Hippotese, Le cheval de Travail

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Mot-clé - Jean Louis Cannelle

Fil des billets - Fil des commentaires

mercredi 14 juin 2017

Vidéo conférence : "État des lieux et perspectives du matériel utilisé en énergie animale" par Jean Louis Cannelle

Conférence de Jean Louis Cannelle, lors des Rencontres de l’Atelier Paysan organisées les 28, 29 et 30 avril en Drôme, avec la ferme des Volonteux (à Beaumont-lès-Valence).

Résumé : Envisager le matériel en traction animale et la contribution de son histoire et de ses turpitudes à notre réflexion sur la souveraineté technologique des paysans, tel était l’objectif de cette intervention.

En effet, l’avènement du tracteur a marqué un virage dans les économies globales de nos pays industrialisés, pas seulement dans le secteur agricole mais pour l’ensemble des secteurs. La recherche sur les machines à traction animale s’est arrêtée au moment où les premiers tracteurs sont apparus. Cette révolution a été conduite et financée par des choix politiques, pour une orientation sociétale.

Au regard des enjeux actuels de raréfaction des ressources et de l’intérêt de l’énergie animale et de la compétence associée pour une réponse au moins partielle à ces questions, il apparaît aujourd’hui nécessaire et possible de revenir sur ce qui relève d’un verrouillage technique progressif :

Qu’en est il aujourd’hui des outils de traction animale ?

Quelle est leur possible évolution ?

Quels sont les possibles en terme de partage de technologies entre les paysans du monde ?

mardi 8 novembre 2016

Assemblée Générale d'Hippotese, le samedi 10 décembre 2016 à Villers sous Chalamont chez Céline et Jean-Louis Cannelle

Attention cette année, L'ASSEMBLÉE GÉNÉRALE d'HIPPOTESE se tiendra le samedi 10 décembre 2016, chez Céline Eisenzaemmer et Jean-Louis Cannelle à Villers-sous-Chalamont (2 place de l'Église, Tel : 03 81 49 36 41).

NB : Sur une carte, Villers se situe à 30 km d'Arbois ou de Mouchard, à 30 km de Pontarlier et à 27 km de Champagnole.
Pour ceux qui ne situent pas trop, c'est à l'est de Dôle (58 km) ou de Lons le Saunier (57 km), en limite du département du Jura et de celui du Doubs.

Pour changer nos habitudes, l'Assemblée Générale se tiendra le samedi 10 décembre 2016 à partir de 14h précise.

Évidemment le samedi soir nous ferons la fête, tous ensemble et vous pourrez dormir sur place (apportez duvets, couvertures et matelas...).

Mais en plus, cette année, nous fêtons les 30 ans d'Hippotese, la fête sera d'autant plus belle et nous vous présenterons aussi une petite rétrospective de ces "quelques" années...

Demandez le programme...

Samedi 10 décembre 2016 (A la maison du Chalet).

Vous pouvez arriver dans la matinée, mais à midi, le repas sera sorti du sac...
Mais on aura bien droit au café, rassurez-vous...

L'après midi à partir de 14h00 précise, Assemblée Générale ! Jusqu'à 19h00...
Puis la fête, la fête, la fête...
Avec en préambule une présentation diapos de 30 ans de "vie commune"...

NB : Si vous avez quelques photos de l'un ou l'autre des moments forts de notre histoire, si vous avez les paroles de l'adaptation de la Tantina de Burgos façon "Hippotese", si vous avez des anecdotes, des histoires, elles seront les bienvenues... (vous pouvez aussi nous envoyer un scan ou un texte que nous intégrerons à la présentation...).

Dimanche 11 décembre 2016 (aux abords du village de Villers)

À partir de 9h00 jusqu'à 13h, démonstration technique de débardage en pente avec poulies de renvoi, mouflage et tutti quanti... (si le temps le permet, sinon visite des installations et présentation de tous les matériels de la Maison Cannelle).
Puis repas partagé...
Pour ceux que celà intéressent, vous aurez aussi des démonstrations du Datafficheur en situations réelles...

Logistique repas :

Comme d'habitude, la base du repas du samedi soir est prévu mais il faut apporter vos spécialités culinaires : (tartes, pains, fromages, pâtés, charcuteries, desserts, salades, vins, bières, fruits...) pour compléter et pour le dimanche midi.

Logistique couchage :

Si vous comptez venir le samedi et dormir la nuit du samedi au dimanche, vous devez apporter vos duvets, mousses et sacs de couchage, il est possible de dormir dans une salle mise à disposition par Céline et Jean-Louis...


Et pour vous donnez un petit avant-goût de notre rétrospective, quelques photos tirées (au hasard) de nos archives...

Petit jeu, pour ceux qui veulent :
Deviner la date et le lieu de chacune des photos suivantes...
Vous pouvez laisser un petit commentaire...


Photo N°1


Photo N°2


Photo N°3


Photo N°4


Photo N°5


Photo N°6


Photo N°7


Photo N°8


Photo N°9


Photo N°10


Photo N°11


Photo N°12


Photo N°13


Photo N°14


Photo N°15


Photo N°16


Photo N°17


Photo N°18


Photo N°19


Photo N°20


Photo N°21


Photo N°22

mardi 16 février 2016

La Route du Trait Comtois (ex Route des Vins et du Comté, Franche-Comté Terre de Trait) devient Trait Com'Test !

Comme nous vous l'annoncions dans le billet du jeudi 17 septembre 2015, L'APTC (Association de Promotion du Trait Comtois) organise une quatrième route européenne après les deux éditions de La "Route des Vins et du Comté" en 1996 et 2006 et de l’Épreuve Internationale du Cheval de Trait "Franche-Comté Terre de Trait" en 2010.

Cette route s'appellera "TRAIT COMT'EST", la Manifestation Internationale de l’Énergie Cheval , et se tiendra du 26 au 28 août 2016 à Magny-Cours (Département de la Nièvre, région Bourgogne-Franche-Comté, France).

Évidemment, Hippotese participera à cette manifestation en apportant son soutien technique, ses bénévoles et ses prestataires professionnels...

Nous avons maintenant plus de précisions sur le déroulement de cette manifestation et en particulier sur l'organisation du Village Énergie Animale...

Mais j’emprunte à Jean Louis Cannelle, (responsable de ce village), un extrait du texte de son invitation aux constructeurs de matériel hippomobile moderne (il va sans dire que ceux qui ont été "oubliés" sont aussi les bienvenus et peuvent prendre contact avec l'organisation) :


Aux vues du succès rencontré par le Village Énergie Animale, lors de l’édition 2010 (Franche-Comté Terre de Trait à Levier), nous allons réitérer et améliorer cette opération dans le cadre de TRAIT COMT'EST 2016. La traction animale y sera présentée sous toutes ses formes :

  • Débardage,
  • Travaux en vigne,
  • Maraîchage,
  • Utilisation en ville,
  • Travaux agricoles,
  • Production d’énergie mécanique ou électrique,
  • Portage et transport,
  • Cheval support de réinsertion,
  • Cheval support d’animation et de communication.

Comme en 2010, ce lieu aura un caractère européen, c'était d’ailleurs le fabricant italien "EQUI-IDEA" qui avait remporté le 1er prix du Trophée de l'Innovation Technologique.

Nous souhaitons faire de ce Village Énergie Animale un lieu de rencontres et d’échanges professionnels.

Un Trophée de l’Innovation Technologique est prévu pour récompenser les constructeurs répondant au mieux aux thèmes fixés (ergonomie, efficacité, sécurité). Le lauréat sera récompensé par la réalisation d’un DVD, par un professionnel, d’une durée de 5 minutes, présentant le matériel primé.

Vous pouvez présenter plusieurs matériels.

Le Village sera aussi une "vitrine" des différentes expériences que l’on peut trouver en France et en Europe. Il permettra de mettre en valeur votre matériel face à un public toujours plus intéressé.

Vous êtes cordialement invités à participer à ce Village et l’espace est gratuit pour les constructeurs présentant au minimum 3 matériels.

Afin de rendre ces journées profitables, nous mettrons à votre disposition des emplacements :

  • Une carrière de présentation à proximité
  • Un lieu de rencontres et d’échanges sous petit chapiteau
  • Des sites spécifiques maraîchage, débardage, travaux des foins... pour les démonstrations :
  • Des animaux dressés et 15 prestataires professionnels.

De plus, un colloque sur le thème de "La vie du sol base d’une agriculture d’avenir", présenté par des professionnels, aura lieu durant cette manifestation. Vous pouvez y participer et vous y inscrire dès à présent.

Nous souhaitons que la manifestation "TRAIT COMT’EST" soit un bel événement, une belle fête, mais aussi qu’il y ait un "après", afin que les énergies renouvelables aient une place encore plus grande dans notre société.

Une telle rencontre serait un formidable tremplin pour tous les acteurs de la traction animale ! Tel est notre souhait.


Je vous joins le dossier de presse de la TRAIT COMT'EST... (cliquer sur l'image, PDF 29 Mo) :

Et pour finir, voici une présentation succincte de la manifestation en anglais (pour le côté européen !).

“TRAIT COMT’EST la manifestation internationale de l’énergie cheval” 2016 in France

Following the Route du Vin et du Comté ( 1996 und 2006) and the Franche-Comté Terre de Trait ( 2010), the Association for the Promotion of the Comtois Draught Horse (Association de Promotion du Trait Comtois) is planning a fourth large international draught horse event.

It will take place in the Département of Nièvre in Burgundy, on a 40 hectare site at the Ferme de Marault, which is ideally placed to host this event.

Over three days from 26. to 28. August 2016, 450 participants and 250 horses representing 12 teams from different countries will compete against each other, to demonstrate the versatility of draught horses.

Amongst the competitions, driving single horses, pairs and four horse teams, as well as marathon driving, ploughing and logging are scheduled.

The European Championship for Horse Logging will also take place at the event.

In addition, the newest developments in using horses as a renewable energy source will be presented - a demonstration area for horse drawn machines and manufacturers as well as those offering horse powered services; demonstrations with commentary, lectures and the awarding of an prize for innovation.

In order to minimise the transport of horses and vehicles between the stages of the driving course, the route will consist of four circuits of a trail around the venue, each circuit being about 15 km long.

Motorised vehicles will not be allowed on the grounds, people, equipment, feed and bedding for the animals, food and drink will be transported with draught animals and the rubbish will be sorted and recycled where posssible.

The region of Bourgogne-Franche Comté will use the event to showcase its agriculture, trade and crafts and to present local food and tourist attractions.

Advance planning is underway for similar events in Belgium in 2017 and in Switzerland in 2018.

Information from :
Association de Promotion du Trait Comtois
52 rue de Dôle
25000 BESANCON, France
Tel : 0033 (0)6 73 66 29 80
Gaelle.millot@aptc.fr

samedi 28 mars 2015

Fin février 2015, le NeoBucher 002 est présenté à PARIS au salon de l'agriculture en présence du ministre...

Nous avons présenté le prototype 002 du NeoBucher lors des Présentations de Matériel Hippomobile Moderne au SIA 2015 à Paris.

Voici quelques photos des présentations du mardi 24 et du jeudi 26 février 2015 (Les Kisskissbankers ont eu ces photos en avant-première, mais il y en a quelques nouvelles)...

Un grand merci à Olivier Bernard pour son autorisation à diffuser ses photos et pour son travail au service des chevaux et autres équidés...


Votre serviteur et Jean Louis Cannelle avaient la lourde tâche de présenter le projet NeoBucher en quelques mots...


C'est Benjamin Cannelle assisté de Vincent Bastard qui assuraient la démonstration...


Le deuxième jour, Benjamin était assisté de José Thorel...


Et (sauf erreur) c'est Olbo qui était attelé avec un timon en col de cygne (dit Passe-Partout) traditionnel du labour en vigne dans la région de Baniuls...


Ce timon est suspendu sur une forte courroie portée par la sellette et deux demi-traits en chaîne assurent la traction par le collier...


La carrière en sable a permis de montrer les différents avantages du NeoBucher (relevage, roues dirigées)...


Et l'attelage au passe-partout qui permet une grande liberté en rotation par rapport à l'outil...


Son utilisation en maraîchage pour les retournements en bout de ligne apporte un grand confort au cheval...


Et le cheval s'habitue très vite à cette nouvelle mobilité...


De plus, cette mobilité, associée au relevage assisté des barres porte-outils, libèrent le meneur pendant les manœuvres.


Le ministre de l'agriculture, Stéphane Le Foll, nous a fait la gentillesse de venir assister à la démonstration du matériel moderne et a longuement applaudi le NeoBucher.


Jean Louis Cannelle en a profité pour lui demander son avis sur l'Énergie Animale - Énergie Renouvelable, il a répondu que la future "Conférence Paris Climat 2015" devrait en effet, intégrer cette dimension...

mardi 8 juillet 2014

Vidéos de la démonstration de faucheuses à traction animale au Mont Crozin (Suisse) le 31 mai 2014

En complément du billet précédent, voici quelques vidéos (partielles et partiales) de la journée de démonstration-test de faucheuses à traction animale au Mont Crozin (Suisse), et quelques photos complémentaires (surtout pour les techniciens)...

Une petite vidéo de 2 des faucheuses présentées à la journée (la faucheuse Aebi 160 et la faucheuse Schmitz 240).


Démonstration-test de faucheuses à traction... par hippotese

Une petite vidéo des 2 faneuses et de l'andaineur présentés à la journée.

Pour mémoire, les matériels présentés :
- Faneuse "Michel 2014" derrière un avant-train Schmitz, largeur 4,10 m, effort de traction total : 240 kg, soit 80 kg/cheval.
- Faneuse "Pequea", largeur travaillée : 3 m, effort de traction total : 100 kg, soit 50 kg/cheval.
- Andaineur "Tonutti", type Rémi, largeur travaillée : 5 m, effort de traction total : 320 kg, soit 160 kg/cheval.


Faneuses et endaineur à la journée... par hippotese

Remarque : en regardant attentivement les vidéos, on peut se poser la question de la pertinence d'une mesure sur un seul trait d'un seul cheval d'une paire ou d'une attelé à 3 de front, pour déterminer l'effort total de l'attelage.
En effet si l'on peut penser (et nos expériences l'ont prouvé) que mesurer l'effort sur un trait d'un cheval attelé au palonnier permet de connaître précisément la moitié de l'effort total, il n'est pas sûr, dans le cas d'une paire ou d'une triplette que la mesure d'un trait mesure précisément le quart ou le 6ème de l'effort total...
Les meneurs savent bien qu'en paire, même avec une balance, un cheval malin peut ne pas trop tirer...
Observez les 3 chevaux de la triplette qui ne semblent pas du tout forcer de concert...
Ou le cheval de gauche à l'andaineur, à la fin de la vidéo, qui ne fait plus rien...
Il faudrait sans doute, pour ces mesures, équiper chaque cheval d'un capteur dynamométrique (ce qui permettrait de vérifier ou d'infirmer cette remarque) ou équiper la balance de palonnier si c'est possible (ou les 2 pour vérification).
C'est sans doute pourquoi, nos aînés (voir le document de A. Debains dans le précédent billet), employaient un dynamomètre monté sur un avant-train auquel ils fixaient le timon de la faucheuse.


La fiche de résultats des essais des faneuses, de l'andaineur et de la presse à balle ronde (dont nous parlerons dans une prochain billet).

D'autres photos de la journée : les faucheuses...

Photos de l'avant-train Schmitz :


Détail de la barre de coupe, double-effet, de la faucheuse adaptée sur l'avant-train Schmitz, photo Deny Fady.


Vue de l'avant-train Schmitz, photo Deny Fady.


Autre vue de l'avant-train Schmitz, photo Deny Fady.


Vue du timon de l'avant-train Schmitz, photo Deny Fady.


Mesure du rythme cardiaque juste après l'effort, photo Deny Fady.


Mesure du rythme cardiaque, 10 mn après l'effort, photo Deny Fady.


Autre vue de l'avant-train Schmitz dételé, photo Deny Fady.


Autre vue de l'avant-train Schmitz dételé, photo Deny Fady.


Autre vue de l'avant-train Schmitz dételé, photo Deny Fady.


Autre vue de l'avant-train Schmitz dételé, photo Deny Fady.

Photos de la faucheuse Schmitz :


Vue de la faucheuse Schmitz dételée, photo Deny Fady.


Autre vue de la faucheuse Schmitz dételée, photo Deny Fady.


Autre vue de la faucheuse Schmitz, photo Deny Fady.


Autre vue de la faucheuse Schmitz dételée, photo Deny Fady.


Détail du timon en fibre de verre de la faucheuse Schmitz, photo Deny Fady.

Photos de la faucheuse Aebi 160 :


Autre vue de la faucheuse Aebi 160, photo Deny Fady.


Autre vue de la faucheuse Aebi 160, photo Deny Fady.

A suivre, d'autres photos du matériel de fanage et une vidéo de la presse à balle ronde tirée par 3 chevaux...

lundi 7 juillet 2014

Démonstration-test de faucheuses à traction animale au Mont Crozin (Suisse) le 31 mai 2014

Comme nous vous l'annoncions dans un précédent billet, samedi 31 mai 2014, à l'initiative d'Henri Spychiger (agriculteur suisse, aujourd'hui à la retraite mais qui reste un grand promoteur de la traction animale moderne), s'est tenu au Mont Crozin (prés de Saint Imier, Suisse), à la Ferme Zurcher, une démonstration-test de faucheuses à traction animale, à transmission mécanique, anciennes et modernes.


Vue générale des essais à l'ombre des éoliennes du Mont Crozin, photo D. Fady


Une belle prairie artificielle de 1 hectare a permis les tests en conditions réelles, photo D. Fady


Les 4 faucheuses en démonstration se sont succédées tout au long de la matiné, photo D. Fady

Définition d'une faucheuse à transmission mécanique :

Sur les faucheuses dites "à transmission mécanique", le mouvement de la lame est tiré de l'avancement de l’outil et du frottement des roues sur le sol.
Sur les faucheuses anciennes (les 2 Aebi, ici), ces roues sont munies de cliquets, ce qui permet de compenser la différence de trajectoire de la roue interne et de la roue externe dans les courbes ou les retournements.


Document technique d'une faucheuse Deering G1 à un cheval

Puis le mouvement est transmis via des pignons droits (adaptation de la vitesse de rotation) et coniques (qui forme un renvoi d'angle) en général à bain d'huile, à un système bielle-manivelle qui convertit le mouvement rotatif en un mouvement alternatif de cisaillement de la lame (en langage technique agricole, on parle de "scie").

NB : Voir le document joint en fin de billet pour plus de précisions sur les différentes technologies utilisées sur les différents modèles de faucheuses.

Sur les 2 faucheuses modernes (les 2 Schmitz, ici), le mouvement rotatif des roues est récupéré via un arbre avec pignons et chaîne et un renvoi d'angle (et sans doute des cliquets sur les roues, à vérifier).


Sur l'avant-train Schmitz, la prise de force sur les roues se fait via un arbre avec pignons et chaîne et un renvoi d'angle, photo D. Fady.


Détail de la prise de force sur l'avant-train Schmitz, photo D. Fady.


Détail de la prise de force sur la faucheuse Schmitz, photo D. Fady.

NB : ce mouvement de rotation aurait aussi pu être récupéré des roues via un pont épicycloïdale (type pont automobile) qui sert aussi dans ce cas de renvoi d'angle avec un rendement supérieur (le différentiel de rotation des roues est alors géré par le mouvement des satellites), c'est le cas sur certains avant-trains hippomobiles modernes.

NB : Par opposition aux faucheuses dites "à transmission mécanique" (ou "à prise de force sur les roues"), il existe aussi des faucheuses "à moteur auxiliaire", le déplacement reste TA mais le mouvement de la lame est réalisé par un moteur thermique à régime constant.
L'avantage est que l'effort de traction est plus faible et qu'en cas de bourrage, le mouvement de la lame ne s'interrompt pas, malgré l’arrêt.


Publicité pour une faucheuse à moteur Puzenat D1M.

Les faucheuses présentées au Mont Crozin ce samedi 31 mai 2014 :

Cinq faucheuses devaient être présentes mais la faucheuse I&J (d'origine américaine et que nous avions vu Detmold), et que tout le monde attendait, n'a pas pu être présentée car l'importateur a fait faux bond, aux organisateurs, au dernier moment.

Les 4 faucheuses présentées :

1 - Faucheuse Aebi, année 1950, barre de coupe à doigts, roues pneu, largeur de travail 135cm.


Faucheuse Aebi, année 1950, 135 cm, Photo D. Fady

2 - Faucheuse Aebi, année 1965, roues fer, barre de coupe à doigts, largeur de travail 160cm (d'après ce que j'ai compris, il s'agit d'un modèle spécial (et unique) équipé d'une lame de cette taille), entraînement par cliquets et renvoi d'angle à bain d'huile.


Faucheuse Aebi, année 1965, 160 cm. Photo D. Fady


Faucheuse Aebi, année 1965, 160 cm. Photo D. Fady

3 - Avant-train-Faucheuse Schmitz 1.9, année 2014, roues pneu agraire, c'est en fait un avant-train équipé d'une barre de coupe double-lame (système Busatis), largeur de travail 190cm.


Avant-train-Faucheuse Schmitz, année 2014, 190 cm. Photo D. Fady


Avant-train-Faucheuse Schmitz, année 2014, 190 cm. Photo D. Fady

4 - Faucheuse Schmitz 2.4, année 2014, roues pneu agraire + une roue folle à pneu, avant-droite, barre de coupe double-lame (système Busatis), largeur de travail 240cm.


Faucheuse Schmitz, année 2014, 240 cm. Photo D. Fady


Faucheuse Schmitz, année 2014, 240 cm. Photo D. Fady


Faucheuse Schmitz, année 2014, 240 cm. Photo D. Fady


Faucheuse Schmitz, année 2014, 240 cm. Photo D. Fady

NB : Pour les faucheuses Aebi, le capteur dynamomètrique a été placé entre le collier et le trait. Pour les faucheuses Schmitz, il a été installé entre les chevaux et l'outil du fait du palonnier "désaxé" de la faucheuse.


Le capteur dynamométrique remplace l'avant-trait, pour la mesure d'effort, sur la faucheuse Aebi 160 cm. Photo D. Fady

Résultat des mesures et commentaires :


Le tableau des mesures. Photo D. Fady

Les 2 faucheuses Aebi traditionnelles demandent un effort moyen de 66 kg et 80 kg par cheval au pas (vitesse précise ?), ce qui est correct.
Les 2 faucheuses modernes Schmitz demandent 120 kg et 140 kg par cheval, ce qui est trop, à mon humble avis...
Si on considère qu'un effort moyen continu, au pas, ne doit pas dépasser 100 kg (surtout par forte chaleur).

Bien sûr ces mesures ne sont qu’approximatives et qu'indicatives, il aurait fallu mesurer les efforts dans plusieurs conditions d'utilisation (à vide sans mouvement de coupe, à vide avec le mouvement de coupe et en charge avec différentes densités ou qualités d'herbe).
De même, que toute mesure d'effort au crochet n'a de valeur qu'associée à la mesure de la vitesse de déplacement correspondante, il aurait fallu, pour être précis, mesurer la distance parcourue et le temps mis à la parcourir pour estimer justement cette vitesse moyenne de déplacement.
Enfin, tous les faucheurs savent l'importance des variétés de fourrage, de leur hauteur et de leur densité ou même simplement de la régularité de leur implantation, dans les efforts de coupe.

Merci à Jean Louis Cannelle, à Henri Spychiger et à Urs Moser pour l'organisation de cette journée qui nous a permis de voir in-vivo plusieurs modèles de faucheuses (et faneuses et andaineur et presse) en situation réelle.

Pour apporter quelques éléments de réflexion au problème d'effort de traction avec les faucheuses, Je vous donne les conclusions de l'ouvrage de A. Debains, Des Machines Agricoles sur le Terrain, et en particulier le chapitre concernant Les Faucheuses (1895), page 33-36.

...Aussi exécute-t-on les épreuves dynamométriques en soumettant les faucheuses à trois, essais successifs :
1° Essai de l'instrument comme une simple voiture, sans qu’aucun organe soit embrayé.
2° Essai de l'instrument sur un terrain fauché ou sur une route, l'appareil de coupe étant embrayé pour fonctionner à vide.
3° Essai de l'instrument en travail dans différentes espèces de fourrage.

Autrefois on plaçait le dynamomètre sur le timon même de la faucheuse, mais sa position était bien instable et la trépidation de la machine faisait souvent casser les crayons (il s'agit, à cette époque, de dynamomètres à enregistrement par traçage d'un crayon sur une bande papier déroulante. NDLR).


Dessin d'ensemble du dynamomètre à bande (et à crayons) utilisé par la CGO pour ses mesures d'effort sur les omnibus et les tramways.

On emploie aujourd’hui des dynamomètres montés sur roues avec avant-train, et l’on fixe le timon (de la faucheuse NDLR) sur l'avant-train.

Ces expériences sont très intéressantes et permettent de comparer des machines travaillant sur un même champ, dans les mêmes conditions ; mais le nombre d'éléments qui entrent dans des essais de ce genre est si considérable, que les résultats varient d’un essai à un autre.
Les derniers essais ont montré que les faucheuses à deux chevaux qui exigeaient 175 à 150 kilogramètres en 1873, effort trop élevé pour un seul attelage de deux chevaux, n'accusent plus aujourd’hui que 90 à 70 kilogramètres.
Dans ces conditions, deux chevaux en bon état et bien nourris peuvent à la rigueur conduire une faucheuse toute une journée.

J'ai dit en parlant des herses et des rouleaux que les chevaux attelés à ces instruments, marchant au départ de 1m (3,6 km/h) à 1m10 (4 km/h) par seconde, tendaient à retomber à l'allure de la charrue, 0m70 à 0m60 (2,5 km/h) par seconde lorsqu’il s'agit de faucheuses.
''Si l’on a soin de choisir des animaux qui ont le pas allongé, la vitesse du départ peut être plus facilement maintenue.''

NB-NDLR : au sujet des vitesses de travail au pas, on pourra aussi consulter l'étude de l'IOSTA de 1959, page 9, diffusé sur le blog ici...

Le conducteur confortablement assis sur son siège, est tout disposé a faire marcher vite l'attelage, et les chevaux eux-mêmes excités par le bruit de la machine conservent le pas accéléré. On peut donc admettre la vitesse de 1m à 1m10 par seconde comme normale.

En pratique cependant, il vaut mieux ne pas maintenir un même attelage toute une journée sur une faucheuse ; il est préférable de changer les chevaux toutes les deux heures et d'avoir deux attelages. Le travail s'effectue plus rapidement, et les animaux ne risquent pas, en restant trop longtemps attelés, de contracter des blessures à l'endroit du collier par suite des trépidations de la machine.
Ces blessures se produisent toutefois plus rarement dans les faucheuses où la disposition du tirage amortit le choc (via un ressort de traction ? NDLR).


Dessin technique d'une faucheuse Albaret tirée du livre de A. Debains, Des Machines Agricoles sur le Terrain, Troisième tome : Récoltes, de 1895.

La largeur de coupe varie un peu avec les types de machines ; on peut admettre comme largeur moyenne coupée 1m35, ce qui correspond a une surface fauchée d’environ 0,5 hect/h et 5 hectares en dix heures.
Cette surface théorique n’est pas atteinte à cause du temps perdu dans les tournants ou aux arrêts, pour changer les scies et vérifier l'état des pièces travaillantes.
Ces pertes de temps peuvent réduire de 25 % la surface fauchée, de telle sorte qu’il ne faut compter que sur un travail effectif de 3,75 hect à 3,50 hect par jour.
Lorsqu'on emploie deux chevaux un peu lourds habitués a tirer la charrue, ou bien des bœufs, la surface travaillée est beaucoup réduite ; il faut même, lorsqu’on se sert de bœufs, modifier le diamètre des engrenages de commande de la scie, afin de compenser la lenteur de marche des animaux de trait par une augmentation des rapports de vitesse ; si on ne prend pas cette précaution dans les prairies naturelles surtout, l'herbe se coupe mal.

Vous pouvez consulter ici le chapitre complet (PDF, 1,3 Mo) sur les Faucheuses à transmission mécanique, du livre de A. Debains, __Des Machines Agricoles sur le Terrain, Troisième tome : Récoltes__, page 1-36, édition 1895.

Le site web des machines de Christoph Schmitz

Un article paru dans Le Journal du Jura sur cette démonstration...

D'autres photos et vidéos à suivre dans un prochain billet...

vendredi 5 août 2011

Photos du Concours International de Débardage au cheval de Libramont, à Paliseul (Belgique) 26-27 juillet 2011

Je ne vous ai toujours pas fait passé les photos et le compte-rendu du concours de Viriat...
Je suis impardonnable, je sais...
En attendant, je vous fais suivre les photos du Concours International de Débardage au cheval de Libramont, à Paliseul (Belgique) des 26 et 27 juillet 2011, que m'a envoyé Nina Passicot...

Nina (avec Pierrot) était groom des Comtois (Jean Louis Cannelle et Michel Schnoebelen) qui, avec Bernard Bazelis étaient finalistes du concours de Viriat (en simple et en double pour les 2 premiers, en simple pour le 3eme) et à ce titre, sélectionnés pour représenter la France, au concours de Libramont.

NB : Le troisième finaliste de Viriat (en double), Josserand Henri, lui aussi sélectionné, n'a pas souhaité participer au concours Belge.

Mais tout d'abord, et pour mémoire, je vous donne :

Le règlement de l'épreuve ici...
Assez différent de nos épreuves habituelles, en particulier l'épreuve à la voix qui comporte une dizaine de portes et de nombreux obstacles et qui fut très sélective pour les français...

La liste des concurrents ici...

L'ensemble des photos du concours de Libramont est accessible ici...

Les résultats du concours de Libramont sont ici...

mardi 1 décembre 2009

Scoubidou, cheval municipal à Mably (Loire)

Grâce à Geneera TV, la télé du développement durable en Rhône-Alpes, un super reportage sur la commune de Mably (42) et son cheval cantonnier Scoubidou.

Dans le cadre du renouvellement d’un véhicule plateau utilisé par les services espaces verts et voirie, la commune de Mably a étudié les alternatives à un remplacement par un véhicule similaire.

Après l’examen des différentes alternatives (dont véhicule électrique), la solution retenue porte sur l’acquisition d’un véhicule hippomobile, avec l’acquisition d’un cheval de trait et du matériel nécessaire ainsi que sur la formation de deux agents municipaux. Si l’on associe souvent «développement durable» à surcoût, tel n’est pas le cas pour cette action qui s’avère plus économique...

Le matériel hippomobile vient de chez Bernard Michon (bernardmichonaze@aol.com) à Azé (71), Scoubidou de la Maison Cannelle (cerrta@wanadoo.fr) à Villers sous Chalamont (25) et le harnais de la sellerie Audry à Pierre de Bresse (71)

site de la ville de Mably
Partenaires : Rhônalpénergie-Environnement et VIDICOM

Une page du bulletin municipal de Mably de mai 2009, annonçant la nouvelle...
Une autre page d'un autre bulletin de Mably

Le reportage original de Mably en streaming visible sur Geneera TV
D'autres mag complets de Geneera TV à voir absolument...

vendredi 15 mai 2009

Fabriquer un Dynamomètre "tube" simple et pratique, pour mesurer les efforts des chevaux (1ère partie)

Depuis de nombreuses années nous utilisons des dynamomètres pour évaluer les efforts de traction (force au crochet) des chevaux, attelés à différents outils.

Voici quelques modèles que nous utilisons (les appellations sont personnelles) :

Les dynamomètres "plaque" :

Nous utilisons depuis plus de 20 ans un dynamomètre "plaque" 0-1000 kg (qui nous avait été offert par feu l'ARTAP) et sont "petit frère", un dynamomètre "plaque" 0-500 kg (que j'avais acheté personnellement dans une brocante).


Le dynamomètre "plaque" 500 kg... Photo Deny Fady

Ces 2 dynamomètres sont constitués d'un corps formé de 2 plaques qui enserrent un ressort (qui travaille en compression) et d'une double aiguille (l'aiguille de gauche est solidaire du ressort et pousse l'aiguille de droite indépendante qui restera sur la position maxi et permettra de mesurer l'effort du coup de collier.
Il y a une graduation en kilos (ou DaNewton) de 50-1000 kg et 50-500 kg pour le second (voir photo) sur une base aluminium (ne rouille pas).
Nous avons ajouté 4 patins métalliques qui protègent les aiguilles du frottement sur le sol.
2 manilles de part et d'autre permettent de fixer le dynamomètre entre le palonnier et la charge.
Nota : Le second dynamomètre (500 kg) bien que plus léger que le 1er, pèse quand même plus de 7 kg (le premier doit faire près du double).

Ces 2 dynamomètres sont bien adaptés aux mesures en labour et en débardage (à 1 ou 2 chevaux) pour mesurer des efforts, en particulier au coup de collier, mais ne sont pas faciles à utiliser en mesures continues car les graduations sont peu lisibles en situation de mouvement.
Ils sont inadaptés, par contre, aux mesures en travail du sol, type sarclage où les efforts sont souvent inférieur à 100 kg (voir à 50 kg).
Ils restent difficiles à placer sur un timon ou des brancards (en attelage) du fait de leur poids mort et de leur encombrement surtout pour mesurer des efforts qui sont souvent proches de 30 kg/cheval.

Le dynamomètre à "ressort pyramidale" :

Jean Louis Cannelle a trouvé un vieux dynamomètre, malheureusement hors service dont le principe est assez différent. Il est constitué de bras articulés qui écrasent un ressort pyramidale qui laisse apparaître une tige graduée perpendiculaire à la traction, ce principe permet d'avoir une graduation plus longue et donc plus précise, sans augmenter la longueur de l'appareil.


Le dynamomètre à "ressort pyramidale", Photo Deny Fady

Le dynamomètre "tube" suisse :

Il a aussi trouvé en Suisse des petits dynamomètres (0-200 kg), montés dans un tube, très sympas et légers (ils pourraient se fixer sur un trait), malheureusement les graduations ne sont pas lisibles du tout.


Le dynamomètre "tube" suisse, Photo Deny Fady

Le dynamomètre numérique "évolué" :

Hervé JOURDAIN pour Hippotese et le CERTTA, suit, en partenariat avec l'Ecole Nationale Supérieure des Arts et Métiers (ENSAM) de Cluny le projet d'un dynamomètre numérique évolué.


Photo Deny Fady

L'appareil sera capable de montrer l'effort instantané, l'effort maximum (sous forme de courbe), la puissance et la vitesse (et donc le travail). Les mesures sont envoyées à un ordinateur par ondes radio dans un périmètre de 100 m et traitées en temps réel par un logiciel spécifique.


Au SIA 2008, le premier proto... Photo Deny Fady

Il a été présenté au Salon International de l'Agriculture à Paris en 2008 à l'état de 1er prototype et en 2009 sous conditions réelles (avec affichage instantané des mesures sur grand écran).


Photo Olivier Bernard, au SIA 2009

L'appareil doit être encore muni d'une caméra et d'un cardio-fréquencemètre (mesure continue de la fréquence cardiaque du cheval).

D'après Jean Louis Cannelle, les expériences faites jusqu'à présent montrent que la force de traction d'un cheval sensé travailler dans le calme pendant des heures, à 4 km/h se situe entre 50 et 60 kgf.

Il reste à "durcir" et fiabiliser ce dynamomètre numérique puis ensuite à le faire fabriquer, mais nous aurons sans doute le loisir d'en reparler en détails...

Le projet de fabriquer "à la maison" son dynamomètre :

Nous avons fait des mesures au dynamomètre "plaque" (500 kg) en vigne, à l'automne, ces mesures n'étaient guère précises (car dans la plage 0-100 kg).
Comme nous avions un besoin urgent de faire d'autres mesures en maraîchage, je me suis dit qu'en s'inspirant des dynamomètre "tube" suisses, je pouvais fabriquer un dynamomètre "tube" simple mais plus gros, plus long et surtout plus lisible...

C'est ce que nous verrons dans la deuxième partie à venir...


Juste pour vous faire envie, une petite vue comparative de la bête avec notre "petit" dynamomètre plaque 0-500 kg... Photo Deny Fady

samedi 21 février 2009

Salon Inernational de l'Agriculture 21 février au 1er mars 2009, démonstration de matériel moderne

Programme des animations pour les chevaux de trait au SIA 2009 organisées par France-Trait...

A remarquer Mardi 24 février et jeudi 26 février à 15h00, Hall 4, démonstration de matériels modernes à traction animale....

Les animations seront commentées, comme en 2008, en duo par Mr Jean Louis Cannelle, Président du CERRTA (Centre Européen de Ressources et de Recherches en Traction Animale et d'Hippotese) et Mr Luc DELAS, Président d'Equiterra (Association investie dans le développement et la promotion des utilisations modernes du cheval de trait)...

Les matériels qui vous seront présentés : tondeuse à gazon hélicoïdale (voir article sur le numéro de Sabots), rouleau et lame niveleuse, plusieurs types de trinqueballes, broyeur à moteur thermique, balayeuse, plusieurs types de bennes de ramassage, herse articulée, matériels d'entretien des vignes... et bien d'autres encore !

Beaucoup de ces matériels sont prêtés par des professionnels qu'il faut remercier chaleureusement (Ville de Paris, Equiterra, Ville de Boulogne, etc...)

Une photo de la démonstration de matériel au SIA 2008, Photo : Deny Fady

samedi 1 mars 2008

Première images du Salon Internationale de l'Agriculture de Paris 2008

Hippotese était en force cette année au Salon de l'Agriculture de Paris.

Nous avons tenu un stand avec le CERRTA où étaient présentés les nouveaux crochets et palonniers qui sont à la vente (nous en reparlerons bientôt...), la Vignotte (charrue expérimentale pour la vigne) était là aussi, ainsi qu'un beau harnais de débardage et un des premier collier de type "suisse" réalisé entièrement par notre bourrelier préféré : Vincent Sappez.

C'est Sébastien Bard (cocher au parc de La Courneuve) et José Thorel (meneur des chevaux du Bois de Vincennes) qui ont assuré l'accueil sur le stand pendant la semaine du salon, soutenus par quelques occasionnels, merci à eux deux...

Nathalie Renaud a assuré (comme à l'accoutumée) en coulisse, avec sa petite équipe, une logistique irréprochable qui permet à plus de 30 personnes de se restaurer chaque jour dans la bonne humeur et la convivialité... Super, vraiment...

La troupe Jehol a assuré un spectacle équestre chaque jour (et même vendredi au Hall 1), mais mon court passage ne m'a pas permis d'y assister malheureusement...

Michel Schnoebelen (et Aline) ont remporté l'épreuve de traction du Trophée National du Cheval de Trait, bravo à eux (plus de détails bientôt)...

Et Jean Louis Cannelle, fidèle au poste, a assuré la coordination de ce bel ensemble et en particulier l'organisation et le super commentaire de la présentation du matériel moderne (le jeudi 28 février) dont je vous ai rapporté quelques photos ci-dessous... (la suite bientôt).

Merci aussi à tous les bénévoles que je ne peux citer ici et qui ont œuvré dans l'ombre pour que ça marche !


(photo : Deny Fady)


(photo : Deny Fady)


(photo : Deny Fady)


(photo : Deny Fady)


(photo : Deny Fady)


(photo : Deny Fady)


(photo : Deny Fady)


(photo : Deny Fady)


(photo : Deny Fady)

mercredi 10 janvier 2007

Actes du colloque "traction animale : perspectives techniques, économiques et scientifiques"

A l'occasion de La Route des Vins et du Comté, le samedi 26 août 2006, s'est tenu au Musée Relais de Levier (25) un colloque sur la "Traction Animale : perspectives techniques, économiques et scientifiques".

Ce colloque était co-organisé par l'APTC, Les Haras Nationaux, La Chambre d'Agriculture de Franche Comté et Hippotese.

Le contenu des actes de ce colloque est très intéressant et fait un tour assez complet des problématiques qui se posent en Traction Animale. Et même s'il n'apporte pas toujours de réponses, il pose de la bonne façon les bonnes questions.

C'est pourquoi, au delà du cercle restreint des présents, nous avons souhaité, à Hippotese, diffuser le plus largement ce travail. Merci à Ludovic Bédiot, acteur de l'ombre de La Route des Vins, de nous avoir transmis ce fichier PDF.



On peut dire aussi que ce colloque a eu le mérite, et c'est assez rare pour être signalé, de réunir la plupart des grands acteurs Européens de La TA.

Je crois que l'on peut remercier Pit Schlechter, président de la FECTU (Fédé Européenne du Cheval de Trait pour la promotion de son Utilisation), et Jean Louis Cannelle d'avoir su rassembler tous ces intervenants de qualité (et bravo aussi pour les traductions).

Vous trouverez dans les actes de ce colloque, évidemment, les résumés des interventions mais aussi les contacts de tous les organismes, parties prenantes de la traction animale actuelle et chacun sait que c'est une information précieuse.

Actes du colloque "Traction Animale : perspectives techniques, économiques et scientifiques" (format PDF, 2,1 Mo)