sur le site du Mont-Saint-Michel. La Maringote sera, en charge maximale, de 5,5 tonnes, et seulement de 3 tonnes en charge normale."

"Depuis cet automne, trois paires de cobs, percherons et bretons sont testés en situation réelle. Les chevaux semblent à l'aise dans ce nouveau travail, précise le Dr Audic. Avant le début de cette longue période de travail, une série d'examens a été réalisée : échographies des tendons, radiographies des membres, contrôle des lactates... Au bout des six semaines, les mêmes examens permettront de comparer les éventuelles évolutions."


A suivre sur le blog : une lecture critique des choix techniques retenus...

vendredi 26 novembre 2010

Recherche sur un harnais à chevilles latérales (8eme partie) : les anneaux et les chevilles...

Suite de notre recherche sur les harnais "chevilatte", voir billets précédents (1ère partie, 2eme partie, 3eme partie et 4eme partie, 5eme partie, 6ème partie, 7éme partie.

Voici quelques précisions sur les anneaux de fixation des chevilles qui sont le nœud d'assemblage des harnais de type nordiques et les chevilles elles-même...

La forme de nos anneaux porte-chevilles, a pas mal évolué depuis le départ, même si son design n'est sans doute pas la seule solution possible (nous le verrons plus loin), il répond aux contraintes techniques tout en restant assez facile à réaliser sans travail de forge (seulement par assemblage d'anneaux de chaîne par soudure à l'arc).

NB : certaines infos et photos de ce billet ont déjà été diffusées, si elles sont répétées ici, c'est pour la clarté de l'exposé.

Pour mémoire, voici l'anneau nordique traditionnel (que nous avons critiqué, voir le billet N°4)


Pour mémoire, l'anneau nordique traditionnel, critiqué dans le billet N°4

L'évolution de nos anneaux "Hippotese"...


Notre premier anneau, formé de 2 anneaux galvanisés (80x40 Dia 10) soudés ensemble, les reculements en cuir doivent être montés avec un crochet à passant.


Vue d'ensemble du 1er anneau, avant-trait en chaîne de 600 mm de long


le second anneau amélioré, le même assemblage de 2 anneaux galva, + un anneau pour le trait et un anneau pour monter directement le reculement cuir...


le second anneau amélioré, vue d'ensemble, avec son avant trait en chaîne de 550 mm


le second anneau amélioré, 1er essais de mise en place


le second anneau amélioré, peinture et montage définitif

Autres design d'anneaux.
Nous avons vu dans un billet précédent un autre design d'anneau inventé par le site Equibru :


l'anneau Equibru (photo Equibru)


Pierre gallet a aussi inventé son propre anneau, monté ici pour la photo, sur un harnais bas-cul


L'anneau de Pierre Gallet en gros plan

Plan des chevilles d'origine (nordique) en inox, version ouvrante.


le plan des chevilles d'origine, version ouvrante


''Essai de fabrication en fer plat des chevilles d'origine, version ouvrante"

NB : on peut aussi voir dans la 1ère photo de ce billet, un version inox, non ouvrante des chevilles nordiques originales et sur la deuxième photo, la version ouvrante inox.

Cheville simplifiée.

C'est sur le concours Euroforest 2010 que j'ai pris cette photo d'une cheville simplifiée, intégrée à l'anneau que portaient les chevaux norvégiens présents...


''Harnais norvégien lors du concours Euroforest 2010"


''Détail de la cheville simplifiée, sur le harnais norvégien, lors du concours Euroforest 2010"


''Essai de fabrication en anneaux soudés de chevilles simplifiées, version non ouvrante"

NB : Je n'ai pas de recul sur cette dernière cheville simplifiée, mais je pense qu'elle est aussi efficace qu'une autre. Elle résout le difficile problème d'approvisionnement en chevilles suédoises... Ceci dit les chevilles amovibles (ouvrantes) sont bien pratiques, en particulier en débardage où on peut les démonter facilement, ce qui évite d'y accrocher en permanence les guides dans les manœuvres courtes (je ne passe les guides que dans les anneaux de la sellette et pas dans ceux du reculement).


Je rajoute une petite photo et proposition de chevilles du site catalan Equibru et diffusé dans leur billet "chevilles", suite aux commentaires de ce billet...

Traduction du texte de Nini :
Traduction très approximative :
Mes amis d'Hippotese, après avoir vu votre article (sur les chevilles du harnais "scandinave"), j'aimerais vous conseiller une petite modification relative à la fabrication des chevilles.
Si on fait les deux pièces identiques, celle du bas ne se met pas correctement en place, et le contact ne se fait que sur un seul côté, ce qui cause une usure anormale, la cheville pouvant même se coincer. Cette petite modification (voir sur les photo les ouvertures différentes sur les deux parties de la cheville) règle le problème. Salutations à tous les hippotésiens !

Merci à Equibru...

jeudi 25 mars 2010

Samedi 10 et dimanche 11 avril : Réunion des bénévoles d'Hippotese pour Levier 2010 à Villers (Doubs)

Objet de cette réunion :

Pour préparer le rassemblement "Franche Comté Terre de Traits" les 20, 21 et 22 août 2010 à Levier (Doubs), et en particulier l'organisation du "Village Énergie Animale" dont Hippotese aura la responsabilité, nous organisons, les samedi 10 et dimanche 11 avril (matin) une réunion de préparation de cette fête, destinée :

  • à nous compter
  • à échanger les dernières infos sur la fête (en particulier les financements obtenus...)
  • à définir le plan du village et ses participants invités...
  • à organiser le(s) colloque(s) et présentation(s)
  • à définir les démonstrations et à répartir les chevaux nécessaires et adaptés à ces démonstrations
  • à organiser la logistique d'hébergement des bénévoles et des chevaux de l'équipe Hippotese
  • à préciser nos besoins matériels et définir un budget
  • à se répartir la tenue du stand d'Hippotese
  • à écrire le règlement du trophée "Village Énergie Animale"
  • ...

Le programme :

Samedi matin : visite du site (de la manifestation) et étude des plans d'implantation.
Samedi Après-midi : visite du Franc-comtois qui a un manège et une trépigneuse ancienne, visite de l'atelier de construction de la trépigneuse moderne.
Samedi soir : présentation de l'état actuel du projet et la fête...
Dimanche matin : réunion de décisions et de répartition des rôles, groupe de travail si besoin...

Qui est invité ?

Tous les volontaires "Hippotese" et "Village Énergie Animale" sont invités.
Nous diffuserons prochainement sur le blog ou dans un Hippoflash une fiche d'inscription détaillée que pourront alors remplir les absents à la réunion du 10-11 avril.

Lieu et organisation logistique...

Cette réunion aura lieu à Villers sous Chalamont 25270 LEVIER (Doubt), tél/fax : 03-81-49-36-41.
Accueil à la "maison du chalet" avec la logistique "de campagne" habituelle à Hippotese...
C'est à dire que chacun apporte ses spécialités (charcuterie, fromages, pain, desserts, vins, bière...) et qu'on fait des pâtes ou du riz pour mettre avec...).
Pour le couchage, apporter vos matelas gonflables, duvets et doudou...

Infos complémentaires :

Pour votre info sur cette manifestation, je vous renvoi vers nos billets précédents ici :
- Manifestation Franche-Comté-Terre-de-Traits (20 au 22 août 2010, à Levier, Doubs)
- Le Bœuf Qui Tourne, production d’électricité par traction animale
- Village "Energie Cheval" et Manège mécanique à traction animale

Vous pouvez aussi télécharger le point N°3 de l'organisation (attention ce sont des infos provisoires, non officielles). (PDF, 2,5 Mo)

Enfin, vous pouvez suivre sur le site dédié de l'APTC, les dernières nouvelles...

Et n'oubliez pas de surveiller le blog d'Hippotese pour nos dernières nouvelles...

mardi 1 décembre 2009

Scoubidou, cheval municipal à Mably (Loire)

Grâce à Geneera TV, la télé du développement durable en Rhône-Alpes, un super reportage sur la commune de Mably (42) et son cheval cantonnier Scoubidou.

Dans le cadre du renouvellement d’un véhicule plateau utilisé par les services espaces verts et voirie, la commune de Mably a étudié les alternatives à un remplacement par un véhicule similaire.

Après l’examen des différentes alternatives (dont véhicule électrique), la solution retenue porte sur l’acquisition d’un véhicule hippomobile, avec l’acquisition d’un cheval de trait et du matériel nécessaire ainsi que sur la formation de deux agents municipaux. Si l’on associe souvent «développement durable» à surcoût, tel n’est pas le cas pour cette action qui s’avère plus économique...

Le matériel hippomobile vient de chez Bernard Michon (bernardmichonaze@aol.com) à Azé (71), Scoubidou de la Maison Cannelle (cerrta@wanadoo.fr) à Villers sous Chalamont (25) et le harnais de la sellerie Audry à Pierre de Bresse (71)

site de la ville de Mably
Partenaires : Rhônalpénergie-Environnement et VIDICOM

Une page du bulletin municipal de Mably de mai 2009, annonçant la nouvelle...
Une autre page d'un autre bulletin de Mably

Le reportage original de Mably en streaming visible sur Geneera TV
D'autres mag complets de Geneera TV à voir absolument...

mercredi 4 novembre 2009

Des nouvelles du cheval "cantonnier" du Parc de la Tête d'Or (Lyon)

En faisant des recherches sur les véhicules hippomobiles utilisés par les communes pour le ramassage des déchets verts, des ordures ou des corbeilles, je suis tombé sur une petite vidéo de Télé Lyon Métropole qui date de septembre 2009.

Voilà qui nous permet d'avoir des nouvelles des chevaux du Parc de la Tête d'Or (Lyon)...


Collecte des déchets : le grand retour du cheval (Lyon)
envoyé par telelyonmetropole. - L'actualité du moment en vidéo.

À Lyon, l'une des très rares villes de France dont la direction des espaces verts a obtenu la certification ISO 14001, le cheval a été réintroduit il y a deux ans pour collecter les déchets dans le parc de la Tête-d'Or, qui accueille l'été plus de 55 000 promeneurs par jour.

mardi 17 février 2009

Hipposandales et chevaux de trait...

Pour répondre à la demande d'Annie de Paris dans le billet précédent...

Depuis que j'ai 2 chevaux de trait à la maison, (Rubis est venu soutenir, cette année, Castille qui, avec ses 19 ans, commence à fatiguer dans la pente) J'ai décidé de tester le non ferrage de mes fidèles compagnons.

Pas vraiment par philosophie "cheval pied nu" ou "parage naturel" (sic), mais plutôt par soucis d'autonomie sur la maréchalerie...

Il faut préciser que le seul maréchal ferrant que j'estime de qualité suffisante pour Castille (qui a des pieds difficiles) est à Mercury (Savoie), à plus de 75 km de chez-moi et qu'il ne se déplace pas en Maurienne, il faut donc que j'emmène mes chevaux tous les 2 mois avec mon fourgon qui ne peut contenir qu'un seul animal (et donc passer 2 demi-journées en déplacement).

J'aurai aimé me former pour ferrer moi-même, mais j'ai hésité devant la difficulté de la tâche qui nécessite un long apprentissage et une pratique régulière...

Et puis en discutant avec d'autres membres de l'association Hippotese, Jean Louis ou Jean Daniel en particulier, qui ont fait le choix partiel ou total des hipposandales, je me suis laissé tenté par l'expérience...

Je suis allé sur les sites américains des fabricants et utilisateurs d'hipposandales pour recueillir des informations et choisir des modèles adaptés.
Il existe plein de modèles (pas tous commercialisés en France) mais malheureusement la plupart n'existe que jusqu'en taille 3 pour les chevaux de selle, voir ici le site du fabricant Easycare aux États Unis (en anglais)...

J'avoue que je n'ai pas trouvé (encore) de site d'utilisateurs de chevaux de trait qui conseillaient les "équiboots", mais les grilles de taille de quelque modèles de chez Easycare laissaient penser qu'elles pouvaient convenir à mes chevaux comtois.

J'ai donc commandé (en France à SOSabots) mes 4 premières hipposandales (de modèle "easyboot epic") autour de 60 euros HT pièce, puis de 4 autres, une fois les essais de taille effectués.
Pour mes chevaux comtois, j'utilise des tailles 4 (postérieurs) et 5 (antérieurs) pour Castille et 5 (postérieurs) et 6 (antérieurs) pour Ruby.
Les tailles vont jusqu'à la taille 7 pour les easyboot epic, et certaines hipposandales vont jusqu'à la taille 8 ou 10...

J'ai choisi ce modèle car c'était l'un des moins cher, un des plus rustique, le seul qui est donné pour être supporté plus de 37 km dans une même sortie, dont toutes les pièces existent en pièces détachées, (comme les câbles qui sont des pièces d'usure), qui supportent les crampons et qui a été élu "product of the year en 2006" au États Unis...

Je n'ai pas eu de vrais problèmes pour les mettre (mes chevaux donnent très facilement leurs pieds), mais j'ai coupé 5 mm sur le rabat avant pour être sûr qu'il ne blesse pas le bourrelet périoplique. Vous pouvez voir une vidéo intéressante sur le sujet ici.

Voilà, c'est en expérimentation depuis l'automne, quand je vais sur le goudron, je met les easyboot, le reste du temps c'est pieds-nus...
Pour l'instant celà se passe plutôt bien, mais l'hiver n'est pas la période la plus difficile non plus...

Il reste à apprendre à parer (et si possible bien et seul)...
Nous avons organisé un stage interne de parage/maréchalerie à Hippotese, au mois de janvier 2009 (compte-rendu ici bientôt) et depuis j'ai commandé le matériel nécessaire (et de qualité) chez Eurofer.
J'ai commencé à parer avec mon ami Antoine, à la française (donc avec un teneur de pied) et à l'anglaise (seul), il y a du boulot, surtout seul, pour ne pas se faire mal aux reins (en particulier quand on est grand) et trouver les bonnes positions de travail.
Ce qui est difficile aussi, c'est l'appréciation de la planéité et de l'horizontalité du pied pour ne pas augmenter les défauts.
A deux, c'est moins fatigant mais sans doute plus difficile d'apprécier la qualité de son travail...
Bref, j'ai encore des progrès à faire...
Mais si je n'y arrive pas, je n'hésiterai pas à aller voir un maréchal pour faire faire un parage convenable...

Ce qui me tente, maintenant, c'est d'ajouter des crampons sur un jeu d'hipposandales pour pouvoir aller sur la neige dure et la glace l'hiver (voir ici et ici)...
Pas de pieds qui bottent (talon de neige qui se forment sous le sabot des pieds ferrés), une adhérence sur le glace incomparable et hop en 5 minutes, c'est mis, en 5 minutes c'est enlevé... Que du bonheur...

Je vous donnerai des nouvelles bientôt...

mardi 17 avril 2007

Le langage des chevaux, texte poétique de Bertrand Redonnet

En me promenant sur le web (je crois bien que c'était à propos de cocher d'ailleurs), je suis tombé sur le blog d'un citoyen du monde, français de naissance et exilé volontaire en Pologne, qui se souvient des chevaux de son pays dans un billet sur le langage de nos compagnons de culture qui m'a bien plu.
Après autorisation de l'auteur (merci Bertrand), je vous livre ici ce texte...
Vous pouvez retrouvez l'auteur poète sur :
http://www.letempsecoute.blogspot.com/

Au pays et ses chemins de pierres où cahotaient mes premiers pas, vivaient aussi de fiers et robustes chevaux.

Ils tiraient la charrue sous les cieux tourmentés de novembre ou menaient la charrette par des champs humides, aux clairs matins d’avril.
On les conduisait à la voix. C’était « hu-o » et ils avançaient, c’était « hue » et ils prenaient le chemin de droite, c’était « dia » et ils bifurquaient sur celui de gauche et c’était enfin un « woooooo », long comme une blanche pointée.
Alors les chevaux s’arrêtaient.

Mais, secouant le harnais, ils avançaient encore d’un pas jusqu’aux buissons et de leurs grosses babines retroussées arrachaient des bouquets d’épines que leurs longues dents jaunes et déchaussées par le mors entravées, mastiquaient bruyamment en une écume verdâtre.
Ces chevaux avaient une langue.

Je veux dire qu’ils entendaient un langage. Comme l’enfant du berceau. Est-ce à dire qu’ils avaient une conscience ?
Plutôt un récipient pour stocker quelques mots ?

Ces onomatopées d’un monde oublié me sont revenues en ce lointain pays et je les ai entendus, les conducteurs de ces plaines et des forêts, menant d’immenses chevaux rouges, masses impressionnantes de muscles et de force et qu’on m’a dit être ceux montés jadis par les effroyables chevaliers teutoniques, terreurs des villageois, exterminateurs incendiaires des campagnes.

Le christianisme au bout du glaive à coups de têtes tranchées qui roulaient dans les herbes rougies.

Ces grands chevaux là n’entendent ni « hue », ni « dia » ni même l’impératif « woooooo.» Pourtant ils tournent à droite et prennent à gauche et ils reculent et ils s’arrêtent. « Wio, wio » ponctué d’un bruit de bisou pour partir et un long « prrrrrrrr » pour arrêter tout net. Ils reculent aussi sur un vocable étrange « Nazad. » Ce sont des chevaux slaves.
Leur récipient est slave.
J’ai voulu caresser le bout de leurs grands museaux où fumaient deux farouches naseaux plus doux que le velours. Mais en quelle langue ?

Au-dessus pérorait un pinson sur la branche en bourgeons. Je ne le voyais pas tant le ciel étincelait mais je savais que ce chant sortait du petit poitrail rose d’un mâle. Dans ces trois notes, inlassablement répétées, j’ai entendu les couleurs des marais et l’odeur des marées.

Mais il est vrai que les hommes ne parlent pas aux oiseaux.

Alors, des plages de l’océan aux frontières de la steppe, ils pépient une chanson qui m’a semblé universelle.

L’exilé cherche partout des sons qui le ramèneraient chez lui.

mercredi 7 février 2007

Exonération de taxe Professionelle pour le cheval de travail

Suite à une demande de renseignements par mél, j'ai trouvé le texte des impôts qui précise les conditions d'exonération de taxe professionnelle pour les activités avec les chevaux, dont entre autres :

Les activités d’exploitation des chevaux de travail (par exemple : débardage du bois, traction hippomobile, travail à façon).

Le texte (en pdf) du règlement des impôts ici...