Hippotese, Le cheval de Travail

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Mot-clé - Saint Julien Montdenis

Fil des billets - Fil des commentaires

dimanche 15 février 2015

Chantiers environnementaux : Sauvegarde des tulipes de Maurienne et des plantes messicoles...

La traction animale par la légèreté de son impact et sa polyvalence a de plus en plus de succès auprès des donneurs d'ordre dans la réalisation des "chantiers environnementaux".

Mais ces chantiers, particuliers dans leur déroulement, demandent aux prestataires TA des compétences bien différentes de celles qu'ils doivent avoir en menage pur ou dans les prestations classiques.

Il est rare que l'on soit payé ici au "cube" de bois sorti ou à "l'hectare" de terrain travaillé.

Les chantiers de sauvegarde ou de protection sont souvent originaux et expérimentaux dans leur traitement et les solutions techniques employées sont à inventer ou à adapter à chaque fois.

Et parfois, une solution qui semblait adéquate une année, ne le sera pas forcément l'année suivante, il faudra alors rediscuter avec les scientifiques (qui font les bilans d'impact), du mode opératoire, en fonction des résultats obtenus et avoir une vision sur le long terme.

Nous allons vous faire ici un petit compte-rendu de l'intervention d'Hippotese de 2009 à 2014 sur le projet de sauvegarde des tulipes de Maurienne et plantes messicoles sur la zone de Serpolière à Saint Julien Montdenis (Savoie), afin de replacer cette opération dans son contexte historique et sa complexité.

Ce compte-rendu fait de large emprunt au document de synthèse "Programme de création d’une parcelle de messicoles sur la commune de Saint-Julien-Montdenis (73), Octobre 2013" de Véronique BONNET du CBNA, que je remercie ici.



Le panneau d'information à l'entrée de la parcelle à tulipes.

C'est dans le cadre du chantier de l’autoroute de Maurienne et d’un programme de conservation des tulipes de Savoie, qu'un partenariat s’est instauré entre la commune de Saint Julien Montdenis (Savoie), l’association « Serpolière, visage de St-Julien-Mont-Denis », la SFTRF (Société Française du Tunnel Routier du Fréjus), le CPNS (Conservatoire du Patrimoine Naturel de la Savoie) et le CBNA (Conservatoire Botanique National Alpin).

Ce partenariat a abouti, en 1997 et 1999, à la réimplantation de populations de tulipes sauvages de Savoie.
Le CBNA a réalisé la récolte de bulbes, la mise en culture et l’introduction des bulbes de deux espèces : la Tulipe de Maurienne et la Tulipe de Didier, sur des parcelles cédées par la SFTRF au CPNS dans le cadre des mesures compensatoires aux travaux de l’autoroute.


La tulipe de Maurienne (Tulipa Mauriana), photo "Jardin botanique de Saverne".

Plusieurs centaines de bulbes (700) ont ainsi été implantés. Ces deux espèces de tulipes sont bien adaptées aux terrains calcaires, secs et ont longtemps été liées aux cultures traditionnelles de céréales d’hiver. Malheureusement certaines des tulipes réimplantée étaient infectées par une virose qui a été rapportée sur le site.


La tulipe de Didier (Tulipa Didieri), photo "Jardin botanique de Saverne".

Suite à cet épisode de virose, la parcelle a été délaissée pendant plusieurs années (7 ans), avant que le CBNA ne refasse un bilan de l’ensemble des populations de néotulipes de Savoie dans le cadre d’un plan de conservation.

En 2007, 70 tulipes sont recensées sur le site de Serpolière. Et c'est dans l’optique de redynamiser les deux populations de tulipes que Le CPNS et le CNBA lancent une campagne de travaux du sol réalisés par traction animale à partir de 2009.

Les tulipes sont répertoriées comme des plantes messicoles, elles font partie des nombreuses plantes adventices des cultures ayant co-évolué aux côtés des plantes cultivées par l’homme.
Les plantes messicoles ont su se maintenir grâce à des conditions favorables - bien qu’étroitement liées aux pratiques humaines - dans ce qui s’appelait un agro-écosystème. La modernisation des activités agricoles (labours profonds, amélioration du tri des semences, emploi d’herbicides…) a profondément modifié l’habitat de ces espèces au cours du XXe siècle.

En 2009, l'association Hippotese intervient pour une fauche à la motofaucheuse sur les 2 parcelles avec exportation des plantes coupées (herbe et ronces) et pour un labour/sarclage au cheval sur la plus grande des parcelles.


2009, première intervention d'Hippotese avec fauche à la motofaucheuse...


... et exportation des plantes coupées (herbes et ronces) en traction animale.

Comme il s'agit de "recréer" un milieu favorable à la multiplication des tulipes, il faut intervenir durant la phase de repos végétatif des plantes (de juillet à octobre) pour favoriser la séparation des bulbilles des bulbes et permettre leur dissémination. Il faut aussi travailler à faible profondeur (moins de 30 cm) avec des outils à dents ou à soc mais non rotatifs.


L'équipe d'intervention à pied d’œuvre...

Pour tester différentes conditions, il est alors décidé de réaliser 3 types de labour en traction animale, sur 3 bandes différentes d’environ 3 m de large au sein de la parcelle à tulipes : labour seul, sarclage seul, labour + sarclage.


1ère bande labourée à la charrue dite "tourne-oreille" traditionnelle de Savoie...

La première bande est labourée à la charrue dite "tourne-oreille" traditionnelle de Savoie (10 cm de profondeur), la seconde bande est scarifiée avec une sarcleuse extensible à 5 dents "côte de melon" (5 cm de profondeur), la troisième bande est d'abord labourée puis ensuite sarclée (15 cm).


...la seconde bande est scarifiée avec une sarcleuse extensible à 5 dents "côte de melon"


Vue d'ensemble du résultat et du marquage des 3 bandes.

En 2010, au printemps suivant le premier labour, 105 tulipes ont été dénombrées, 21 dans la partie labourée et 84 localisées autour du labour.
L’impact non différencié de ces trois types de labour sur les tulipes au printemps 2010 n’a pas permis de distinguer une méthode plus favorable qu’une autre. Les tulipes sont toujours présentes sur le site mais localisées essentiellement sur le pourtour du labour.

Il n'y a pas eu d'intervention sur les parcelles en 2010.
Au printemps 2011, 39 tulipes ont été observées dans le labour et 22 en périphérie. Une fleur avortée a été observée.

A l'automne 2011, Hippotese intervient de nouveau avec une fauche à la motofaucheuse sur les 2 parcelles avec exportation des plantes coupées (herbe et ronces) et pour un labour/semis sur la plus grande des parcelles.


2011, seconde intervention d'Hippotese qui débute avec la fauche et l'exportation des herbes coupées...

Il a été décidé de labourer au cheval d'un seul tenant les 2/3 de la grande parcelle avec une charrue brabannette réversible (15 cm à 20 cm de profondeur, parfois moins en cas de roche affleurante).


Labour de la grande parcelle à la charrue brabannette...

Une herse triangulaire a été passée sur l'ensemble de la parcelle labourée pour briser les mottes et planéifier le labour.
Une zone a été conservée sans labour.


... hersage à la herse triangulaire...

Des graines de Petit Épeautre, pour recréer un milieu réel de culture de céréales,sont semées à la volée le même jour dans la zone labourée, mélangées aux graines de 20 espèces de plantes messicoles issues de la banque de graines du CBNA. Le sol a ensuite été tassé manuellement.


... et semis à la volée du Petit Épeautre.

NB : Devant l’ampleur de la disparition des plantes messicoles au cours des dernières décennies, la France a du mettre en place un plan national d’actions en faveur de l’ensemble de ces espèces. Des essais sont en cours dans plusieurs départements pour rétablir des pratiques agricoles respectueuses de l’environnement et compatibles avec la conservation de ces plantes. La parcelle de Serpolière constitue dés lors une parcelle expérimentale pour le département de la Savoie en matière de conservation des messicoles.


Vue de la parcelle au printemps 2012 avec une belle implantation de Petit Épeautre et de plantes messicoles...

Au mois d’octobre 2012, Hippotese est intervenu en fauche, labour et semis de Petit Épeautre, sur les même zones mais sans ajout de graines de messicoles.


2012, fauche et exportation...


...labour à la brabannette...


...hersage, semis du Petit Épeautre...


...nouveau hersage de recouvrement.

Les tulipes n’ont pas fait l’objet de comptages spécifiques en 2012. Au printemps 2013, on dénombrait 38 tulipes sur la parcelle.
Plusieurs passages sur la parcelle par le CPNS ont permis de montrer :
- une première phase de développement réussi des tulipes dans la parcelle, essentiellement sur les bords du labour,
- une phase de régression des populations suite à la consommation des individus par les bouquetins.
Aucune floraison n’a ainsi pu être observée en 2012 et 2013.

Le suivi des semis des messicoles a aussi été réalisé sur la parcelle en juin 2012 par le CBNA et juin 2013 par le CBNA et le CEN Savoie.
16 des 20 espèces semées à l’automne ont été retrouvées sur la parcelle labourée.
Quelques taxons (en biologie, synonyme de groupe), les moins abondants sur la parcelle, ont une fréquence très stable entre 2012 et 2013, certains taxons peu représentés en 2012 sont devenus très abondants en 2013, la plupart des taxons ont cependant nettement régressé dans la parcelle en termes de fréquence d’occurrence entre 2012 et 2013.
Les conditions météorologiques de l’année expliquent certainement ces différences de comportement entre les 2 groupes de taxons. Certains peuvent ne pas s’exprimer une année mais rester présents dans la banque de graines du sol alors que d’autres, favorisés par les conditions météo, germent en grande quantité en épuisant la banque de graines. Il est capital que les conditions estivales permettent un développement correct de ces individus et la maturation des graines ; elles permettent ainsi la reconstitution du stock semencier dans le sol.

En octobre 2013, Hippotese est de nouveau intervenu en fauche, labour et semis de Petit Épeautre, sur les même zones.


Toute les équipes (CBNA, Conservatoire, Ass. de Serpolière, Hippotese) sont à pied d’œuvre...

Après le labour à la brabannette et un premier hersage, une collecte manuelle des ronces rampantes très présentes au sol a été effectué avec exportation et mis en tas hors de la parcelle. Des graines de 4 messicoles (Papaver rhoeas, Agrostemma githago, Bupleurum rotundifolium et Legousia speculum-veneris) ont été ajoutées au semis.
Après celui-ci, un nouveau hersage et un roulage a été effectué.


2013, labour à la brabannette...


...de nombreux bulbes sont présents en terre...


...ramassage et exportation des ronces...


...hersage avant et après semis...


...et roulage

En octobre 2014, Hippotese est intervenu sur les même zones en fauche mais sans labour, seulement un double passage (10-15 cm) à la herse canadienne (canadien), suivi d'un hersage, d'une collecte manuelle des ronces, d'un semis de seigle (pour tenter de nettoyer la parcelle des adventices envahissantes), suivi d'un nouveau hersage et d'un roulage.


2014, sarclage au canadien...


...premier hersage et semis de seigle...


...second hersage de recouvrement...


...et roulage final.

Les opérations de labour et de semis de céréales seront poursuivies sur plusieurs années ainsi que le contrôle des résultats au printemps sur les populations de tulipes et de messicoles. Si cette gestion s’avère concluante, elle sera maintenue sur le site. Un nouveau semis de messicoles sera réalisé sur la parcelle dès que des stocks suffisants seront à nouveau disponibles en banque de semences.

Du point de vue de la prestation de service "Traction Animale", on comprend bien l'intérêt du faible tassement au sol mais on voit surtout la nécessaire plasticité des modes d'intervention qui sont au service des scientifiques et évoluent en fonction des résultats des suivis.
Il faut faire preuve d'imagination et proposer une diversité d'outils et de méthodes en fonction des résultats des expérimentations et des tentatives de créer (ou recréer) des milieux favorables aux plantes que l'on tente de réintroduire ou de sauvegarder.

Pour ceux qui souhaiteraient avoir de plus amples renseignements sur les tulipes de Maurienne et leur écosystème, voici quelques pistes :

NB1 : Préconisations de gestion (tirées de "Suivis des transplantations de Tulipa sylvestris L. sur Die", CBNA, août 2013, Stéphanie HUC)
Ces préconisations sont communes aux trois sites sur lesquels ont été faites les réimplantations. Elles sont issues du Cahier des charges pour la gestion de l’espèce à Die (26) (Fort, 2007) qui recommande :

  • un labour de 20 à 25 cm de profondeur à l’automne, réalisé chaque année jusqu’en 2012 afin de favoriser l’installation et le développement des tulipes. Le labour permet de remonter régulièrement les bulbes de tulipes vers la surface sinon les bulbes s’enfoncent d’un à deux centimètres par an, ce qui à long terme menace une population. En effet plus les bulbes sont profonds moins ils sont capables de redémarrer un nouveau cycle chaque automne ;
  • un ensemencement de la culture à l’automne avec de préférence des céréales d’hiver ou des cultures pérennes avec rotation tous les trois ou quatre ans. Éviter les plantes hautes (maïs) pouvant porter préjudice par ombrage aux tulipes. Le semis doit être clair (150 kg/ha ou 1,5 kg pour 100 m²) ou prévoir des trouées où la culture serait moins dense (5 trouées par ha) ;
  • un sarclage (labour inférieur à 10 cm de profondeur) chaque été (lorsque les feuilles sont jaunes) si la culture mise en place le permet. Le sarclage permet la séparation des bulbes mères et des bulbilles et la dissémination des bulbilles ;
  • aucun travail du sol de décembre à juin ;
  • ne pas utiliser d’outils rotatifs (par exemple des cultirotors). Ces engins ‘broient’ les bulbes. Préférer les outils à dents ;
  • éviter les produits phytosanitaires ou n’utiliser, qu’en cas d’extrême nécessité, un désherbant spécifique non nocif à la famille des tulipes (Liliacées) ;
  • limiter les amendements (N, P, K, S).

NB2 : crédit photos :
- jardin botanique de Saverne : http://jardin-botanique-saverne.org/tiki-browse_gallery.php?galleryId=47&offset=72
- Association Hippotese : http://hippotese.fr
- CNBA (Conservatoire Botanique National Alpin).

NB3 : Autres documents à télécharger :

NB4 : un petit film des opérations en 2014, pour se rendre compte en live... :


Tulipes de Maurienne, Serpolière, Saint Julien... par hippotese

lundi 28 octobre 2013

Assemblée Générale d'Hippotese, le dimanche 1er décembre 2013 à Montdenis (Savoie) chez Odile Mouchet et Deny Fady, 9h00

- l'Assemblée Générale d'Hippotese aura lieu le dimanche 1er décembre 2013 à Montdenis (Savoie) à 20 km de Saint Jean de Maurienne, chez Odile Mouchet et Deny Fady, à partir de 9h00.

Comme d'habitude, nous vous attendons dés le samedi 30 octobre 2013 pour regarder le matériel de Traction Animale et assister à quelques démonstrations (si le temps le permet)...

Évidemment nous ferons la fête, tous ensemble le samedi soir, et vous pourrez dormir sur place (apportez duvet, couverture et matelas...).

Il y a aussi possibilité de trouvez des hébergements en gîte sur le village ou en hôtel dans la vallée pour ceux qui préfèrent plus de confort...

Pour la logistique, vous pouvez/devez apporter les spécialités de votre régions que nous partagerons le samedi et le dimanche midi...

Un plat chaud sera aussi proposé par la maison...

Merci de prévenir rapidement pour faciliter l'organisation des couchages et des repas... Tél pour la logistique à Odile : 0651021666.

Montdenis est à 1400 m d'altitude, prévoir les équipements spéciaux...
C'est aussi possible de venir en train (Saint Jean de Maurienne, 73300), prévoir d'arriver plutôt le samedi matin pour qu'on puisse aller vous chercher...
La fin de l'AG et du repas le dimanche est prévue autour de 17h00 le dimanche, on peut être en gare de Saint Jean pour 18h00 le dimanche...

Pour vous mettre dans l'ambiance, une petite vidéo inédite de Ruby, le cheval de la maison, prise lors du chantier école de Montdenis en mai 2013


Débusquage au cheval en montagne, Hippotese 2013 par hippotese

Pour les tablettes et les smartphones...


Débusquage au cheval en montagne, Hippotese 2013 par hippotese

Plan pour venir à Montdenis...

Attention pour ceux qui utilisent un GPS, il faut rentrer "Route de Montdenis 73870 Montdenis, Saint-Julien-Mont-Denis" pour arriver sur la D79A, qui mène après 12 km au hameau de Montdenis, sinon, vous pouvez vous retrouver sur le "Chemin des Ardoisiers" qui n'est pas praticable en voiture...

Quelques photos de la maison et de la yourte (Accueil-Paysan)...

lundi 23 mai 2011

Vidéo4 : 8ème Chantier-Ecole de débardage au cheval à Montdenis, les 2, 3, 4 et 5 juin 2011

Dernière série de vidéos sur le chantier-école 2010...
Retour sur les tests de l'hippotreuil...


Utilisation de l'hippotreuil en débardage au... par hippotese

Seconde vidéo de test de l'hippotreuil lors du chantier-école de Montdenis.
Les charges sont accrochées à un chariot porté par un câble. Ce chariot est tracté en monté par les chevaux
Il s'agit dans ce cas, d'éviter aux chevaux de passer sur une portion de chemin très glissante et étroite et en même temps de maintenir les charges latéralement tout en limitant leur frottement sur le sol.


Test de l'hippotreuil en débardage au cheval 3 par hippotese

Troisième vidéo de test de l'hippotreuil lors du chantier-école de Montdenis (2010)
Arrivée des charges sur la place de dépôt...
Comme d'habitude, les meneurs et chevaux débutants sont assistés dans leur apprentissage...

dimanche 22 mai 2011

Vidéo2 : 8ème Chantier-Ecole de débardage au cheval à Montdenis, les 2, 3, 4 et 5 juin 2011

La suite des vidéos du 7ème chantier-école d'autoformation au débardage en forte pente (2010) à Montdenis (Maurienne, Savoie).

Ces 2 vidéos montrent des mesures d'effort au dynamomètre électronique par Hervé, Pierrot et thierry...


Mesures-d'effort-au-dynamometre 2 par hippotese

Mesures d'effort au dynamomètre sur un débardage à la poulie de retour... Le cheval tire un câble (d'une cinquantaine de mètres) qui passe par une poulie de retour pour remonter un arbre d'un talus en contrebas.
Le dynamomètre est accroché juste derrière le cheval, entre le câble et le palonnier, et envoie ses mesures par radio à un ordinateur qui enregistre en continu les données...


Mesures-d'effort-au-dynamometre par hippotese

Autres mesures au dynamomètre... Mesures relevées : 80 à 100 kg en traction continue, 350 kg en cas de choc...

jeudi 20 mai 2010

Chantier-école de Montdenis 2010, premières photos d'Alex Modesto...

Comme vous l'avez sans doute vu, le temps sur la France ce week-end de l'Ascension 2010 a été particulièrement maussade, et bien en Savoie, en Maurienne et en particulier à Montdenis, il a été carrément pourri...

Je n'ai pas souvenir qu'il soit tombé autant d'eau en 4 jours...

Malgré celà, et grâce à la bonne humeur de tous les participants (que je remercie ici de leur présence) et au courage de nos fidèles "destriers" qui ont appris le patin à glace ou plutôt à boue, nous avons pu réaliser toutes les expérimentations que nous avions programmé...

Alex Modesto, avec ses talents d'artiste photographe, nous a envoyé quelques clichés qui résument bien les conditions météo du jeudi 13 mai 2010... Merci à lui...

Toutes les photos du "Débardement Day" de Montdenis d'Alex Modesto...

Je vous mets sur le blog bientôt, d'autres photos et quelques films plus techniques...

samedi 17 avril 2010

7eme Chantier-Ecole de Montdenis (Savoie), les 13, 14, 15 et 16 mai 2010

Comme chaque année, Hippotese organise le chantier-école annuel de Montdenis (73) pour le week-end de l'ascension qui tombe cette année les 13, 14, 15 et 16 mai 2010...

A priori au programme cette année "traîneau, traîneau à roues, traîneau à brancards" en plus des habituels exercices de débardages en forte pente, travaux à la poulie et mouflage...

Pour vous donnez une petite idée de l'ambiance, voici quelques photos (129 exactement) du 6ème chantier de 2009. Merci aux participants et aux photographes...

Vous pourrez aussi retrouver quelques petites vidéos en cherchant "chantier-école 2009" dans le module de recherche du blog ou sur le compte dailymotion d'Hippotese ou cherchez sur dailymotion : "hippotese débardage 2009"

Objectifs des chantiers-école : Ce sont des chantiers d'autoformation au débardage et d'échanges de pratiques, ouverts à tous les membres et futurs membres de l'association (les personnes non à jour de leur cotisation devront s'acquitter, le 1er jour, de leur 20 € pour une question d'assurance).

Difficulté : Le chantier ou plutôt l'ensemble d'activités proposées sont de difficultés diverses, sans contraintes de résultat et donc idéal pour de l'auto-formation.

Chaque chantier permet de tester des nouveaux systèmes de débardage, d'accrochage, de traction, des poulies, faire des mesures au dynamomètre, échanger des idées, des techniques...
Apporter vos prototypes de matériel, harnais... On les testera...

L'accueil : Vous êtes accueilli (gratuitement) chez Deny Fady et Odile, à 1400 m d'altitude, (dans un dortoir et une salle commune de la ferme), prévoyez duvets et couvertures, les nuits peuvent être fraîches (et tentes si vous voulez).

Vous pouvez (devez) apporter vos spécialités, pour manger, boire (on apprécie les bons vins et les bières belges) et faire la fête... (animation musicale et chants sont au programme).

Les chevaux : Il est souhaitable d'avoir une dizaine de chevaux dressés au travail (pas forcément au bois), vous pouvez donc amener votre compagnon et son harnais (collier, porte-traits, traits et palonnier à prévoir, mais on peut vous prêter un palonnier). Vous devez prévoir la nourriture (foin et compléments) de vos chevaux, mais ceux-ci auront une pâture à coté du chantier à disposition.

Les débardeurs en traction animale, professionnels ou semi-professionnels de la région, sont aussi les bienvenus, s'il veulent se faire connaître.

Ce genre de manifestation intéresse toujours le milieu forestier (ONF, Parcs, Conservatoire naturel, Donneurs d'ordre) et la ppresse, et c'est aussi le but de ces chantiers collectifs que d'aider les meneurs qui vivent du cheval.

Si vous souhaitez participer seul ou avec votre cheval, vous devez contacter Deny fady par mél de préférence : hippotese@free.fr ou au 04.79.59.65.50 pour vous inscrire...

Plan d'accès à Montdenis ici...

Voici quelques photos de 2009, les autres ici...

lundi 13 juillet 2009

Culture du safran en traction animale avec Solidart

A l'invitation de Solidart, Hippotese est allé participer à l'inauguration de la vigne et la safranière de Saint Julien Montdenis (Savoie)...

Je vous laisse lire les 2 articles parus à cette occasion dans la presse locale (merci à Alex)...


Le Safran et la vigne pour un territoire, article du Dauphiné Libéré du 5 juillet 2009, de Christine Treilles


Avec Solid'art, La vigne et le Safran sont de retour, Article de La Maurienne, du 9 juillet 2009, de Magalie Julliard

lundi 24 décembre 2007

Le Père Noël arrive à Saint Julien Montdenis

Après le Téléthon, il y a 15 jours, le Comité des Fêtes de mon village, Saint Julien, m'a demandé d'accompagner avec Castille, le Père Noël pour la fête de la châtaigne (Saint Julien Montdenis est jumelé avec un village italien producteur de châtaignes) qui est l'occasion d'une fête villageoise conviviale qui réunit petits et grands...

J'ai évidemment répondu "oui", en plus ils se chargeaient de préparer la calèche et je dois dire que leur décoration était vraiment très réussie.
Pour la petite histoire, c'est un simple onduleur informatique qui alimente les 2 guirlandes électriques (autonomie 20 mn environ)

Je vous joins quelques superbes photos d'Alex Modesto, vous trouverez l'album complet sur Flickr ici
Merci à lui...

Lire la suite...