Hippotese, Le cheval de Travail

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

jeudi 3 janvier 2013

Hippotese vous souhaite une bonne année 2013


Le muletier Johao, le mulet Muntanya et Hippotese vous souhaitent une Feliç any Nou 2013...


dimanche 6 juin 2010

Journal L'indépendant (Perpignan) : Viticulture : traction animale ou désherbants, il faut choisir... (Revue de presse)

Voici un article du journal "l'indépendant.com du 25 mai 2010, que m'a fait suivre Jérémy Fady.

Jérémy se pose, à juste titre à mon avis, des questions sur la teneur des infos diffusées, je ne doute pas que nos amis "prestataires en vigne" sauront compléter ou corriger celles-ci si besoin...

Peutêtre, est-ce une bonne nouvelle pour la Traction Animale, à condition, quand même, que cette mutation se fasse avec les producteurs et non contre eux...



Je vous ai mis une petite photo de Franck Gaulard, prise en 2006, prés de Perpignan (Photo D. Fady)

PERPIGNAN Viticulture : traction animale ou désherbants, il faut choisir...

Le cliquetis des harnais et la démarche assurée du laboureur vont-ils refaire leur apparition à Banyuls et dans les Fenouillèdes ?
C'est parce qu'il va falloir trouver une alternative aux désherbages chimiques qu'éleveurs cerdans de chevaux lourds et viticulteurs du cru Banyuls se sont retrouvés à l'occasion d'une journée organisée par la Chambre d'agriculture des P.-O. Car comment faire pour entretenir, à l'avenir, ces parcelles en pente, non mécanisables au tracteur et bientôt interdites aux désherbants ?
Le mulet, à condition qu'il soit dressé pour effectuer ce genre de travail, peut répondre à cette préoccupation, même si le coût de son utilisation demeure très élevé. En effet, selon Eric Noémie, technicien agricole sur le cru Banyuls, "l'enjeu est important car, considérant les zones de captage sur le cru, il faut s'attendre à une pression importante de la part de l'administration dans les années à venir pour que soient limitées les utilisations de désherbants. Mais il faut savoir qu'au-dessus de 40 % de pente initiale, les terres ne sont plus labourables par traction animale. Sur Banyuls, cette superficie correspond à la moitié du cru. Il faut considérer que seulement 1 700 hectares pourraient être concernés, sachant que, si l'on tient compte du revenu viticole actuel, 80 % des vignerons ne peuvent accéder à ce type de reconversion car la traction animale est très exigeante en main- d'oeuvre et en temps de travail". Lorsqu'il faut à un agriculteur deux heures de temps pour labourer en plaine un hectare de terre, il lui en faut vingt avec un mulet pour la même surface sur des terrains accidentés comme ceux des Fenouillèdes ou du cru Banyuls.

Une enquête lancée Le but de ces rencontres et du travail accompli autour de cette démarche vise donc la mise en place d'une Mesure agri-environnementale territorialisée (MAET) avec aide de l'Europe et de l'Etat.
S'ils sont actuellement une vingtaine de viticulteurs, tous installés en cave particulière, à utiliser le mode de traction animale pour entretenir leurs vignes, afin de mieux appréhender l'opinion des professionnels, la Chambre d'agriculture vient de lancer une enquête auprès de 100 vignerons. Car si l'émulation semble vérifiable auprès des producteurs bio, la viticulture conventionnelle, au regard du coût généré par cette pratique, demeure encore bien réticente.
D'autant plus que, notamment sur le cru Banyuls, revenir au labour impliquerait le nécessaire retour à un entretien accru des murettes.

Contraints aux exigences environnementales dictées par Bruxelles nos vignerons vont donc devoir s'adapter une fois de plus. Avec, cette fois-ci, une démarche qui peut séduire mais qui demeure plus que jamais conditionnée par le revenu du producteur.

Jean-Paul Pelras

vendredi 15 janvier 2010

Balade web au pays des mules et mulets de montagne...

Suite à l'article sur la comparaison entre mules et hélicoptère, j'ai recherché dans mes archives quelques liens en France sur l'usage des mules et mulets en montagne.

J'ai trouvé le site tetedemule.org qui est basé dans le Vercors.
On y trouve en particulier un intéressant article sur l'histoire des mules et des mulets d'où j'ai tiré les 2 photos historiques qui agrémentent cet article (merci à eux).

Il y a aussi le site trekking-mont-blanc.com, basé en Haute Savoie.
On y trouve en particulier un intéressant article sur les différences psychologiques "Ane Mulet Cheval"

Et puis le site sherpane.com en Chartreuse qui propose entre-autres de portages muletiers pour des chantiers en altitude...

Si vous avez d'autres contacts ou sites de professionnels qui proposent du battage en montagne avec des mules, écrivez-nous le dans un commentaire...

jeudi 14 janvier 2010

Comparatif Mules-Hélicoptère pour le ravitaillement des refuges de montagne

Restons dans les mules... Hervé Jourdain nous avait posé la question de la comparaison : mule/hélico, il y a plus d'un an...

Jérémy Fady nous a fait suivre un lien vers le site italien http://ecoalfabeta.blogosfere.it sur un comparatif entre ces 2 modes de transport...

c'est en italien mais c'est très intéressant de savoir qu'un hélicoptère transporte la charge de 17 mules mais utilise la puissance de 540...

Je vous ai fait une traduction de l'article en français (approximative, je ne parle pas un mot d'italien, j'ai simplement utilisé google-translate, j'espère ne pas avoir écrit trop de bêtises...


Une carte-postale de 1900 dans Les Pyrenées


La mule et l'hélicoptère
Article de Mark Pagani à 08:03 dans la rubrique "les énergies renouvelables" du site : http://ecoalfabeta.blogosfere.it

Nous revenons sur le sujet de la mule (après avoir introduit celui-ci dans l'article "Les Mules de l'Olympe" Muli Olympus).

Les mules ont été utilisés pendant des siècles pour transporter des charges sur les routes et chemins (muletiers) de montagne.

Il paraît alors opportun de comparer cet ancien moyen de transport avec la technologie la plus avancée disponible pour l'humanité : l'hélicoptère.

L'Hélicoptère a (une histoire de) plus de 60 ans depuis le premier vol d'exploitation fait par Igor Sikorsky en 1940.

On peux juger la comparaison injuste ? Eh bien, n'oubliez pas la fable du lièvre et la tortue...


source : http://ecoalfabeta.blogosfere.it

Le tableau ci-dessus résume les performances typiques d'un mulet (certaines sont tirées du site du journal Rural Heritage, d'autres, je les ai reçue du directeur du refuge du mont Olympe qui est ravitaillé par des mules).

J'ai comparé avec l'hélicoptère Ecureuil AS350, qui est fréquemment utilisé dans les opérations de transport en montagne (les données utiles sont issues de la brochure du fabricant et de Wikipedia qui confondent le poids utile et maximum).


Photo : hélicoptère Ecureuil AS350, source Wikipedia

Les chiffres ci-dessus nous montrent que l'hélicoptère transporte la charge de 17 mules, mais utilise la puissance de sortie de 540 !

Bien sûr, en plus ou moins en cinq minutes au lieu de 3/4 d'heure (et pourquoi être si pressé ?) mais utilise environ deux fois plus d'énergie par kilogramme de fret.

Ils montrent également (et c'est le péché le plus grave à mon avis) que l'hélicoptère utilise une source d'énergie non renouvelable qu'il consomme goulûment (environ 150 kg par heure !).

En résumé, l'hélicoptère devrait être utilisé pour les transport qu'une simple mule n'est pas capable d'effectuer et où la rapidité est essentielle (secours en montagne).
Sinon, à quoi bon gaspiller du pétrole ? Une Couverture et un bât et... zou !


Les commentaires du site sont aussi à lire avec intérêt...

1. Znarf Mercredi 13 Septembre 2006 heures 23:53

La consommation d'énergie du système de l'hélicoptère est en réalité bien supérieur à ce qu'il semble considérer le combustible simple.
L'hélicoptère nécessite une certaine quantité d'énergie pour être construit, il faut des matières premières (plus d'énergie pour les extraire, les transporter et les transformer), exige des années d'études consommateurs (et) par l'ingénieur qui a conçu, le pilote qui le guide lui et le technicien qui est responsable de l'entretien, il a besoin d'un héliport (de l'espace, peut-être des terres agricoles qui deviennent improductives).
Remontant la chaîne de l'hélicoptère, l'histoire de chaque composant, l'histoire des gens qui consacrent et qui ont consacré leur temps, vous pourriez marcher un long chemin de la matière et des connaissances qui se propage de façon exponentielle, en passant, passage.
Cette observation s'applique non seulement à l'hélicoptère, mais l'objet pratiquement tous dans la vie quotidienne: la quasi-totalité provient de la complexité et l'interdépendance des réseaux de production d'une économie avancée. La question que je pose est donc la suivante : ressources énergétiques, l'engagement, de vastes déployés pour créer un objet complexe comme un hélicoptère, où la nature a déjà préparé une solution, certes partielle, mais beaucoup plus facile à gérer et à utiliser: il y a un point où le jeu ne vaudra plus que la chandelle ? (Bien sûr, l'hélicoptère est un exemple paradigmatique : les mêmes considérations s'appliquent à des dizaines de milliers d'autres produits, matériels ou immatériels tels qu'ils sont, l'économie moderne ...)

2. Daniele Hosmer Zambelli, Mardi 28 Novembre 2006 heures 13:40

Je soutiens pleinement la réutilisation du mulet pour le transport à haute altitude, mais je dois souligner que pendant que l'hélicoptère lorsque les exigences d'entretien est encore très faible, le mulet mange tous les jours, et que les coûts devraient être transportés d'une certaine façon mis en évidence . C'est clair que le problème est résolu en fournissant suffisamment d'emplois pour absorber ces coûts, mais vous ne pouvez pas ne pas en tenir compte en faisant des comparaisons économiques avec un moyen mécanique.

3 . Marco Pagani , Mardi 28 Novembre 2006 heures 22:29

Bien sûr, je suis d'accord avec le fait que la mule doit manger de la consommation quotidienne d'énergie ne devrait pas être supérieur au 40 000 kcal (a besoin d'un cheval affecté à un travail pénible), ce qui équivaut à 167 MJ. Cette quantité d'énergie équivalente à environ 3,8 kg d'essence, soit environ 5 litres est la consommation de deux minutes de vol d'Ecureuil »... En outre, l'hélicoptère ne l'est déjà beau »et faire, mais il faut de l'énergie de construire, et même beaucoup. Cette énergie comme il devrait être amorti sur la durée de vie utile de l'hélicoptère, qui se déplace ou est stationnaire.
Je pense que la chose que nous visons toujours le mulet gagne toujours en termes de durabilité ...

4. mongiardino francesco, dimanche 13 Luglio 2008 heures 18:24

Je me demande si une mule est facile à diriger, à nourrir. Dans le cas d'une randonnée d'une semaine, l'herbe des prairies alpines suffit-elle à son entretien. la nuit ne sont pas capables de se lier comme vous peur Scape (intraduisible NDLR). Je demande tout celà parce que je suis un amoureux de la montagne, mais étant donné l'âge que j'ai, je n'ai plus la force avec mes jambes pour m'attaquer à certaines collines et certaines routes. Je vous remercie de bien vouloir me donner des réponses et en attendant, je vous envoie mes salutations

5 . Marco Pagani, dimanche 13 Luglio 2008 heures 23:16

I comme des mulets, mais au fond ne les connais pas.
Vous pouvez monter, comme nous le voyons sur l'image du poste Mont Olympe, mais je ne sais pas si le trajet est confortable.
J'ai vu des mulets attachés et attachés à l'abri sur le mont Olympe, donc je pense que vous pouvez lier. Je ne peux pas dire plus, mais je peux me référer à ce lien sur la mule dans le monde des Alpes, où il ya quelques informations intéressantes.
Modifier les informations que vous mai contacter les éditeurs de la http://mulo.it site, ou de la British-Mule Society.


dimanche 25 octobre 2009

La 7eme Rencontre des Muletiers aux Contamines Montjoie (74), le samedi 17 octobre 2009

Pour la 7ème année consécutive, Les Contamines Montjoie (Haute Savoie) recevait la, désormais habituelle, rencontre des muletiers...


De grosses et jolies mules (issues de percherons je crois) qui venaient du Vercors... (photos Deny Fady)

Toujours un froid sibérien, malgré un rayon de soleil le matin, et même quelques flocons de neige en fin d'après midi...
En fait, une fois bien équipé, la chaleur de la rencontre (et quelque vins chauds plus tard) compense largement la "tiédeur" du climat...


...Peu d'animaux semblent habitués à un travail régulier, ce qui n'est pas le cas de cette mule fort courageuse... (photo Deny Fady)

Cette année, il m'a semblé qu'il y avait un peu moins de mulets qu'il y a 2 ans en arrière.
C'est le problème des races à faible effectif, qui, en plus, pour celle des mulets, ne bénéficient pas du réservoir de l'élevage pour la viande, (qui a sauvé et sauve encore toutes nos races de trait).

La raréfaction des usages traditionnels (en particulier agricoles et forestiers) avec la disparition des petites fermes familiales et le balbutiement des nouveaux usages comme le bâtage touristique (où l'âne plus facile à mener vole la vedette au mulet) inquiète tout le monde...

Comme dit fort justement Serge Tuaz : "Si on n’utilise pas les mulets… un jour, il n’y en aura plus !"

Pourtant les éleveurs présents font un gros travail d'élevage même si peu d'animaux semblent habitués à un travail régulier.


...un gymkhana assez difficile... (photo Deny Fady)

Il y avait quelques très jolis modèles et surtout un gymkhana assez difficile avec passage sur un tas de bois, franchissement d'un fossé plein d'eau, passage sur une bâche plastique, divers franchissement de troncs couchés, arrêt à une porte de parc électrique, passage étroit, monté des 4 pattes sur un tabouret de cirque, serpentine, calme devant un pulvérisateur...

Peu d'animaux auront fait un sans faute à cet exercice...


...un gymkhana assez difficile... (photo Deny Fady)

A voir aussi une jolie collection de collier et divers vendeurs de matériel et harnais (de l'armée suisse en particulier), j'ai trouvé de beaux sacs en toile de jute de 1930 pour envelopper les charges sur les bâts.

Merci à Cécile et Manu Demargne, Raphaelle Cardinal et Serge Tuaz pour l'énergie passée et la bonne humeur.


Une des rare démonstration de travail du sol... par Nicolas Greff (photos Deny Fady)

L'ensemble de mes photos ici...

vendredi 23 octobre 2009

Fête de la Descente des Alpages à Annecy (Haute Savoie), le 10 Octobre 2009

Le samedi 10 octobre, j'étais invité à rejoindre des amis chanteurs Haut-Savoyards (rencontré à Valloire) à la fête de la descente des alpages d'Annecy.

Je n'étais jamais allé à cette fête qui se déroule chaque année, le 2ème samedi d'octobre et réunit plusieurs milliers de participants et visiteurs de France, Suisse et Italie...


La famille Tuaz mène la dance... (photo Deny Fady)

Cette manifestation est organisée par l'association Annecy Traditions, qui la décrit ainsi :

  • C'est une journée entière consacrée à l'artisanat traditionnel, aux mets anciens, aux odeurs oubliées, aux sons des cloches des troupeaux, des chants et des danses d'autrefois.
  • Cette fête est naturellement interactive, ludique et patrimoniale avec le défilé des animaux et des groupes dans la ville.


Les oiseaux de bois traditionnels savoyards... (photo Deny Fady)

J'avoue avoir été impressionné par les stands des métiers traditionnels et par le défilé qui circule au milieu d'une foule compacte dans les rues du vieux annecy (la venise savoyarde) sur plusieurs kilomètres.


Une ânesse "baudet du Poitou" et sa petite "trousse" de foin... (photo Deny Fady)

Les troupeaux de vaches et d'oies, en liberté au milieu du public, des ânes, des mulets ou des chiens bâtés, des chevaux et leur chariot, des musiciens, des cloches, des chanteurs...

Une ambiance vraiment sympathique et bon enfant, très émouvante, vue depuis l'intérieur du défilé où je menait en main une belle ânesse "baudet du Poitou" (et sa petite "trousse" de foin, merci Didier pour l'idée) derrière mon groupe de "compagnons chanteurs" (dont je n'ai malheureusement pas retenu les noms), lui-même précédé d'une gerbière joliment décorée, conduite par un splendide et placide percheron...


La joyeuse équipe des chanteurs savoyards... (photo Deny Fady)

Je vous ai fait quelques photos (plus de 130) des vieux métiers (en particulier la machine à tailler les sabots, l'alambic ou le rouet à tourner le bois...) et des photos d'animaux qui donneront sans doute des idées sympas (les bâts avec les cages à poules et à lapins, les caisses, le chien attelé...) à nombre d'entre vous...


Des bâts avec les cages à poules et à lapins... (photo Deny Fady)

L'ensemble de mes photos ici...

Un reportage vidéo de la fête de 2007 par TV8-Mont-Blanc (pour l'ambiance)

samedi 12 septembre 2009

7eme Rencontre des Muletiers aux Contamines Montjoie (Haute Savoie), samedi 17 octobre 2009


Une vue de la rencontre en 2007 (photo D. Fady)

Nicolas Greff, notre spécialiste ès mule, m'a fait suivre cette info :
Comme chaque année, depuis 7 ans, aura lieu le 3ème samedi d'octobre (le 17), la Rencontre des Muletiers aux Contamines Montjoie (74).

L’objectif de la manifestation consiste à promouvoir la production et l’utilisation du mulet et de l'âne en montagne en encourageant les échanges entre les muletiers. Cette manifestation permet la découverte des différentes activités réalisables avec ces animaux. Foire le dimanche et nombreuses animations complètent cette journée.

Cette année, la rencontre aura lieu de nouveau à proximité de « Notre Dame de la Gorge » (aux abords du centre équestre). L'idée de labelliser un modèle "Mulet des Alpes" ou "Mule de Savoie" fait son chemin pour promouvoir un mulet aux gabarits adaptés aux pays de montagne.

Au programme de cette 7ème Rencontre :

Vendredi 16 octobre 2009 :
17h00 ( à partir de) : accueil des mules et muletiers au centre équestre à Notre Dame de la Gorge (Contamines M.)
19h30 : fondue savoyarde à l'espace animation, déroulement de la journée et inscription des animaux


Une présentation de Bât lors de la rencontre en 2007 (photo D. Fady)

Samedi 17 octobre 2009 :
7h30 ( à partir de ) : accueil des muletiers et animaux (mules, mulets, bardots, ânes, chevaux, ...). Petit déj. Inscription des animaux
9h30 ( à partir de ) : présentation des différentes catégories d'animaux sous forme d'un concours "modèles et allures", en vue du projet de reconnaissance de la "Mule des alpes".
12h00 : repas pris sur place


Le concours en 2007 (photo D. Fady)

14h00 ( à partir de ) : épreuve de bâts ouverte à tous les muletiers sous forme d'un gymkhana en milieu naturel et démonstration de travail avec ânes et mulets (Il faut venir avec ses initiatives !)
17h30 : vin d'honneur

Pour la soirée : repas et bal à l'espace animation (payant)

Dimanche 20 octobre : foire de Saint Gervais avec un défilé d'animaux

Inscription avant le 9 octobre 2009 à
Cécile DEMARGNE
124 chemin du Champelet
74170 LES CONTAMINES MONTJOIE
06 76 61 86 83
cecile.demargne@wanadoo.fr

Et pour les soucis de transport d'animaux, des questions techniques, tel Serge TUAZ : 06 08 26 85 95


François Barchon (belgique) qui fut l'invité d'honneur de la rencontre en 2007, ici au concours de débardage de Montagny (photo Nicolas Greff)

Pour votre info, des photos de la Rencontre des Muletiers en 2007 ici.

lundi 16 mars 2009

Des nouvelles de l'Ecole des Mulets d'Olivier Courthiade...

Oui je sais, ce ne sont pas des nouvelles très neuves...

Mais nous vous avions promis un bilan complet pour justifier de l'usage de vos dons...

Nous savions par la bande que le sauvetage de l'Ecole des Mulets de Meras Nescus (Ariège) avait réussi, mais nous n'avions pas d'infos officielles n'ayant pas pu nous rendre sur place le 30 août 2008, lors de la première rencontre des amis de la SCI Méras...


Une visite à Méras avec les "CS Utilisateur Professionnel de Chevaux Attelés" de Montmorot (39) en 2006, (Photo Deny Fady)

Nous avons reçu quelques documents fin janvier 2009 et nous vous en faisons profiter aujourd'hui...

Pour ceux qui n'aurait pas tout suivi, voici quelques infos que nous avions diffusé sur le blog d'Hippotese...

Visite, à Meras, avec les CS "cocher" (Utilisateur Professionnel de Chevaux Attelés) en 2006.

Les photos de cette visite et le premier appel à dons...
Proposition pour mutualiser les dons...
1er bilan provisoire des dons...
2eme bilan des dons...
Après celà et compte-tenu de l'urgence, Hippotese a plongé dans sa caisse pour ajuster le montant des dons à 2 parts, soit 1600 €...


Ça y est, la SCI existe et jusqu'en 2107... Ça laisse un peu de temps...


Un article de France-Soir, du 4 septembre 2008, qui rappelle les faits...

Le discours d'Olivier lors de la première rencontre des amis de la SCI Méras en août 2008 :




Hippotese est fière, grâce a vos dons, d'avoir participé, à sa petite échelle (deux parts de 800 €), à ce projet de SCI pour que vive l'Ecole des Mulets...

Il s'agit d'ailleurs de continuer à œuvrer dans ce sens, et si l'envie vous prend d'aller en Ariège, Olivier Courthiade a installé un gîte à Méras, et fait, parait-il, super bien la cuisine...
Il organise aussi des stages de formations au menage des boeufs, des ânes et des mulets...
Je vous ai fait un PDF de sa plaquette (avec l'adresse de son site web corrigée) ici

Vous pouvez aussi le contacter ici : École des mulets de Méras,
Olivier Couthiade
09240 Nescus
Tél/fax : 05 61 64 50 66 (avant 9h00 et après 21h00)
Site web : http://ecole.des.mulets.free.fr (pas toujours très à jour, mais il y a quelques infos intéressantes...)

vendredi 26 octobre 2007

5ème Rencontre des Muletiers aux Contamines Montjoie (74), octobre 2007 (les photos)

Nous avons été invité par l'Association de La Foire de Saint Gervais (Haute-savoie) à organiser un petit concours de débardage lors de la 5ème Rencontre des Muletiers le samedi 20 octobre 2007.

Plus de 70 mulets, une trentaine d'ânes étaient présents...

Il y avait un concours modèle et allure, un gymkana (concours de docilité) et notre petit concours de débardage qu'une dizaine de concurrents ont osé tenter.

Il y avait aussi quelques exposants de bourrellerie, de produits locaux et une jolie collection de colliers anciens...

Le froid de canard n'a pas découragé la dizaine de membres d'Hippotese présents qui dés le lever du jour ont monté le parcours...

L'accueil a été très chaleureux de la part de la "petite" équipe organisatrice qui fait preuve de beaucoup de courage pour monter cette 5ème rencontre et œuvrer à la reconnaissance future d'un "mulet de Savoie".

Quelques photos de la fête en apéritif...

Lire la suite...

samedi 13 octobre 2007

5ème Rencontre des Muletiers aux Contamines Montjoie (74), le samedi 20 octobre 2007

L’Association de la Foire Agricole de Saint Gervais (l'AFASG) organise la 5ème Rencontre des Muletiers aux Contamines Montjoie (74), le samedi 20 octobre 2007.

Depuis 2003, nos amis Haut-Savoyards, organisent un concours de présentation de mulets avec l'objectif à terme de faire reconnaître "le Mulet de Savoie".

Cette année, Hippotese a été invitée par l'AFASG et a été chargée d'organiser un parcours de débardage, dont l'objectif est de mesurer la docilité, le niveau de dressage et le rapport de confiance animal-meneur.

Vous êtes cordialement invités à nous rejoindre, pour voir la centaine de mulets présents (et des ânes aussi) et nous donner, si vous le voulez, un coup de main pour l'organisation...

Et dans tous les cas, pour partager le verre de l'amitié...

NB : Cette rencontre sera suivie de la foire agricole à Saint Gervais (74), le dimanche 21 octobre 2007.

Les 2 dossiers de presse des 4ème rencontres en 2006 au format pdf (attention c'est un peu lourd : 1,4 Mo et 3,8 Mo) ici :

mulet-contamines-2006-dossier-de-presse.pdf (11pages 1,4 Mo)

mulet-contamines-2006-dossier-de-presse-2.pdf (52 pages 3,8 Mo)

mercredi 3 mai 2006

Histoire de Mulet

Comme je vous le disais dans un précédent billet, nous sommes allés en voyage d'étude dans Les Pyrenées avec les CS Cocher du CFPPA de Montmorot. Nous avons eu l'occasion de rencontrer Franck Gaulard, prestataire en vigne qui utilise les mules d'Olivier Courthiade (l'Instituteur de l'Ecole des Mulets de Meras, Nescus en Ariège, comme dit FR3) que nous avons visité aussi.

Ces 2 passionés ont su nous montrer in-situ les qualités de ces animaux souvent mal aimés (parce que mal connus).

Nous diffuserons bientôt de nombreuses photos et un compte-rendu de ce voyage, mais en attendant, en préparant ce dernier, je suis tombé sur un ouvrage : La grande histoire du mulet, (isbn 2-9508486-5-6, 192 p, 15€) édité par Adolphe Guénon en 1899 et ré-édité par Jacques Clouteau en 1999.

Comme dit Olivier C. "la culture est dans les livres", il faut lire, lire...
Merci à lui et à tous ceux qui font que la connaissance liée à nos fidèles compagnons ne disparaisse pas.

Pour trouver le livre : La grande histoire du mulet
Des extraits et l'introduction d'Olivier Couthiade
Merci au site de référence sur les ânes et les mulets, plein d'adresse et d'infos : http://www.bourricot.com


photo DF