Hippotese, Le cheval de Travail

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

mercredi 4 mars 2015

Concours de débardage au cheval de Cibeins, samedi 28 mars 2015

Comme d'habitude, le Concours de débardage au cheval de Cibeins, organisé par le lycée agricole de Cibeins-Misèrieux (Ain), le réseau Rhône-Alpes-TA et Hippotese aura lieu le samedi 28 mars 2015.

Renseignements : auprès d'Eve Thivolle : 06.18.29.39.39 ou 04.74.08.88.22

Inscription par retour de courrier avec cette fiche d'inscription auprès de Julie Cessieux, 25 allée Eugène Faure, 38170 Seyssinet Pariset. Mél Julie Cessieux : reseau.ra.tractionanimale@gmail.com

Date limite des inscriptions le 7 mars 2015...

lundi 2 mars 2015

Soutenez le projet NéoBucher d'Hippotese, un porte-outils de maraîchage auto-constructible et librement copiable... (2ème partie)

Suite du billet de la première partie ici...

5-6 et 7 février 2015

Stage d'autoconstruction NéoBucher.
13 stagiaires sont inscrits au stage, celui-ci se déroule au Valence-Atelier-Libre, à Valence (Drôme).
En 3 jours, à raison de 10 heures par jour, nous fabriquons les châssis des 2 prototypes...

Alors que le premier proto n'est pas sorti de l'atelier, Sophie Bougel, de France-Trait nous propose de le présenter 15 jours plus tard, au Salon de l'Agriculture à Paris, lors des présentations de Matériel Hippomobile Moderne.
D'abord un refus poli, c'est très court, trop court...
Et puis l'occasion est trop belle pour être refusée...
Il va falloir mettre les bouchées doubles pour faire exister un NéoBucher et surtout le rendre "présentable"...

16-17-18 février 2015

Chantier collectif de finition des 2 NéoBucher.
Nous nous retrouvons à 4 dans le Doubs (Micka, Didier, Michel et Deny) pour finir les 2 prototypes, régler les petits dysfonctionnements, fabriquer les mancherons, poncer, décaper et peindre...

Merci à Cédric Vitte de JFSCIE SARL, à La Main 25520, qui nous a accueilli dans la salle de peinture de son entreprise...

Le 19 février, l'un des proto est prêt pour partir au SIA de Paris.

24 et 26 février 2015

Présentation du NéoBucher sur la grande carrière des équins le mardi 24 février avec d'autres matériel hippomobiles modernes (dont nous reparlerons bientôt).

Nouvelle présentation le jeudi 26, en présence du ministre de l'agriculture M. Lefoll (excusez-du peu...).

Printemps 2015...

Et maintenant nous allons pouvoir commencer les essais en situations réelles, dés que nous aurons pû trouver et acheter les outils de travail du sol, à monter sur le porte-outils...
L'un des prototypes sera basé en Rhône-Alpes, le second dans l'ouest de la France...

La philosophie du projet :

Au delà du projet de se fabriquer pour nos besoins un porte-outils de maraîchage performant, nous souhaitons surtout offrir une solution d'équipement à tous les maraîchers et futurs maraîchers en traction animale.

En effet, si Hippotese s'est associée, sur ce projet, à la Coopérative d'Auto-construction l'Atelier Paysan, en plus de sa compétence technique, c'est surtout pour permettre ensuite la diffusion de cet outil par les formations à l'autoconstruction que cette scoop propose. Ces stages permettent à ceux qui souhaitent gagner en autonomie de réaliser ou d'apprendre à réaliser par eux-mêmes leur porte-outils.

Car le résultat final de cette démarche doit rester simple à fabriquer (utilisation des moyens présents sur une ferme) et à partir de matériaux facilement approvisionnables.
De plus, les plans de construction seront diffusés en licence libre Creative Commons et chacun pourra librement se les approprier, y compris au delà de nos frontières dans les pays en voie de développement...

Des artisans pourront également réaliser et commercialiser tout ou partie de ce porte-outils, à destination des maraîchers qui préfèrent acheter un matériel fini ou semi-fini.

Ce projet qui a démarré réellement en octobre 2014, après test et validation sur le terrain au cours de l'année 2015, doit arriver, nous l'espérons, à un résultat opérationnel et diffusable fin 2015-début 2016.

Hippotese a entièrement financé le lancement du projet sur ses fonds propres et a obtenu les premiers résultats tangibles qui prouvent sa faisabilité, malgré les doutes et les critiques de certains.

L'association souhaite maintenant permettre aux personnes qui partagent sa philosophie de soutenir ce projet, sous forme d'un financement participatif, afin qu'il se développe le plus rapidement possible et que nous puissions acquérir les plus grand nombre d'outils et ainsi crédibiliser nos essais...
Nous avons choisi pour celà la plate-forme de financement participatif kisskissbankbank.com....

Si vous aussi, vous pensez que l'on peut partager son savoir pour avancer collectivement (plutôt que de déposer des brevets), rejoignez-nous...

Allez sur kisskissbankbank.com et cherchez "néobucher"...


Ou cliquer sur l'image pour suivre le lien...

NB : Si ce projet est une réussite, si nous arrivons à rembourser notre mise, nous souhaitons étudier d'autres outils dans cet esprit, sur ce modèle du logiciel libre et des Farm Lab, et pourquoi pas, un NéoBucherMini utilisable par de petits chevaux ou des ânes...

Soutenez le projet NéoBucher d'Hippotese, un porte-outils de maraîchage auto-constructible et librement copiable... (1ère partie)

Le Néo-Bucher, un porte-outils de maraîchage auto-constructible et librement copiable...

L'objectif de cette recherche est de concevoir un nouveau porte-outils de maraîchage en traction animale, qui remplace le porte-outils Bucher, célèbre dans les années 1960 et qui n'est plus commercialisé depuis 50 ans.

L'idée directrice a été de conserver les qualités techniques (qui ont fait leurs preuves) du porte-outils d'origine, parfaitement adapté au binage/buttage de précision sur les cultures biologiques, maraîchères et de plein champs, et de lui ajouter de nouvelles fonctionnalités qui améliorent le confort de travail (du meneur comme du cheval) et l'ergonomie et qui permettent l'adaptation d'outils récents (doigts bineurs) tout en gardant une compatibilité avec les barres d'outils existantes.

Juillet 2014

Pendant l'été 2014, Hippotese a fait réaliser les plans 2D de toutes les pièces du Bucher original par un artisan métallier, Thibaut Campaignolle, Les Forges d'Higaro.
Thibaut nous a livré l'ensemble des plans en septembre 2014.

Septembre 2014

En Septembre, la scoop d'autoconstruction l'Atelier Paysan, avec laquelle nous avons déjà travaillé sur le mancheron ergonomique, accepte de travailler avec nous sur un Néo-Bucher et met à notre disposition sur ce projet Axel Poisson-Courtial qui est élève-ingénieur en service civil à l'Atelier Paysan.
Axel met en 3D les plans de Thibaut et commence, avec notre aide, un travail de documentation sur le Bucher et les autres porte-outils de maraîchage existants.

Octobre 2014

Hippotese constitue un groupe de travail formé d'utilisateurs actuels de Bucher, de maraîchers et de personnes intéressées par l'autoconstruction. Nous échangeons critiques et remarques sur le Bucher existant, ses qualités, ses défauts et nous tentons d'établir un cahier des charges de ce que pourrait être un NéoBucher idéal.

Fin octobre nous organisons chez Jérémy Fady, une rencontre/démonstration (le 1er BucherWare) entre les membres de l'Atelier Paysan et le groupe de travail NéoBucher d'Hippotese.

Jean-Louis et Manon Cannelle nous présentent une adaptation du "passe-partout" (timon en col de cygne dont nous reparlerons) sur un Bucher en lieu et place des brancards.

Jérémy nous présente divers outils et des brancards déportés. Nous écrivons un 1er cahier des charges et déterminons les participations respectives des 2 structures dans le projet NéoBucher.

Novembre-décembre-2014-janvier 2015

De nombreux échanges par mél et un travail exceptionnel d'Axel permettent de concevoir en plan 3D un premier prototype de NéoBucher.
L'Atelier paysan propose un premier stage d'autoconstruction pour 2 exemplaires de NéoBucher début février 2015.


La suite bientôt...

NB : Si vous souhaitez soutenir le projet NéoBucher, visitez le lien http://www.kisskissbankbank.com/neo-bucher-traction-animale-et-innovation

dimanche 15 février 2015

Chantiers environnementaux : Sauvegarde des tulipes de Maurienne et des plantes messicoles...

La traction animale par la légèreté de son impact et sa polyvalence a de plus en plus de succès auprès des donneurs d'ordre dans la réalisation des "chantiers environnementaux".

Mais ces chantiers, particuliers dans leur déroulement, demandent aux prestataires TA des compétences bien différentes de celles qu'ils doivent avoir en menage pur ou dans les prestations classiques.

Il est rare que l'on soit payé ici au "cube" de bois sorti ou à "l'hectare" de terrain travaillé.

Les chantiers de sauvegarde ou de protection sont souvent originaux et expérimentaux dans leur traitement et les solutions techniques employées sont à inventer ou à adapter à chaque fois.

Et parfois, une solution qui semblait adéquate une année, ne le sera pas forcément l'année suivante, il faudra alors rediscuter avec les scientifiques (qui font les bilans d'impact), du mode opératoire, en fonction des résultats obtenus et avoir une vision sur le long terme.

Nous allons vous faire ici un petit compte-rendu de l'intervention d'Hippotese de 2009 à 2014 sur le projet de sauvegarde des tulipes de Maurienne et plantes messicoles sur la zone de Serpolière à Saint Julien Montdenis (Savoie), afin de replacer cette opération dans son contexte historique et sa complexité.

Ce compte-rendu fait de large emprunt au document de synthèse "Programme de création d’une parcelle de messicoles sur la commune de Saint-Julien-Montdenis (73), Octobre 2013" de Véronique BONNET du CBNA, que je remercie ici.



Le panneau d'information à l'entrée de la parcelle à tulipes.

C'est dans le cadre du chantier de l’autoroute de Maurienne et d’un programme de conservation des tulipes de Savoie, qu'un partenariat s’est instauré entre la commune de Saint Julien Montdenis (Savoie), l’association « Serpolière, visage de St-Julien-Mont-Denis », la SFTRF (Société Française du Tunnel Routier du Fréjus), le CPNS (Conservatoire du Patrimoine Naturel de la Savoie) et le CBNA (Conservatoire Botanique National Alpin).

Ce partenariat a abouti, en 1997 et 1999, à la réimplantation de populations de tulipes sauvages de Savoie.
Le CBNA a réalisé la récolte de bulbes, la mise en culture et l’introduction des bulbes de deux espèces : la Tulipe de Maurienne et la Tulipe de Didier, sur des parcelles cédées par la SFTRF au CPNS dans le cadre des mesures compensatoires aux travaux de l’autoroute.


La tulipe de Maurienne (Tulipa Mauriana), photo "Jardin botanique de Saverne".

Plusieurs centaines de bulbes (700) ont ainsi été implantés. Ces deux espèces de tulipes sont bien adaptées aux terrains calcaires, secs et ont longtemps été liées aux cultures traditionnelles de céréales d’hiver. Malheureusement certaines des tulipes réimplantée étaient infectées par une virose qui a été rapportée sur le site.


La tulipe de Didier (Tulipa Didieri), photo "Jardin botanique de Saverne".

Suite à cet épisode de virose, la parcelle a été délaissée pendant plusieurs années (7 ans), avant que le CBNA ne refasse un bilan de l’ensemble des populations de néotulipes de Savoie dans le cadre d’un plan de conservation.

En 2007, 70 tulipes sont recensées sur le site de Serpolière. Et c'est dans l’optique de redynamiser les deux populations de tulipes que Le CPNS et le CNBA lancent une campagne de travaux du sol réalisés par traction animale à partir de 2009.

Les tulipes sont répertoriées comme des plantes messicoles, elles font partie des nombreuses plantes adventices des cultures ayant co-évolué aux côtés des plantes cultivées par l’homme.
Les plantes messicoles ont su se maintenir grâce à des conditions favorables - bien qu’étroitement liées aux pratiques humaines - dans ce qui s’appelait un agro-écosystème. La modernisation des activités agricoles (labours profonds, amélioration du tri des semences, emploi d’herbicides…) a profondément modifié l’habitat de ces espèces au cours du XXe siècle.

En 2009, l'association Hippotese intervient pour une fauche à la motofaucheuse sur les 2 parcelles avec exportation des plantes coupées (herbe et ronces) et pour un labour/sarclage au cheval sur la plus grande des parcelles.


2009, première intervention d'Hippotese avec fauche à la motofaucheuse...


... et exportation des plantes coupées (herbes et ronces) en traction animale.

Comme il s'agit de "recréer" un milieu favorable à la multiplication des tulipes, il faut intervenir durant la phase de repos végétatif des plantes (de juillet à octobre) pour favoriser la séparation des bulbilles des bulbes et permettre leur dissémination. Il faut aussi travailler à faible profondeur (moins de 30 cm) avec des outils à dents ou à soc mais non rotatifs.


L'équipe d'intervention à pied d’œuvre...

Pour tester différentes conditions, il est alors décidé de réaliser 3 types de labour en traction animale, sur 3 bandes différentes d’environ 3 m de large au sein de la parcelle à tulipes : labour seul, sarclage seul, labour + sarclage.


1ère bande labourée à la charrue dite "tourne-oreille" traditionnelle de Savoie...

La première bande est labourée à la charrue dite "tourne-oreille" traditionnelle de Savoie (10 cm de profondeur), la seconde bande est scarifiée avec une sarcleuse extensible à 5 dents "côte de melon" (5 cm de profondeur), la troisième bande est d'abord labourée puis ensuite sarclée (15 cm).


...la seconde bande est scarifiée avec une sarcleuse extensible à 5 dents "côte de melon"


Vue d'ensemble du résultat et du marquage des 3 bandes.

En 2010, au printemps suivant le premier labour, 105 tulipes ont été dénombrées, 21 dans la partie labourée et 84 localisées autour du labour.
L’impact non différencié de ces trois types de labour sur les tulipes au printemps 2010 n’a pas permis de distinguer une méthode plus favorable qu’une autre. Les tulipes sont toujours présentes sur le site mais localisées essentiellement sur le pourtour du labour.

Il n'y a pas eu d'intervention sur les parcelles en 2010.
Au printemps 2011, 39 tulipes ont été observées dans le labour et 22 en périphérie. Une fleur avortée a été observée.

A l'automne 2011, Hippotese intervient de nouveau avec une fauche à la motofaucheuse sur les 2 parcelles avec exportation des plantes coupées (herbe et ronces) et pour un labour/semis sur la plus grande des parcelles.


2011, seconde intervention d'Hippotese qui débute avec la fauche et l'exportation des herbes coupées...

Il a été décidé de labourer au cheval d'un seul tenant les 2/3 de la grande parcelle avec une charrue brabannette réversible (15 cm à 20 cm de profondeur, parfois moins en cas de roche affleurante).


Labour de la grande parcelle à la charrue brabannette...

Une herse triangulaire a été passée sur l'ensemble de la parcelle labourée pour briser les mottes et planéifier le labour.
Une zone a été conservée sans labour.


... hersage à la herse triangulaire...

Des graines de Petit Épeautre, pour recréer un milieu réel de culture de céréales,sont semées à la volée le même jour dans la zone labourée, mélangées aux graines de 20 espèces de plantes messicoles issues de la banque de graines du CBNA. Le sol a ensuite été tassé manuellement.


... et semis à la volée du Petit Épeautre.

NB : Devant l’ampleur de la disparition des plantes messicoles au cours des dernières décennies, la France a du mettre en place un plan national d’actions en faveur de l’ensemble de ces espèces. Des essais sont en cours dans plusieurs départements pour rétablir des pratiques agricoles respectueuses de l’environnement et compatibles avec la conservation de ces plantes. La parcelle de Serpolière constitue dés lors une parcelle expérimentale pour le département de la Savoie en matière de conservation des messicoles.


Vue de la parcelle au printemps 2012 avec une belle implantation de Petit Épeautre et de plantes messicoles...

Au mois d’octobre 2012, Hippotese est intervenu en fauche, labour et semis de Petit Épeautre, sur les même zones mais sans ajout de graines de messicoles.


2012, fauche et exportation...


...labour à la brabannette...


...hersage, semis du Petit Épeautre...


...nouveau hersage de recouvrement.

Les tulipes n’ont pas fait l’objet de comptages spécifiques en 2012. Au printemps 2013, on dénombrait 38 tulipes sur la parcelle.
Plusieurs passages sur la parcelle par le CPNS ont permis de montrer :
- une première phase de développement réussi des tulipes dans la parcelle, essentiellement sur les bords du labour,
- une phase de régression des populations suite à la consommation des individus par les bouquetins.
Aucune floraison n’a ainsi pu être observée en 2012 et 2013.

Le suivi des semis des messicoles a aussi été réalisé sur la parcelle en juin 2012 par le CBNA et juin 2013 par le CBNA et le CEN Savoie.
16 des 20 espèces semées à l’automne ont été retrouvées sur la parcelle labourée.
Quelques taxons (en biologie, synonyme de groupe), les moins abondants sur la parcelle, ont une fréquence très stable entre 2012 et 2013, certains taxons peu représentés en 2012 sont devenus très abondants en 2013, la plupart des taxons ont cependant nettement régressé dans la parcelle en termes de fréquence d’occurrence entre 2012 et 2013.
Les conditions météorologiques de l’année expliquent certainement ces différences de comportement entre les 2 groupes de taxons. Certains peuvent ne pas s’exprimer une année mais rester présents dans la banque de graines du sol alors que d’autres, favorisés par les conditions météo, germent en grande quantité en épuisant la banque de graines. Il est capital que les conditions estivales permettent un développement correct de ces individus et la maturation des graines ; elles permettent ainsi la reconstitution du stock semencier dans le sol.

En octobre 2013, Hippotese est de nouveau intervenu en fauche, labour et semis de Petit Épeautre, sur les même zones.


Toute les équipes (CBNA, Conservatoire, Ass. de Serpolière, Hippotese) sont à pied d’œuvre...

Après le labour à la brabannette et un premier hersage, une collecte manuelle des ronces rampantes très présentes au sol a été effectué avec exportation et mis en tas hors de la parcelle. Des graines de 4 messicoles (Papaver rhoeas, Agrostemma githago, Bupleurum rotundifolium et Legousia speculum-veneris) ont été ajoutées au semis.
Après celui-ci, un nouveau hersage et un roulage a été effectué.


2013, labour à la brabannette...


...de nombreux bulbes sont présents en terre...


...ramassage et exportation des ronces...


...hersage avant et après semis...


...et roulage

En octobre 2014, Hippotese est intervenu sur les même zones en fauche mais sans labour, seulement un double passage (10-15 cm) à la herse canadienne (canadien), suivi d'un hersage, d'une collecte manuelle des ronces, d'un semis de seigle (pour tenter de nettoyer la parcelle des adventices envahissantes), suivi d'un nouveau hersage et d'un roulage.


2014, sarclage au canadien...


...premier hersage et semis de seigle...


...second hersage de recouvrement...


...et roulage final.

Les opérations de labour et de semis de céréales seront poursuivies sur plusieurs années ainsi que le contrôle des résultats au printemps sur les populations de tulipes et de messicoles. Si cette gestion s’avère concluante, elle sera maintenue sur le site. Un nouveau semis de messicoles sera réalisé sur la parcelle dès que des stocks suffisants seront à nouveau disponibles en banque de semences.

Du point de vue de la prestation de service "Traction Animale", on comprend bien l'intérêt du faible tassement au sol mais on voit surtout la nécessaire plasticité des modes d'intervention qui sont au service des scientifiques et évoluent en fonction des résultats des suivis.
Il faut faire preuve d'imagination et proposer une diversité d'outils et de méthodes en fonction des résultats des expérimentations et des tentatives de créer (ou recréer) des milieux favorables aux plantes que l'on tente de réintroduire ou de sauvegarder.

Pour ceux qui souhaiteraient avoir de plus amples renseignements sur les tulipes de Maurienne et leur écosystème, voici quelques pistes :

NB1 : Préconisations de gestion (tirées de "Suivis des transplantations de Tulipa sylvestris L. sur Die", CBNA, août 2013, Stéphanie HUC)
Ces préconisations sont communes aux trois sites sur lesquels ont été faites les réimplantations. Elles sont issues du Cahier des charges pour la gestion de l’espèce à Die (26) (Fort, 2007) qui recommande :

  • un labour de 20 à 25 cm de profondeur à l’automne, réalisé chaque année jusqu’en 2012 afin de favoriser l’installation et le développement des tulipes. Le labour permet de remonter régulièrement les bulbes de tulipes vers la surface sinon les bulbes s’enfoncent d’un à deux centimètres par an, ce qui à long terme menace une population. En effet plus les bulbes sont profonds moins ils sont capables de redémarrer un nouveau cycle chaque automne ;
  • un ensemencement de la culture à l’automne avec de préférence des céréales d’hiver ou des cultures pérennes avec rotation tous les trois ou quatre ans. Éviter les plantes hautes (maïs) pouvant porter préjudice par ombrage aux tulipes. Le semis doit être clair (150 kg/ha ou 1,5 kg pour 100 m²) ou prévoir des trouées où la culture serait moins dense (5 trouées par ha) ;
  • un sarclage (labour inférieur à 10 cm de profondeur) chaque été (lorsque les feuilles sont jaunes) si la culture mise en place le permet. Le sarclage permet la séparation des bulbes mères et des bulbilles et la dissémination des bulbilles ;
  • aucun travail du sol de décembre à juin ;
  • ne pas utiliser d’outils rotatifs (par exemple des cultirotors). Ces engins ‘broient’ les bulbes. Préférer les outils à dents ;
  • éviter les produits phytosanitaires ou n’utiliser, qu’en cas d’extrême nécessité, un désherbant spécifique non nocif à la famille des tulipes (Liliacées) ;
  • limiter les amendements (N, P, K, S).

NB2 : crédit photos :
- jardin botanique de Saverne : http://jardin-botanique-saverne.org/tiki-browse_gallery.php?galleryId=47&offset=72
- Association Hippotese : http://hippotese.fr
- CNBA (Conservatoire Botanique National Alpin).

NB3 : Autres documents à télécharger :

NB4 : un petit film des opérations en 2014, pour se rendre compte en live... :


Tulipes de Maurienne, Serpolière, Saint Julien... par hippotese

vendredi 30 janvier 2015

HippoNews, la première NewsLetter mensuelle de l'association Hippotese a été envoyée aux adhérents fin janvier 2015

Suite à la décision de la dernière AG du 23 novembre 2014, les adhérents reçoivent maintenant, par mél, une Newsletter mensuelle qui rappelle les derniers billets du blog, précise l'agenda et diffuse les informations réservées aux membres de l'association...

Si vous êtes membre de l'association à jour de votre cotisation 2015 et que vous souhaitez recevoir cette lettre, vous devez nous envoyer votre nom, prénom et surtout votre adresse mél à hippotese@gmail.com (si nous avions votre mél, vous avez sans doute été abonné automatiquement).

Aujourd'hui, 30 janvier 2015, si vous étiez adhérent 2014 (et pas encore 2015), vous avez reçu pour la dernière fois cette HippoNews, si vous souhaitez continuer à la recevoir, pensez à envoyer votre adhésion 2015 (20 € par chèque à l'ordre d'Hippotese) à Gilles Bernigaud, Villars, 71160 LES GUERRAUX.

Pour vérifier si vous êtes adhérent 2014 ou 2015, vous pouvez consulter l'entête du mél d'envoi de l'HippoNews dans laquelle est indiquée avec notre nom, votre situation d'adhérent.
Exemple : "Durand Paul Adh 2015 <paul-durand@free.fr>" ou "Dubois Julie Adh 2014 <dubois.julie@riseup.net>.

Les membres peuvent gratuitement passer une annonce dans l'HippoNews (fête locale, petite annonce, rencontre, chantier collectif ou autre... ) en rapport avec le cheval de travail, envoyez-nous une photo et un texte court, nous diffuserons en fonction de la place disponible.

Cette deuxième lettre de janvier 2015 (après un test en décembre 2014) est la première HippoNews officielle, c'est encore un brouillon, sans doute perfectible, que nous allons essayer de diffuser chaque mois...
Si vous avez des remarques, des idées, des critiques et même des encouragements sur cette Newsletter, ils sont les bienvenus...

A noter que pour des raisons techniques, les adhésions de l'année N sont renouvelables à partir de l'Assemblée Générale (début décembre de l'année N-1) à la fin du mois de janvier suivant et ne sont valables que jusqu'à fin décembre de l'année N en cours.
Autrement dit, quel que soit le moment de votre adhésion dans l'année, celle-ci se termine en décembre de cette même année, mais vous recevrez quand même l'HippoNews de janvier en début d'année suivante.

Attention, si vous ne voyez pas la Newsletter dans vos méls, elle est peutêtre dans vos indésirables (SPAM)...
Par exemple, l'HippoNews de test de décembre 2014 qui a été envoyée aux seuls adhérents 2015 après l'AG n'a été ouverte que par 58% des personnes qui l'ont reçu, elle doit se trouver dans les Indésirables (SPAM) des 42% restants (et plus certainement, a été détruite automatiquement après une dizaine de jours)...

Pour vous faire une idée de son contenu, nous avons mis exceptionnellement en téléchargement L'HippoNews-test de décembre 2014 ici...

Vue réduite de l'HippoNews de décembre 2014, cliquez sur l'image pour la télécharger en PDF

dimanche 25 janvier 2015

Agenda Hippotese 2015

Agenda Hippotese pour 2015
Dernière Mise à Jour : Mercredi 4 mars 2015

Cet agenda (prévisionnel et évolutif) sera mis à jour au fur et à mesure des informations que nous recevrons...
Un lien permanent dans la colonne de droite du blog permet de le consulter régulièrement...
Date 1ère diffusion : lundi 25 janvier 2015

Février 2015

- Chantier collectif de construction du premier prototype du Néo-Bucher à Valence, du jeudi 5 février au samedi 7 février 2015 (inscriptions closes). Ce chantier-stage est le premier résultat "matériel" de la recherche que nous menons avec l'Atelier-Paysan sur un porte-outils de maraîchage inspiré du Bucher.

- Le Salon de l'Agriculture de Paris (SIA) aura lieu du 21 février au 1er mars 2015 :
- Les chevaux seront dans le Hall 6 comme en 2014.
- Les journées de présentation du matériel moderne, (les derniers outils à « énergie cheval » issus des avancées technologiques les plus récentes) auront lieu les mardi 24 février et jeudi 26 février 2015.
- Hippotese sera présente sur un stand partagé avec le CERRTA...
- Pour avoir une petite idée des présentations et des rencontres que l'on fait au SIA, voir les billets récapitulatifs de 2014, ici

Mars 2015

- 18 mars 2015 - Journée Technique "vigne" à Bourg-les-Valence (Drôme)
Le lycée agricole du Valentin accueille le mercredi 18 mars 2015 une série de démonstration d'outils hippomobile pour le travail des vignes en traction animale.
Programme :
13h : Accueil autour d'un café
13h30 : Début des démonstrations
17h30 : Clôture et Bilan des démonstrations
Outils : Porte outils "Percheron" Viti Méca, Porte-outils "Equinox" Vini-vitis-Bio, Charrue Vigneronne ETS Grenier Franco, Charrue Vigneronne ETS Jourdant, Bineuse ETS Fatton, Porte-outils "Pégase" et "Passe partout" Bernard Michon Hippomobile.

- 18 mars 2015, Le Réseau Rhône-Alpes de Traction Animale (RRATA) organise son assemblée générale, à 18h00, au Lycée Agricole du Valentin, Passage René Berthoin, 26500 Bourg-lès-Valence.

- Concours de débardage de Cibeins, samedi 28 mars 2015, organisé par le lycée agricole de Cibeins-Misèrieux (Ain), le réseau Rhône-Alpes-TA et Hippotese.
Renseignements : auprès d'Eve Thivolle : 06.18.29.39.39 ou 04.74.08.88.22
Inscription par retour de courrier avec cette fiche d'inscription auprès de Julie Cessieux, 25 allée Eugène Faure, 38170 Seyssinet Pariset.
Mél Julie Cessieux : reseau.ra.tractionanimale@gmail.com

Avril 2015

- Equitrait-Jeunes,
Organisés par la SFET, le SNCP et Hippotese, dans le but de faire connaître aux jeunes l’élevage et l’utilisation moderne des chevaux, ânes et mulets de trait.
Ce challenge national de jeunes utilisateurs d'équidés attelés existe depuis 2007 et il est ouvert à toute structure d’enseignement reconnue, intégrant une option "cheval".
Durant les épreuves, des équipes de jeunes de 16 à 25 ans mesureront leurs capacités de menage sur différents ateliers représentant les activités professionnelles actuelles depuis l’élevage jusqu’à l’utilisation agricole en passant par la forêt, l’attelage et le tourisme.
Ces ateliers se déroulent avec des animaux et du matériel fournis par les organisateurs et attribués aux équipes par tirage au sort.
En 2015, les Equitrait-Jeunes comporteront 3 journées de sélection et la finale se fera théoriquement en 2016 au SIA.
Dates et lieux de la 1ère phase de sélection :
Les 25 et 26 Avril 2015 à Lamballe (dept des Côtes-d'Armor)

Mai 2015

- 8ème journée d'échange en maraîchage réservée aux professionnels : la date et le lieu reste à préciser mais il y aura une présentation in-situ des prototypes de NéoBucher qu'Hippotese et l'Atelier Paysan ont conçu à partir du Porte-outils de maraîchage Bucher original.

- Equitrait-Jeunes, les 9 et 10 Mai 2015 à Pont Sainte Marie (dept de l'Aube, près de Troyes) et les 23 et 24 Mai 2015 à Aurillac (dept du Cantal) , 2ème et 3ème phases de sélection des Equitrait-Jeunes.

- 12ème Chantier-École de Montdenis, les 14, 15, 16 et 17 mai 2015.
Le chantier d'autoformation au débardage annuel de Montdenis se déroulera comme chaque année le week-end de l'Ascension.
Le thème du chantier-école n'est pas encore vraiment choisi mais il y aura du transport par bât, du débardage sur chemins étroits, du mouflage sur ancrage "volant", de l'attelage en ligne et toujours du travail en forte pente...
Plus de renseignements bientôt ici...

Juin 2015

Juillet 2015

Août 2015

Septembre 2015

- Troisièmes journées de la Traction Animale en Rhône-Alpes à Sciez sur Léman (Haute Savoie).
les vendredi 11, samedi 12 et dimanche 13 septembre 2015. Des détails bientôt...

- Salon Tech&Bio à Valence (Drôme), les mercredi 23 et jeudi 24 septembre 2015. Hippotese sera présente comme les années précédentes avec un stand et des démonstrations, en compagnie du Réseau Rhône-Alpes Traction Animale et d'autres partenaires. Des infos bientôt...

Octobre 2015

Novembre 2015

Les autres dates bientôt...

samedi 10 janvier 2015

Il faut sauver le projet associatif de Prommata !

A Hippotese, nous avons souvent eu des moments d'accrochage avec l'association Prommata (et avant elle, avec Jean Nolle, son inspirateur)...

Et même si nous avons déjà partagé des stands de salons (comme Tech&Bio) en toute entente, nous divergeons sans doute sur des points techniques et/ou philosophiques...

Mais leur projet associatif, de favoriser une utilisation moderne de la traction animale en particulier pour les paysans vivants sur des fermes de taille humaine et pour une agriculture écologiquement viable, est quand même très proche de celui d'Hippotese...

Et puis la diversité des approches techniques, en traction animale, est plutôt un gage de liberté de choix pour chacun et permet de répondre aux demandes et envies d'un plus grand nombre d'acteurs...

Et ça, c'est positif...

Aussi, si vous avez envie de mieux connaître cette association et ses activités, si vous avez envie d'aider cet acteur historique de la traction animale qui semble vivre une passe difficile, vous devez suivre ce lien...

Le site de l'association Prommata et le lien pour les soutenir ici...

Vous pouvez aussi télécharger le MANUEL DE TRACTION ANIMALE MODERNE qu'ils ont co-réalisé (Projet Biotacc – Transfert d'innovation, Programme européen LEONARDO DA VINCI). Version espagnole des textes ici.

Et pour ceux qui ne connaissent pas leur fameuse "Kassine", voici quelques photos prises à la 7ème Journée Technique Maraîchage (organisée par Hippotese) à Marlioz (Haute-Savoie), en avril 2014.

C'est Stéphanie Hopkins, utilisatrice "formée" de la Kassine Prommata, qui nous a fait la présentation technique puis chacun a pu tester le matériel... (Photos Esprit Trait et Deny Fady).


7ème Journée Technique Maraîchage organisée par Hippotese, en avril 2014, présentation de la Kassine par Stéphanie Hopkins


7ème Journée Technique Maraîchage organisée par Hippotese, en avril 2014, présentation de la Kassine par Stéphanie Hopkins


7ème Journée Technique Maraîchage organisée par Hippotese, en avril 2014, essai de la Kassine par un stagiaire


7ème Journée Technique Maraîchage organisée par Hippotese, en avril 2014, essai de la Kassine par nos hôtes


7ème Journée Technique Maraîchage organisée par Hippotese, en avril 2014, essai de la Kassine par nos hôtes

NB : merci à Pierre Gallet prestataire (et Jessy), qui ont bien voulu se prêter au jeu de cette démonstration...

Pierre Gallet, Les Gros Sabots
441 Chemin des Barraques, 73190 Challes les Eaux
Tel : 04.79.72.01.00

jeudi 1 janvier 2015

Colliers rustiques de débardage au cheval, à Xuexiang (chine) et Bonne Année 2015 !

Christophe Marichaud m'a fait suivre l'info d'un reportage sur des chevaux de débardage en chine qui était passé au JT de TF1 le 30 janvier 2014.
Il y avait aperçu des colliers rustiques très intéressants.
Je me suis permis de récupérer 1 minute du reportage (merci Fred) et de faire quelques copies d'écran pour vous en faire profiter et vous l'offrir comme cadeau de nouvelle année que je vous souhaite "chevaleresque"...

Ce reportage a été tourné à Xuexiang, petit village à la neige pure et aux habitations typiques, situé à l’extrême nord de la Chine, à la frontière avec la Sibérie.

Au cœur de la forêt, on peut encore y apercevoir des bûcherons-débardeurs qui travaillent avec des chevaux et utilisent des colliers très rustiques fait de bois, de corde et sans doute de paille pour la renfonçure.

Ces colliers ressemblent dans leur principe aux colliers nordiques avec le attelles reliées de manière souples par des liens en corde.

Ils utilisent des traits en corde, reliés au collier par un lien en V (ce qui répartit la tension sur 2 points), une sous-ventrière et une dossière en corde (ou en sangle).

Ils utilisent aussi un palonnier en bois.

Ce reportage de l'agence Hikari Press, a été réalisé par A. Fried, C. Jaime et W. Hannuo a été diffusé au JT de tf1 le 30 décembre 2014.

Promis, je vais chercher d'autres infos et d'autres images sur ces colliers rustiques...

Et voici l'extrait du reportage qui concerne les débardeurs à cheval...


debardage au cheval en chine, en 2014, à Xuexiang par hippotese

jeudi 11 décembre 2014

Reportage sur les chevaux de travail aux Jeux Equestres Mondiaux (23 août au 07 septembre 2014)

Avec un peu de retard, suite à quelques problèmes sur les serveurs du blog, je vous propose ce billet d'Annie Flacelière sur la participation des chevaux de travail à la logistique du Village des Jeux Equestres Mondiaux...

La Commission Nationale des chevaux territoriaux (CNCT) a convié trois prestataires ("les Traits Verts Clinchampoix"  de Jérôme BLONDEL, les "Ecuries du Petit Hautier" de Luc MICHELON et "Toscano Service Trait" d’Annie FLACELIERE, pour prêter main forte aux Meneurs Territoriaux afin d’assurer la logistique du Village des Jeux Equestres Mondiaux à Caen.


Toscana, Florence et Annie sur l’URBAN ZONE pendant la démonstration journalière de matériel hippomobile en situation urbaine...

Vincent, Olivier, Thierry, Adèle, Marie, Marc, Guy, Dominique, David, Delphine, Jean Claude, Frédéric sont venus de Trouville, Saint Pierre du Dive, Mantes la Jolie, Bois Saint Pierre, Paris et Poitiers. Jean Jacques SEITE nous a rejoint en milieu de séjour.


L'apéritif offert par Patrick Rebulard en fin de journée est le bienvenue...

Durant les 15 jours pendant lesquels les épreuves sportives étaient organisées, les attelages ont sillonné les allées pour ramasser les poubelles, les cartons, transporter les instruments de musique de la Garde Républicaine, arroser les parterres de fleurs et évacuer le fumier.

Nous disposions de voitures "Rebulard" pour le fumier et les cartons, d'un avant train deux roues "Bernard Michon Hippomobile" pour traîner jusqu’à six containers et d'une tonne à eau tractée par un autre avant train quatre roues également de conception "Michon".


La bonne stabilité de l’avant train 2 roues Bernard MICHON Hippomobile nous a permis d’accrocher jusqu'à six conteneurs…

A l’entrée du village, devant le Zénith où avaient lieu les compétitions, les chevaux étaient installés dans de larges boxes.
Nous avions de la paille et du foin à volonté de très bonne qualité.


De larges boxes garnis de paille et du foin à volonté...

Un autre boxe était attribué à chaque équipe pour la sellerie et stockage du foin.


Un autre boxe pour la sellerie et stockage du foin...

Des tenues complètes à l’effigie des "Chevaux de Travail – Energie des Jeux", nous étaient fournies afin de nous différencier des 3000 bénévoles présents sur les sites.

P. Rebulard a offert aux 20 chevaux territoriaux des couvertures polaire/fluo qui ont bien servi sous les pluies de la première semaine. Deux douches et un point d’eau juste à côté des boxes nous apportaient une grande facilité pour les soins de fin de journée.

Une "URBAN ZONE", où nous faisions chaque jour des démonstrations commentées de matériels hippomobiles en situation urbaine, était installée en continuité des allées de boxes. Nous nous relayons pour les passages environ toutes les heures.


Démonstrations sur l'Urban Zone...

La CNCT (Commission Nationale des Chevaux Territoriaux) disposait d’un stand pour accueillir le public, où nous avions toujours un café et des friandises pour nous requinquer tout au long de la journée.

Toutes les installations étaient gardées par des vigiles qui avaient leur QG devant nos boxes et un véto passait chaque nuit jeter un coup d’œil.


Jean Jacques et ses Mascottes….

Nous pouvions rentrer l’esprit tranquille à notre gite situé à Bayeux, où chacun retrouvait sa chambre après de bonnes journées de labeur (8 h à 23 h) par le minibus 9 places qui nous était alloué pour les trajets. Eh oui, tout était prévu…

Une grande exigence sanitaire nous a été imposée, comme aux 1000 chevaux de la compétition, J - 2 mois et J – 72 heures ; contrôle de santé du cheval et des écuries où il vit + prise de sang. Des compétences particulières étaient attendues pour les chevaux afin d’évoluer en toute sécurité dans la foule, avec les ballons, les fanions, les poussettes, les 40 tambours de la Batoucada, les chevaux de spectacle et les échassiers costumés de grandes ailes qui parcouraient le village.

Nous avions accès au restaurant et à l’immense salle de repos des bénévoles avec qui nous avons échangé, avec enthousiasme, en soutenant nos compétiteurs tricolores.


L’immense salle de repos des bénévoles pendant le déjeuner de la "relève"...

Vers 17 heures, nous réalisions un carrousel des six attelages, dans la carrière de présentation au centre du village. Cette carrière a aussi été hersée par nos équipes, en relais avec les cobs normands. Nous avons eu un excellent accueil du public, curieux de voir des chevaux accompagner les « voitures électriques » de Véolia dans leurs tâches quotidiennes. Les commerçants et restaurateurs étaient ravis de nos interventions et nous préparaient les sacs à évacuer.

Nous devons être en photos dans des albums du monde entier (72 pays représentés) et les équipes de France3 et d’Equidia nous ont sollicités pour des reportages sur notre travail.


Nous disposions de voitures "Rebulard" pour le fumier et les cartons...

Le bilan de nos interventions est plus que positif, au-delà de l’entraide et de l’amitié qui se sont installées au fil des jours, nous avons eu le sentiment de partager tous ensemble cette magnifique aventure qui ne se représentera pas de notre vivant (première fois en France depuis la création des Jeux il y a 28 ans – dans 4 ans au Québec).

Nous avons mis à l’honneur nos chevaux de travail de presque toutes les races, boulonnais, cobs, comtois, percherons et poitevins mulassiers. Nous avons présenté le travail de meneur territorial à un large public (+ de 15 000 personnes par jour présentes sur le site de Caen) en espérant que des élus aient pu avoir l’envie de créer des postes et remettre le cheval de trait au cœur des villes.


Remettre le cheval de trait au cœur des villes...

Mes amitiés à tous mes collègues des JEM en espérant les retrouver bientôt sur d’autres événements et un grand MERCI à Olivier LINOT, Lydia MALLET et Caroline SUN pour leur professionnalisme, leur attention et leur action en faveur des chevaux territoriaux. Nous sommes fiers de pouvoir dire « J’Y étais » (slogan des bénévoles).

Annie FLACELIERE

vendredi 21 novembre 2014

Charrue Plumett à palpeurs automatiques pour le désherbage dans la vigne...

Dimanche 28 septembre 2014, nous sommes allés au "Comptoir Suisse" (un mini Salon de l'Agriculture) à Lausanne, en Suisse, avec Michel Carrel.
On nous avait parlé d'une expo de matériel agricole ancien, dont en particulier quelques charrues Plumettaz (Plumett pour les intimes) qui sont des charrues qui étaient célèbres pour le travail de la vigne et étaient conçues pour être tractées au treuil.

Cette expo organisée par le Musée romand de la machine agricole, était beaucoup plus petite que nous l’espérions mais présentait plusieurs Plumett(s) dont un modèle à palpeurs assez original que j'aimerai vous faire découvrir aujourd'hui.


Publicité pour les charrues Plumett de 1944

NB : Il faut déjà préciser que si à Hippotese, nous nous intéressons aux charrues à treuil, c'est que nous avons la prétention de croire que le câble pourrait être tiré par un cheval qui circulerait en haut de la parcelle et en travers de celle-ci (et donc à l'horizontal).
NB2 : C'est d'ailleurs l'objet de la démo que nous souhaitons faire le samedi 22 novembre 2014 lors de la prochaine Assemblée Générale en Trièves.


Doc technique sur les charrues Plumettaz

Voici la bête... Habituellement, elle est "attelée" à un câble, tiré par un treuil qui peut être actionné soit par un tracteur spécial comme celui de la photo ou par un treuil "brouette" autonome à moteur thermique que l'on plante en haut du rang à travailler.

Doc technique sur les moto-treuils Plumettaz

NB : En fait, on devrait parler de "châssis Plumett" plutôt que de "charrue Plumett", car c'est davantage un porte-outils qu'un outils spécialisé.


Une belle collection de châssis Plumett... (photo Deny Fady)

Et chez Plumett il existe toutes une série de porte-outils différents dans leur taille, leur agencement de châssis, la taille de la roue de terrage ou la forme du crochet de traction mais identiques quand au système de fixation des outils.

Le modèle le plus courant, adapté au treuil, est court (100cm de long de l'avant de la roue de terrage à l'arrière des bras mobiles) mais il existe aussi des modèles au châssis plus longs que le modèle courant qui semblent plus adaptés à l'utilisation en traction animale.

Ce châssis "Plumett à palpeurs" est cependant assez différent des châssis habituels, car il est équipé de palpeurs et de bras mobiles qui lui permettent comme sur des systèmes plus récents, de travailler en partie sous le rang et de s’esquiver au contact du cep ou du piquet.


La Charrue Plumett à palpeurs

Sur cette Plumett, le châssis est court (100cm), 113cm jusqu'au bout du palpeur.
La largeur maximum de travail sous le rang est de 120 cm, (souvent les modèles courants peuvent travailler jusqu'à 100 cm de large mais dans le rangt, ce qui est cohérent).
Je vous ai fait un petit schéma légendé...


Schéma légendé d'une Charrue Plumett à palpeurs

Cette largeur peut être limitée (à 100 cm par exemple pour travailler dans le rang ou sur une vigne plus étroite) en disposant les chevilles dans les trous des limiteurs de déplacement des bras mobiles.

Les bras de traction à l'avant ont tendance à écarter les bras mobiles qui ont été rapprochés par les palpeurs, il n'y a donc pas de systèmes de ressort de rappel des bras mobiles ce qui est sans doute plus simple.


Charrue Plumett à palpeurs au Comptoir Suisse... par hippotese

Sur la vidéo, on peut aussi voir le système de réglage de la roue de terrage, simple et astucieux.

Enfin, le mancheron est mobile sur un secteur avec poignée de commande au guidon (c'est un peu la "marque de fabrique" des Plumett qui a été reprise par de nombreux constructeurs, dont Hippotese sur la Vignotte et le Mancheron Ergonomique).
Il y a même une fourche de blocage des bras mobiles en position repliée (pour le rangement ou le transport sans doute)...

Cet outils est vraiment une démonstration de l'ingéniosité technique dont nous avons besoin dans la recherche matériel en traction animale.
Faire simple, ingénieux, léger mais solide, facile à fabriquer tout en restant efficace...
Nous avons sans doute quelques leçons à tirer de ces matériels avant de mettre sur le marché des "usines à gaz" trop lourdes, trop complexes et bien sûr trop chères...

Et d'ailleurs, certains constructeurs l'on bien compris et plutôt que de réinventer la roue...
Donc si vous cherchez des Plumett neuves, on en trouve chez Ets Fatton 69420 Ampuis et chez Vernet et fils 26300 Alixan.


Plumett neuve actuelle fabriquée chez Ets Fatton 69420 Ampuis (Vue à Tec&Bio 2013, photo Deny Fady)


Plumett neuve actuelle fabriquée chez Vernet et fils 26300 Alixan (journée technique maraîchage à St Martin en Haut, en 2013, photo Deny Fady)

samedi 15 novembre 2014

Traduction en français de la documentation du porte-outils de maraîchage Raussendorf (1941)

En 2007, chez Berthold Marten (merci à lui), j'avais récupéré la documentation (en allemand) datant de 1941 du porte-outils de maraîchage Raussendorf, il ressemble beaucoup aux porte-outils Bucher et AEBI dont nous avons aussi diffusé la documentation...

Cette documentation complète la fiche technique N°3 sur le Bucher (que vous trouverez aussi ici sur le nouveau site), la doc "Bucher" VG2 de 41p diffusée sur le blog ici (que vous trouverez aussi dans la page __Bibliothèque Numérique Collaborative de la Traction Animale__, onglet "Téléchargements" du nouveau site) et la documentation (en allemand) du porte-outils Raussendorf (sur le blog ici ou dans la bibliothèque collaborative).

Voir aussi la documentation sur le porte-outils de maraîchage AEBI diffusée au début de cette année, ici...

Cette documentation du porte-outils Raussendorf est vraiment très pédagogique. Elle permet de mieux comprendre l'utilisation des porte-outils à roues et cadre en maraîchage et surtout apporte des éléments très intéressants sur les réglages des outils, et ce, bien au delà de ce porte-outils spécifique.

Elle permettra d'alimenter aussi notre réflexion sur les porte-outils de maraîchage modernes que l'on voit poindre ici ou là et dont l'aboutissement technologique semble parfois bien en deça de ceux des années 1940... Et encore, celui-ci est un modèle simple sans essieu directeur...

Sabine nous a fait une traduction d'une grande qualité (et depuis l'allemand technique, c'est un exploit, merci à elle) et nous l'avons intercalé page par page dans un nouveau PDF

Celui-ci fait maintenant 28 pages (pour 6,5 Mo, ce qui ne le fait grossir que de 0,4 Mo par rapport à l'original), cependant les petits débits Internet devront être quand même patients.


Le PDF complet de la documentation Raussendorf traduite en français ici (document Acrobat, 6,5 Mo), à télécharger et à ouvrir avec le lecteur Acrobat

jeudi 30 octobre 2014

2 Flyers "Traction Animale" et "Entretien Voie Verte" du Réseau Rhône-Alpes de Traction Animale

Le Réseau Rhône Alpes de Traction Animale auquel de nombreux membres d'Hippotese, prestataires en Traction Animale de la Région Rhône-Alpes, appartiennent, a réalisé 2 nouveaux flyers sur l'intérêt de la Traction Animale et plus spécifiquement sur l'entretien des voies vertes.

Nous manquons souvent de ce type de documents d'information "tout public"... Une très bonne idée, donc...

A télécharger et à diffuser largement auprès des donneurs d'ordres éventuels (Mairies, Communautés de communes...) et de vos élus...

Cliquez sur l'une des images pour télécharger le flyer en PDF...

Cliquez sur l'une des images pour télécharger le flyer en PDF...

dimanche 26 octobre 2014

Sarclage de billons au Bucher, sur de jeunes semis de roquette et cresson alénois, par Nicolas MOUSSU du Jardin Du Coin.

Sarclage de billons au Bucher, sur de jeunes semis de roquette et cresson alénois.

Par Nicolas Moussu du Jardin Du Coin.

Nicolas Moussu nous a envoyé une intéressante vidéo de sarclage de jeunes semis au Bucher.

Au delà de la belle démonstration avec un bon cheval de travail, dans le calme et tout et tout...
On voit bien l'intérêt des secteurs crantés des roues du Bucher pour le réglage du terrage des outils, l'intérêt de l'essieu directionnel (en particulier pour s'aligner au retour sur le rang) et la difficulté de tourner en bout de rang avec les brancards traditionnels du Bucher...

On comprend alors, l'intérêt d'une étude en vue de la conception d'un NéoBucher qui reprendrait les qualités du modèle original, corrigerait ses défauts et y ajouterait des fonctions nouvelles.


Sarclage au cheval avec un porte-outils de... par hippotese

Un Bucher équipé d'un timon "col de cygne" de "Passe-Partout"

Pour prolonger notre recherche et apporter des éléments de réflexion en vue de concevoir un NéoBucher, je me dois de vous faire un compte-rendu de la démonstration d'un Bucher équipé d'un timon "col de cygne" de "Passe-Partout", réalisée par Jean Louis Cannelle (CERRTA) aux dernières journées de la Traction-Animale de Sciez-sur-Léman les 26 et 27 septembre 2014, (un compte-rendu complet de ces journées peutêtre bientôt).

Cette adaptation d'un système traditionnel (utilisé surtout en vigne, dans la région de Banyuls) sur un Bucher est une "vraie bonne idée".

Le Passe-Partout traditionnel avec Franck Gaulard, 2006

Autre vue du Passe-Partout traditionnel en 2006 (Gilbert Simon et...)

Et maintenant, l'adaptation du timon du Passe-Partout sur le châssis d'un porte-outils de maraîchage Bucher

Image du montage réalisé par Jean-Louis Cannelle (CERRTA, 2014)

On comprend bien l'intérêt du système, qui libère le cheval en rotation en particulier lors du retournement en bout de rang (ce retournement difficile est un défaut connu du Bucher équipé de ses brancards standards).

Vue d'ensemble du Bucher-Passe-Partout (Deny Fady, 2014)

Il faut préciser que le système de traction en "demi-traits" du Passe-Partout, présente même un effet "palonnier" du fait de l'articulation centrale, ce qui est une grande qualité.

Vue d'ensemble du Bucher-Passe-Partout (Deny Fady, 2014)

Vue du Bucher-Passe-Partout (Deny Fady, 2014)

Il faut quand même prévoir une légère liberté en rotation longitudinale (du timon "col de cygne" par rapport au châssis) pour libérer le cheval des mouvements de tangage du Bucher dues aux imperfections du terrain.

Vue du Bucher-Passe-Partout (Deny Fady, 2014)

Vue de la démo à Sciez-sur-Léman du Bucher-Passe-Partout (Deny Fady, 2014)

Vue de la démo à Sciez-sur-Léman du Bucher-Passe-Partout (Deny Fady, 2014)

Vue de la démo à Sciez-sur-Léman du Bucher-Passe-Partout (Deny Fady, 2014)

Vue de la démo à Sciez-sur-Léman du Bucher-Passe-Partout (Deny Fady, 2014)

Vue de la démo à Sciez-sur-Léman du Bucher-Passe-Partout (Deny Fady, 2014)

Vue de la démo à Sciez-sur-Léman du Bucher-Passe-Partout (Deny Fady, 2014)

Il reste à tester la capacité du système à autoriser des efforts importants sans se rompre ou se déformer (mais la longévité de cette invention et son usage en labour, certes léger, nous laisse assez serein).

Il nous faut aussi avoir la capacité de refabriquer ces Passes-Partout, et pour celà, je vous donnerai dés que possible un schéma côté des principales mesures.

Une dernière vue de l'adaptation in-situ...

autre Image du montage réalisé par Jean-Louis Cannelle (CERRTA, 2014)

mardi 21 octobre 2014

Assemblée Générale d'Hippotese, le dimanche 23 novembre 2014, à Monestier du Percy (Sud-Isère) chez Val et Lolo à 9h00

L'ASSEMBLEE GENERALE d'HIPPOTESE se tiendra cette année le dimanche 23 novembre 2014, à la salle des fêtes de Monestier du Percy (Sud-Isère).

NB : Sur une carte, Monestier du Percy, se trouve à 60 km, plein sud de Grenoble, sur la route de Sisteron par le Col de Lus la Croix Haute (D1075).

Nous serons reçus par Val et Lolo de l'association EQUIPAGE, le Serrya, 38930 Le Monestier du Percy.
contact : Val 06 33 67 84 42, Lolo 07 77 04 86 72

Comme d'habitude, nous vous attendons dés le samedi 22 novembre 2014 pour regarder du matériel de Traction Animale et assister à quelques démonstrations (si le temps le permet)...
Évidemment nous ferons la fête, tous ensemble le samedi soir, et vous pourrez dormir sur place (apportez duvet, couverture et matelas...).

Demandez le programme...

Samedi 22 novembre 2014

Le matin à partir de 10h00 (sous réserve) : rencontre avec un ancien collectionneur de matériel à traction animale (on sera dans la vigne sinon, voir ci-dessous).
A midi, repas sorti du sac...
L'après midi à partir de 14h00, expérimentation de travail en vigne, au câble, en forte pente :
Labour avec charrue vigneronne et charrues plumett.
Si vous avez du matériel spécifique n'hésitez pas à l'amener.
Plan ci-dessous...


Une petite vue du haut des vignes...

Dimanche 23 novembre 2014

AG à partir de 9h00 !!! jusqu'à 13h, puis repas partagé

Logistique repas :

La base du repas du samedi soir est prévu mais il faut apporter vos spécialités culinaires : (tartes, pains, fromages, pâtés, charcuteries, desserts, salades, vins, bières, fruits...) pour compléter et pour le dimanche midi.

Logistique couchage :

Si vous comptez venir le samedi et dormir la nuit du samedi au dimanche, vous devez apporter vos duvets, mousses et sacs de couchage, il est possible de dormir dans la salle des fêtes ou planter la tente à côté. Prévoir couvertures, ça caille dans le Trièves !

Pour ceux qui préfèrent, coordonnées de gîtes :
- L'auberge du grand champ à Lalley 04 76 34 21 08 (chambres d'hôtes)
- Le chamois d'or LE PERCY 04 76 34 42 62(hôtel)
- La poulanerie 04 76 34 70 59 (gîte, hébergements insolites).

Logistique ambiance :

Pensez à prendre un grand sac de bonne humeur, d'humour et d'énergie !!!
Attention, le samedi soir pourrait être festif !

Logistique AG :

Amenez vos comptes-rendus, photos, coupures de presse, expériences en tous genres...
Projection de photos et de films, amenez vos clés USB, Deny amènera son ordi et un vidéo projecteur.

Pour v'nir:

Depuis Lus la Croix Haute, malle poste toutes les heures, prévoir un arrêt de 3/4 d'heure pour changement de chevaux en bas du col.
20 km après Lus quitter la nationale, direction Monestier du Percy (2ème sortie). Tout droit jusqu'au centre (face au bistrot) puis à gauche, passer devant l'épicerie (la salle des fêtes est derrière l'épicerie), puis à droite 2 fois pour arriver au parking.

Depuis Grenoble, prendre le sentier muletier des Huguenots direction Sisteron, RN75 (D1075).
Environ 60 km plus tard, à gauche Monestier du Percy. Tout droit jusqu'au centre (face au bistrot) puis à gauche, passer devant l'épicerie (la salle des fêtes est derrière l'épicerie), puis à droite 2 fois pour arriver au parking.

Héliport à côté du cimetière, pensez à réserver votre pousse-pousse.

NB : Pour ceux qui arrivent le samedi, le lieu de rendez-vous, reste la salle des fête, quelqu'un vous accueillera ou nous vous y laisserons un plan avec notre position.


Plan d'accès aux vignes depuis Monestier du Percy.

Plan d'accès aux vignes depuis Monestier du Percy en PDF ici.

mercredi 15 octobre 2014

Porte-Outils Bucher pour monter des billons réguliers, au Potadjé, avril 2014

Voici un retour d'expérimentation du porte-outils de maraîchage Bucher au Potadjé chez Jérémy Fady avec la complicité de Ruby (Titan, le cheval de Jérémy n'était pas encore arrivé en avril). Et tout d'abord, une petite vidéo...

Montage de billons à écartement régulier, avec le Bucher :


Billonnage au Porte-outils de maraichage Bucher... par hippotese

Nous avons "monté" des billons avec le porte-outils Bucher en équipant la barre porte-outils d'origine de 3 socs billonneurs (écartés de 60 cm les uns des autres). Ils n'étaient pas vraiment identiques mais celà est sans importance.


3 socs billonneurs à 60 cm les uns des autres montés sur la barre d'origine du porte-outils de maraîchage Bucher, Potadjé 2014 (photos Deny Fady)

A l'aller, on utilise un sillon existant à gauche pour se guider et tracer 2 nouveaux sillons. Le sillon de droite est marqué mais reste peu profond. NB : le premier sillon de la planche a été réalisé ici avec une sarcleuse "un rangt" équipé d'un buttoir, comme il conditionne la rectitude de toute la planche et doit être réalisé avec soin.


A l'aller, on utilise un sillon existant à gauche pour se guider et tracer 2 nouveaux sillons, Potadjé 2014 (photos Deny Fady)


Le sillon de droite est marqué mais reste peu profond, Potadjé 2014 (photos Deny Fady)

Au retour, ce marquage permet le guidage du cheval et les 3 sillons sont alors repris et creusés à la bonne profondeur. Il faut donc un aller-retour pour faire 3 sillons. En fait, avec cette technique de culture, à chaque aller-retour on ne réalise que 2 nouveaux sillons mais l'écartement inter-sillons est vraiment très régulier.


Au retour, les 3 sillons sont repris et creusés à la bonne profondeur, Potadjé 2014 (photos Deny Fady)

Le porte-brancards est monté en position extrême à gauche de façon à ce que les brancards et donc le cheval soit aligné avec la roue de gauche, la traction est donc dissymétrique, ce qui ne semble pas poser de problème si la terre est bien préparée et aussi parce que c'est le soc billonneur de gauche qui est le plus enfoncé, le soc du milieu est moyennement enfoncé et le soc de droite ne fait qu'un traçage du fait de l'inclinaison naturelle du porte-outils dont une roue se trouve dans le sillon précédent, alors que l'autre est sur le sol non encore travaillé.


Le porte-brancards est monté en position extrême à gauche, Potadjé 2014 (photos Deny Fady)

Les modifications que nous avons apporté au Bucher original ou à son utilisation :

- Fixation des brancards sur le porte-brancard à l'aide de demi-colliers d'échafaudage : (ou de colliers-doubles coupés). Les colliers d'échafaudage sont habituellement en dia 49 mm, et sont donc adaptés aux brancards métalliques que nous utilisons (tube chauffage 40-49).
Le montage-démontage et le réglage sont alors très rapides sur le porte-brancard du Bucher. NB : Un collier double coûte environ 5 €.


Brancards fixés sur le porte-brancard du porte-outils de maraîchage Bucher à l'aide de demi-colliers d'échafaudage, Potadjé 2014 (photos Deny Fady)


Brancards fixés sur le porte-brancard du porte-outils de maraîchage Bucher à l'aide de demi-colliers d'échafaudage, Potadjé 2014 (photos Deny Fady)

- Double cintrage des brancards : Un des problème du Bucher est que le cheval (même en "Chevilatte", est relativement gêné pour faire un demi-tour court en bout de rangt. On tente de lui donner une certaine liberté en écartant les brancards des flancs par un double cintrage.


Double cintrage des brancards du porte-outils de maraîchage Bucher, Potadjé 2014 (photos Deny Fady)


Double cintrage des brancards du porte-outils de maraîchage Bucher, Potadjé 2014 (photos Deny Fady)

- Utilisation d'un "palonnier-porté" monté sur le harnais "Chevilatte". Nous sommes de plus en plus convaincus de l'intérêt du "palonnier-porté" avec les chevaux de travail. Il s'agit ici de l'utiliser en attelage aux brancards donc avec un harnais muni d'un reculement (évidemment, un avaloire Grand Vallier) comme le "Chevilatte" (nous avions déjà fait un billet sur nos premiers essais, ici).


Palonnier-porté adapté sur un harnais "Chevilatte" pour atteler le porte-outils de maraîchage Bucher, Potadjé 2014 (photos Deny Fady)


Palonnier-porté adapté sur un harnais "Chevilatte" pour atteler le porte-outils de maraîchage Bucher, Potadjé 2014 (photos Deny Fady)

- Ajout de mortaises (de brancard) longues pour permettre l'action du palonnier en mode "Chevilatte" et aussi améliorer la liberté du cheval dans les demi-tours (voir nos essais précédents ici)


Mortaises longues pour garder l'effet "palonnier" sur le porte-outils de maraîchage Bucher, Potadjé 2014 (photos Deny Fady)


Mortaises longues pour garder l'effet "palonnier" sur le porte-outils de maraîchage Bucher, Potadjé 2014 (photos Deny Fady)


Mortaises longues pour garder l'effet "palonnier" sur le porte-outils de maraîchage Bucher, Potadjé 2014 (photos Deny Fady)

Les modifications qui reste en projet :

- Réalisation d'un porte-brancards plus large, afin de permettre l'attelage déporté du cheval à l'axe exacte de la roue (il manque encore une dizaine de centimètres), et éventuellement placer les brancards en "V" inversés pour augmenter encore la liberté du cheval. Le porte-brancards d'origine fait une largeur de 965 mm, il faudrait l'allonger au moins à 1200 mm.


Porte-brancards large, pour permettre l'attelage déporté du cheval sur le porte-outils de maraîchage Bucher, Potadjé 2014 (photos Deny Fady)

vendredi 19 septembre 2014

Doug Joiner, notre "Horse-Logger Britannique" préféré, nous a quitté mardi 9 septembre 2014...

C'est avec beaucoup de tristesse que nous avons appris le décès de Doug Joiner des suites de ses difficultés cardiaques.

Nous avions rencontré pour la première fois Doug Joiner, quand il était venu en voyage d'étude avec ses collègues débardeurs professionnels, dans le Doubs en 2002.

C'est d'ailleurs grâce à ses conseils sur les financements Leonardo que nous sommes allés, à notre tour, lui rendre visite (ainsi qu'à plusieurs de ses amis) en juin 2005, en voyage d'étude en Angleterre.

Nous l'avions retrouvé (sous la pluie) dans le pôle nature d'une foire de Comté, où il avait un petit stand de démonstration de traction animale, à côté de celui de sa compagne Gudrun qui fabriquait des chaises sur un tour à arc médiéval.

Il nous avait alors fait une démonstration de destruction de fougères à l'aide d'un rouleau brise-fougère de sa fabrication et du débardage avec une petite arche d'inspiration suédoise.

Ces matériels nous étaient, pour ainsi dire inconnus à l'époque. C'est là aussi que nous avons pu voir pour la première fois un système d'attelage suédois (avec chevilles sur des anneaux) qu'il avait ingénieusement adapté sur une sellette agricole traditionnelle de Grande Bretagne.

J'ai pu le côtoyer plus longuement surtout lors de La Route des Vins et du Comté en août 2006 où Hippotese avait un stand tout prés du sien.

Je lui avais mis à disposition ma jument Castille pour lui permettre de faire ses démonstrations de matériels pendant la fête. En échange de quoi, il a tenté de m'initier à son "horrific cider" (cidre acide et imbuvable) qu'il fabriquait personnellement et ne buvait que dans des timbales en argent (sans doute pour éviter la destruction par oxydation (sic).

Il a été, de tout temps, un fidèle représentant des débardeurs britanniques auprès de la FECTU en tant que président des British Horse Logger (BHL) et nous a reçu pour l'AG de 2010 en Angleterre au Manoir de Canon Frome Court.

Il nous a aussi fait profité à cette occasion du domaine de Childer Wood, havre de paix écologique, qu'il gérait uniquement en traction animale et où il organisait avec Gudrun des stages "natures" et des formations au débardage.

Il a été pour moi un inspirateur du harnais "chevilatte" et m'a fait découvrir la grande qualité technique des matériels hippomobiles nordiques qu'il faisait fabriquer et proposait à la vente.

C'est lui encore qui nous a trouvé le porteur norvégien Ulvins qu'un de ses collègues, débardeur, vendait et que nous utilisons depuis à Hippotese.

C'était vraiment un joyeux compagnon qui aimait faire partager son enthousiasme pour le travail avec les chevaux et en particulier le débardage dont il était le fer de lance en Grande Bretagne.

Doug, toi qui est sûrement là-haut, au paradis des passionnés de Traction Animale (en compagnie de Charlie Pinney et de bien d'autres...), reçoit nos affectueuses salutations...

dimanche 7 septembre 2014

Les 2 ème Journées de la Traction Animale à Sciez sur Léman (74) les 26 et 27 septembre 2014

Petit rappel pour ceux qui auraient oublié...

Suite à la première journée de la Traction Animale, qui s'est déroulée en juin 2013, et qui a été un gros succès (voir notre précédent billet ici), Françoise Dulac et la municipalité de Sciez, ont décidé de relancer cette manifestation en septembre cette fois et sur 2 jours.

Au programme :

Vendredi 26 septembre 2014

9h30/11h30 : COLLOQUE "Comment mettre en place un projet en traction animale"
Avec des témoignages de prestataires de la région Rhône Alpes :
- Navette de skieur en calèche à Mégève
- Attelage et handicap en Bièvre Valloire
- Travail des vignes en côte du Rhône

11h30 : INAUGURATION ET APÉRITIF OFFERT PAR LA MUNICIPALITÉ DE SCIEZ-SUR-LEMAN

13h30 : PRÉSENTATIONS ET DÉMONSTRATIONS DE MATÉRIELS INNOVANTS

Entretien espace public ou privé :
Entretiens espaces verts et voiries : tonte, débardage, arrosage...
Collectes diverses : déchets verts, poubelles, tri sélectif...

Travaux agricoles :
Maraîchage et Viticulture...

Transport de personnes et de matériel :
Tourisme, Handicap, Portage...

17h/18h45 : PRÉSENTATION DE LA RECHERCHE SUR LES VÉHICULES À ASSISTANCE ÉLECTRIQUE.

Suivie d'une Table ronde sur les formations aux métiers de la traction animale (en France et en Suisse)

20H : REPAS

21 H : SPECTACLE ÉQUESTRE : La Troupe Jéhol Prix Repas/Spectacle : 30 euros par personne
25 euros enfant jusqu’à 14 ans
Gratuit moins de 4 ans
70 euros (2 adultes+1 enfant)
90 euros (2 adultes+2 enfants)

Prix Spectacle seul : 20 euros par personne Réservation avant le mardi 23 septembre 2014 au 06 73 85 14 68

Samedi 27 septembre 2014

DÉMONSTRATIONS DE TRAVAUX URBAINS ET AGRICOLES, TRANSPORT…
PRÉSENTATIONS DE CHEVAUX DE TRAIT ET DE MULETS
NAVETTES ET PROMENADES HIPPOMOBILES
BUVETTE ET PETITE RESTAURATION SUR PLACE
NOMBREUX STANDS : CONSTRUCTEURS, ASSOCIATIONS, BOURRELLIERS, …
Matériels et démonstrations pour le travail de la vigne
Matériels et démonstrations pour le travail en maraîchage
Matériels et démonstrations pour les travaux urbains: arrosage, poubelles, tonte, balayeuse…
Transport : touristique, personnes à mobilité réduite, ramassage scolaire…
Portage de matériels en montage
Travaux forestiers
Cheval médiateur, Equithérapie.

Pour ceux que celà intéresse, il y aura du beau monde...

Le programme en pdf ici...

L'affiche de ces journées ici...

Le site web...
http://tractionanimalesciez.wordpress.com/

mardi 12 août 2014

Vide sellerie de Crémieu (Isère), dimanche 12 octobre 2014

Comme chaque année,

Le vide-sellerie de Crémieu, organisé par les Cavaliers de l'Orage, aura lieu le DIMANCHE 12 OCTOBRE 2014, SOUS LA HALLE MÉDIÉVALE DE CRÉMIEU (Nord Isère, 38).

VENEZ VENDRE (et acheter) TOUT VOTRE ANCIEN MATÉRIEL D'ÉQUITATION (et d'attelage), Ainsi que vos voitures d'attelage et vos vans...

DE 08H00 à 16H00,

EXPOSANTS 8 € LES 3 MÈTRES + 1,5 € LE MÈTRE SUPPLÉMENTAIRE.
INSCRIPTION OBLIGATOIRE AU 06.35.44.83.60

ENTRÉE GRATUITE POUR LES VISITEURS,
BUVETTE ET PETITE RESTAURATION (et gaufres) sur place, tenue par Les Cavaliers Surveillants...


(Photo Deny Fady, 2012)

samedi 2 août 2014

Grenoble, Ramassage hippomobile des déchets, article et vidéo du journal Terre-Dauphinoise

Depuis le 28 juillet 2014 (et jusqu'au 14 août), l'association triévoise Equipage appuie les équipes municipales pour la collecte des déchets dans les parcs de Grenoble avec ses chevaux...

Comme pendant l'été 2013, chaque matin, Ulysse et Athis, menés par Valérie Colin et Laurence Cassar, cochères, tractent paisiblement leur benne, sous le regard étonné des passants... et des automobilistes.


La benne Ochsner prêtée par Hippotese dans sa nouvelle "livrée" verte... (photo Marianne Boilève)

Article et vidéo du journal Terre Dauphinoise du 30 juillet 2014, par Marianne Boilève ici...

Et si le lien disparaît, sauvegarde de la vidéo ci-dessous...


Grenoble-ramassage-hippomobile-des-déchets-(vidéo de Terre Dauphinoise) hippotese

- page 1 de 41