Hippotese, Le cheval de Travail

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

samedi 24 septembre 2016

Les Quatrièmes journées de la Traction Animale en Rhone-Alpes, à Sciez sur Leman (Haute Savoie), les 8, 9 et 10 octobre 2016

Rappel à tous...

Les Quatrièmes journées de la Traction Animale en Rhône-Alpes à Sciez sur Léman (Haute Savoie) auront lieu les samedi 8, dimanche 9 et lundi 10 octobre 2016...

Ces journées sont organisées par Françoise Dulac, l'association la Bande à PoPo et le RRATA avec le soutien de la ville de Sciez.

Le Réseau Rhône Alpes de Traction Animale organise un colloque la matinée du lundi.

Le programme complet ci-dessous...

Samedi 8 octobre à partir de l6h :

- Bodéga : "à la découverte des artistes locaux"
- A partir de 19h30 : Menu Alsacien avec "la poêle géante"
- 20h30 spectacle avec "les Comtois en Folie"

Dimanche 9 octobre à partir de 10h :

- Démonstrations et animations autour de la Traction Animale.
- Vide-sellerie ouvert à tout équipement.
- Promenades en attelage, buvette et petite restauration sur place.
- 18h Apéro concert "Acoustic Gang"

Lundi 10 octobre à partir de 9h30 :

- 9h30-11h30 : Colloque : Chevaux Territoriaux, une énergie d'avenir pour une démarche environnementale et sociale.
- 11h30 : un vin d'honneur offert par la municipalité.
- 13h30 : présentations et démonstrations de matériels innovants.

Plus d'infos sur le blog : http://tractionanimalesciez.wordpress.com dédié aux journées Traction Animale.

Le programme détaillé sera mis à jour au fur et à mesure de l'avancement de l'organisation des journées 2016.

vendredi 19 août 2016

Le "Datafficheur", un système de Suivi "Temps Réel" des Efforts en Traction-Animale (3ème partie)

Voici une petite présentation informatique du projet "Datafficheur" que j'avais préparé pour l'Assemblée Générale de la FECTU (en Espagne) ce printemps 2016.

J'ai mis à jour ces diapos avec les dernières avancées de ce travail de recherche pour ceux qui ne pourront pas venir à TraitComtest (et voir de visu l'appareil, qui va sans doute faire causer un peu...) et qui ont été intéressés par le billet précédent (ici).

Bien sûr, sans toutes les explications orales, il manque peutêtre quelques infos mais je pense que l'ensemble est compréhensible (sinon, posez vos questions dans les commentaires...).



























Et bien sûr, la présentation complète en pdf ici...

mercredi 17 août 2016

Le "Datafficheur", un système de Suivi "Temps Réel" des Efforts en Traction-Animale (2ème partie)

Nous vous avons un peu oublié cet été sur le blog, la moyenne d'un billet par semaine n'a pas été respectée, et puis pas d'HippoNews, et le site Hippotese.fr toujours en panne...

Rassurez-vous, nous étions simplement un peu occupé ailleurs car pour beaucoup, c'est la pleine saison : foins, légumes, vignes, tourisme...

Mais nous n'avons pas non plus chaumé sur l'avancement de nos recherches hippotésiennes...

Nous avons, entre autres, beaucoup progressé sur le projet "Datafficheur" dont nous avons déjà parlé dans un précédent billet (ici).

Comme le Datafficheur doit être présenté au trophée européen de l'innovation à TraitComtest, j'ai dû écrire un petit texte de présentation que je vous livre, brute de décoffrage...


Titre du projet : Le "Datafficheur", un système de Suivi Continu et "temps réel" des efforts en Traction-Animale.

Domaine d’intervention : Attelage, travail du sol, débardage... La traction des animaux de trait en général.

Résumé du projet : Le Datafficheur est un appareil réunissant :

1 Un système d'affichage double porté par le cheval et visible, depuis l'arrière, guides en main par le meneur. Cet afficheur doit indiquer en temps réel la valeur moyenne et la valeur maxi de l'effort de l'équidé

2 Un capteur dynamométrique porté par l'animal (placé sur l'un des avant-traits du cheval ou sur le palonnier par exemple.)

3 Un automate programmable chargé de la réception des données du capteur, de leur traitement et de la gestion de l'affichage.

Genèse du projet : Depuis l'origine d'Hippotese, nous avons toujours voulu connaître, de manière "non empirique", les efforts auxquels nous soumettons nos chers équidés... Nous avons, pour cela, testé de nombreux dynamomètres.

Nos conclusions : Les dynamomètres à lecture directe existants sont difficilement lisibles par le meneur pendant le travail et les appareils à enregistrement sont plutôt adaptés aux mesures scientifiques, ils demandent souvent un post-traitement des données et ne permettent une analyse des résultats qu'à posteriori (et donc aucune correction en temps réel, sur le terrain).

Nous avons donc décidé de développer notre propre appareil en se fixant, en plus, un prix maximum de 1000 € (matière) et en le concevant autoconstructible et diffusable (comme toutes nos recherches) en licence libre Creative-Commons.

En quoi le projet est innovant ?

Ce projet est innovant dans son usage puisqu'il permettra à tout utilisateur d'adapter son menage ou de régler ses outils en ayant une bonne connaissance des efforts mis en jeu et celà en toute autonomie, chez lui, sur son terrain, en pratiquant ses activités habituelles.

Ce projet est aussi innovant dans son principe de développement : ouvert, collectif et partageable (licence libre).

Ce projet est conçu dés l'origine pour être abordable, autoconstructible, autoréparable, évolutif et adaptable aux besoins de chacun.

En quoi le projet est-il adapté à une utilisation moderne de l’animal ?

Les animaux de trait sont aujourd'hui majoritairement utilisés par des personnes qui n'ont pas (ou pas encore) la connaissance intuitive ou culturelle des efforts qu'ils est possible de demander à un animal en particulier dans des conditions d'utilisation nouvelles (outils ou domaines inhabituels) où les références manquent.

Pour améliorer les conditions de travail de l'animal et du meneur et faciliter sa formation, en bref pour optimiser l'utilisation de la traction animale, il faut avoir des outils de mesure d'effort en continu, simples et efficaces. Le Datafficheur voudrait répondre en partie à ce défit.

mardi 16 août 2016

Mise à jour de la Plaquette de présentation d'Hippotese 2016

Pour la manifestation TraiComtest, nous avons mis à jour la plaquette de présentation d'Hippotese (merci à Nina)...

Pour ceux qui la veulent en pdf, c'est aussi possible ici...

lundi 8 août 2016

Trait Comt'Est, 26 au 28 août 2016 : Passez donc nous voir et pourquoi pas, nous soutenir sur le stand Hippotese !

Les 26, 27 et 28 août prochains aura lieu « Trait Comt'Est », la nouvelle route comtoise, exportée dans la Nièvre suite à la fusion des régions administratives.

Si les « Routes du Vin et du Comté », et « Franche­-Comté Terre de Traits » ­que nous connaissions comme « Levier 1996, 2006, 2010 »­ ont été marquées par un partenariat fort entre l'APTC et Hippotese, ce n'est plus le cas pour cette édition. Nous ne participons plus à l'organisation générale.

Cependant, Hippotese a été sollicitée à travers ses membres professionnels ou experts pour réaliser diverses prestations (démonstrations, commentaires, mesures d'effort...).

En plus de cela, et comme les autres associations qui défendent la traction animale, un stand nous a été proposé, qui permettra de présenter les activités de notre association, de diffuser la documentation éditée par Hippotese ou par la FECTU, mais aussi de nous retrouver autour de moments conviviaux : les apéros et les repas !

Nous serons donc une petite équipe, essentiellement composée (pour l'instant) de membres du CA, pour représenter Hippotese lors de cette grande manifestation. Malheureusement, nous ne sommes à ce jour que 2, pleinement disponibles, pour la tenue du stand...

Alors, si vous êtes membre d'Hippotese ou souhaitez le devenir, n'hésitez pas à venir nous rejoindre, pour un passage rapide ou un relais plus long.

Contacts :
Nina 06 12 95 24 04 (covoiturage possible depuis la Drôme),
Annie 06 74 07 89 81

Nina.

dimanche 31 juillet 2016

Sélectionnez la photo la plus représentative du projet NeoBucher...

Navré de vous avoir un peu oublié ces derniers temps... La pluie me donne l'occasion de vous faire un petit billet...

Nous avions promis d'envoyer aux contributeurs du projet NéoBucher une petite photo pour les remercier...

Voici le moment de la choisir...

Nous avons sélectionné 9 images parmi celles que nous avions prises lors des différentes sorties ou chantiers NéoBucher...

Vous pouvez voter pour celle qui vous semble la plus représentative de cette aventure en laissant un commentaire avec votre avis...

En fonction de ces commentaires, le CA d'Hippotese choisira l'heureuse élue...

NB : Si vous avez fait vous-même une jolie photo du NéoBucher, vous pouvez nous l'envoyer, nous la rajouterons aux photos de cette sélection...


Photo N°1


Photo N°2


Photo N°3


Photo N°4


Photo N°5


Photo N°6


Photo N°7


Photo N°8


Photo N°9

Et 4 photos de plus que nous ont envoyé Huguette et Michel... (si vous en avez aussi, on prend...).


Photo N°10


Photo N°11


Photo N°12


Photo N°13

dimanche 12 juin 2016

Moufle à 5 brins en arrachage et débuscage au cheval, au 13ème chantier-école de Montdenis

Comme nous vous l'avions promis dans un commentaire du billet sur l'arrachage d'arbustes en zone pavillonnaire, nous avons testé, par nous même, le moufle que Pierre Gallet (son constructeur) nous a gentiment prêté lors du 13ème chantier-école de Montdenis.

Bien sûr, nous en avons profité pour faire des photos et des plans...

Et pour commencer, une petite vidéo de présentation des essais...

Quelques photos de détail du moufle :


Le moufle 1 à 3 poulies.


Le moufle 2 à 2 poulies et un tirant


Vue par la tranche du moufle 1

Et puis un schéma coté du moufle 2 (sur le moufle 2 le tirant remplace la petite poulie du moufle 1) :

Merci à Christian Deiber pour la prise de cotes...

Pour info, Pierre utilise un câble d'un diamètre de 6 mm, on peut descendre à 5 mm mais dans ce cas, on ne prendra pas un câble trop souple (plus de risque "d’emmêlage"), celà, étant, un câble trop rigide se déformera à la traction au passage des poulies...
Dans la réalité, il est difficile de choisir un câble sans le toucher et apprécier sa souplesse et sans le tester...

Enfin, 2 proposition d'amélioration :

1) Proposition d'amélioration des dimensions de la taille de la petite poulie du moufle 1 (à valider), qui me semble d'un trop faible diamètre.

En effet, le faible diamètre de la petite poulie peut causer des problèmes de déformation de certains câbles à cause d'un "rayon de giration" trop court. Ici on passe la petite poulie d'un diamètre de 40 mm à un diamètre de 60 mm (les plaques des flasques restant de même taille).

A droite vous avez le schéma côté du modèle de Pierre, à gauche, vous avez la proposition de modification des côtes. Nous n'avons pas testé cette fabrication, si vous le faites, envoyez-nous quelques schémas et photos, nous les publierons ici...

2) Une deuxième proposition de modification est de monter 6 poulies (3 sur chaque moufle) comme dans un montage traditionnel, celà permet d'augmenter un peu la force de traction... (de 5x à 6x, voir schéma ci-dessous).
Dans ce cas, le tirant est fixé sur les flasques de l'un des moufle à l'aide d'une chape (ou d'une grosse manille, dont le manillon est l'axe de la petite poulie).

NB : Bague bronze ou roulement ? Au moment où j'écris ce billet, j'avoue que je ne sais pas si les réas du moufle de Pierre sont équipées de bagues bronze, de roulements ou d'un simple trou (axe acier sur acier). Je demanderai à Pierre et vous donne l'info dés que possible...

NB2 : A noter, pour ceux qui voudraient fabriquer un moufle du même type, on trouve dans le commerce des réas à bague bronze ou roulement à l'unité (compter environ 20 à 30 € par réa), voir par exemple ici. La difficulté est de trouver des réas de même épaisseur pour que les flasques guident correctement le câble qui doit absolument rester sur les poulies. Je sais que Pierre, lui, a fait tourner ses réas en acier par un artisan tourneur.

lundi 6 juin 2016

Rencontres de la Technologie Libre 2016 de l'Atelier Paysan, vend 17, sam 18 et dim 19 juin 2016, au Domaine Saint Laurent 71250 Château

Comme vous le savez déjà, l’Atelier Paysan qui est notre partenaire sur le projet NéoBucher, organise des Rencontres de la Technologie Libre, les vendredi 17, samedi 18 et dimanche 19 juin 2016 près de Cluny (entre Cluny et Château en Saône et Loire, au Domaine Saint Laurent, plus exactement).

Au programme : leur Assemblée Générale, des Chantiers d’autoconstruction, des Ateliers d’initiation au travail des métaux, des Expositions/Démonstration/témoignage agronomique autour de machines adaptées, des Débats, des Conférences, des Concerts et des Banquets...

Ces Rencontres sont aussi ouvertes à tous, urbains ou paysans, ne souhaitant pas forcement participer aux ateliers d’initiation ou aux chantiers d’autoconstruction, mais qui veulent simplement rencontrer ces "fous" qui croient que les paysans peuvent reprendre un peu de pouvoir sur leur "technologie"

Y'aura aussi de la musique et de la bonne humeur pour faire la fête...

Pour plus d'infos :

http://www.latelierpaysan.org/Rencontres-Juin-2016
Un plan d'accès sur le site du Domaine Saint Laurent http://domainesaintlaurent.fr
Une Présentation de la ferme du Domaine Saint Laurent avec Terre de Liens
Le blog de la Ferme Saint Laurent ici

Hippotese sera aussi sur place avec une présentation du projet NéoBucher et du prototype 002 et sur le stand "électronique libre" du prototype de Datafficheur qui avance, qui avance... (pour ceux qui ont raté le début de ce projet, voir ici).

La carte du programme des festivités...

Et le plan des lieux...

Les 2 pages du programme en (PDF, 3 Mo)...

jeudi 12 mai 2016

Binage multi-rangs de précision avec le NéoBucher, un billet de Nicolas Koziel...

Nicolas Koziel et Vincent Bastard, nos "testeurs" spécialistes en maraîchage qui ont accompagné toute la recherche et l’expérimentation du NéoBucher (voir les billets précédents) continuent leur travail de mise au point sur les combinaisons de barres d'outils pour le binage de précision.

Si tous les maraîchers connaissent la qualité du travail que l'on peut faire avec des doigts bineurs (dont nous avons déjà parlé ici), nos deux "chercheurs" ont mis au point une barre porte-outils qui s'en passe (et qui est donc beaucoup moins cher) tout en étant très efficace...

Mais je laisse Nicolas Koziel vous expliquer tout ça...

"L'itinéraire technique" que l'on suit dans la culture de l'ail est le même que pour celui de beaucoup de nos cultures à faible espacement et en planche de 4 rangs.
Comme les oignons, l'échalote, la salade, le chou rave, le céleri rave, le persil, le basilic, la carotte, les épinards, les betterave, les navets...
Bref , tout ce qui s'implante entre 30 et 35cm entre rangs.

Pour l'ail, on a tracé au Bucher (avec le modèle original puisque nous avons un Bucher et un NéoBucher sur la ferme) avec des dents droites. Les espacements entre-rangs sont ici de 30 cm et le passage du cheval est à 70 cm.


Le Bucher "original" avec des dents droites a permis de tracer les rangs.

Après la plantation, on est passé un première fois entre les rangs avec les pattes d'oies pour légèrement recouvrir les cailleux (la tête d'ail est formée d'un ensemble de gousses qu'en Drôme on appelle "cailleux"), puis on a roulé avec un rouleau de 180cm pour bien les appuyer .

Ensuite on a fait trois passages de herse étrille pendant l'hiver, (10 à 15 min par passage pour 1000m² de culture).


Le Bucher "original" avec les herses étrilles autoconstruites (et réglables).

Le but étant d'obtenir une configuration de barre de binage avec 7 parallélogrammes, souvent avec 7 pattes d'oie, voir avec deux lames type "Lelièvre" sur l'intérieur, au niveau du passage du cheval.



Pour info : photo d'un soc "patte d'oie".


Pour info : photo d'une lame Lelièvre avec son disque protecteur (du plant).

On serre un peu les fesses, on se concentre et ça donne à peu près ça :


Barre de binage avec 7 parallélogrammes et 7 pattes d'oie.

Mais après, l'ail grandi, on ne peut plus passer la herse étrille...
Les plus chanceux (riches) d'entre-nous pourront investir dans une configuration de barre comme celle-ci avec 4 paires de doigts bineurs en étoile...


Barre de binage avec 7 parallélogrammes, 7 pattes d'oie et 4 paires de doigts bineurs.

Mais nous c'est pas le cas...
Du coup pour désherber sur le rang, en cherchant un peu sur le net et aussi grâce aux copains, on a trouvé des idées comme cette petite vidéo d'une bineuse dite "à torsion"...


Bineuse à torsion par hippotese

On a un peu copié le concept en se creusant les méninges pour les adaptations et ça a donné ça :


Barre de binage avec 7 parallélogrammes, 7 pattes d'oie et 8 doigts étrilles.

Pour rien vous cacher, on est assez content du résultat !
Voici quelques photos en gros plan (avec les cotes) pour mieux comprendre...


Gros plan sur la barre de binage avec 7 parallélogrammes, 7 pattes d'oie et 8 doigts étrilles.


Gros plan sur la barre de binage avec 7 parallélogrammes, 7 pattes d'oie et 8 doigts étrilles.


Gros plan sur la barre de binage avec 7 parallélogrammes, 7 pattes d'oie et 8 doigts étrilles.


Gros plan sur la barre de binage avec 7 parallélogrammes, 7 pattes d'oie et 8 doigts étrilles.


Gros plan sur la barre de binage avec 7 parallélogrammes, 7 pattes d'oie et 8 doigts étrilles.

Voilà les tests en plein champ sur ail, chou rave et salade :

Et le résultat sur la culture d'ail :


Résultats sur la culture...

Pour les tests sur salade et chou rave les réglages sont assez précis et demandent à être encore affinés.
On n'a pas toujours monté ni fait travaillé le 7e parallélogramme, comme on le voit sur salade, car mis en amont de la barre, il crée un certain terrage et une perte de souplesse de la direction.

Mais les résultats sont là et la binette reste un peu plus à l'atelier...

Laissez vos remarques et demandes d'information en commentaires, on tachera d'y répondre dans un prochain billet... En attendant, à vos disqueuses !!!

Et pour les néophytes, un petit document de La Chambre d'Agriculture de Bretagne sur les dents et équipements qui se montent sur les bineuses (en PDF, 320 Ko).

mardi 26 avril 2016

Le "Datafficheur", un système de Suivi "Temps Réel" des Efforts en Traction-Animale (1ère partie)

Depuis l'origine d'Hippotese, nous avons toujours cherché à connaître, de manière non empirique, les efforts auxquels nous soumettons nos chers chevaux...

Pour pallier à certaines limites des systèmes de mesure que nous avons testé, Hippotese a inventé (et j'ai mis au point) un appareil qui permet le suivi "in situ" et en "Temps Réel" des Efforts de traction...

Mais laisser-moi vous présenter l'intérêt du système dans ces 2 petites vidéos...

I) L'introduction...

NB : je vous ai transcris ici le texte du commentaire des vidéos pour plus de confort (la qualité du son n'est pas très bonne et vous pouvez le couper).

Je vais vous présenter une simulation de l'utilisation du Datafficheur qui va permettre, je l’espère, de vous prouver l'intérêt de cet appareil (inventé par l'association Hippotese et mis au point par moi-même).

Cette simulation repose sur des données réelles qui ont été récupérées lors d'une expérimentation qui a eu lieu en mai 2015 chez Thierry Bonnamour à Dullin en Savoie.

Lors de cette expérimentation, Michel Carrel a enregistré à l'aide d'un capteur dynamométrique placé sur le palonnier les efforts du cheval qui tractait un épandeur de fumier à prise de force sur les roues, de marque MillCreek.

Cette prise de mesures a permis d’enregistrer sur un DataLogger, 4 fichiers de valeurs brutes correspondantes à l'effort du cheval en Kgforce, à une fréquence de 10 hertz (soit 10 valeurs par seconde).
Ces 4 fichiers reprennent les mesures de l'aller, divisé en 2 parties et du retour divisé lui aussi en 2 parties, à cause des arrêts.

Ils ont permis de tracer 4 courbes après traitement sur un ordinateur. Malheureusement, ces mesures et ces courbes et que l'on peut étudier ne sont accessibles au meneur qu'à posteriori et non en temps réel sur le terrain.

Pour cet essai, si nous avions disposé d'un Datafficheur, nous aurions pû, en temps réel, avoir une idée des efforts (importants) mis en jeu.

Voilà donc à quoi sert un Datafficheur. Il permet de visualiser in situ et en temps réels (à une seconde prés) les efforts du cheval pour éventuellement adapter son menage et ainsi, mieux utiliser la puissance du cheval.

II) La Simulation de fonctionnement...

Simulation d'utilisation du Datafficheur, à partir de fichiers de mesure réels, dans cette petite démonstration...

(Voir l'introduction ci-dessus).

Dans cette démonstration, nous avons placé Le Datafficheur au dessus d'un ordinateur et d'une tablette.

Le Datafficheur va afficher les efforts du cheval, calculés à partir des fichiers de mesures brutes, (comme il pourrait le faire sur le terrain, en temps réels, à partir des données transmises par un capteur dynamométrique placé sur le palonnier par exemple)...

Sur la tablette, à droite, on peut suivre la vidéo de l'expérimentation...

NB : Cette vidéo a été un peu recoupée pour être synchronisée avec les fichiers bruts enregistrés.

Et sur l'ordinateur, à gauche, nous pourrons suivre les calculs des valeurs moyenne et maxi avant leur affichage. Ce suivi est l'écho du travail du microcontrôleur (qui est la partie "intelligente" du Datafficheur).

Lancement de la simulation...

Sur l’afficheur jaune, en haut à gauche, s'affiche la moyenne des 10 valeurs mesurées pendant une seconde.

Sur l'afficheur rouge, en haut à droite, s'affiche la valeur maxi des 10 valeurs mesurées pendant la même seconde.

Dans les paramètres du programme du Datafficheur, on a fixé un seuil, ici à 200 kg.

Quand une des valeurs, moyenne ou maxi, dépasse ce seuil, elle est affichée sous forme clignotante.

NB : Pour cette démonstration, nous avons choisi 200 kg car c'est le double de l'effort que l'on peut demander, en moyenne, à un cheval au pas.

Sur l'ordi, à gauche de l'écran, on peut voir défiler les valeurs brutes de l'effort (ici X) en kilogramme-Force (ou déca Newtons) et les dixièmes de secondes (ici Y).
Ces valeurs brutes sont lues à partir d'une carte SD dans cette simulation en l'absence de capteur dynamométrique.
Toutes les 10 mesures, la Datafficheur calcule la moyenne et le maxi et l'envoie à l'affichage pendant une seconde.
Pendant cette seconde d'affichage, il récupère 10 nouvelles valeurs, fait les calculs et affiche les nouveaux résultats la seconde suivante.

NB : les 4 fichiers de mesures brutes sont précédés d'un double affichage clignotant de 4 chiffres qui annoncent leur numéro (1111, 2222, 3333, 4444).

En Conclusion :

le Datafficheur est un appareil qui permet à un utilisateur d'effectuer un suivi continu et en temps réels des efforts mis en jeu dans la traction d'un outils.

Ici, typiquement l'utilisateur est un meneur qui tout en conduisant son attelage peut surveiller les afficheurs situés dans un boîtier qui sont fixés sur une petite sellette sur le dos ou les reins du cheval.

La prise de mesure se fait à l'aide d'un capteur dynamométrique placé sur les traits ou sur le palonnier et relié au Datafficheur.

Dans le boîtier du Datafficheur, un microcontrôleur effectue les calculs en temps réels à partir des mesures du capteur et envoie les résultats sur les 2 afficheurs.

Pour que ces résultats soient compréhensibles et utilisables, le microcontrôleur calcul la moyenne des valeurs enregistrées pendant un temps donné (ici 1 seconde) et extrait aussi la valeur maxi mesurée pendant ce même temps. Seules la valeur moyenne et la valeur maxi de la seconde précédente sont donc affichées et cet affichage dure une seconde pour être lisible.

Chaque seconde les nouvelles valeurs remplacent les valeurs précédentes.

Deny Fady, avril 2016.

mercredi 13 avril 2016

Bientôt le 13ème Chantier-École de Montdenis, les 4, 5, 6, 7 et 8 mai 2016...

Comme indiqué dans l'Agenda depuis plusieurs mois, le chantier d'autoformation au débardage annuel de Montdenis se déroulera le week-end de l'Ascension les 4, 5, 6, 7 et 8 mai 2016.

Le thème du chantier-école n'est pas encore vraiment choisi mais il y aura du transport, du débardage sur chemins étroits (moins d'un mètre) en traîne, avec traîneau et mini-porteur, du mouflage sur ancrage "volant", de la fabrication et du débuscage de fagots, de l'attelage en ligne et toujours du travail en forte pente...

Sans doute nous continuerons aussi nos essais de remise en état de chemins étroits de montagne en traction animale...

Ce chantier annuel d'autoformation au débardage de Montdenis se déroule comme chaque année le week-end de l'Ascension (du mercredi au dimanche), vous pouvez venir un jour ou plusieurs...

Comme d'habitude nous ferons quelques ateliers de débusquage à l'Hippotreuil et/ou par mouflage avec poulies largables, nous ferons aussi de l’abatage dirigé au cheval et du travail en forte pente...

Nous testerons aussi la fabrication et le débusquage de fagots au porteur et traîneaux et le transport par bât de bois de faible diamètre et de branchages (il y a des ânes bâtés sur le village et nous avons des bâts suisses pour les chevaux à disposition).

Enfin, pour ceux qui le désirent nous testerons quelques "arracheurs hippomobiles" sur églantiers et prunelliers.

Et voici en même temps que quelques photos du chantier-école de 2015, quelques généralités sur le chantier-école d'Hippotese de Montdenis...

Rappel des objectifs du chantier-école : C'est un chantier d'autoformation au débardage et d'échanges de pratiques, ouverts à tous les membres et futurs membres de l'association (les personnes non à jour de leur cotisation devront s'acquitter, le 1er jour, de leur 20 € pour une question d'assurance).

Difficulté : Le chantier ou plutôt l'ensemble des activités proposées sont de difficultés plutôt fortes, il n'est pas adapté aux débutants ou alors en observateurs pour les moments dangereux.

Nous n'avons pas de contrainte de résultat mais les travaux sont des travaux réels de débusquage de bois de chauffage ou d'entretien d'espaces naturels et sont donc idéaux pour de l'auto-formation.

Chaque chantier permet de tester des nouveaux systèmes de débardage, d'accrochage, de traction, des poulies, de faire des mesures au dynamomètre, d'échanger des idées, des techniques... Apporter vos prototypes de matériel, de harnais... On les testera...

L'accueil : Vous êtes accueillis (gratuitement) chez Deny Fady et Odile Mouchet, à 1400 m d'altitude, (dans un dortoir et une salle commune de la ferme), prévoyez duvets, couvertures et pantoufles, les nuits peuvent être fraîches (et tentes si vous voulez).

Pensez aussi à vos casques, gilets fluo, protection auditive et pantalons de sécurité...

NB : Il y a aussi quelques gîtes de France sur le village, chercher sur "73870 Saint Julien Montdenis", au moins 3 gîtes sont situés sur le hameau d'altitude de Montdenis...

Vous pouvez (devez) apporter vos spécialités, pour manger, boire (on apprécie les bons vins et les bières belges) et faire la fête... (animation musicale et chants sont au programme). On vous offre les plats chauds de base...

Il est possible de venir avec son cheval (au moins dressé au palonnier) ou au bât (à faire confirmer par l'organisation).

Pensez à nous appeler pour s'inscrire... Tél : 04 79 59 65 50 ou petit mél (hippotese@free.fr ou page contact)

Si vous souhaitez aussi avoir plus d'infos sur le déroulement ou sur les précédents chantiers-école, vous pouvez lire les anciens billets ici...

Et enfin, une petite vidéo de quelques activités du 12ème chantier-école de Montdenis (en 2015) pour avoir une petite idée de l'ambiance habituelle des chantiers-école...

NB : Les vidéos de Dailymotion sont parfois bloquées si vous avez activé un bloqueur de Pub (type Adblock)...


Debardage au cheval, Montdenis, mai 2015... par hippotese

La même sur Youtube avec musique et pour les smartphones et tablettes...

samedi 2 avril 2016

La 9ème Journée technique sur le maraîchage en traction animale, organisée par Hippotese aura lieu le jeudi 26 mai 2016 à Montoison (Drôme)

La 9ème journée technique maraîchage, organisée par l'association Hippotese, aura lieu le jeudi 26 mai 2016, à partir de 9h, sur la ferme de Nicolas Koziel (lieu dit "Les Vallons", 26800 Montoison) ou le 2 juin si des intempéries rendent impossible la tenue de démonstrations le 26 mai.

Au programme :

  • Présentation de la ferme de Nicolas (3ha de cultures diversifiées : maraîchage et plantes aromatiques).
  • Présentation et démonstrations de divers outils disponibles sur le marché, pour différentes utilisations (en simple ou en paire, pour âne-mulet-cheval, en mono ou multirangs...).
  • Présentation et discussions autour des itinéraires techniques en maraîchage et traction animale.
  • Repas tiré du sac.

Renseignements sur le blog d'Hippotese ou par téléphone :

Nicolas Koziel 06 23 25 82 83
Vincent Bastard 06 52 06 26 77

PDF de l'affiche et du programme téléchargeable ici...

NB : et en exclusivité, vous pourrez voir en action sur le terrain et même essayer le dernier modèle de présérie (003) du NéoBucher.

mercredi 30 mars 2016

Présentation de matériel hippomobile moderne, mardi 1er mars, Salon de l'Agriculture de Paris 2016

Comme chaque année depuis plus de 20 ans, Hippotese, représentée par Jean Louis Cannelle et Deny Fady, fait une présentation de matériel hippomobile moderne dans le hall équin lors du Salon de l'agriculture de Paris.

Cette présentation se déroule le mardi et le jeudi du salon et était jusqu'à l'année dernière organisée, avec brio, par France-Trait et en particulier par Sophie Bougel (nous ne saurons jamais comment la remercier pour l'immense travail qu'elle a réalisé durant de nombreuses années pour faire coopérer toutes les composantes de la traction animale, nous prenons conscience aujourd'hui du vide que son éviction nous laisse).

Elle permettait à tous les constructeurs de présenter leurs dernières innovations en matière d'outils, d'avant-trains, de voitures ou de matériel hippomobile moderne.

Cette année, la SFET a repris l'organisation et a tenu, contre notre avis, à imposer un thème restrictif du "cheval en ville" sans même autoriser le matériel adapté aux espaces verts. Du coup, la présentation était un peu limitée en diversité de matériels et de constructeurs.

Il faut aussi savoir que ces présentations sont destinées au grand public et aux élus, ce qui oblige à être, sans doute, "un peu trop" pédagogique aux yeux des initiés.
Ces derniers trouveront peutêtre cette vidéo une peu longue, navré...

On peux enfin regretter que les meneurs aient choisi, pour le plupart, d'utiliser des bricoles (sauf un), alors que les véhicules, pour certains assez lourds auraient été mieux attelés en collier. Ce point a été corrigé lors de la présentation du jeudi (il faut bien comprendre qu'au SIA, meneurs, chevaux et matériel sont "appairés" souvent seulement quelques minutes avant la présentation en fonction des disponibilités).

Pour conclure cette introduction, nous remercions le Concours Général Agricole du SIA 2016, qui nous a autorisé à diffuser cette présentation et la boîte de production (Comexposium) qui a tourné ces images.

Nous remercions aussi Yves Spriet, président de France trait, qui a présenté les meneurs et les équidés.

Je vous ai fait quelques captures d'écran au moins pour ceux qui n'auront pas la patience de tout regarder...


Un avant-train avec un broyeur à branches à moteur auxiliaire.


Un avant-train BMH avec un porte-container.


Un avant-train BMH avec une cuve d'arrosage à pompe électrique sur batterie.


Bernard Michon présente au public ses matériels.


Remorque à un cheval, 1T de charge, dite "La Savoyarde" de chez BMH.


Démonstration de la benne basculante de "La Savoyarde".


Sylvie Buschhoff de la Sellerie Percheronne présente son nouveau collier en magnésium "__Agilis__" de 6,4 kg


Petit clin d’œil à José Thorel (en arrière plan), cheville ouvrière de cette présentation et des nombreuses épreuves de traction animale au salon.


Les ânes étaient aussi présents avec le baudet de Nicolas Séguier des "Ânes d'Oléron"


Jean-Claude Louis, le président du CECD (Comité Européen des Chevaux de Débardage) est venu nous présenter le résultat d'un de ses rêves, à savoir le livre "Cheval de travail Trait contemporain" du photographe Jean-Pierre Ruelle et du journaliste Marc Vandermeir (disponible dans toutes les bonnes librairies).

Et pour ceux qui souhaitent avoir un coup d’œil plus large sur les équidés au salon, Je vous passe le reportage que l'association Espritrait (en la personne d'Aurore Salzard) nous a gentiment autorisé à diffuser...

Avec nos remerciements pour leur travail...

dimanche 13 mars 2016

Jordane du CERRTA, débardage au cheval et Salon de l'Agriculture 2016

TF1 a réalisé un petit reportage sur Jordane Mansuy et son cheval Acetea (prononcez "Ice Tea"), Trait Comtois de 5 ans appartenant à Françoise Jeanneret, au Salon International de l'Agriculture 2016 à Paris.

Le reportage est tourné en deux parties, la première avec une petite séquence de débardage à Villers sous Chalamont, siège du CERRTA, dont fait partie Jordane, dans le Doubs et la seconde le Dimanche 28 Février pendant l'épreuve de maniabilité urbaine au SIA à Paris.

L'ensemble a été diffusé au JT de 20h le Dimanche 28 Février 2016 !

dimanche 21 février 2016

Arrachage d'arbustes en zone pavillonaire, au cheval et au moufle, par l'entreprise Les Gros Sabots... (vidéo)

L'entreprise de traction animale, "Les Gros Sabots", est souvent sollicitée pour faire de l'arrachage d'arbustes en ville et dans des zones pavillonnaires.

En effet le cheval, de par sa capacité de franchissement (sans dégâts) hors normes et de son adaptabilité aux conditions diverses, est parfaitement adapté à cet exercice.

L'utilisation du moufle à 6 brins permet des efforts au crochet d'une puissance de 600 kg à une tonne, sans danger ni pour l'animal, ni pour le meneur et ni pour l'environnement.

Le seul impératif est de trouver un point d'accroche pour le moufle fixe.

Ce reportage présente deux exemples de chantiers où tous autres moyens d'intervention (mini-pelle, destruction chimique, arrachage manuel) auraient causé des dégâts plus importants que ceux occasionnés par l'utilisation du cheval de travail.

Viaduc (hongre comtois) puis Jessy (jument comtoise) montrent ici leurs qualités de traction dans le calme et le respect du travail bien fait.

L'entreprise Les Gros Sabots, intervient dans de nombreux domaines où l'utilisation du cheval est pertinente (Viticulture, Maraîchage, Zones sensibles, Jardins, Travaux territoriaux, Transport de personnes, en ville ou à la campagne...).

Basé aux abords de Chambéry (Savoie), Pierre Gallet, son responsable, peut étudier toutes interventions permettant l'expression de cette Énergie Animale, locale et renouvelable, en région Rhône-Alpes.

Contacts :
Les Gros Sabots
Pierre Gallet,
441 Chemin des Baraques
73190 Challes-Les-Eaux
Tél-Fax 04 79 72 91 00

SIRET 408 665 891 00011

mardi 16 février 2016

La Route du Trait Comtois (ex Route des Vins et du Comté, Franche-Comté Terre de Trait) devient Trait Com'Test !

Comme nous vous l'annoncions dans le billet du jeudi 17 septembre 2015, L'APTC (Association de Promotion du Trait Comtois) organise une quatrième route européenne après les deux éditions de La "Route des Vins et du Comté" en 1996 et 2006 et de l’Épreuve Internationale du Cheval de Trait "Franche-Comté Terre de Trait" en 2010.

Cette route s'appellera "TRAIT COMT'EST", la Manifestation Internationale de l’Énergie Cheval , et se tiendra du 26 au 28 août 2016 à Magny-Cours (Département de la Nièvre, région Bourgogne-Franche-Comté, France).

Évidemment, Hippotese participera à cette manifestation en apportant son soutien technique, ses bénévoles et ses prestataires professionnels...

Nous avons maintenant plus de précisions sur le déroulement de cette manifestation et en particulier sur l'organisation du Village Énergie Animale...

Mais j’emprunte à Jean Louis Cannelle, (responsable de ce village), un extrait du texte de son invitation aux constructeurs de matériel hippomobile moderne (il va sans dire que ceux qui ont été "oubliés" sont aussi les bienvenus et peuvent prendre contact avec l'organisation) :


Aux vues du succès rencontré par le Village Énergie Animale, lors de l’édition 2010 (Franche-Comté Terre de Trait à Levier), nous allons réitérer et améliorer cette opération dans le cadre de TRAIT COMT'EST 2016. La traction animale y sera présentée sous toutes ses formes :

  • Débardage,
  • Travaux en vigne,
  • Maraîchage,
  • Utilisation en ville,
  • Travaux agricoles,
  • Production d’énergie mécanique ou électrique,
  • Portage et transport,
  • Cheval support de réinsertion,
  • Cheval support d’animation et de communication.

Comme en 2010, ce lieu aura un caractère européen, c'était d’ailleurs le fabricant italien "EQUI-IDEA" qui avait remporté le 1er prix du Trophée de l'Innovation Technologique.

Nous souhaitons faire de ce Village Énergie Animale un lieu de rencontres et d’échanges professionnels.

Un Trophée de l’Innovation Technologique est prévu pour récompenser les constructeurs répondant au mieux aux thèmes fixés (ergonomie, efficacité, sécurité). Le lauréat sera récompensé par la réalisation d’un DVD, par un professionnel, d’une durée de 5 minutes, présentant le matériel primé.

Vous pouvez présenter plusieurs matériels.

Le Village sera aussi une "vitrine" des différentes expériences que l’on peut trouver en France et en Europe. Il permettra de mettre en valeur votre matériel face à un public toujours plus intéressé.

Vous êtes cordialement invités à participer à ce Village et l’espace est gratuit pour les constructeurs présentant au minimum 3 matériels.

Afin de rendre ces journées profitables, nous mettrons à votre disposition des emplacements :

  • Une carrière de présentation à proximité
  • Un lieu de rencontres et d’échanges sous petit chapiteau
  • Des sites spécifiques maraîchage, débardage, travaux des foins... pour les démonstrations :
  • Des animaux dressés et 15 prestataires professionnels.

De plus, un colloque sur le thème de "La vie du sol base d’une agriculture d’avenir", présenté par des professionnels, aura lieu durant cette manifestation. Vous pouvez y participer et vous y inscrire dès à présent.

Nous souhaitons que la manifestation "TRAIT COMT’EST" soit un bel événement, une belle fête, mais aussi qu’il y ait un "après", afin que les énergies renouvelables aient une place encore plus grande dans notre société.

Une telle rencontre serait un formidable tremplin pour tous les acteurs de la traction animale ! Tel est notre souhait.


Je vous joins le dossier de presse de la TRAIT COMT'EST... (cliquer sur l'image, PDF 29 Mo) :

Et pour finir, voici une présentation succincte de la manifestation en anglais (pour le côté européen !).

“TRAIT COMT’EST la manifestation internationale de l’énergie cheval” 2016 in France

Following the Route du Vin et du Comté ( 1996 und 2006) and the Franche-Comté Terre de Trait ( 2010), the Association for the Promotion of the Comtois Draught Horse (Association de Promotion du Trait Comtois) is planning a fourth large international draught horse event.

It will take place in the Département of Nièvre in Burgundy, on a 40 hectare site at the Ferme de Marault, which is ideally placed to host this event.

Over three days from 26. to 28. August 2016, 450 participants and 250 horses representing 12 teams from different countries will compete against each other, to demonstrate the versatility of draught horses.

Amongst the competitions, driving single horses, pairs and four horse teams, as well as marathon driving, ploughing and logging are scheduled.

The European Championship for Horse Logging will also take place at the event.

In addition, the newest developments in using horses as a renewable energy source will be presented - a demonstration area for horse drawn machines and manufacturers as well as those offering horse powered services; demonstrations with commentary, lectures and the awarding of an prize for innovation.

In order to minimise the transport of horses and vehicles between the stages of the driving course, the route will consist of four circuits of a trail around the venue, each circuit being about 15 km long.

Motorised vehicles will not be allowed on the grounds, people, equipment, feed and bedding for the animals, food and drink will be transported with draught animals and the rubbish will be sorted and recycled where posssible.

The region of Bourgogne-Franche Comté will use the event to showcase its agriculture, trade and crafts and to present local food and tourist attractions.

Advance planning is underway for similar events in Belgium in 2017 and in Switzerland in 2018.

Information from :
Association de Promotion du Trait Comtois
52 rue de Dôle
25000 BESANCON, France
Tel : 0033 (0)6 73 66 29 80
Gaelle.millot@aptc.fr

dimanche 7 février 2016

Présentation diapos du projet NeoBucher (fr), mise à jour de janvier 2016

Nous avions diffusé dans ce billet en mai 2015 une présentation (avec commentaires) sur l'histoire du projet NéoBucher...

Depuis, le prototype 003 (V2) est sorti...


Première présentation du NéoBucher V2 à l'AG d'Hippotese (nov 2015)


Première présentation du NéoBucher V2 à l'AG d'Hippotese (nov 2015)


Une vue éclatée du NeoBucher V2 (janvier 2016)

Nous avons donc fait une petite mise à jour de cette présentation diapos (janvier 2016) que vous pouvez retrouver ici (PDF, 5,8 Mo)...

mardi 26 janvier 2016

Le "Passe-Partout", un timon d'attelage en col de cygne inspiré du "brancard de labour"... (1ère partie)

Depuis le début du projet NéoBucher, nous avons l'objectif d'équiper celui-ci d'un mono-brancard en col de cygne pour libérer le cheval, en particulier lors des demi-tours en bout de ligne.

Nous nous sommes fixés comme objectif, en ce début d'année 2016, de tester en conditions réelles cette utilisation et de définir si oui ou non ce système est pertinent pour travailler avec le NéoBucher et dans sa version traditionnelle (type Passe-Partout de Banyuls) ou dans une autre version.

Et comme à notre habitude, il fallait bien partir de l'étude de l'existant afin de ne pas réinventer la roue...

Je crois que la première fois que j'ai vu un système d'attelage à mono-brancard, c'est dans la revue Science et Vie, j'avais même écrit à l'époque un petit article dans l'Hippobulle N°2 de 1988 (!) et déjà je m'interrogeais sur une utilisation agricole du système...

Depuis l'entreprise Equimobile de Stéphane Proust commercialise de nombreuses variantes de son attelage à monobrancard. Vous pouvez aller sur son site pour en savoir plus...

Comme je suis chipoteur, je suis allé chercher dans les dépôts de brevets, ceux qui concernaient cette invention et d'autres, antérieurs ou postérieurs...

Le plus ancien brevet concernant l'Équimobile que j'ai trouvé date de 1985 (FR2589418) ("Voiture hippomobile du type libre en rotation au cheval, liaison monopoutre dorsale"), on peut voir que cette version était encore sommaire, plus proche de l'idée que l'on griffonne sur un coin de table que de l'objet technique abouti... (sauf peutêtre le harnais). Elle était complétée de 2 gravures bien connues de harnais traditionnels (type 1880).


Les textes et les dessins du brevet de 1885...


En 1987, Stéphane Proust dépose un autre brevet ("Dispositif d'attelage pour véhicule hippomobile à monobrancard"), les explications (issues sans doute de l'expérience acquise depuis le brevet précédent) et les dessins de définition sont ici beaucoup plus explicites.
ceux qui sont intéressés à utiliser ou concevoir un système de traction agricole à mono-brancard seront sans doute intéressé de lire la totalité du résumé et des spécifications que je vous livre ci-dessous (les autres sauteront le paragraphe pour ne regarder que les images...).


Résumé du brevet de 1987 :
Dispositif d'attelage pour véhicule hippomobile, comportant un monobrancard (2) passant au-dessus du dos d'un cheval et relié, à sa partie avant, à un harnais (5, 6, 7) par l'intermédiaire d'un berceau de traction (4) sur lequel le monobrancard (2) est monté en rotation et, à sa partie arrière, à un véhicule hippomobile (3), caractérisé en ce que le berceau (4) comporte deux arceaux (9, 10) réunis à leur partie inférieure pour la jonction avec un collier (5) de harnais et s'écartant progressivement l'un de l'autre jusqu'à atteindre une distance maximum à l'aplomb du garrot du cheval, un élément (11) solidaire du monobrancard (2) étant monté en rotation sur un organe (12) reliant les deux arceaux (9, 10) au niveau de leur écartement maximum, et en ce que le berceau repose sur le dos du cheval par l'intermédiaire de deux volets (15, 16) articulés montés sur l'arceau arrière (10) et situés de part et d'autre de la ligne médiane du dos du cheval. Le monobrancard (2) porté par le berceau (4) est relié à un véhicule (3) à roues (37) par l'intermédiaire d'un dispositif amortisseur-suspenseur.


Spécifications complètes du brevet de 1987 (les dessins ont été intercalés pour faciliter la lecture) :
Dispositif d'attelage pour véhicule hippomobile monobrancard.

L'invention concerne un dispositif d'attelage pour véhicule hippomobile à monobrancard passant au-dessus du dos du cheval.
Un dispositif de ce type et un véhicule hippomobile adapté sont décrits dans le document FR-A-2 589418. Le dispositif d'attelage comporte un monobrancard passant au dessus du dos du cheval et relié, a sa partie avant, à un harnais par l'intermédiaire d'un berceau sur lequel le monobrancard est monté sur pivot et, à sa partie arrière, à un véhicule hippomobile. Les arceaux reposent directement sur le dos du cheval et un simple rembourrage assure le confort du cheval.
Ce dispositif constitue une amélioration indéniable des dispositifs d'attelage à monobrancard antérieurs. Dans l'antiquité, on utilisait un monobrancard monté sur un collier de cou mais de très faible rendement puisqu'il comprimait les jugulaires du cheval et l'attelage ne bénéficiait pas de la totalité des efforts de traction du cheval. D'autres dispositifs utilisent une sellette analogue à celles d'un harnais classique, mais placée sur le dos du cheval et portant à sa partie supérieure l'extrémité antérieure du brancard. De même que dans le cas des chars antiques, les efforts de traction du cheval ne sont pas entièrement transmis et en règle générale il n'est possible de tracter qu'un sulky.

Un brevet français N° 712758 (c'est le brevet original du Passe-partout de 1931, NDLR) décrit un berceau de traction associé à un monobrancard par une articulation verticale et auquel est fixée une paire de traits. Ce dispositif permet de tracter des outils agricoles, le travail se faisant au pas, mais n'est pas utilisable aux autres allures du cheval.
L'inconvénient principal du dispositif de FR-A-2589418 (il s'agit du brevet de l'équimobile de 1985, NDLR) est que le rembourrage des arceaux n'empêche pas le cheval de se blesser à la longue en raison, du frottement qui se produit, ce qui limite bien entendu les possibilités d'utilisation de ce dispositif.

L'invention fournit donc un dispositif du type décrit précédemment, dans lequel le berceau comporte deux arceaux réunis à leur partie inférieure pour la jonction avec un harnais et s'écartant progressivement l'un de l'autre jusqu'à atteindre une distance maximum à l'aplomb du garrot du cheval, un élément solidaire du monobrancard étant monté en rotation sur un organe reliant les deux arceaux au niveau de leur écartement maximum, et le berceau repose sur le dos du cheval par l'intermédiaire de deux volets articulés montés sur l'arceau arrière disposé obliquement et situés de part et d'autre de la ligne médiane du dos du cheval.
La face interne des volets en contact avec le dos du cheval est rembourrée et présente une section droite convexe, dans la zone centrale du volet, dans un plan perpendiculaire au plan de l'arceau arrière, les parties latérales du volet de part et d'autre de l'arceau présentant une section concave dans des plans parallèles au plan de l'arceau, et une section droite concave dans la zone centrale du volet, dans un plan parallèle au plan de l'arceau, les parties supérieure et inférieure du volet présentant elles une section convexe dans des plans perpendiculaires au plan de l'arceau. Avantageusement la partie supérieure du volet forme une pointe et la partie inférieure un gros bout, donnant au volet une forme ovoïde dont ce gros bout constitue la base. Du fait de cette forme, le volet repose par sa convexité centrale dans le creux situé entre l'épaule et le dos du cheval, les deux concavités latérales permettant de loger les muscles correspondants sur lesquels le volet prend appui alternativement lors des mouvements du cheval; tandis que la concavité centrale permet au volet d'être positionne sur les muscles croisés du cheval, les deux convexités supérieure et inférieure amenant le volet en contact avec les creux situés de part et d'autre de la jonction des muscles superficiels du dos, du garrot et de l'épaule du cheval (respectivement grand dorsal, trapèze dorsal et triceps). En raison de cette forme et de l' articulation du volet sur son support, le déplacement de va-et-vient horizontal de l'omoplate provoque un basculement du volet autour de l'arceau arrière en maintenant le contact entre le volet et le dos du cheval.

Afin de favoriser ce basculement autour de l'axe de l'arceau arrière, le volet est monté pivotant en deux points et de préférence grâce à deux rotules montées l'une fixe sur l'arceau et mobile sur le volet et l'autre fixe sur le volet et mobile sur l'arceau.

Afin de faciliter encore l'effort de traction du cheval, le monobrancard porté par le berceau est avantageusement relié au véhicule à roues par l'intermédiaire d'un dispositif amortisseur-suspenseur. Celui-ci comporte de préférence un anneau élastique tendu selon un axe perpendiculaire à l'axe longitudinal de l'attelage véhicule hippomobile/monobrancard, entre deux points de fixation sur ledit véhicule. Un dispositif d'équilibrage réglable relie la partie centrale de l'anneau élastique au monobrancard.
D'autres avantages et caractéristiques de la présente invention apparaîtront à la lecture de la description détaillée suivante, faite en référence aux dessins annexés dans lesquels :

la figure 1 est une vue d'ensemble de côté, de l'attelage utilisant un berceau de traction selon l'invention,
la figure 2 est une vue de dessus du véhicule hippomobile et du monobrancard utilisant le berceau de traction selon l'invention,
la figure 3 est une vue de côté du dispositif de la figure 2,
la figure 4 est une vue représentant le positionnement du berceau de traction selon l'invention par rapport à l'anatomie du cheval;
la figure 5 est une vue de face (partie droite) du berceau de traction selon l'invention, et une vue de l'arrière (partie gauche),
les figures 6 et 7 représentent schématiquement les mouvements des épaules du cheval et ceux des- volets du berceau de traction, respectivement,
La figure 8 est une vue de dessus, agrandie, du dispositif amortisseur,
La figure 9 est une vue de devant montrant la fixation du harnais au berceau de traction.

Sur la figure 1, est représenté un cheval 3 attelé à un véhicule hippomobile 1 à deux roues par l'intermédiaire d'un monobrancard 2. Ce monobrancard repose sur le cheval par l'intermédiaire d'un berceau de traction 4, d'un collier 5, 6 et d'une sous-ventrière 7, ces deux derniers éléments constituant le harnais. Des rênes 8 permettent de guider le cheval de façon classique. Le berceau de traction 4 comporte deux arceaux 9,10 réunis à leur partie inférieure pour la jonction avec le collier 5 et s'écartant progressivement l'un de l'autre jusqu'à atteindre une distance maximum à l'aplomb du garrot du cheval, l'arceau arrière 10 vu de dessus (figure 2) présentant un rayon de courbure plus faible que l'arceau avant 9. L'arceau avant se trouve dans un plan peu écarté de la verticale tandis que l'arceau arrière est nettement oblique par rapport a ia verticale. Un pivot 11 solidaire du monobrancard 2 est monté sur un organe 12 (par exemple une plaque) reliant les deux arceaux 9 et 10, au niveau de leur écartement maximal et permet la libre rotation du monobrancard par rapport au cheval. Cette structure en double arceau du berceau est avantageuse du point de vue économique et du point de vue légèreté, mais pourrait être remplacée par une structure pleine, permettant de définir un axe arrière oblique, même non matérialisé.
Les rênes 8 passent chacune de chaque côte du berceau dans un œillet 14a sur l'arceau avant puis dans un œillet 14 (figure 2) situé sur l'arceau arrière puis toutes deux dans le même œillet 14b sur le monobrancard 2.

Le berceau de traction 4 prend appui sur le dos du cheval par l'intermédiaire de deux volets 15,16, montés tous deux sur l'arceau arrière 11, disposes de part et d'autre de la ligne médiane du dos du cheval et symétriques par rapport à cette ligne. Chaque volet prend appui dans le creux anatomique situé à l'arrière de l'omoplate 17 du cheval (figure 4) et la face interne du volet, en contact avec le dos du cheval est rembourrée et présente plusieurs convexités et concavités. Les volets 15, 16 ont de préférence une forme ovoïde présentant une pointe 22 et un gros bout 23, ce dernier constituant la base du volet.
Chacun des volets 15,16 est monté sur l'arceau arrière par l'intermédiaire de deux articulations par exemple de deux rotules 24 montées sur des tiges fixes 25, 25a. La tige 25a située à la partie supérieure du volet 15, 16 et la tige 25 à la base du volet sont montées en inversion, c'est-à-dire que la tige 25a est montée sur l'arceau et la rotule qu'elle porte repose sur le volet alors que la tige 25 est montée sur le volet et sa rotule repose sur l'arceau. La longueur des tiges fixes peut être modifiée par vissage ou dévissage de façon à permettre la fabrication standardisée de berceaux pour n'importe .quel dos de cheval.
Comme indiqué précédemment, chaque volet 15, 16 comporte sur sa face interne un rembourrage 26 sur une plaque de base 27, les deux étant conformés de façon à venir s'adapter à l’anatomie du cheval à l'arrière de l'omoplate de celui-ci. Pour ce faire, la face interne des volets en contact avec le dos du cheval est rembourrée et présente une section droite convexe, dans la zone centrale du volet, dans un plan perpendiculaire au plan de l'arceau arrière, les parties latérales du volet de part et d'autre de l'arceau présentant une section concave au plan de l'arceau, et une section droite concave dans la zone centrale du volet, dans un plan parallèle au plan de l'arceau, les parties supérieure et inférieure du volet présentant elles une section convexe dans des plans perpendiculaires au plan de l'arceau. Lorsque le cheval avance et quelle que soit son allure (pas, trot ou galop), ses épaules avancent alternativement et sont animées d'un mouvement représenté schématiquement sur la figure 6, par les flèches E-F. Du fait des articulations à rotules, les volets suivent les mouvements des omoplates du cheval en basculant, autour de l'axe reliant les deux articulations, vers l'avant lorsque c'est l'épaule correspondante qui avance et vers l'arrière lorsque celle-ci est en retrait. Ceci est représenté schématiquement sur la figure 7, par les flèches I et J, les points d'articulation étant symbolisés par les tiges 25 et 25a. Du fait du montage de la rotule de la tige 25a sur le volet, le mouvement de bascule à la pointe du volet est de moindre amplitude qu'à la base et ceci correspond au fait que l'amplitude de mouvement de l'omoplate du cheval est inférieure au niveau de la pointe du volet par rapport à celle existant à la base du volet.
Le berceau de traction 4 est maintenu en place sur le cheval par l'intermédiaire d'un collier 5, 6 et d'une sous-ventrière 7 (figure 9). Le collier est de préférence un collier de chasse de type américain ("breath collar"), c'est-à-dire un collier en deux parties latérales 5 réunies par un anneau et est monté de façon fixe par un dispositif classique de boucles à l'extrémité 28 de la partie commune des deux arceaux 9 et 10. Une courroie 6 est montée sur l'anneau du collier de chasse, passe entre les jambes avant du cheval et est réunie à l'aide d'un anneau ou tout autre dispositif à la sous-ventrière 7. Celle-ci est fixée par des attaches ou crochets 13a aux anneaux 13 (figure 5) prévus sur l'arceau arrière 10 entre les points d'articulation des volets. Pour atteler le cheval au monobrancard, il suffit de lui enfiler par la tête l'ensemble berceau et cellier et de venir ensuite mettre en place de chaque côté les crochets 13a de la sous-ventrière dans les anneaux 13 de l'arceau 10. Ceci assure le positionnement latéral du berceau sur le cheval, tandis qu'un culeron 29 relié également aux anneaux 13 assure le positionnement longitudinal du berceau.
Pour profiter au mieux de l'effort de traction du cheval, l'extrémité 28 des arceaux se trouve sur l'axe horizontal 20 passant par la base du cou du cheval et le collier de chasse se situe en majeure partie entre cet axe horizontal 20 et l'axe horizontal 21 passant par la pointe de l'épaule.

Le collier de chasse peut être remplacé par une bricole, pièce d'un seul tenant et traditionnellement utilisée pour la traction, mais l'effort du cheval s'effectue alors à la base du cou. On préfère donc utiliser un collier de chasse (utilisé pour les chevaux montés) avec lequel l'effort se répartit sur les deux épaules.

Le monobrancard 2 est relié au véhicule hippomobile 3 par un dispositif amortisseur et un dispositif d'équilibrage réglable que l'on décrira après une courte description du véhicule lui-même.

Ce véhicule est constitué par un châssis 30 monté sur deux roues 31 équipées de pneumatiques par l'intermédiaire de barres 32 et de suspensions 33. Un plancher 34, par exemple en treillis métallique (représenté sur la moitié du véhicule à la figure 2), permet à une ou plusieurs personnes de prendre place. Un siège 35 est prévu sur les montants arrière 36 de châssis (seule la structure de support du siège est représentée à la figure 2) de telle sorte que le poids du ou des passagers s'exerce essentiellement à la verticale (plan 37) de l'axe des roues 31 (figure 3).

L'extrémité arrière 38 du monobrancard 2 est fixée en 39 sur le châssis 30. Comme on le voit sur les dessins, la forme générale du monobrancard épouse celle du cheval et l'extrémité arrière 38 du monobrancard est oblique par rapport à la verticale. Un élément de support 40 est monté à l'avant du châssis 30. Cet élément 40 comporte deux parties latérales 41 sensiblement verticales et une partie centrale 42 horizontale sensiblement en arc de cercle ouvert vers l'avant du véhicule.

Cette partie en arc de cercle peut servir de poignée pour les passagers mais a essentiellement un rôle de support du dispositif amortisseur. Ce dispositif amortisseur 43 (représenté à plus grande échelle sur la figure 8) est constitué par un élément élastique 44 tendu, perpendiculairement à l'axe longitudinal du véhicule, entre les deux extrémités 45 de l'arc de cercle 42. Cet élément élastique est avantageusement constitué par un anneau en caoutchouc ou une bande de caoutchouc ou d'un autre élastomère repliée sur elle même, relié aux points 45 par des organes de fixation 46 traversant l'anneau; ces organes de fixation 46 peuvent être des tiges 47 à extrémité filetée traversant l'anneau et maintenues par des écrous 48, comme représenté sur la figure 8 à titre illustratif.

La partie centrale de l'anneau élastique 44 est comprimée entre deux rondelles 49 dans le trou central desquelles passe un axe 50 relié rigidement au monobrancard 2. L'extrémité 51 de l'axe 50 fixée au monobrancard est montée en rotation sur une plaque 52 fixée au monobrancard, (par exemple dans un trou de la plaque à l'aide d'un boulon) à peu près au même niveau que l'épaule du cheval. De cette façon, le mouvement alternatif saccadé de traction du cheval est transmis à l'élément élastique qui l'amortit pour que la voiture soit entraînée de façon continue, sans saccades.

L'axe rigide 50 a une longueur réglable par exemple du fait de son interruption par un élément du type ridoir qui permet de rapprocher ou d'écarter la plaque 52 de l'élément élastique 44. Ceci permet de régler l'équilibre de la voiture hippomobile en fonction du cheval, du nombre et du poids de passagers,... pour que l'avant du siège se trouve à la verticale du centre des roues (plan 37). Par ailleurs, le meneur a toujours la possibilité de modifier cet équilibre en se positionnant de façon appropriée dans le véhicule, en position assise ou debout, prenant appui sur la partie centrale du plancher 34, sur sa partie avant remontante ou sur l'une ou l'autre des parties latérales débordant au dessus des roues 31 (cf. fig.2).

Le véhicule hippomobile, le mono-brancard et le berceau de traction sont représentés sur les dessins comme étant faits en tube d'acier. C'est une solution simple et facile à mettre en œuvre, permettant une légèreté et une solidité adéquate tout en facilitant l'obtention des formes arrondies adaptées d'une part à la morphologie du cheval pour la partie mono-brancard et berceau de traction et d'autre part à l'exigence de maniabilité et de sécurité de la partie véhicule. En effet les parties latérales en arrondi, débordant au dessus des roues et inclinées vers le sol permettent à ce véhicule de s'effacer lorsqu'il heurte accidentellement un obstacle (pierre, arbre, ...).

A titre d'exemple, l'élément de rotation 11 peut être un roulement à billes fixé à la plaque 12 par quatre boulons mais d' autres dispositifs permettant de relier le berceau à un mono-brancard en assurant une libre rotation de celui-ci autour du point d'articulation sur le berceau peuvent bien entendu être envisagés.

Les éléments constitutifs du harnais, collier de chasse et sous-ventrière, sont construits et assemblés de façon classique, avec un rembourrage assurant le confort du cheval.
Bien entendu les dimensions du véhicule, du mono-brancard et du berceau sont adaptées à la taille du cheval. Toutefois du fait de la présence des volets articulés, on peut sans problème se contenter d'adapter ces dimensions au type de cheval utilisé (poney, double poney, cheval, ... ). Un dispositif tel que décrit ici permet une très grande liberté de manœuvre puisque le cheval a pratiquement la liberté de manœuvre d'un cheval monté et que la forme et la structure du véhicule lui permettent de passer presque partout (il suffit que le passage disponible ait la largeur du véhicule), sur route, en forêt, dans les champs, etc...


Les textes originaux du brevet...


Le même brevet a été déposé dans différents pays en 1989 (WO/1989/005748) et aux États-Unis en 1991 (US5076041A) ("Harnessing device for single shaft horse-drawn vehicle").

Dans une prochaine partie nous verrons d'autres brevets de systèmes proches de celui-ci, postérieurs mais aussi antérieurs à l'Équimobile...

lundi 18 janvier 2016

Porteur Forestier Hippomobile autoconstructible de l'Atelier Paysan

Arnaud Rostoll et Paul Deshayes (de l'Atelier Paysan) ont travaillé sur un porteur forestier hippomobile autoconstructible d'un modèle qui s'inspire de celui de notre porteur Suédois Ulvins (qui n'est malheureusement pas importé en France).

Ce porteur est très utilisé à Hippotese, c'est même le matériel qui tourne le plus entre les adhérents et qui a servi dans de nombreux chantiers de débusquage de bois de petites sections.

Voici une petite vidéo de présentation de leur prototype de porteur forestier hippomobile autoconstrucible.

Et quelques photos de détail...


Vue d'ensemble du porteur.


Vue du train avant du porteur.


Vue du train arrière du porteur.


Vue des brancards "Chevilatte".


Le porteur en mode "Arche de débuscage".


Les sauterelles sur l'arche.

L'Atelier-Paysan organise du 29 février au 3 mars 2016, à Valence, une formation à l'autoconstruction de ce Porteur Forestier Hippomobile.
Il est même possible de repartir avec son outil, plus de renseignements ici :
http://www.latelierpaysan.org/Outil-pour-le-debardage

Pour info, vous pouvez aussi retrouver une vidéo réalisée au chantier-école de Montdenis en 2013 avec le modèle Ulvins original qu'Hippotese a prêté à l'Atelier Paysan.


Débusquage au cheval en montagne, Hippotese 2013 par hippotese

dimanche 3 janvier 2016

Bonne et Heureuse année 2016 et meilleurs voeux hippomobiles !

Hippotese vous souhaite les meilleurs vœux pour 2016, vous remercie tous pour votre investissement cette année encore, pour votre soutien moral, technique et financier et pour votre participation aux activités et projets qui furent particulièrement nombreux en 2015...

Comme chaque année, je cherche une image originale à vous proposer pour marquer la nouvelle année...

Comme chaque année, je ressort de mes tiroirs quelques perles, mises de côté lors de mes "furetages" dans les livres, sur le web ou que gentiment vous me faites suivre...

Comme chaque année, j'hésite, je trie, je rejette... Chaque image sélectionnée m'ouvre de nouvelles pistes de recherche, je retrie, hésite encore...

Et puis je laisse reposer, je laisse passer quelques jours et en général, après quelque temps, une image s'impose...


Traversée de la Seine au Val de La Haye (commune de Seine Maritime, Normandie) en aval de Rouen

Non pas qu'il soit impératif que l'image choisie soit symbolique de notre activité associative mais sans doute quand même un peu, au moins de notre philosophie de partage et de mise en commun de nos rêves et de nos forces vives...

Et, en ces temps troublés, d’affrontement, de violence, de questionnement sur l'avenir même de notre planète (et surtout de ses habitants)...

L'image du Bac s'est imposée.
Le bac, simple plateau de bois, frêle esquif, qui relie deux mondes, qui fait passer les hommes d'une berge à l'autre (et ce, dans les deux sens), souvent à la seule force des bras de ses passeurs et au (en) travers du courant (sans être justement "contre"), m'a semblé parfaitement symbolique de notre fonctionnement et de notre philosophie associative...


La Laiẗa est un (petit) fleuve (limite entre le Morbillan et le finistère) qui relie Quimperlé à l'océan atlantique. Poudlu est le port maritime de la commune de Clohars-Carnoët, Bretagne. Saint-Maurice se situe à 3 km de la mer, en amont sur la Laïta.

Et pourquoi 3 images alors ?

Certains le savent, s'en souviennent, d'autres pas... Mais, c'est un fait, Hippotese a cette année, 30 ans d'existence... (Nous y reviendrons sans doute...)
Alors pour fêter cet anniversaire, il me semblait nécessaire de tripler le nombre des images de cette page de vœux !

NB : Les joueurs et fins observateurs verront que je n'ai pas choisi au hasard ces images, elles sont toutes les 3 exceptionnelles (en particulier la troisième dont nous reparlerons aussi), je vous laisse regarder et commenter si vous le souhaitez...


Mantes La Jolie est une commune du département des Yvelines (Île-de-France), au bord de la Seine, entre Paris et Rouen.

NB2 : Petite nouveauté cette année, votre renouvellement d'adhésion pourra se faire par courrier et chèque comme d'habitude ou par carte bancaire en ligne sur le Pot-Commun (voir lien sur le bandeau de droite)...

NB3 : Les adhérents 2015 recevront bientôt l'HippoNews de cet hiver 2015-2016 avec le compte-rendu d'AG...

- page 1 de 44