AG 2002 page 2/4
vers page 1/4 vers page 3/4

- Valoriser des interventions ponctuelles du cheval est un contre-sens agronomique et économique et va à l'opposé d'une valorisation de l'utilisation du cheval dans la vigne.
En effet un vigneron qui ferait passer un fois par an, un cheval dans sa vigne aurait droit au sur-étiquetage "l'Equusvinage".
Or tous les prestataires de services en vigne (à partir du moment ou ils ont assez de boulot) ne vont plus chez les donneurs d'ordre qui ne les font travailler qu'une seule fois, car c'est trop difficile pour le cheval (qui intervient entre les tracteurs).
C'est en effet beaucoup trop tassé (voir compte-rendu de visite SIL en Bourgogne dans ce numéro et plein de photos sur le site web d'Hippotese (http://hippotese.chez.tiscali.fr) rubrique "reportages" NDLR.).
- De plus l'Equusvinage peut apparaître comme une banalisation de "labels" s'il n'est pas associé à une augmentation de la qualité (gustative du vin ou agronomique de la vigne) et c'est un risque auprès du consommateur qui risque de perdre confiance dans les appellations et labels.
- Enfin, nous pensons que les utilisateurs occasionnels (que sont la plupart des membres de Trait de Génie) doivent se garder de penser faire la pige ou donner des leçons aux utilisateurs professionnels et qu'il aurait sans doute été plus judicieux de participer avec eux à une réflexion sur ce sujet et une mise en place de cette "bonne idée" plutôt qu'ils ne l'apprennent par hasard dans un article de presse…

CERRTA

Des nouvelles du  CERRTA (Centre Européen de Ressources et de Recherches en Traction Animale)
Rappel : Le CERRTA a découlé d'Hippotese pour répondre aux demandes professionnelles que l'on

ne pouvait pas gérer avec du bénévolat.
(Le CERRTA est plutôt le "bras armé" (de bonnes intentions), Hippotese plutôt "l'aile politique" NDLR).
En 2002 : il y a eu l'équivalent de 4 emplois "temps-plein" + 2 mi-temps, en prestation de services (visite touristique de la ville de Besançon, à la demande de la municipalité, 80 journées à 2 attelages), prestations de prestige (1440 F ht/jour pour un homme-cheval) et en spectacles.
L'atelier bourrellerie est maintenant très bien équipé et même si les délais sont encore parfois excessifs, Vincent fait de son mieux pour corriger le tir.
De plus, il peut maintenant présenter un tarif (voir le site d'Hippotese web (http://hippotese.chez.tiscali.fr, rubrique "CERRTA") avec un catalogue qui s'étoffe et présente l'ensemble des harnais de travail mise au point par Hippotese (du porte-mors au harnais de débardage à avant-traits rigides en passant par le harnais  Grand-Vallier...).
Il travaille aussi de nouveaux matériaux comme le "Biotane" qui ressemble au cuir mais ne nécessite aucun entretien et semble très solide (en test intensif actuellement NDLR).
En conclusion, le CERRTA rempli sa mission et est sur la voie de la réussite économique mais cela représente un engagement important de ses membres car il y a des périodes de "bourre" très contraignantes (en particulier l'été avec les prestations touristiques, les spectacles, les foins et le reste...).

Chantier collectif de débardage de Montrond (39)

Rappelons la philosophie des chantier collectifs de débardage de l'association : aspect démonstration

auprès des donneurs d'ordre locaux, aspect formation interne, aspect échange, réalisation d'un chantier dans des conditions réelles à un coût proche du marché pour le demandeur en respectant les bonhommes, les chevaux et le site.

A ce propos, on aime bien que les "donneurs de leçons" soient présents avec leurs chevaux et nous présentent leurs méthodes de travail "sur le terrain" pour qu'on puisse progresser... (rassurez-vous, en général, leur cheval boîte ces jours là… NDLR).

Donc nous avions reçu une proposition pour un chantier collectif de débardage pour la commune de Montrond (39), par un membre de l'association, ancien membre du conseil d'administration d'Hippotese, lui-même adjoint au conseil municipal.
Ce chantier consistant à éclaircir une forêt qui couvre le sommet du mont (rond) qui domine le village, au sommet duquel se trouve une tour en ruine (classée récemment au monument historique) de façon à la dégager des arbres et créer une zone de promenade et de pique-nique. Pente forte à très forte, 140 M3 en 200 morceaux prévus, un seul chemin d'accès étroit et non carrossable, traîne 300 mètres, un peu longue en forte pente, stockage en bas du mont.
Pour une question d'illumination (à noêl) de la tour, le chantier, qui devait se faire début janvier 2002, s'est fait les 23, 24, 25 novembre 2001 (sous une neige humide).

On est parti à la confiance, (comme d'habitude...), le chantier de 3 jours s'est bien passé entre nous, une dizaine de chevaux, une vingtaine de meneurs dont 3 stagiaires CERRTA, pas mal d'arbres encroués, chantier difficile (traîne longue et forte pente boueuse à

ASSEMBLÉE GÉNÉRALE 2002

HIPPOBULLE nº 25 page 2/4
vers page 1/4 vers page 3/4