Hippotese, Le cheval de Travail

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Mot-clé - jeu Hippotese

Fil des billets - Fil des commentaires

lundi 5 février 2007

Jeu N2, Cheval de trait sur la falaise... Epilogue

En recherchant sur le web, je viens de trouver des infos et des photos d'Eugène Lunven...

Trouvé sur le blog "Pensées à perdre la raison", un article, de Quentin, sur les Goémoniers, écrit en octobre 2006 :
Extraits :
"Nous avons rencontré un goémonier. Eugène Lunven est né en 1922 dans un village du Finistère. Son métier, il l'a appris de ses parents, mi-paysan et mi-goémonier depuis quatre générations. "Passion, besoin et tradition", l’on motivé à continuer. Le bétail, l'orge, le blé et la betterave constituent les principales sources de revenu. La récolte du goémon représente un complément financier. Concernant l'avenir de la profession, Eugène Lunven reste septique. "Pas d'avenir pour un métier si peu rentable : les jeunes ne s'y investiront pas". La cause en est principalement l'imposition de certains quotas trop exigeants car la pêche est strictement réglementée. Eugène se rappelle du temps où, avec son père, ils se rendaient sur les grèves qui leur étaient attribuées, à l'aide d’un tirage à la courte paille, par un garde côtier. Une surface de pèche, selon la taille de la paille. "C'était dur, mais quel bon temps, explique-t-il, maintenant la goémonerie est révolue. Mon dernier espoir, ce sont les industries alimentaires qui développent la gastronomie à base d'algues."

Trouvé sur le site Chevalmag.com, l'indication d'un reportage sur Eugène Lunven, paru dans Cheval Magazine n°354 de mai 2001 (si un fidèle lecteur l'a en stock, qu'il me fasse une petite photocopie pour diffuser à tous...).
Titre : Le dernier des goémoniers
Contenu : Des décennies durant, les paysans ont collecté le goémon sur le littoral breton, aidés par les chevaux. Aujourd’hui, il ne reste plus qu’un seul goémonier à la Pointe St-Mathieu : Eugène Lunven ramasse cet engrais, que transporte sa fidèle jument de trait.

Trouvé sur le site TV Résidences, une télévision géniale, réalisée par des "anciens" :
Le magazine n°31 de Décembre 2000 – (Production TV Résidences – Durée : 52 mn) contient entre-autres :

  • La finale des tréteaux chantants, à Brest, a mis en concurrence 14 préselectionnés.
  • Rencontre avec les résidents et responsables des foyers logements de Créteil.
  • « Brest Express », le nouveau livre de Jean LE GOUALCH sur le Brest d’hier.
  • Tranche de vie : Eugène LUNVEN de la Pointe Saint-Mathieu. Un personnage …
  • Une fête médiévale a été organisée dans une résidence Brestoise.
  • Un livret de 100 vieilles photos du siècle passé est réalisé à Plouvien.

Vous pouvez commander cette cassette : d'une durée moyenne de 52 minutes
Prix de vente à l'unité : 20 Euros + 4.12 Euros de frais d'expédition pour la France.
Disponible en format DVD soit 23,00 + 4.12 de frais d'expédition.

A commander à l'adresse de l'association : TV Résidences, 4, rue de Champagne, 29200 - Brest
tél : 02 98 47 62 58 fax: 02 98 47 13 46
Site web : www.tvresidences.fr.st
E-mail : tvresidences@libertysurf.fr

Vous pouvez aussi télécharger 5 vidéos gratuitement sur le site (30 à 70 Mo), je ne les ai pas toutes téléchargées, mais sur la N°1, il y a un film de cerclage de roue et sur la N°5 un film de culture du blé noir très intéressant...

Une photo, maintenant...

Trouvé sur le web... Pour Eugène, pas de problème (c'est marqué !) mais pour Huguette, je garantis rien... Quoique...
A la réflexion, je trouve que la photo de départ ressemble un peu à celle-ci, même photographe ?
En tout cas merci à H. Thepaut pour cette photo, qui confirme bien la présence d'Eugène dans le secteur de la pointe de Saint Mathieu...

Aller, pour mémoire, je vous redonne la photo de départ...

vendredi 2 février 2007

Jeu N2, Cheval de trait sur la falaise... Suite de la solution...

Et alors, le nom de la jument ?

J'y viens, j'y viens...
Comme on l'a vu hier, on sait maintenant que la scène a été photographiée en Bretagne, sur la pointe Saint Mathieu.
On sait aussi qu'il y a une soixantaine de daviers sur cette côte, je cherche lequel a été utilisé, à quelle date et par qui ?
On peut chercher, sur le web, des infos sur "saint mathieu" en Bretagne. On apprend vite qu'il y a :

  • une abbaye (en tout cas des ruines de l'abbaye Saint-Mathieu de Fin-de-terre),
  • un phare, le phare de Saint Mathieu,
  • un monument aux marins disparus en mer,
  • et que c'est un site stratégique militaire que les Allemands ont truffé de batteries anti-aériennes en 1940.

Cette dernière info est d'importance, car on distingue sur la photo initiale un genre de blockhaus.

Cherchons avec "abbaye saint-mathieu", on découvre sur le site "Les Amis de St Mathieu" : http://amis-st-mathieu.org, dans l'historique de l'association, qu'en 1987 : L'association a réalisé pour une exposition sur "Le travail du goémon à Plougonvelin", deux reconstitutions, dont une avec "davied" :
(...) La reconstitution de remontées du goémon de la grève des Rospects, grâce au davied, et de la grève du Goazel, avec cheval et charrette permet d'actualiser une activité courageuse de nos anciens. M. Eugène Lunven fut, avec sa bonne jument Huguette, le principal acteur de ces reconstitutions."

Et voilà pour le nom de la jument Huguette...

Les recherches sur le phare et le monument aux marins disparus en mer ne donnent rien, mais par contre, une recherche sur "batteries saint-mathieu" nous permet de trouver un site sur les ouvrages défensifs allemands et en particulier un "abri pour projecteur de 150 cm" qui ressemble étrangement avec "sa casquette" au blochaus de la photo (voir sur le site :
http://www4.culture.fr/patrimoines/patrimoine_architectural_et_mobilier/

Une recherche dans les "pages jaunes" de la mairie de "le conquet", puis "vue aérienne" puis suivre la cote vers le sud, puis la recherche d'un emplacement de batterie au bord de la falaise et non loin de l'abbaye, permet de localiser rapidement "l'abri pour projecteur de 150cm" (Nota : la mairie de Plougonvelin aurait donné le même résultat...).

Voici enfin l'abris pour projecteur localisé, et donc le davied de la photo tout à côté...

Grace au web, sans bouger de ma Savoie, j'ai expliqué, daté, localisé et identifié un cheval au travail et son propriétaire... Je suis content...

Vérification : Je ne suis pas sûr à 100% de ma localisation, mais on aperçoit sur la photo initiale, des rochers en mer, plus au large, dans l'axe du davied, c'est effectivement la configuration de la côte à cet endroit.
Il existe à Plougonvelin, 9 personnes du nom de "Leven" ou "Le Ven" et même "L'éven", dont 3 à moins de 500 m du davied supposé, aucun ne se prénomme "Eugène", mais ils sont sans doute de la famille...

Je laisse aux Bretons, le soin de vérifier sur place la présence d'une pierre de davied à cet emplacement, de mon côté, je vais tenté de trouver d'autres traces du propriétaire du cheval et de la date précise de la reconstitution...

Si vous avez d'autres éléments ou compléments à apporter à cette recherche, ils sont les bienvenus...
Merci aux auteurs des sites qui m'ont aidé, à leur travail et à leurs photographies...
Merci à Eugène Leven et Huguette et leur photographe, de leur participation (involontaire) à cette enquête, qui nous ont apporté 10 jours d'énigme forte agréable...

Bientôt un autre jeu de la photo mystère...

mercredi 31 janvier 2007

Jeu N2, Cheval de trait sur la falaise... La solution...

Bon bin bravo à tous les participants, vous n'avez pas trouvé et pourtant vous n'étiez pas loin...

En fait, fierté mal placée, je préfère ça... Je suis trop content de moi, parce que ce coup-ci j'ai trouvé le lieu, la date de la photo et même le nom de la jument (et de son propriétaire aussi d'ailleurs...).

Mais laissez-moi vous conter cette histoire assez incroyable...

Quand j'ai trouvé cette photo, j'ai pas compris ce qu'ils remontaient, j'ai vu comme vous, qu'il s'agissait d'une potence en haut d'une falaise sans doute en Bretagne à cause du cheval...

Comme je sais que les marins (surtout Bretons) ont souvent des termes spéciaux de battelerie pour désigner leur outils, j'ai cherché par simple curiosité linguistique si cette potence n'avait pas un petit nom...

Dans la base de vocabulaire de Géomorphologie de l'Institut Océanographique de Monaco, j'ai rien trouvé en cherchant avec le mot "potence", mais j'ai trouvé avec le mot "falaise", cette potence bien particulière s'appelle en Bretagne un "davier" ou "davied".

Voici la définition qu'en donne cette base (mot recherché "falaise", la 12 ème définition c'est celle du "Davier").

Une fois le nom si particulier trouvé, il suffisait d'interroger le web avec ce mot...

J'ai trouvé ces documents :


Sur http://www.francerama.com/escapades/sentiers_goemoniers/fr/index.htm


Sur http://www.francerama.com/escapades/sentiers_goemoniers/fr/index.htm


Sur www.hippocampeplongee.com/randonnee.htm

et ces informations :

"De la pointe St Mathieu à la pointe de Korsen (Plouarzel), un mode de transport original était utilisé pour remonter le goémon-épave qui s’entassait au pied des falaises. Il s’agit du davied, sorte de treuil dont la base était des pierres sèches encastrées dans la falaise avec sur le dessus une large pierre plate percée d’un trou dans lequel était fixée une poulie. Des vestiges de davied sont toujours bien visibles du sentier côtier menant de Plougonvelin à la pointe St Mathieu."
(texte tiré de "La route des algues et des goémoniers", Edit : Agence de Développement du Pays des Abers - Côte des Légendes, sur le site : http://www.aberslegendes-vacances.fr)

"Contrairement à la côte nord du Léon qui permet une approche des charrettes jusqu'à la "laisse" de mer, la côte au sud de la pointe Saint Mathieu, escarpée, aux bords abrupts, se prête mal à un enlèvement massif du goëmon de coupe qui prolifère sur le haut fond des Rospects, battu par la houle de sud ouest. Il apparaît nécessaire de créer un appareil spécifique.
(...) Des murs de pierres sèches sont soigneusement élevés. Le vide intérieur, à l'opposé de la falaise, est comblé par du remblais recueilli à l'entour, afin de former une terrasse permettant l'accès des charrettes mais aussi les allées et venues du cheval utilisé pour monter les algues. Sur ces terrasses ou non loin sont installés des fours à soude dans lesquels on brûle le goëmon séché afin de recueillir les pains de soude qui sont envoyés à l'usine pour traitement. Le davier proprement dit est l'ensemble de levage, utilisé pour monter la charge. Il comprend la pierre (ar mean daviet) percée d'un trou dans lequel vient se loger un espar en bois d'orme (ar c'hoad daviet) surplombant le vide, au bout duquel se trouve un réa permettant le passage de la corde. Cette pièce de bois est basculée à l'arrivée de la charge afin de la déposer en sécurité sur la terre ferme. (...) Plus d'une soixantaine de daviers sont dénombrés dans cette partie du littoral."
(Rémi le Martret dans le texte "Les Davieds de Saint Mathieu", sur le site : http://www.auxmarins.com)

NB1 : Pour ceux qui voudront en apprendre plus sur le goémon, je vous recommande "Le goémon dans tous ses états" et d'ailleurs aussi, tous les autres documents historiques sur le site : http://www.cc-paysfouesnantais.fr/tourisme/les_archives.

NB2 : le nom de "davier" est encore utilisé en accastillage, c'est celui que l'on donne à une poulie ou un rouleau qui, à la proue ou à la poupe d'un bateau sert à laisser filer ou à remonter un cordage ou une ancre.

NB3 : Je sais maintenant que ma recherche doit porter sur la pointe Saint Mathieu, mais au fait c'est où la pointe St Mathieu ?
C'est la partie nord de la pointe de la Bretagne, la plus au large, à la sortie de la rade de Brest, entre Plougonvelin et Le Conquet.

A Suivre...

mardi 30 janvier 2007

Jeu N2, Cheval de trait sur la falaise... des pistes...

Bon, pour le jeu N2, je vous donne quelques précisions...

Oui, le cheval est breton, donc c'est en France et en Bretagne...

C'est une reconstitution historique récente, mais l'usage est ancien...

La potence porte un nom spécial, je ne vous en dit pas plus... Les Bretons comprendront...

Il vous reste jusqu'à mercredi 31 janvier 2007, à minuit, pour trouver...

Vous êtes prés du but... Courage !

dimanche 28 janvier 2007

Photos de boeufs suisses en collier

Suite aux recherches que nous avions effectué sur les Boeufs des Grands Moulins de Granges Marnand (Suisse), Marc Rebeaud, citoyen hevétique, voisin de Granges Marnand, nous a envoyé quelques photos de boeufs de son village.

La première date des années 1930, et a été prise à "les Vursys".
Remarquez que les boeufs sont attelés au collier sans joug, remarquez aussi la taille du boeuf de droite, il ressemble, en taille, aux boeufs des Grands Moulins...
A gauche, il s'agit apparemment d'une vache.
D'après Marc, ce sont des bêtes de race Siemmental (Simmental), c'est une race très ancienne, son livre généalogique a été créé en 1806, dans le canton de Berne. Ces vaches étaient alors très recherchées pour leur croissance rapide, leur excellent niveau de production laitière et fromagère, et leur qualité de bêtes de force.... (http://www.lavache.com/vamonde/suisse/simment.htm)
La charrue est de type "brabant".

Cette deuxième photo date, des années 35-40, l'un des gamins est un copain du père de Marc.
Remarquez le port du collier ici aussi (quoique plus courant quand on attèle seul un boeuf).
Le mode d'attelage du chariot 4 roues ressemble à l'attelage en "mancelles", la mancelle étant une pièce de cuir qui est suspendue au collier.
Ce mode d'attelage, encore utilisé en Suisse pour les chevaux, n'utilise pas de sellette.
C'est un mode d'attelage réservé au chariot 4 roues ou voiture à 2 roues, légère.
C'est un système "cousin" de l'attelage "en cheville" ou en "prenants de collier" Francs-Comtois (ils sont voisins de territoire).

La toisième photo, ne montre pas d'attelage, mais je laisse Marc commenter :
"Photo des bûcherons : malheureusement pas de traction animale ici, mais une bonne vue du matériel de transport, qui lui n'avait pas changé.
Je pense que de toute façon le débardage ne pouvait pas être fait par le tracteur vu les pneus qu'il avait.
Donc, débardage avec les boeufs en forêt puis transport jusqu'à la gare avec le tracteur."

NB : J'ai reçu, il y a quelques jours, une demande de renseignements, au sujet de roues de 1,80 m ayant appartenu à un trinqueballe (ou diable de débardage) forestier.
Je profite de cette photo pour montrer à Céline J., l'aspect d'un trinqueballe de cette taille (c'est le dernier véhicule de la file).

dimanche 21 janvier 2007

Jeu Hippotese N2, Cheval de trait sur la falaise

A la demande générale, voici le jeu N2... "Le cheval de trait sur la falaise", il s'agit à priori d'une photo d'une reconstitution historique.

A mon avis, facile...

Je vous rappelle les règles du jeu, trouver le lieu, le contexte et toutes les informations intéressantes liée à la photographie présentée.

Si possible, proposer une idée doit s'accompagner d'une explication ou d'un argumentaire minimum...

Vous pouvez participer en mettant un commentaire (public) à ce billet, en envoyant un message et/ou un document par le formulaire de contact (en haut à droite) ou en envoyant un mél (avec un doc attaché éventuellement) sur le mél d'Hippotese (hippotese-chez-free.fr), dans ces 2 derniers cas, je rendrai publique les infos (avant la date limite) en fonction de leur intérêt pour le jeu...

Evidemment, je vous dirai tout, après la date limite du jeu dans 10 jours, le mercredi 31 janvier 2007... Bonne recherche...

NB : Au fait, on ne gagne rien... Sinon s'enrichir mutuellement de nos connaissances et s'amuser...


Cliquez pour agrandir...

mercredi 17 janvier 2007

Jeu Hippotese N1, attelage de boeufs, les résultats...

Bon d'abord, bravo à tout ceux qui ont participé...

Et une précision aussi, je n'avais jamais vu cette reproduction de carte postale ancienne, avant de la trouver sur Internet sur un site de vieilles photos, début janvier 2007.

La reproduction n'était pas de bonne qualité et je vous l'ai donné telle quelle ou presque (amélioration du contraste), seule la date présumée était indiquée : 1915.

Par contre il y avait une chose qui m'a tout de suite étonné, et vous l'avez vite remarqué, ce sont ces boeufs attelés en collier, et de vrais colliers de boeufs comme l'a précisé Vincent, notre cher bourrelier à Mont sur Monet (39).

3 autres détails m'ont étonné (et pas vous apparemment...), la taille gigantesque de ces boeufs (le garrot, plus haut qu'un homme debout), nous y reviendrons, l'attelage à 4 (pas si fréquent sauf en travaux très difficiles comme le labour ou le transport de grume) et les costumes des meneurs portant tous deux casquettes à la "chef de gare" ou "conducteur de tram".

J'en ai conclu qu'il ne s'agissait pas de boeufs "de ferme" mais sans doute de boeufs "d'industrie", équipés pour le "roulage" de chariots lourdement chargés et/ou dans une région très vallonnée.

La maison en arrière plan m'a fait tout de suite penser à une région de montagne, grosse grange pour "le foin pendant un long hiver", pente de toit, beaucoup de bois et le thulé (cheminée d'aération et d'évacuation de la fumée destinée aux charcuterie).
j'ai tout de suite pensé au Doubs ou au Haut Jura, mais il y avait les arbres en espalier contre la façade comme l'a remarqué Hervé, donc pas de froids trop intenses...

Il y avait surtout l'indication "les boeufs des Grands Moulins, Granges", j'ai mis un peu de temps à comprendre qu'il s'agissait peut-être de boeufs appartenant à une entreprise s'appelant "Les Grands Moulins" (comme ceux "de Paris"), dans un village ou un lieu-dit s'appelant "Granges". J'ai cherché tous les "Granges" de France (sur un guide routier), j'en ai trouvé plusieurs dont 2 dans le Doubs (dont Granges Maillot), un dans les Vosges (plausible) et quelques autres, ailleurs en France (dept 71, 01, 15...) moins plausibles, mais auprès d'aucun, je n'ai trouvé de "Moulins" ou "Grands Moulins".

Dans Google, j'ai rentré un peu par hasard : "Grands Moulins Granges", le premier lien qui est sorti (à l'époque, il y a 10 jours, aujourd'hui, 17 janvier, c'est le weblog d'Hippotese ;-)) parlait d'une entreprise "Minoteries SA" qui en 1987 avait fait l'acquisition des "Moulins de Granges SA", sis à Granges-Marnand (ou Granges-près-Marnant), en Suisse.
La société "Moulins de Granges SA" était elle-même une société familiale créée en 1912 par la famille Bugnion sur le site de moulins existants bien antérieurement.

J'avais ma solution, ces boeufs appartenaient sans doute à l'entreprise "Moulins de Granges SA", propiété depuis 1912 de la famille Bugnion et que les gens du cru continuaient à appeler "Les Grands Moulins".

Une fois le bout de l'histoire trouvée, j'ai pu (grâce à Internet) trouver une image de cette période des "Grands Moulins" (1917) et d'autres images du village de "Granges Marnant" (1903 et 1909).




Et puis il y avait la taille gigantesque de ces boeufs (sans doute "Mombéliard"), j'ai réussi à trouver une photo d'un boeuf, premier prix (donc déjà hors du commun) d'une expo agricole locale de cette époque (1927 à Boudry, Suisse), je vous la livre pour comparaison.
Les 4 boeufs des "Grands Moulins" sont encore plus grands...
Je pense que l'entreprise devaient posséder un équipage de boeufs assez exceptionnels... Pourtant malgré mes nombreuses recherches, je n'ai trouvé aucune autre reproduction, ni citation de ceux-ci...



La photo originale pour mémoire

Je n'ai d'ailleurs trouvé aucune autres photos de boeufs Suisse "en collier", même si je pense qu'ils ont été assez fréquents en particulier dans le roulage...
Amis Suisses, je compte sur vous...

Il me restait enfin à vérifier mes découvertes, je me suis adressé directement à "Moulins de Granges SA" (devenu Biomill SA) où M. Olivier Piot a très gentiment confirmé mes trouvailles, m'indiquant que le photo des boeufs figurait en poster dans l'entreprise et avait été prise devant une maison du village des Granges Marnant, à peine à 200 mètres du moulin.
A ma demande, il m'a indiqué sur une photo aérienne l'emplacement de la "maison des boeufs" et m'a même fait une photo actuelle de celle-ci (le 17 janvier 2007).




La photo originale pour mémoire

Merci encore M. Piot, pour votre contribution, au nom de ces cinglés de la traction animale que nous sommes...
Merci à tous de m'avoir suivi dans ce délire...

Et bientôt un nouveau jeu pour faire "parler" une autre photo...

jeudi 11 janvier 2007

jeu-hippotese-1-attelage-de-boeufs (détails)

Bon j'ai triché un peu sur les dates pour que le précédent billet (du 7 janvier) sur le jeu suive juste celui-ci sur le blog, ce sera plus pratique pour continuer à réfléchir...

Ce sont les dernières indications que je vous donne avant la clôture du jeu qui aura lieu le 17 janvier 2007.

D'abord, bravo à tous les participants... Ceux qui n'ont pas osé participer ont eu tort, la recherche historique n'est jamais vaine ni ridicule...

Ensuite, un rappel des règles du jeu, vous donnez votre sentiment, c'est bien, c'est mieux si vous précisez pourquoi ou comment vous êtes arrivé à une telle conclusion, de façon à relancer l'émulation des autres joueurs...

Vous pouvez aussi, via le mél ou le formulaire de contact (en haut à droite du blog) envoyer un document ou citer une référence qui complète votre explication...

Je vous donne ici une nouvelle image de la carte postale, (un peu) plus grande et plus contrastée.
Je vous ai fait aussi 3 agrandissements de détails "importants"...

Enfin je vous rappelle qu'il faut trouver l'originalité (c'est fait, mais seulement en partie), le lieu (c'est encore incomplet), mais aussi le contexte de cette image ("expliquer la légende", donc en gros nous raconter l'histoire de cet attelage extraordinaire).

Bon, aujourd'hui 11 janvier, vous êtes sur la bonne piste... mais y'a encore un peu à fouiller et réfléchir...





Jeu Hippotese N1 attelage de boeufs

(date originale d'écriture de ce billet : 7 janvier 2007) Fidèles lecteurs, comme je vois que vous êtes joueur, régulièrement, je vous proposerais un petit jeu de découverte à partir d'une image ayant un rapport avec la traction animale.

Le but étant bien sûr d'apprendre, d'observer et de partager nos connaissances.

Le premier jeu : il s'agit d'une carte postale de 1915.
Comme nous ne parlons sans doute pas assez des animaux, autres que les chevaux, nous commencerons par les plus utilisés d'entre eux, en France avant 1850, j'ai nommé les boeufs.

  • Questions : En quoi cette image est-elle exceptionnelle ?
  • Questions subsidiaire : pourriez-vous localiser cette image avec précision et expliquer la légende ?

Les réponses sont à faire dans les commentaires ici, ou sur le mel d'Hippotese (hippotese-chez-free.fr) ou à l'aide du formulaire de contact (en haut à droite).
Vous pouvez envoyer tout document (max 200 Ko) permettant d'étayer votre réponse ou de nous apprendre quelque chose (et vous nous autorisez de fait à les publier ici).


Cliquez sur l'image pour l'agrandir...

page 2 de 2 -