Hippotese, Le cheval de Travail

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Mot-clé - maraichage au cheval

Fil des billets - Fil des commentaires

vendredi 5 avril 2019

Adaptation du NéoBucher pour atteler en paire

Au printemps 2018 au GAEC La Cavale (Montoison, 26), nous avons adapté notre NéoBucher pour pouvoir atteler en paire suite à l'évolution de notre façon de cultiver (du travail du sol à plat et en plein champ aux planches permanentes). Voici un petit compte-rendu de notre expérience :


Vue avant du NéoBucher attelé en paire...

Plan d'ensemble du système :


Quelques dimensions...

Objectifs de cette modification :

- augmenter la capacité de traction.

  • Pour les outils tirants,un peu limites (en terme d'effort) en simple : barre multi-rangs, herse étrille, disques de buttage,..
  • Pour pouvoir ajouter des éléments supplémentaires : des disques pour le maintien de la butte, sarcler les passe-pieds...

- travailler une planche en l'enjambant plutôt que 2 demi-planches.

  • Pour faciliter le traçage
  • Pour simplifier l'organisation du plan de culture.


Évolution de notre façon de cultiver, du travail par demi-planches en simple aux planches permanentes en paire...

Inconvénients  de cette modification :

- la personne aux mancherons marche sur la planche


La personne aux mancherons marche sur la planche ou n'est plus dans l'axe des mancherons...

Mise en œuvre technique :

- Un maître palonnier de la largeur de l'attelage souhaité est fixé à une bride prévue à cet effet (sur les Bucher et les NéoBucher, sous la poutre centrale) dans notre exemple : 160 cm
- Un deuxième, palonnier identique à celui utilisé en simple, est construit pour compléter la balance.
- Veiller à ce que l'accroche de la balance de bouge pas de haut en bas ce qui ferait taper les palonniers dans le cadre des brancards et bloquerait l'effet balancier.
- Des butées sont ajoutées sur le châssis pour limiter la course et empêcher que le maître palonnier tape dans les roues.


Vue latérale arrière du système au travail...


Des butées sont ajoutées sur le châssis...

- La voie du NéoBucher est écartée à son maximum (150 cm).
- Les brancard sont rapprochés pour laisser plus d'espace latéral aux chevaux dans les manœuvres.

- Un adaptateur s’emmanche dans les brancards sur 30 cm de profondeur et deux chevilles le verrouillent, prévoir plusieurs trous et de la longueur pour permettre un réglage de la longueur du timon en fonction des chevaux.


Le double timon...

- L'adaptateur prolonge et réunit les brancards pour former un double timon.
- Il supporte un joug de la même taille que le maître palonnier fixé par rotule-axe. Ici, le système rotule-axe est peu fonctionnel et sur-dimensionné. NB : On a modifié ça sur le timon du Pop4 mais cela reste encore à valider.

Points de vigilance :

- Le NéoBucher est prévu pour un fonctionnement châssis à l'horizontal, pour se faire le timon doit être le plus possible horizontal.

- Les chevaux sont plus écartés qu'à l'ordinaire, il faut donc utiliser des rallonges de clé de collier pour faire passer les croisières. Sinon, les croisières Achenbach sont trop courtes même en position maximale et on forme avec la croisière un angle trop important au niveau de la clé de collier et de la bouche des chevaux : moins bon contrôle et risque de blessures à la commissure !
Longueur des rallonge de clé de collier : 58 cm.


Des rallonges de clé de collier...

- Dans cette version de l'adaptateur, les croisières viennent souvent se coincer dessous, quand on est à l'arrêt, guide lâches. Pour éviter ça, on passe les croisières dans un anneau avant de passer chacune des croisières dans sa rallonge de clé de collier. On maintient cet anneau par une ficelle qui passe dans l'anneau et qui va chercher l'avaloir de chaque cheval.


Un anneau de maintien...

Les palonnier étant assez bas, on allonge beaucoup les traits.

Les limites rencontrés avec ce porte-outils :

- Pas de terrage forcé : de par sa conception le bucher à un "age" non rigide puisqu'il y a l'articulation pour le relevage, ce qui a pour effet d'escamoter les outils et la personne aux mancherons dès qu'on rencontre une difficulté (cailloux - nid de racines - argile en bloc) avec des outils tirants (butoirs ou des dents type sous-soleuses ou souleveuses).
- Réglage d'attaque problématique et irrégularités en fonction de la force d'appui sur les mancherons.
- Souvent besoin d'être deux : un meneur + un aux mancherons.
- On arrive avec certaines barres d'outils en limite de poids toléré.
- On est limité par l'encombrement des outils : pour les brides en avant de la barre, on est gêné par les roues (qui sont plus ou moins proches de la barre en fonction du réglage de hauteur de roue) et en arrière, une barre équipé avec des outils long rend l'accès aux mancherons compliqué dans les opérations de relevage. (ex: doubles brides sur parallélogrammes).
- La gestion de l'enherbement des passe-pieds reste problématique : est-ce possible d'être satisfait en un seul passage du résultat du travail sur la planche, sur son maintien latéral et sur le passe-pied ?

Équipements essayés :

- Brides courtes pour limiter l'effet bras de levier sur les outils tirants et pour permettre certains montages : outils en avant de la barre, recouvrements de dents de sarclage, limiter les bourrages.


Brides longues et brides courtes...

- Doubles brides : pour porter plusieurs outils sur un même parallélogramme (ex : dent + disque).


Double Bride pour porter plusieurs outils...

Malgré ces quelques défauts et limites, le NéoBucher propulsé par nos deux comtoises a assuré tous les binages/buttages de la saison 2018 sur nos 3ha de maraîchage !

Vincent Bastard, Nicolas Koziel, Thomas Peyre, mars 2019

Pour ceux que cela intéresse, le billet entier en PDF, 900 Ko (merci Print Friendly).

samedi 7 janvier 2017

Autoconstruction d'une bineuse monorang, légère et autoconstructible : La NéoPlanète (2ème partie)

Quelques photos et une petite vidéo de notre autoconstruction de 2 "Néoplanètes" en partenariat avec l'Atelier Paysan (voir billet précédent ici) du 19 au 22 décembre 2016.

Et tout d'abord la vidéo d'un court moment d'essai au Potadjé de Jérémy Fady, le jeudi 22 décembre juste avant la nuit...

Certes, ça guidonne un peu, sans doute à cause de la hauteur du point de traction que nous n'avons pas pris le temps de régler (il y a 4 positions possibles sur notre proto), mais tous les réglages sont fonctionnels et les nouveaux mancherons semblent adaptés et efficaces...

A propos de mancherons "bois", je tiens ici à remercier Didier et à Gilles qui ont fabriqué des mancherons pour l'occasion, évidemment sans avoir vu le proto puisqu'il n'existait pas encore.
Nous n'avons pas encore testé ceux de Gilles qui seront montés sur le proto Néoplanète N°2 (à finir)...

Et voici quelques photos des "manouvriers" bénévoles qui ont accepté de passer 3 jours de folie dans la poussière et le bruit (en particulier celui de la ventilation) pour réaliser ces 2 protos de NéoPlanètes et aussi finir les NéoBuchers du stage d'octobre (Les barres d'outils, les brides et les parallélogrammes)...

samedi 15 novembre 2014

Traduction en français de la documentation du porte-outils de maraîchage Raussendorf (1941)

En 2007, chez Berthold Marten (merci à lui), j'avais récupéré la documentation (en allemand) datant de 1941 du porte-outils de maraîchage Raussendorf, il ressemble beaucoup aux porte-outils Bucher et AEBI dont nous avons aussi diffusé la documentation...

Cette documentation complète la fiche technique N°3 sur le Bucher (que vous trouverez aussi ici sur le nouveau site), la doc "Bucher" VG2 de 41p diffusée sur le blog ici (que vous trouverez aussi dans la page __Bibliothèque Numérique Collaborative de la Traction Animale__, onglet "Téléchargements" du nouveau site) et la documentation (en allemand) du porte-outils Raussendorf (sur le blog ici ou dans la bibliothèque collaborative).

Voir aussi la documentation sur le porte-outils de maraîchage AEBI diffusée au début de cette année, ici...

Cette documentation du porte-outils Raussendorf est vraiment très pédagogique. Elle permet de mieux comprendre l'utilisation des porte-outils à roues et cadre en maraîchage et surtout apporte des éléments très intéressants sur les réglages des outils, et ce, bien au delà de ce porte-outils spécifique.

Elle permettra d'alimenter aussi notre réflexion sur les porte-outils de maraîchage modernes que l'on voit poindre ici ou là et dont l'aboutissement technologique semble parfois bien en deça de ceux des années 1940... Et encore, celui-ci est un modèle simple sans essieu directeur...

Sabine nous a fait une traduction d'une grande qualité (et depuis l'allemand technique, c'est un exploit, merci à elle) et nous l'avons intercalé page par page dans un nouveau PDF

Celui-ci fait maintenant 28 pages (pour 6,5 Mo, ce qui ne le fait grossir que de 0,4 Mo par rapport à l'original), cependant les petits débits Internet devront être quand même patients.


Le PDF complet de la documentation Raussendorf traduite en français ici (document Acrobat, 6,5 Mo), à télécharger et à ouvrir avec le lecteur Acrobat

mercredi 10 avril 2013

Vidéo de la journée technique maraîchage de 2012

Pour vous donner envie de participer à la prochaine journée technique maraîchage qui se tiendra le samedi le 18 mai 2013 à Montoison (Drôme) au lieu dit “Les Vallons” à partir de 9h (voir billet précédent), voici une petite vidéo de présentation d'une partie des démonstrations de la journée de mai 2012 à Saint martin en Haut (69).

Vidéo des démonstrations de la 5ème journée technique de maraichage, mai 2012.

Code vidéo pour les smatphones et les tablettes...

mercredi 2 mars 2011

Bineuse à doigts sur le porte-outils "Bucher" de maraîchage au cheval : essai transformé !

Olivier Pichaud, nous a envoyé les résultats de ses tests sur les bineuses à doigts caoutchouc montées sur un porte-outils Bucher et un petit film de démo...

Je vous ai rajouté quelques docs trouvés sur le net pour info...


Le concessionnaire Steketee Agri3D a bien voulu nous laisser à l’essai des bineuses à doigts de différents diamètres.


Essai de bineuse à doigts, montée sur un porte-outils de maraîchage BUCHER

Ces bineuses à doigts de caoutchouc s'adaptent parfaitement sur nos porte-outils de maraîchage Bucher (voir ce billet sur le Bucher pour plus d'infos).
Elles travaillent la terre sur le rang à 3 ou 4 cm de profondeur. Le résultat est spectaculaire !

Aucune fatigue pour la bête et le maraîcher. On peut travailler facilement deux ou trois lignes au pas moyen ou vif (entre 4,5 et 7 km/h). L’axe des bineuses à doigts s'adapte très facilement sur nos attaches de socs. On peut ainsi sur une même barre d’outils installer des bineuses à socs pour l’inter-rang et les bineuses à doigts, ou bien monter une roue de jauge pour éviter un terrage trop profond (facultatif).

Il existe 2 diamètres de roues à doigts selon la taille de végétation des cultures, ils sont en effet très complémentaires pour le travail du maraîcher (les petites tournent plus vite mais les grandes passent sous les cultures à fort développement).

Voici la légère modification que nous allons apporter après nos essais (sur cultures à plat d’épinard et de chou). Afin d’améliorer le confort de conduite (avoir les mancherons à hauteur), ressouder une tige (étançon) de l,16mm x L,35-40 mm x H,500 mm. NDLR : (après demande de précision à Olivier) "concernant la rallonge il s'agit simplement des tiges des bineuses à doigts comme tu vois sur la photo. Il ne s'agit pas de toucher aux brancards ni même aux mancherons, simplement comme les roues bineuses reposent sur le sol et se mettent à tourner par l'avancement du cheval si on allonge leur tige automatiquement la barre d'outil sera plus haute, donc les mancherons aussi... est-ce plus clair ?"

Notre concessionnaire à aussi imaginé un système très performant de rotule à crans qui permet de faire travailler ces bineuses sur des buttes de largeurs différentes.

Quand l’innovation technologique s’adapte parfaitement à la tradition on peut vraiment parler de progrès…


NDLR (Deny) : Je vous ai trouvé quelques documents d'information et de formation, pour ceux qui comme moi ne sont pas spécialiste des techniques de sarclage...

Page bineuse à doigts de chez KRESS
Contact KRESS : info@kress-landtechnik.de

Document de la Chambre d'agriculture de la Drôme de 2005
Autre doc de la chambre d'Agri de la Drôme de 2006

Copie de la page web du site KRESS
Document 1 du site KRESS
Document 2 du site KRESS Document 3 du site KRESS

Document du STIFL

Document du SYNAGRI

Document du journal Pays Breton

Document de la Chamb Agri Côte-d'Or

Document culture feverole ITAB

Document Chamb Agri Bretagne