Hippotese, Le cheval de Travail

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Mot-clé - Deny Fady

Fil des billets - Fil des commentaires

vendredi 29 septembre 2017

Assemblée Générale d'Hippotese, samedi 11 novembre 2017 à Seyne les Alpes (04) chez Emmanuelle et Jean-Pierre ISOARD

L'ASSEMBLÉE GÉNÉRALE d'HIPPOTESE 2017 se tiendra le samedi 11 novembre, à partir de 14h précise à Seyne les Alpes (Alpes de Haute Provence)...

Évidemment le samedi soir nous ferons la fête, tous ensemble et vous pourrez dormir sur place (apportez duvets, couvertures et matelas...). Et le dimanche 12 novembre, nous parlerons "mulet" (entre autres)...


Seyne les Alpes est un pays de moutons et d'ânes, mais aussi de mulets et de chevaux...

Voici le programme prévisionnel :

Samedi 11 novembre 2017 :

Vous pouvez arriver dans la matinée pour visiter la maison du Mulet, allumer le four à pain..., et à midi le repas sera tiré du sac. 14h - 15 h Présentation et tour de table

15h – 19h Assemblée générale statutaire 19h - ... Repas et soirée festive autour du four à pain. Le plat principal est fourni. N'oubliez pas de le compléter avec vos spécialités à déguster tous ensemble !

Dimanche 12 novembre :

De 9h à 13h (et plus pour ceux qui veulent), à la maison du Mulet :

"Comment conserver son sens de l'humour avec sa mule (éthologie et spécificités des mules et mulets, avec Malika, Christian Ghigo et Virginie Cheysser, s'il ne neige pas...)"

Ensuite, Vous pourrez voir, tester et discuter autour de la bineuse NéoPlanète (améliorée) et du Datafficheur (nos 2 projets en cours)...

Le repas sera de nouveau tiré du sac

Présentation (historique) de Seyne les Alpes :

Tant qu'il y a des mules à Seyne...

Le Pays de Seyne dispose de caractéristiques favorables à l'élevage des mulets : trop pauvre pour n'avoir que des chevaux de gros gabarit, mais assez riche pour nourrir des juments lourdes ; assez escarpé pour avoir l'usage du mulet. Herbu et cependant proche de la Provence où l'herbe est rare. Ce territoire montagnard a permis la production de mules lourdes, trapues et rustiques.


Comme je n'ai pas trouvé de photos de la foire aux mules de Seyne, je vous "passe" des photos de la foire aux mules des Contamines (Savoie) en 2010, qui doit bien lui ressembler... Phot. Deny Fady

L'âge d'or du mulet de Seyne correspond à l'apogée du cheval de trait et des grandes attelées, lors de la première mécanisation de l'agriculture.

A la fin du XIXe siècle, Seyne n'est pas seulement un pays d'élevage, mais aussi un centre commercial qui importe et exporte des mulets à grande échelle. Il n'existe pas de race locale. A la veille de la première guerre mondiale, Seyne emboîte le pas aux grand courants d'amélioration des races de chevaux de trait et modifie son cheptel reproducteur, en allant chercher des baudets poitevins et catalans, ainsi que des chevaux bretons, percherons, ardennais ou boulonnais.


Foire aux mules des Contamines (Savoie) en 2010. Phot. Deny Fady

Le premier syndicat d'éleveurs est créé en 1925. Entre deux guerres, on compte environ 800 naissances de muletons par an, et en 1950, on recense encore 750 juments mulassières et une vingtaine de baudets.


Foire aux mules des Contamines (Savoie) en 2010, Phot. Deny Fady

Le cheval de trait qui devient « cheval lourd » entraîne dans son déclin le mulet de Seyne. Dès les années 60, il n'y a plus d'étalonnage privé. Une station de monte des Haras nationaux persiste jusqu'en 2012, puis le syndicat hippique a pris le relais et la monte perdure encore aujourd'hui, avec un baudet du Poitou. On compte moins de 10 naissances de mules et mulets par an.


Foire aux mules des Contamines (Savoie) en 2010. Phot. Deny Fady

Le concours mulassier, créé dans les années 20, a toujours lieu le second samedi d'août. Les muletons y sont réservés, puis le plus souvent vendus lors de la foire agricole, le second samedi d'octobre.


Foire aux mules des Contamines (Savoie) en 2010. Phot. Deny Fady

La maison du Mulet a été créée en restaurant dans les règles de l'art une magnifique ferme traditionnelle du pays de Seyne. Pour continuer à faire vivre ce qui fut la richesse du pays, et conserver ces savoir-faire en attendant... un nouveau souffle...

Accès à la maison du Mulet : depuis Seyne les Alpes, fléchage tête de mule noire : https://www.seynelesalpes.fr/loisirs/la-maison-du-mulet/#1452009446148-7c1449f3-0a43

Pour ceux qui ne situent pas Seyne les Alpes, c'est au sud de Gap, sur la route de Digne, non loin du barrage de Serre Ponçon.


Pour la petite histoire : Dans les années soixante, plusieurs départements voulurent changer leur nom. Les termes "inférieur" ou "bas", à connotation péjorative, étaient jugés inadéquats. Les Basses-Alpes sont donc devenues Alpes-de-Haute-Provence par décret du 13 avril 1970. L'expression de Haute-Provence n'était pas nouvelle et était déjà associée aux Basses-Alpes, comme en témoigne cette couverture du Guide pratique édité par l'Union des syndicats d'initiative en 1938.


Renseignements divers :

Logistique repas :
Comme d'habitude, le plat principal du samedi soir est prévu – à base de produits locaux- mais il faut apporter vos spécialités culinaires : (tartes, pains, fromages, pâtés, charcuteries, desserts, salades, vins, bières, fruits...) pour compléter, et pour le dimanche midi.


Le mulet connaît un regain d'intérêt chez les prestataires en TA, comme Thomas Duguy, photo : Deny Fady

Logistique couchage :
Si vous comptez venir le samedi et dormir la nuit du samedi au dimanche, vous devez apporter vos matelas et sacs de couchage : il est possible de dormir sur le site de la Maison du mulet (attention, il n'y a pas de chauffage et nous sommes à 1200m ; c'est l'occasion de tester votre dernier achat, le duvet -20°C Si vous pensez avoir plus chaud à l'extérieur, nous déclinons toute responsabilité à cause des loups).

Pour les autres, voilà quelques gîtes et hôtels à moins de 10 minutes :

Karine et Marc www.chambres-hotes-les-chanterelles.fr/ 06 83 28 56 08 Place d'Armes 04140 Seyne

Paul et Colette ADAM Les Aubres 04140 Seyne (gîte 5 personnes) 04 92 35 29 24

Hôtel Le Vieux Tilleul Les Auches 04140 Seyne 04 92 35 00 04

Hôtel Chez le Poète http://chez-le-poete.fr/ 04140 Selonnet 04 92 35 06 12

Le Relais de la Forge 04140 Selonnet

Françoise ISOARD chambres chez l'habitant 04140 Selonnet 06 19 27 03 72

Et tous les autres hébergements là :
Office de Tourisme : 04 92 35 11 00 http://www.blanche-serre-poncon.com/

Pour plus de renseignements etc....
Emmanuelle et Jean-Pierre ISOARD
04 92 61 09 02 (laissez un message !)
On peut aussi héberger quelques personnes...


Mulets de Thomas D. menés par Julie. Photo : Deny Fady

samedi 9 septembre 2017

Avant Première du film TRAIT DE VIE, le Vendredi 15 septembre 2017 à 20h30, à Saint Julien Montdenis (Savoie)

Communiqué de presse...

A Saint-Julien-Montdenis (Savoie), le Vendredi 15 septembre 2017 à 20h30, Salle de la Croix des Têtes (gymnase).

AVANT PREMIERE en présence du réalisateur du film TRAIT DE VIE (Sortie prochainement au cinéma)

L'association Kulturcom et la commission culture de la mairie de Saint-Julien-Montdenis organisent une soirée à la fois conviviale et culturelle pour la rentrée. La projection en avant-première du film « Trait de vie », histoires croisées de paysans qui travaillent avec des animaux de trait, sera l'occasion de rencontrer le co-réalisateur Fabien Rabin.

Quelle est l'origine de cette rencontre cinématographique ? C'est grâce à l'invitation de deux habitants de Saint-Julien-Montdenis que cette soirée s'est organisée  : Guillaume Collombet, réalisateur-photographe et Deny Fady, président de l'association Hippotese (association pour le développement des techniques de traction animale).

Guillaume Collombet est un ami du couple de réalisateurs invité, Sophie Arlot et Fabien Rabin, pour être issu de la même promotion de l'IFFCAM, école de cinéma animalier. Ils ont une passion commune pour la nature qui les conduit à filmer les animaux dans leur environnement naturel. Guillaume Collombet présentera en introduction de cette soirée des extraits inédits de son prochain film tourné sur les falaises de la Maurienne « Ibex, le prince du vide ». www.guillaumecollombet.com

Deny Fady, est président de l'une des associations les plus active en France pour le développement des outils et des pratiques modernes en traction animale : HIPPOTESE. Dans la période de repérage pour le film « Trait de vie », Sophie Arlot et Fabien Rabin se sont déplacés à Montdenis pour le rencontrer. Deny est incontournable pour témoigner de l'adaptation et l'évolution de la traction animale dans notre société moderne. L'association agit pour accompagner les professionnels dans l'innovation de leurs outils et pour la mise en réseau de tous les acteurs de la traction animale en France. www.hippotese.free.fr

A propos du film
« Trait de vie » invite à la réflexion sur la pénibilité du travail des paysans et à l'évolution de nos rapports aux animaux. Il rapporte une réalité qui ne fait pas grande presse. Le choix de ces paysans pour le travail en traction animale fascine, interroge, provoque. www.traitdevie.com

Résumé
Manu, Lucie, Philippe, Amandine et Martial ont l’image de paysans et paysannes « hors du temps », de fous, de doux rêveurs. Pourtant c’est dans la recherche d’un bien-être que ces débardeurs, maraîchers ou même céréaliers travaillent avec des animaux de trait. Leurs histoires croisées montrent que la pratique de la traction animale s'organise et se réinvente dans un pays où l'agriculture est des plus mécanisée.

Nous sommes à votre disposition pour répondre à vos questions en amont de l'événement :
Pour l'association Kulturcom, Corinne Collombet : 04-79-59-62-87
Pour le film, Sophie Arlot et Fabien Rabin : 06-73-93-83-37 / contact@grenierdimages.com
Pour l'association Hippotese, Deny Fady : 04-79-59-65-50 / hippotese@gmail.com
Guillaume Collombet : 06-31-68-93-69 / collombetg@aol.fr

NBdeDF : Je me suis même laissé dire que ce film serait aussi présenté en avant-première les 4 ou 5 nov - au Salon des vins à cheval - à Pont en Royan (38)

lundi 9 janvier 2017

Colloque Cheval & Territoires en Agriculture (vigne) et dans la Ville, Cheval Passion, 20 janvier 2017, Avignon

Dans le cadre du salon Cheval Passion (du 18 au 22 janvier 2017) à Avignon, aura lieu un Colloque Cheval & Territoires sur l'utilisation du cheval en agriculture et dans la ville...

Je vous laisse lire la présentation et le programme de ce colloque :

Colloque Cheval & Territoires - L'Agroécologie, c'est tendance !

Cheval Passion, DPAE et la filière Cheval en Provence-Alpes-Côte d'Azur organisent une rencontre sur l’utilisation du cheval attelé en agriculture et dans la ville. Le colloque se décline en deux sessions et ateliers pratiques, l'occasion de découvrir les atouts de l’énergie animale et ses applications concrètes en faveur du développement durable.


(Photo Nina Passicot pour Hippotese, Valence 2015)

Demain, le plan Ecophyto pose le défi de diminuer le recours aux produits phytosanitaires. Tous les utilisateurs sont concernés par le changement des pratiques réglementaires, les agriculteurs comme les collaborateurs des collectivités territoriales, tels. De plus en plus d’agriculteurs des filières maraîchères, viticoles et Bio valorisent cette pratique traditionnelle du travail du sol car le cheval attelé constitue une alternative agronomique permettant d’améliorer la qualité.
En utilisant la traction animale, plus de 200 communes en France ont trouvé des solutions de transports propres pour l’organisation de leurs services. Le cheval accompagne les services Espaces Verts des mairies pour l’entretien des massifs floraux toute l’année, assure la collecte des ordures, la surveillance des massifs et des espaces naturels, le transport scolaire. Le cheval peut ainsi réinvestir l’univers urbain.


(Photo Deny Fady pour Hippotese, Angers 2016)

L'organisation bénéficie de l'expertise de Jean-Louis Cannelle, président du CERRTA (Centre Européen de Ressources et de Recherche en Traction animale).
Cheval & Territoires propose de faire le tour des initiatives concluantes, de partager les expériences et de participer à des ateliers pratiques dans le vignoble et les rues de la ville. En initiant cette organisation, Cheval Passion apporte un soutien actif au développement de la filière, contribue à structurer le réseau professionnel et favorise les échanges de pratiques et de contacts.

Vendredi 20 janvier au Centre de Congrès – Palais des Papes Avignon, double colloque :

Colloque Le cheval en agriculture - viticulture

9h00 - Interventions et tables-rondes au Palais des Papes

14h30 - Ateliers pratiques : au vignoble de Châteauneuf du Pape, Daniel et Frédéric Coulon - domaine de Beaurenard.

Public : Agriculteurs, viticulteurs, centres de formations viticoles et équestres, écoles d’agriculture et d’agronomie, chambres d’agricultures, filières et organisations professionnelles, filière chevaux de trait, etc.

Intervenants : • Jean-Louis Cannelle, président du Centre Européen de Ressources et de Recherche en Traction animale • Jean Clopes, utilisateur professionnel de cheval attelé • Laurent Guichard, vigneron à Apt • Olivier Pichot, prestataire en traction animale • Xavier Salducci, docteur en Ecologie Microbienne, Celesta-lab.

Colloque Le cheval dans la ville

9h00 - Ateliers pratiques en centre-ville d'Avignon : Équipements ramassage scolaire, irrigation espaces, verts, ramassage ordures, fauchage, balayeuse.

14h30 - Interventions et tables-rondes au Palais des Papes

Intervenants : • Jean-Louis Cannelle, président du CERRTA • Caroline Charpentier, Chargée Mission Développement de la traction animale Charente-Maritime • Jean-Claude Carretier, président de la Fédération Nationale des Chevaux Territoriaux, Pierre Dudieuzère, Maire de Vendargues • Deny Fady, association Hipppotese • Max Rascalou, adjoint au maire ville de Vendargues, délégué aux Traditions taurines et équestres.
En collaboration avec l’IFCE.

De 12 à 14h00 : Cocktail Déjeuner par les Maîtres Cuisiniers de France, dégustation de produits du terroir de Vaucluse et Provence. Espace Jeanne Laurent – Centre international de Congrès du Palais des Papes d'Avignon.
En collaboration avec la chambre d'Agriculture de Vaucluse et les Maîtres Cuisiniers de France.

Participation sur inscription auprès de DPAE – Tarif : 30 € (Colloque, déjeuner, entrée salon Cheval Passion) Renseignements Colloque Cheval & Territoires - Elodie Desini - Tél. 04 90 84 02 04 - elodie.loubier@live.fr www.cheval-passion.com

mardi 26 avril 2016

Le "Datafficheur", un système de Suivi "Temps Réel" des Efforts en Traction-Animale (1ère partie)

Depuis l'origine d'Hippotese, nous avons toujours cherché à connaître, de manière non empirique, les efforts auxquels nous soumettons nos chers chevaux...

Pour pallier à certaines limites des systèmes de mesure que nous avons testé, Hippotese a inventé (et j'ai mis au point) un appareil qui permet le suivi "in situ" et en "Temps Réel" des Efforts de traction...

Mais laisser-moi vous présenter l'intérêt du système dans ces 2 petites vidéos...

I) L'introduction...

NB : je vous ai transcris ici le texte du commentaire des vidéos pour plus de confort (la qualité du son n'est pas très bonne et vous pouvez le couper).

Je vais vous présenter une simulation de l'utilisation du Datafficheur qui va permettre, je l’espère, de vous prouver l'intérêt de cet appareil (inventé par l'association Hippotese et mis au point par moi-même).

Cette simulation repose sur des données réelles qui ont été récupérées lors d'une expérimentation qui a eu lieu en mai 2015 chez Thierry Bonnamour à Dullin en Savoie.

Lors de cette expérimentation, Michel Carrel a enregistré à l'aide d'un capteur dynamométrique placé sur le palonnier les efforts du cheval qui tractait un épandeur de fumier à prise de force sur les roues, de marque MillCreek.

Cette prise de mesures a permis d’enregistrer sur un DataLogger, 4 fichiers de valeurs brutes correspondantes à l'effort du cheval en Kgforce, à une fréquence de 10 hertz (soit 10 valeurs par seconde).
Ces 4 fichiers reprennent les mesures de l'aller, divisé en 2 parties et du retour divisé lui aussi en 2 parties, à cause des arrêts.

Ils ont permis de tracer 4 courbes après traitement sur un ordinateur. Malheureusement, ces mesures et ces courbes et que l'on peut étudier ne sont accessibles au meneur qu'à posteriori et non en temps réel sur le terrain.

Pour cet essai, si nous avions disposé d'un Datafficheur, nous aurions pû, en temps réel, avoir une idée des efforts (importants) mis en jeu.

Voilà donc à quoi sert un Datafficheur. Il permet de visualiser in situ et en temps réels (à une seconde prés) les efforts du cheval pour éventuellement adapter son menage et ainsi, mieux utiliser la puissance du cheval.

II) La Simulation de fonctionnement...

Simulation d'utilisation du Datafficheur, à partir de fichiers de mesure réels, dans cette petite démonstration...

(Voir l'introduction ci-dessus).

Dans cette démonstration, nous avons placé Le Datafficheur au dessus d'un ordinateur et d'une tablette.

Le Datafficheur va afficher les efforts du cheval, calculés à partir des fichiers de mesures brutes, (comme il pourrait le faire sur le terrain, en temps réels, à partir des données transmises par un capteur dynamométrique placé sur le palonnier par exemple)...

Sur la tablette, à droite, on peut suivre la vidéo de l'expérimentation...

NB : Cette vidéo a été un peu recoupée pour être synchronisée avec les fichiers bruts enregistrés.

Et sur l'ordinateur, à gauche, nous pourrons suivre les calculs des valeurs moyenne et maxi avant leur affichage. Ce suivi est l'écho du travail du microcontrôleur (qui est la partie "intelligente" du Datafficheur).

Lancement de la simulation...

Sur l’afficheur jaune, en haut à gauche, s'affiche la moyenne des 10 valeurs mesurées pendant une seconde.

Sur l'afficheur rouge, en haut à droite, s'affiche la valeur maxi des 10 valeurs mesurées pendant la même seconde.

Dans les paramètres du programme du Datafficheur, on a fixé un seuil, ici à 200 kg.

Quand une des valeurs, moyenne ou maxi, dépasse ce seuil, elle est affichée sous forme clignotante.

NB : Pour cette démonstration, nous avons choisi 200 kg car c'est le double de l'effort que l'on peut demander, en moyenne, à un cheval au pas.

Sur l'ordi, à gauche de l'écran, on peut voir défiler les valeurs brutes de l'effort (ici X) en kilogramme-Force (ou déca Newtons) et les dixièmes de secondes (ici Y).
Ces valeurs brutes sont lues à partir d'une carte SD dans cette simulation en l'absence de capteur dynamométrique.
Toutes les 10 mesures, la Datafficheur calcule la moyenne et le maxi et l'envoie à l'affichage pendant une seconde.
Pendant cette seconde d'affichage, il récupère 10 nouvelles valeurs, fait les calculs et affiche les nouveaux résultats la seconde suivante.

NB : les 4 fichiers de mesures brutes sont précédés d'un double affichage clignotant de 4 chiffres qui annoncent leur numéro (1111, 2222, 3333, 4444).

En Conclusion :

le Datafficheur est un appareil qui permet à un utilisateur d'effectuer un suivi continu et en temps réels des efforts mis en jeu dans la traction d'un outils.

Ici, typiquement l'utilisateur est un meneur qui tout en conduisant son attelage peut surveiller les afficheurs situés dans un boîtier qui sont fixés sur une petite sellette sur le dos ou les reins du cheval.

La prise de mesure se fait à l'aide d'un capteur dynamométrique placé sur les traits ou sur le palonnier et relié au Datafficheur.

Dans le boîtier du Datafficheur, un microcontrôleur effectue les calculs en temps réels à partir des mesures du capteur et envoie les résultats sur les 2 afficheurs.

Pour que ces résultats soient compréhensibles et utilisables, le microcontrôleur calcul la moyenne des valeurs enregistrées pendant un temps donné (ici 1 seconde) et extrait aussi la valeur maxi mesurée pendant ce même temps. Seules la valeur moyenne et la valeur maxi de la seconde précédente sont donc affichées et cet affichage dure une seconde pour être lisible.

Chaque seconde les nouvelles valeurs remplacent les valeurs précédentes.

Deny Fady, avril 2016.

mercredi 30 mars 2016

Présentation de matériel hippomobile moderne, mardi 1er mars, Salon de l'Agriculture de Paris 2016

Comme chaque année depuis plus de 20 ans, Hippotese, représentée par Jean Louis Cannelle et Deny Fady, fait une présentation de matériel hippomobile moderne dans le hall équin lors du Salon de l'agriculture de Paris.

Cette présentation se déroule le mardi et le jeudi du salon et était jusqu'à l'année dernière organisée, avec brio, par France-Trait et en particulier par Sophie Bougel (nous ne saurons jamais comment la remercier pour l'immense travail qu'elle a réalisé durant de nombreuses années pour faire coopérer toutes les composantes de la traction animale, nous prenons conscience aujourd'hui du vide que son éviction nous laisse).

Elle permettait à tous les constructeurs de présenter leurs dernières innovations en matière d'outils, d'avant-trains, de voitures ou de matériel hippomobile moderne.

Cette année, la SFET a repris l'organisation et a tenu, contre notre avis, à imposer un thème restrictif du "cheval en ville" sans même autoriser le matériel adapté aux espaces verts. Du coup, la présentation était un peu limitée en diversité de matériels et de constructeurs.

Il faut aussi savoir que ces présentations sont destinées au grand public et aux élus, ce qui oblige à être, sans doute, "un peu trop" pédagogique aux yeux des initiés.
Ces derniers trouveront peutêtre cette vidéo une peu longue, navré...

On peux enfin regretter que les meneurs aient choisi, pour le plupart, d'utiliser des bricoles (sauf un), alors que les véhicules, pour certains assez lourds auraient été mieux attelés en collier. Ce point a été corrigé lors de la présentation du jeudi (il faut bien comprendre qu'au SIA, meneurs, chevaux et matériel sont "appairés" souvent seulement quelques minutes avant la présentation en fonction des disponibilités).

Pour conclure cette introduction, nous remercions le Concours Général Agricole du SIA 2016, qui nous a autorisé à diffuser cette présentation et la boîte de production (Comexposium) qui a tourné ces images.

Nous remercions aussi Yves Spriet, président de France trait, qui a présenté les meneurs et les équidés.

Je vous ai fait quelques captures d'écran au moins pour ceux qui n'auront pas la patience de tout regarder...


Un avant-train avec un broyeur à branches à moteur auxiliaire.


Un avant-train BMH avec un porte-container.


Un avant-train BMH avec une cuve d'arrosage à pompe électrique sur batterie.


Bernard Michon présente au public ses matériels.


Remorque à un cheval, 1T de charge, dite "La Savoyarde" de chez BMH.


Démonstration de la benne basculante de "La Savoyarde".


Sylvie Buschhoff de la Sellerie Percheronne présente son nouveau collier en magnésium "__Agilis__" de 6,4 kg


Petit clin d’œil à José Thorel (en arrière plan), cheville ouvrière de cette présentation et des nombreuses épreuves de traction animale au salon.


Les ânes étaient aussi présents avec le baudet de Nicolas Séguier des "Ânes d'Oléron"


Jean-Claude Louis, le président du CECD (Comité Européen des Chevaux de Débardage) est venu nous présenter le résultat d'un de ses rêves, à savoir le livre "Cheval de travail Trait contemporain" du photographe Jean-Pierre Ruelle et du journaliste Marc Vandermeir (disponible dans toutes les bonnes librairies).

Et pour ceux qui souhaitent avoir un coup d’œil plus large sur les équidés au salon, Je vous passe le reportage que l'association Espritrait (en la personne d'Aurore Salzard) nous a gentiment autorisé à diffuser...

Avec nos remerciements pour leur travail...

jeudi 7 mai 2015

Bientôt le 12ème Chantier-École de Montdenis, les 14, 15, 16 et 17 mai 2015...

Comme indiqué dans l'agenda, nous organisons bientôt le 12ème Chantier-École de Montdenis, les 14, 15, 16 et 17 mai 2015.

Et tout d'abord, une petite vidéo du 11ème chantier-école de Montdenis (en 2014) pour avoir une idée de l'ambiance habituelle des chantiers-école...


Chantier-école de débardage de Montdenis, mai 2014 par hippotese

Ce chantier annuel d'autoformation au débardage de Montdenis se déroulera comme chaque année le week-end de l'Ascension (14, 15, 16 et 17 mai).

Le thème du chantier-école sera cette année 2015, le débardage sur chemins étroits (moins d'un mètre) avec traîneau et mini-porteur et des essais de remise en état de chemin (recreusement) simultané au débusquage.

Nous testerons aussi la fabrication et le débusquage de fagots au porteur et traîneaux et le transport par bât de bois de faible diamètre et de branchages.

Comme d'habitude nous ferons quelques ateliers de débusquage à l'hippotreuil et/ou par mouflage avec poulies largables et du travail en forte pente...

Enfin, pour ceux qui le désirent nous testerons quelques "arracheurs hippomobiles" sur églantiers et prunelliers.

Voici aussi quelques photos du chantier-école de 2014 et quelques généralités sur les chantiers-école d'Hippotese...

Rappel des objectifs des chantiers-école : Ce sont des chantiers d'autoformation au débardage et d'échanges de pratiques, ouverts à tous les membres et futurs membres de l'association (les personnes non à jour de leur cotisation devront s'acquitter, le 1er jour, de leur 20 € pour une question d'assurance).

Difficulté : Le chantier ou plutôt l'ensemble des activités proposées sont de difficultés plutôt fortes, il n'est pas adapté aux débutants ou alors en observateurs pour les moments dangereux.

Nous n'avons pas de contrainte de résultat mais les travaux sont des travaux réels de débusquage de bois de chauffage ou d'entretien d'espaces naturels et sont donc idéals pour de l'auto-formation.

Chaque chantier permet de tester des nouveaux systèmes de débardage, d'accrochage, de traction, des poulies, de faire des mesures au dynamomètre, d'échanger des idées, des techniques...
Apporter vos prototypes de matériel, de harnais... On les testera...

L'accueil : Vous êtes accueillis (gratuitement) chez Deny Fady et Odile Mouchet, à 1400 m d'altitude, (dans un dortoir et une salle commune de la ferme), prévoyez duvets, couvertures et pantoufles, les nuits peuvent être fraîches (et tentes si vous voulez).

Pensez aussi à vos casques, gilets fluo, protection auditive et pantalons de sécurité...

NB : Il y a aussi 3 gîtes de France sur le village, chercher sur "73870 Saint Julien Montdenis", les 3 gîtes sont situés sur le hameau de Montdenis...

Vous pouvez (devez) apporter vos spécialités, pour manger, boire (on apprécie les bons vins et les bières belges) et faire la fête... (animation musicale et chants sont au programme). On vous offre les plats chauds de base...

Il est possible de venir avec son cheval (au moins dressé au palonnier) ou au bât (à faire confirmer par l'organisation).

Pensez à nous appeler pour s'inscrire... Tél : 04 79 59 65 50 ou petit mél (hippotese@free.fr ou page contact)

Si vous souhaitez aussi avoir plus d'infos sur le déroulement ou sur les précédents chantiers-école, vous pouvez lire les anciens billets ici...

Bientôt une autre vidéo et d'autres photos sur le chantier-école de 2014...

samedi 28 mars 2015

Fin février 2015, le NeoBucher 002 est présenté à PARIS au salon de l'agriculture en présence du ministre...

Nous avons présenté le prototype 002 du NeoBucher lors des Présentations de Matériel Hippomobile Moderne au SIA 2015 à Paris.

Voici quelques photos des présentations du mardi 24 et du jeudi 26 février 2015 (Les Kisskissbankers ont eu ces photos en avant-première, mais il y en a quelques nouvelles)...

Un grand merci à Olivier Bernard pour son autorisation à diffuser ses photos et pour son travail au service des chevaux et autres équidés...


Votre serviteur et Jean Louis Cannelle avaient la lourde tâche de présenter le projet NeoBucher en quelques mots...


C'est Benjamin Cannelle assisté de Vincent Bastard qui assuraient la démonstration...


Le deuxième jour, Benjamin était assisté de José Thorel...


Et (sauf erreur) c'est Olbo qui était attelé avec un timon en col de cygne (dit Passe-Partout) traditionnel du labour en vigne dans la région de Baniuls...


Ce timon est suspendu sur une forte courroie portée par la sellette et deux demi-traits en chaîne assurent la traction par le collier...


La carrière en sable a permis de montrer les différents avantages du NeoBucher (relevage, roues dirigées)...


Et l'attelage au passe-partout qui permet une grande liberté en rotation par rapport à l'outil...


Son utilisation en maraîchage pour les retournements en bout de ligne apporte un grand confort au cheval...


Et le cheval s'habitue très vite à cette nouvelle mobilité...


De plus, cette mobilité, associée au relevage assisté des barres porte-outils, libèrent le meneur pendant les manœuvres.


Le ministre de l'agriculture, Stéphane Le Foll, nous a fait la gentillesse de venir assister à la démonstration du matériel moderne et a longuement applaudi le NeoBucher.


Jean Louis Cannelle en a profité pour lui demander son avis sur l'Énergie Animale - Énergie Renouvelable, il a répondu que la future "Conférence Paris Climat 2015" devrait en effet, intégrer cette dimension...

jeudi 3 février 2011

Les sièges Courroie sur les véhicules hippomobiles... (2ème partie)

Depuis plus de 20 ans nous cherchons des solutions techniques pour faire des sièges de véhicules hippomobiles à la fois ergonomique, simples, légers et facile à fabriquer (ou acheter).
Après avoir utilisé les sièges (de faucheuse) métalliques, qui étaient suspendus du fait le l'élasticité de la lame de fixation et assez confortables mais manquaient d'appui dorsal, nous avons testé les sièges et les banquettes automobiles. Ces derniers, en plus d'être peu résistants en usage agricole, s'imbibaient d'eau à la première pluie et manquaient de souplesse sur des véhicules sans suspension.
Nous avons aussi testé le banc sur lames de suspension des chariots des pionniers américains (dur, dur et pas facile de trouver des lames de bonne souplesse).

En fait à l'usage, on s'aperçoit que la position la plus ergonomique est une position semi-debout (les jambes absorbent les chocs du terrain), incliné en arrière (pour pouvoir s'appuyer et retenir des animaux emballés par exemple) avec un appui dorsal (pour reposer son dos), la cale de menage est techniquement une bonne solution technique à ces problèmes.

Mais il faut aussi que le siège d'un véhicule de travail, utilisé pendant 6 à 8 heures d'affilé, autorise le meneur à s'asseoir normalement pour reposer ses jambes quand c'est possible (dans les parcours de liaison sur route par exemple ou les moments calmes).

C'est en observant les sièges courroie des porteurs à grue hydraulique suédois (qui sont formés d'une seule courroie fessière) que j'ai eu l'idée avec Antoine Luneau en 1990 de fabriquer pour le Cabri un siège courroie à 2 appuis qui permettait de se tenir semi-debout mais aussi assis.
Ce système est toujours utilisé avec succès, même si les courroies ont été changées depuis. J'utilise des courroies de caoutchouc de chenillette de damage, qui normalement supporte les lames alu et qui sont changées régulièrement.

Vous trouverez des photos de ces sièges courroie dans un précédent billet...


L'Urbenne à Levier 2010 (photo pixel-visuel)

Dernièrement, j'ai reçu plusieurs courriers de demande de précisions cotées pour fabriquer ces sièges.
Comme par ailleurs j'ai dû équipé d'un siège courroie 2 places (mais à courroie indépendante) notre Urbenne (remorque à benne alu hydraulique) pour la fête de Levier en août 2010, j'en ai profité pour faire quelques photos et un plan côté.


Une vue latérale de l'Urbenne (photo D. Fady)


Le plan côté du siège courroie et son support (photo D. Fady)

Vous bénéficiez donc des dernières évolutions de ce siège.
A remarquer que les meneurs de la "Maison Cannelle" utilisateurs au quotidien de ce siège ont préféré le recouper en hauteur, je pense personnellement que c'est une erreur mais je respecte ce choix et je vous fourni la côte de départ (la mienne entre parenthèse) et la côte actuelle.
Dans le doute, on peut prévoir un système de réglage en hauteur (du type de 2 tubes carrés qui coulisseraient l'un dans l'autre), de façon à tester les 2 hauteurs et prendre ensuite une décision de réglage en toute connaissance de cause.

Je vous donne d'autres photos de détails...


Vue en gros plan du siège courroie et du pare-crotte-rambarde avant (photo Deny Fady)


Vue de la position semi-debout en appui lombaire (photo Deny Fady)


Vue de la position semi-debout en appui lombaire (photo Deny Fady)


Détail de la rambarde avant, du frein à pied et de la mécanique (photo Deny Fady)


autre vue de la rambarde avant, du frein à pied et de la mécanique (photo Deny Fady)


autre vue de la rambarde avant, du frein à pied et de la mécanique (photo Deny Fady)


détail des supports du siège (photo Deny Fady)


détail des supports du siège (photo Deny Fady)


détail des supports du siège (photo Deny Fady)


fabrication des attaches des courroies (photo Deny Fady)


fabrication des attaches des courroies (photo Deny Fady)


Détails de la courroie et découpe du passage de l'anneau central (photo Deny Fady)

Voilà, si vous voulez d'autres infos, je compléterai...

mercredi 28 avril 2010

Recherches sur le collier réglable à attelles métalliques : Elasto (suite)

Suite de notre précédent billet sur le collier __Elasto__

Je vous ai retrouvé quelques photos de novembre 2008 (déjà diffusées ici) d'un collier Elasto (matricule 14950) aperçu à la brocante équestre de Crémieu et qui avait été superbement restauré par un bourrelier du centre de la France (ne me demandez pas qui, je ne l'ai pas retrouvé).


(Superbe collier Elasto refait à neuf, nov 2008, photo Deny Fady)


(Collier élasto, détail matricule, photo Deny Fady)


(Collier élasto, vue côté renfonçures, photo Deny Fady)


(Collier élasto, vue latérale, photo Deny Fady)

Je vous ai retrouvé aussi quelques photos envoyées dernièrement par José, d'un collier (matricule ?) qu'il a entreprit de refaire... (les planches d'attelle sont d'origine à priori (peuplier ?), mais il va sans doute nous en dire plus...).


(Collier Elasto, face externe, photo José Thorel)


(Collier Elasto, face interne, photo José Thorel)

(Collier Elasto, détail pièce de garrot, photo José Thorel)

Pour ceux qui seraient intéressés pour remettre en état un collier Elasto, Je vous joins un super document de Denis Julien (avec son autorisation) à propos de le restauration des renfonçures de collier Elasto. (doc en PDF, 1,4 Mo)

Enfin je vous transmet l'appel de Denis Julien, à tous ceux qui pourraient nous fournir des photos de colliers Elasto quelque soit leur état...
Une photo d'ensemble et une photo de la plaque (matricule visible) serait souhaitable, ainsi que toutes informations sur ces colliers (leur fabrication, leur utilisation, leur remise en état) et la manufacture Simon Cendre et cie à Paris.
Ceci afin de recueillir un maximum d'informations et essayer de savoir combien de colliers ont été produits et combien de versions ont existé.

Envoyez sur le mél d'Hippotese ou par la page contact, on diffusera et on transmettra...

dimanche 12 avril 2009

Discussion sur le timon rotatif du porteur forestier (Forwarder) de Doug Joiner

Suite à la vidéo sur le porte-outil pegase de Bernard Michon, et en particulier son timon assez sophistiqué, j'ai repensé à une vidéo que j'avais fait pour mémoire du timon de son porteur 8 roues par Doug Joiner (notre cher Horse-logger britanique) ici à la Route des Vins et du Comté en 2006...
Doug Joiner et son Forwarder à la RVC 2006 (photo : Deny Fady)Doug Joiner et son Forwarder à la RVC 2006 (photo : Deny Fady)

Vidéo envoyée par hippotese
Filmé à Detmod (Allemagne) en août 2007 lors de la fête du cheval de trait.
Doug Joiner explique à Deny Fady l'intérêt du timon rotatif sur le porteur de débardage (forwarder) qu'il fabrique et commercialise.

Ce porteur forestier à 2 essieux boggie, qui peut être utilisé par un seul cheval de trait est bien adapté aux petits bois, il dispose en particulier d'un frein à inertie (un peu comme les remorques automobiles) et d'un brancard-palonnier (brancalonnier ?) assez ingénieux.

Plus d'infos sur ce forwarder sur le site de Doug Joiner

samedi 29 mars 2008

Recherche sur un harnais à chevilles latérales dit harnais chevilatte (4eme partie)

Dans les billets précédents, sur notre recherche sur un harnais à chevilles latérales dit "chevilatte" 1ère partie, 2eme partie et 3eme partie nous avons successivement étudié le harnais "Franc-Comtois" "en cheville" avec un reculement "Grand-Vallier", le harnais de débardage "Hippotese", le harnais de type "scandinave" et ses variantes "anglo-saxonnes" et son utilisation dans son berceau d'origine.

Suite à cette étude de l'existant nous avons écrit un cahier des charges qui s'établit ainsi :

Un harnais à un cheval (mais adaptable en paire), utilisable aux traits ou en brancards, muni d'un système d'attelage rapide aux brancards, capable de supporter une surcharge occasionnelle ou permanente (sur le dos du cheval via les brancards) (ex : véhicule à 2 roues dans la pente), muni d'un reculement très efficace (et qui n'assoit pas le cheval), qui laisse une grande liberté d'encolure au cheval (utilisation d'outils à brancards en forêt), qui ne blesse pas (sous ventrière sur-dimensionnée, pas de culeron), qui soit adaptable à tout type de collier ou bricole et à de nombreuses tailles de chevaux, qui soit simple à réaliser (voir éventuellement auto-constructible) et pas trop cher (réutilisation de partie existante : sellette, reculement...).

Pour aller plus loin, il nous fallait réaliser un prototype opérationnel made-in "Hippotese" et le comparer à un vrais harnais "scandinave" d'origine, acheté en Suède, les 2 étant à tester dans nos conditions locales d'utilisation.

Nous avons donc commandé en Suède un vrais harnais d'origine (sur ce catalogue).
L'ensemble arriva en pièces détachées.


Le harnais suédois d'origine, monté, avec les avant-traits rigides en cuir, made in Jura (par Vincent Sappez)

Malheureusement au montage de l'arceau métallique sur les coussins de sellette, un écrou borgne trop serré cassa la tige filetée à l'intérieur d'un des coussins et il fallut découdre ce coussin pour réparer puis le recoudre (c'est parfois utile un bourrelier... merci Vincent).
Nous n'avons d'ailleurs toujours pas compris l'intérêt de l'arceau de cette sellette...
L'ensemble nous a déçu...
Nous avons été vraiment décontenancé par le montage des pièces de cuir sur les platines métalliques avec des vis et des écrous et le reculement nous parait peu solide pour une utilisation dans la pente en attelage agricole ou forestier.
Bref, première impression : pas terrible !
La seule pièce qui nous émerveilla fut la cheville amovible en inox massif de toute beauté (voir plus loin).
Dans un souci de compatibilité (avec des outils d'origine nordique) nous décidâmes de garder ce modèle de référence pour nos harnais.


Les premières chevilles ouvrantes en acier, pâle copie du modèle suédois et la mortaise (trou 45 x 16) à souder sur les brancards, réalisée uniquement à base de plat 40 x 8.

Didier réalisa un prototype de harnais "chevilatte" modèle "Hippotese" en intégrant un harnais "Grand Vallier" en reculement, une sellette de l'armée suisse (et une sangle de selle de monte très large, muni d'une fourrure synthétique) à la place de la sellette à arceau, nous gardions le système à anneau latéral et l'avant-trait massif en cuir.


Le premier prototype de harnais chevilatte made in Hippotese (par Didier Mahillon)

Les essais aux traits furent concluants, il restait à fabriquer des brancards utilisables avec ces chevilles.


Les essais aux traits furent concluants...

Après mûres réflexions, nous avons décidé de modifier des brancards d'un modèle standard, type voiture de marathon pour attelage en sellette, en leur ajoutant simplement la mortaise rectangulaire nécessaire, tout en gardant la possibilité de les atteler avec des pote-brancards traditionnels (sainte compatibilité).



Les brancards en selette modifiés par l'ajout de la mortaise rapportée

Il sera toujours temps de réaliser des brancards spécifiques plus tard, quand nous aurons plus d'expérience...
Et donc les essais en brancards purent commencer.
En partant de la maison, entre l'église et le cimetière, j'ai une petite descente qui avoisine les 20 %, qui me permet de tester la tenue des harnais en descente.
Et là ce fut une grande surprise, ça n'allait pas du tout !



Cà n'allait pas du tout, dans les fortes descente, l'anneau se vrillait...

Il faut comprendre que dans ce type de harnais scandinave, toutes les pièces sont assemblées sur 2 gros anneaux ronds latéraux. La sellette porte ces anneaux, la sous ventrière les empêche de remonter, les avant-traits les relient au collier, le reculement les empêche d'avancer.
Les brancards eux, par l'intermédiaire des chevilles, qui se prennent sur la partie arrière de l'anneau les tirent en arrière en traction et en avant dans les descentes ou les reculés.

Et bien dans les fortes descentes, les anneaux avancent (d'un poing si le reculement est bien réglé) et que font'ils ?
Et bien ils se vrillent et donc vrillent la sous-ventrière et les porte-brancards, jusqu'à faire un tour sur eux-même.
L'avant-trait rigide lui forme un arc de cercle vers l'extérieur et peut même se décrocher du collier.
Notre harnais "Hippotese" avait donc un défaut...
Pourtant le test avec le harnais suédois d'origine donna le même résultat...
Donc nous ne savions pas régler ces harnais...
Nous étions découragés...
En cherchant un peu, sur le catalogue même du bourrelier suédois on remarque une photo avec le même défaut et dans toutes les photos de reculés (en concours par exemple) on remarque le même vrillement des anneaux latéraux...
A croire que les chevaux du nord ne reculent jamais ou alors que leurs reculements sont réglés tellement serrés qu'ils ne peuvent avancer...

Le défaut ne venait donc pas d'un mauvais réglage, mais bien d'une mauvaise conception du harnais scandinave !



Les harnais suédois d'origine, présentent tous le même défaut de vrillement de l'anneau dans les descentes.

Il fallait trouver une solution afin que l'anneau de fixation ne se vrille pas en descente. Après une semaine de réflexion et de prototypes nous avons trouvé la solution. Il suffit que la cheville soit fixée à l'anneau en avant des porte-brancards et de la sous-ventrière.
Voici une photo du 1er anneau anti-vrillement.



Anneau de liaison anti-vrillement "Hippotese", formé d'un gros anneau de chaîne + soudé à un demi-anneau

Les essais reprirent et là ce fut impeccable, l'anneau ne se vrillait plus, le harnais restait en place...
Nous décidâmes dans le même temps de supprimer l'avant-trait rigide en cuir et de le remplacer par un avant-trait en chaîne (donc réglable et moins cher).



Les essais reprirent et là ce fut impeccable...

Conclusion provisoire :
Depuis presque un an, ce harnais a été testé dans pas mal de situations et avec beaucoup de chevaux de tailles très différentes (petit comtois, grand comtois, percheron, ardennais, breton...).
Le principe du harnais à chevilles latérales, mixte, qui libère l'encolure est comme nous le pensions un excellent système, la modification de l'anneau corrige son seul gros défaut.
Il reste évidemment des points de détails à améliorer (entre autres être plus rapide à poser), mais globalement il rempli son rôle et répond parfaitement au cahier des charges.


Ce harnais a été testé dans pas mal de situations et avec beaucoup de chevaux de taille très différentes


Les avant-traits en chaîne ont été gainés (ici avec une chambre à air de vélo) pour ne pas blesser.

Nous verrons dans un prochain billet les améliorations réalisées, les modifications prévues et les tests qu'il nous reste à faire en particulier avec un tombereau (à 2 roues).
Si vous le souhaitez je vous donnerai les dimensions des différentes pièces pour les réaliser vous-même.
Nous verrons aussi les modifications proposées pas nos bourreliers et même des essais de modèles simplifiés entièrement auto-constructibles et sans couture...

samedi 1 mars 2008

Première images du Salon Internationale de l'Agriculture de Paris 2008

Hippotese était en force cette année au Salon de l'Agriculture de Paris.

Nous avons tenu un stand avec le CERRTA où étaient présentés les nouveaux crochets et palonniers qui sont à la vente (nous en reparlerons bientôt...), la Vignotte (charrue expérimentale pour la vigne) était là aussi, ainsi qu'un beau harnais de débardage et un des premier collier de type "suisse" réalisé entièrement par notre bourrelier préféré : Vincent Sappez.

C'est Sébastien Bard (cocher au parc de La Courneuve) et José Thorel (meneur des chevaux du Bois de Vincennes) qui ont assuré l'accueil sur le stand pendant la semaine du salon, soutenus par quelques occasionnels, merci à eux deux...

Nathalie Renaud a assuré (comme à l'accoutumée) en coulisse, avec sa petite équipe, une logistique irréprochable qui permet à plus de 30 personnes de se restaurer chaque jour dans la bonne humeur et la convivialité... Super, vraiment...

La troupe Jehol a assuré un spectacle équestre chaque jour (et même vendredi au Hall 1), mais mon court passage ne m'a pas permis d'y assister malheureusement...

Michel Schnoebelen (et Aline) ont remporté l'épreuve de traction du Trophée National du Cheval de Trait, bravo à eux (plus de détails bientôt)...

Et Jean Louis Cannelle, fidèle au poste, a assuré la coordination de ce bel ensemble et en particulier l'organisation et le super commentaire de la présentation du matériel moderne (le jeudi 28 février) dont je vous ai rapporté quelques photos ci-dessous... (la suite bientôt).

Merci aussi à tous les bénévoles que je ne peux citer ici et qui ont œuvré dans l'ombre pour que ça marche !


(photo : Deny Fady)


(photo : Deny Fady)


(photo : Deny Fady)


(photo : Deny Fady)


(photo : Deny Fady)


(photo : Deny Fady)


(photo : Deny Fady)


(photo : Deny Fady)


(photo : Deny Fady)

lundi 8 janvier 2007

Benne à déchets verts, Equivert, novembre 2006


Equivert-2006
Vidéo envoyée par hippotese
Démonstration d'utilisation d'une benne à déchets verts à traction hippomobile : Equivert. A Saint Jean de Maurienne, le 29 novembre 2006. Cette benne est fabriquée par les Ets Baude (26300 Bourg de Péage), elle est tractée par Jumbo, cheval comtois de Jean Paul Maujonet (Asinerie de la vallée d'or) prestataire de service en traction animale à Valloire (73). Le film est de Deny Fady pour Hippotese (Ass. HIPPOmobile de Technologie et d'Expérimentation du Sud-Est).