Hippotese, Le cheval de Travail

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Mot-clé - Bernard Michon Hippomobile

Fil des billets - Fil des commentaires

dimanche 23 décembre 2018

Porte-Outils de maraîchage, en Paire, à 4 roues (POP4), vidéo des 1er tests, sous serre... (décembre 2018) et retour sur ce projet...

Pour ceux qui ont raté le début (et surtout ceux qui n'ont pas bénéficier des infos en avant première dans l'HippoNiouse parce qu'il ne sont pas adhérent... Et toc !) :

Fin 2017, et surtout en 2018, un nouveau projet a vu le jour avec l’Atelier Paysan : le POP4 (Porte-Outils en Paire à 4 roues) pour travailler en Traction Animale en planches permanentes...

1ers essais du POP4 (Porte-Outils en Paire à 4 roues) en décembre 2018 à la Ferme de Nico et Vincent à Montoison (Drôme)

Pourquoi travailler en planches permanentes ?

L’intérêt des planches permanentes, pour les maraîchers avec des surfaces relativement importantes, est surtout de limiter le tassement du sol cultivé (puisque les animaux circulent dans les "passes-pied" entre les planches et non entre les rangs).

Celà permet aussi de densifier les cultures en rapprochant les rangs (en monorang, il faut prévoir un passage pour le cheval et le meneur et 2 passages pour les roues), en planches permanentes, les chevaux et les roues passent sur les 2 passes-pied, et le meneur est soit porté par l'outil au dessus de la culture, soit marche derrière sur l'un des passes-pied.


Culture en monorang (ici des patates)


Culture en planches permanentes (oignons)

Des essais ont été fait de travailler en planches permanentes avec un seul cheval (qui marche sur l'un des passes-pied), et un outil déporté par rapport à la traction (voir ici, lors de la 7ème journée technique maraîchage en Haute Savoie).

Mais outre le fait que l'on manque de puissance pour certains travaux, le cheval travaille mal et doit supporter un effort latéral contraignant.

Pour info une barre de binage demande un effort de 130 kgf pour les travaux les plus lourds (buttage 2 rangs ou décompaction du sol au printemps), alors qu'un cheval seul permet un effort moyen de 70 kgf au pas de travail (en traction idéale et continue).

Il y a aussi la solution d'atteler le NéoBucher en paire (avec des chevaux à 2 mètres d'entraxe dans les passes-pieds), mais si on résout le problème du tassement du sol par les chevaux, le meneur lui marche sur la planche et garde les mains prises pour la correction de trajectoire (ce qui rend difficile le menage en simultané car il n'y a pas de guides à la ceinture en menage en paire).
De plus le réglage de terrage n'est pas réellement possible


Le NéoBucher attelé en paire

La majorité des outils maraîchers en traction animale en France ne sont pas adaptés à ces techniques culturales, peu de maraîchers en traction éprouvent la nécessité de cette technique car leur surface sont limitées. Mais certains voient leur ferme s’agrandir et auraient besoin d’évoluer.

Les futurs meneurs-maraîchers, capables de maîtriser la technique complexe d’une bineuse à 2 chevaux, ne sont pas insensibles au concept mais il faut concevoir de nouveaux outils.

Une équipe d'une dizaine de personnes (la plupart maraîchers) s'est attelé à cette tâche à l'automne 2017, après une étude de l'existant en France, en Allemagne et aux États Unis...

Quelques exemples de l'existant (pour la plupart resté au niveau du prototype ou du modèle unique) :


Bineuse IJ (fabriquée en série US)


Bineuse G-Haw (Proto US)


Bineuse Bernard Michon Hippomobile (Proto France)


Bineuse Univecus (Proto Allemagne)


Bineuse Schmitz (Proto Allemagne)

Plein de rencontres et d'échanges de méls plus tard, la réalisation d'un cahier des charges d'un porte-outil à 2 chevaux idéal, permettant de faire de la planche permanente et aussi d’autre types de travail du sol, aboutissait...

Cahier des Charges sommaire du futur POP4 :

- 2 chevaux, pour avoir la puissance nécessaire
- Écartés à 160 cm, soit l’écartement des planches
- Avec des freins efficaces
- 4 roues pour une bonne stabilité (2 directrices pour la correction de trajectoire et 2 "folles" qui permettent le demi-tour le plus court possible en bout de rang.
- 2 timons pour plus de confort des chevaux dans les manœuvres, avec grand écartement
- Une position de menage assise, pour gérer les guides et ne pas écraser les planches
- Une direction des barres de binage avec les pieds, pour gérer à la fois guides et outils
- La possibilité de monter différentes barres de binage ou de travail du sol facilement et rapidement (la barre à section triangulaire du NéoBucher sera sans doute conservée).

Paul Jarreau et Joseph Templier de l'Atelier Paysan ont pû alors faire les premiers dessins 3D qui ont été discutés et remaniés par l'équipe pendant l'année 2018...


Dessin du proto virtuel...


Schéma explicatif du proto virtuel...

Et un premier proto a été construit à la ferme des Volonteux près de Valence, (26), en une semaine, du 19 au 23 novembre 2018, par une équipe formée de Sylvain, Remy, Thomas, Vincent, Ivan, Mickael, Etienne et Paul.


Nico et Thomas Peyre ont finalisé l'hydraulique les semaines suivantes et mi-décembre les premiers essais ont pu avoir lieu...


1ers essais du Proto POP4, début décembre 2018


1ers essais du Proto POP4, début décembre 2018


1ers essais du Proto POP4, début décembre 2018


1ers essais du Proto POP4, début décembre 2018

Certes, il reste des finitions à faire et puis sans doute des modifs, certains choix seront peutêtre remis en question, on a l’expérience du projet NéoBucher qui pourtant partait d'un porte-outils existant et qui a mis plus de 3 ans pour aboutir à sa version définitive...

Il faut savoir prendre un peu de temps pour fignoler les détails, tester en conditions réelles sur plusieurs mois, sans vouloir multiplier trop vite un proto inabouti...

En tout cas bravo à l'ensemble de l'équipe qui nous offre en avance un super cadeau de noël...

Si vous voulez vous raccrocher au projet...

D'autres infos sur le site de l'Atelier-Paysan ici...
Ou le PDF de l'article de l'Atelier-Paysan sur le POP4 ici (9 Mo)

Pour toutes questions, renseignements ou participation, contactez Vincent Bastard (vincent.bastard-chez-posteo.net) ou neobucher@googlegroups.com

dimanche 11 octobre 2015

Assemblée Générale d'Hippotese, le dimanche 15 novembre 2015, à La Combe Naguin, 71960 Berzé-le-Châtel (Saône et Loire)

L'ASSEMBLÉE GÉNÉRALE d'HIPPOTESE se tiendra cette année le dimanche 15 novembre 2015, chez Bernard Michon et Éloise, à La Combe Naguin, 71960 Berzé-le-Châtel.

NB : Sur une carte, Berzé le Chatel, se trouve à quelques kilomètres au sud de Cluny (71).

Nous serons reçus par Bernard et Éloise, tel 06.85.32.81.88

Comme d'habitude, nous vous attendons dés le samedi 14 novembre 2015 pour regarder tout le matériel fabriqué par Bernard Michon Hippomobile et assister à quelques démonstrations (si le temps le permet)...

Évidemment nous ferons la fête, tous ensemble le samedi soir, et vous pourrez dormir sur place (apportez duvet, couverture et matelas...).

Demandez le programme...

Samedi 14 novembre 2015

Le matin à partir de 10h00, présentation libre de tout le matériel Bernard Michon Hippomobile
A midi, repas sorti du sac...
L'après midi à partir de 14h00, démonstration et essais possibles des matériels Bernard Michon, présentation du NéoBucher et du dernier proto de Porte-outils mono-rang Vignotte, issu de notre recherche (en collaboration avec Gilles Duvin).

Dimanche 15 novembre 2015

AG à partir de 9h00 !!! jusqu'à 13h, puis repas partagé

Logistique repas :

Comme d'habitude, la base du repas du samedi soir est prévu mais il faut apporter vos spécialités culinaires : (tartes, pains, fromages, pâtés, charcuteries, desserts, salades, vins, bières, fruits...) pour compléter et pour le dimanche midi.

Logistique couchage :

Si vous comptez venir le samedi et dormir la nuit du samedi au dimanche, vous devez apporter vos duvets, mousses et sacs de couchage, il est possible de dormir dans une salle mise à disposition par Bernard et Éloise ou planter la tente...

Un petit florilège des matériels que nous pourrons voir à l'AG (crédit photo Jean Léo Dugast et Bernard Michon)...

Chez Bernard et Éloise, c'est là...

Pour venir, 2 possibilités :

- En venant du sud : par l'autoroute sortie Mâcon Sud, direction Cluny-Moulin par la RCEA N79 - sortie Cluny sur D980 - au rond point 1ere à droite direction Cluny - puis à environ 300m tourner à droite (attention, on voit la route au dernier moment) - passer sous le pont du TGV et poursuivre tout droit - laisser une première ferme à gauche puis 100m après, monter à droite devant une maison rénovée - monter sur environ 350m jusqu'aux boîtes aux lettres - prendre le chemin à droite sur 1 km dans les prés, c'est tout au bout !

- En venant du nord : par l'autoroute sortie Tournus puis D906 jusqu'à Fleurville - au 2ème rond point prendre à droite direction Viré-Péronne-Azé. A Azé, prendre à droite direction Donzy le Perthuis-Cluny - en arrivant à Cluny, prendre à gauche juste après le camping - tout droit jusqu'au stop et prendre à gauche direction Mâcon D980 - à la sortie de Cluny prendre à gauche direction Déchetterie-La Combe Naguin-Ferme de la Corbette-Béton Rhône Alpes - passer le pont de TGV et tourner à droite (longer la voie verte sur la gauche et la voie de TGV sur la droite) - passer devant les Anesses de Julie et continuer - prendre la montée à gauche en passant devant une maison rénovée - monter sur environ 350m jusqu'aux boîtes aux lettres - prendre le chemin à droite sur 1 km dans les prés, c'est tout au bout !

Il y aura des pancartes...

vendredi 13 mars 2015

Journée technique Vigne en Traction Animale, mercredi 18 mars 2015, 13h00 à Bourg les Valence (Drôme),

Le 18 mars 2015, le Réseau Rhône Alpes Traction Animale, organise une Journée Technique "vigne" à Bourg-les-Valence (Drôme) avec le lycée agricole du Valentin.

L'intérêt pour des techniques alternatives de travail du sol dans les vignes est de plus en plus fort dans les différents vignobles.

Dans ce cadre, la traction animale présente de nombreux intérêts :
- Diminution de la pollution par les désherbants,
- Protection des ceps pour l'hiver,
- Décompactage des sols,
- Meilleure productivité des vignes
- Accessibilité aux terrasses et terrains accidentés...

C'est pourquoi les professionnels du RRATA (Réseau Rhône Alpes de Traction Animale) organisent une journée technique vigne, afin de présenter des techniques et des outils modernes pour le travail du sol dans les vignes.


Cliquez sur l'image pour charger le PDF du programme de la journée.

Programme :
13h : Accueil autour d'un café
13h30 : Début des démonstrations

Outils présentés : Porte outils "Percheron" Viti Méca, Porte-outils "Equinox" Vini-vitis-Bio, Charrue Vigneronne ETS Grenier Franco, Charrue Vigneronne ETS Jourdant, Bineuse ETS Fatton, Porte-outils "Pégase" et "Passe partout" Bernard Michon Hippomobile.

17h30 : Clôture et Bilan des démonstrations

à 18h par l'Assemblée Générale Extraordinaire du RRATA

Pour faciliter l'organisation de cette journée, nous vous remercions de nous signaler votre présence : Par mail : reseau.ra.tractionanimale@gmail.com
Par téléphone : 06 77 10 67 06

jeudi 11 décembre 2014

Reportage sur les chevaux de travail aux Jeux Equestres Mondiaux (23 août au 07 septembre 2014)

Avec un peu de retard, suite à quelques problèmes sur les serveurs du blog, je vous propose ce billet d'Annie Flacelière sur la participation des chevaux de travail à la logistique du Village des Jeux Equestres Mondiaux...

La Commission Nationale des chevaux territoriaux (CNCT) a convié trois prestataires ("les Traits Verts Clinchampoix"  de Jérôme BLONDEL, les "Ecuries du Petit Hautier" de Luc MICHELON et "Toscano Service Trait" d’Annie FLACELIERE, pour prêter main forte aux Meneurs Territoriaux afin d’assurer la logistique du Village des Jeux Equestres Mondiaux à Caen.


Toscana, Florence et Annie sur l’URBAN ZONE pendant la démonstration journalière de matériel hippomobile en situation urbaine...

Vincent, Olivier, Thierry, Adèle, Marie, Marc, Guy, Dominique, David, Delphine, Jean Claude, Frédéric sont venus de Trouville, Saint Pierre du Dive, Mantes la Jolie, Bois Saint Pierre, Paris et Poitiers. Jean Jacques SEITE nous a rejoint en milieu de séjour.


L'apéritif offert par Patrick Rebulard en fin de journée est le bienvenue...

Durant les 15 jours pendant lesquels les épreuves sportives étaient organisées, les attelages ont sillonné les allées pour ramasser les poubelles, les cartons, transporter les instruments de musique de la Garde Républicaine, arroser les parterres de fleurs et évacuer le fumier.

Nous disposions de voitures "Rebulard" pour le fumier et les cartons, d'un avant train deux roues "Bernard Michon Hippomobile" pour traîner jusqu’à six containers et d'une tonne à eau tractée par un autre avant train quatre roues également de conception "Michon".


La bonne stabilité de l’avant train 2 roues Bernard MICHON Hippomobile nous a permis d’accrocher jusqu'à six conteneurs…

A l’entrée du village, devant le Zénith où avaient lieu les compétitions, les chevaux étaient installés dans de larges boxes.
Nous avions de la paille et du foin à volonté de très bonne qualité.


De larges boxes garnis de paille et du foin à volonté...

Un autre boxe était attribué à chaque équipe pour la sellerie et stockage du foin.


Un autre boxe pour la sellerie et stockage du foin...

Des tenues complètes à l’effigie des "Chevaux de Travail – Energie des Jeux", nous étaient fournies afin de nous différencier des 3000 bénévoles présents sur les sites.

P. Rebulard a offert aux 20 chevaux territoriaux des couvertures polaire/fluo qui ont bien servi sous les pluies de la première semaine. Deux douches et un point d’eau juste à côté des boxes nous apportaient une grande facilité pour les soins de fin de journée.

Une "URBAN ZONE", où nous faisions chaque jour des démonstrations commentées de matériels hippomobiles en situation urbaine, était installée en continuité des allées de boxes. Nous nous relayons pour les passages environ toutes les heures.


Démonstrations sur l'Urban Zone...

La CNCT (Commission Nationale des Chevaux Territoriaux) disposait d’un stand pour accueillir le public, où nous avions toujours un café et des friandises pour nous requinquer tout au long de la journée.

Toutes les installations étaient gardées par des vigiles qui avaient leur QG devant nos boxes et un véto passait chaque nuit jeter un coup d’œil.


Jean Jacques et ses Mascottes….

Nous pouvions rentrer l’esprit tranquille à notre gite situé à Bayeux, où chacun retrouvait sa chambre après de bonnes journées de labeur (8 h à 23 h) par le minibus 9 places qui nous était alloué pour les trajets. Eh oui, tout était prévu…

Une grande exigence sanitaire nous a été imposée, comme aux 1000 chevaux de la compétition, J - 2 mois et J – 72 heures ; contrôle de santé du cheval et des écuries où il vit + prise de sang. Des compétences particulières étaient attendues pour les chevaux afin d’évoluer en toute sécurité dans la foule, avec les ballons, les fanions, les poussettes, les 40 tambours de la Batoucada, les chevaux de spectacle et les échassiers costumés de grandes ailes qui parcouraient le village.

Nous avions accès au restaurant et à l’immense salle de repos des bénévoles avec qui nous avons échangé, avec enthousiasme, en soutenant nos compétiteurs tricolores.


L’immense salle de repos des bénévoles pendant le déjeuner de la "relève"...

Vers 17 heures, nous réalisions un carrousel des six attelages, dans la carrière de présentation au centre du village. Cette carrière a aussi été hersée par nos équipes, en relais avec les cobs normands. Nous avons eu un excellent accueil du public, curieux de voir des chevaux accompagner les « voitures électriques » de Véolia dans leurs tâches quotidiennes. Les commerçants et restaurateurs étaient ravis de nos interventions et nous préparaient les sacs à évacuer.

Nous devons être en photos dans des albums du monde entier (72 pays représentés) et les équipes de France3 et d’Equidia nous ont sollicités pour des reportages sur notre travail.


Nous disposions de voitures "Rebulard" pour le fumier et les cartons...

Le bilan de nos interventions est plus que positif, au-delà de l’entraide et de l’amitié qui se sont installées au fil des jours, nous avons eu le sentiment de partager tous ensemble cette magnifique aventure qui ne se représentera pas de notre vivant (première fois en France depuis la création des Jeux il y a 28 ans – dans 4 ans au Québec).

Nous avons mis à l’honneur nos chevaux de travail de presque toutes les races, boulonnais, cobs, comtois, percherons et poitevins mulassiers. Nous avons présenté le travail de meneur territorial à un large public (+ de 15 000 personnes par jour présentes sur le site de Caen) en espérant que des élus aient pu avoir l’envie de créer des postes et remettre le cheval de trait au cœur des villes.


Remettre le cheval de trait au cœur des villes...

Mes amitiés à tous mes collègues des JEM en espérant les retrouver bientôt sur d’autres événements et un grand MERCI à Olivier LINOT, Lydia MALLET et Caroline SUN pour leur professionnalisme, leur attention et leur action en faveur des chevaux territoriaux. Nous sommes fiers de pouvoir dire « J’Y étais » (slogan des bénévoles).

Annie FLACELIERE

lundi 27 mai 2013

Saint-Imier (Jura-Bernois, Suisse) fait ramasser certaines ordures avec un attelage...

Marco Zandona (merci à lui) nous a fait suivre ce lien vers un petit reportage sur un ramassage de déchets en Suisse diffusé par l'émission "Couleurs locales" de la RTS (Radio Télévision Suisse)...

La commune de Saint-Imier (Jura-Bernois, Suisse) fait ramasser certaines ordures avec un attelage tiré par des chevaux Franches-Montagnes...

Pour l'instant, 2 chevaux, un avant-train suisse (et une benne Bernard Michon Hippomobile) et bientôt, un seul cheval et un avant-train assisté électriquement de chez Meterus...

Pour ceux qui ne peuvent pas lire cette vidéo, le lien vers le reportage sur le site de la RTS (Radio Télévision Suisse).

mercredi 6 juin 2012

Prestation exemplaire en Traction Animale pour la ville de Sciez (Haute-Savoie)

J'ai connu Françoise Dulac pendant son CS "Utilisateur Professionnel de Chevaux Attelés", ou même peutêtre avant, un stage Hippotese en 2009, je ne me rappelle plus....

A l'automne 2011, Je suis retombé sur un article de journal expliquant son travail pour la ville de Sciez (Haute Savoie), nous avons échangé quelques méls et je lui ai proposé de faire pour le blog d'Hippotese, une présentation technique de son activité (plutôt que l'éternel article "que le cheval dans la ville c'est vachement bien...", on devrait dire "chevalement bien" d'ailleurs...).

Mon idée étant plutôt de donner des exemples d'organisation et de solutions techniques pour une prestation à un cheval, dans une ville pas forcément plate et aider peutêtre ainsi un futur prestataire à préparer son activité.

Donc les photos et le texte de ce billet sont de Françoise Dulac, merci à elle...

Arrosage des massifs :

Déroulement de l'activité du 1er juin au 15 septembre :

Arrosage 3 matins (lundi, mercredi, vendredi) par semaine de 7h30 à 13h30 : soit 6h
- 7h30 grain à Pollux, préparation du matériel, préparation du cheval pendant que la cuve se remplie. - Départ 8h15 : 720kg de benne, 800 à 1000 litres d’eau, 120kg de personnes + matériel… Soit plus d’ 1 tonne 800 à décoller au départ.

J’ai plusieurs points d’arrosage assez longs, environ 20 mm ce qui permet à Pollux de se reposer.
Je remplie 1 fois au départ, 1 fois en arrosant donc je ne perds pas de temps (et je prends juste ce qu’il me faut pour la montée de l’église afin de soulager Pollux), et 1 dernière fois pour finir donc arrêt encore de 20 mm...
NB : En période de grosse chaleur je passe 2400 litres, et en moyenne 1800 litres.
A Environ 12h45 Pollux est dégarni, douché et grains…
Pendant qu'il mange, rangement du matériel et de la cuve.

Matériel utilisé pour l'arrosage :

Pour le matériel, j’ai pris une cuve de 1000 litres que j’ai mis sur une palette sur laquelle j’ai mis des roues. J’ai mis 2 tuyaux pour arroser (à certains endroits, on arrose à deux) et 1 tuyau pour remplir.

J'utilise une petite pompe 12v, 17 l/mm qui fonctionne avec une batterie (le tout est fixé sur la palette).
J’ai fait une plateforme pour la sortir et la remettre facilement afin d’utiliser la benne pour le ramassage des poubelles et l’entretien des massifs et bacs de fleurs.

Entretien des massifs :

En 2012, du 1/06 au 15/09 de 7h30 à 12h30 : soit 5h, en plus, le jeudi matin je vais faire l’entretien des fleurs que j’arrose, fleurs fanées, mauvaises herbes et j’irais vider mes déchets verts à la déchetterie.

Ramassage des poubelles :

Du 1/07 au 31/08 ramassage des poubelles au port et à la plage de 16h à 18h (les 3 après-midi où j'arrose: lundi, mercredi, vendredi).
- Préparation de Pollux et de la voiture (enlever la cuve), et environ ¼ d’heure pour aller au port.

Ramassage des sacs poubelles qui sont vidés ensuite dans les containers.
Retour, Pollux est dégarni, douché et grains...
Rangement du matériel et remise de la cuve en place pour le lendemain.

Gestion du cheval :

Le cheval : C'est un ardennais de 9 ans et de 850 kg.
Je l'ai acheté en 2007, il avait 4 ans. 3000 € (il avait fait que du débardage de 2 à 3 ans et ça s'était très mal passé, Il m'a fallu du temps pour rattraper ça).

Il est au pré sur place (prés communaux) avec herbe et foin à volonté et du grain 3 fois par jour, ce qui lui évite les voyages. Il est en congé le mardi.
Pour qu’il décompresse complètement, je le remonte le lundi à la maison et je le redescends le mercredi matin.

NB : C'est moi qui le nourrit, je bosse presque tous les jours car je fais des promenades touristiques avec une voiture 10 places adaptée pour les fauteuils roulants les jours où je ne travaille pas pour la ville.

La voiture hippomobile spéciale :

Bernard (Bernard Michon Hippomobile) m’a fait une voiture sur mesure, adaptée à mes besoins, je lui ai donné les dimensions de ma palette et je lui ai expliqué ce que je voulais faire avec.
Je voulais une voiture très polyvalente pour pouvoir répondre à toutes les demandes éventuelles (arrosage donc stable pour le ballant de l’eau, poubelles, ridelles amovibles, version basculante pour pouvoir transporter toutes sortes de matériaux, gravier etc.…).
Bravo à Bernard M. qui m'a fabriqué et livré ça en un mois...

Donc sur le plan technique, c’est une voiture utilitaire à quatre roues, ossature métallique, l’essieu arrière (charge admissible 900kg) à suspension sur silentblocs et freins à tambour. L’essieu avant (charge admissible 500 kg) non freiné sur tourelle.
Les marches pieds sur les roues avant sont très pratiques (sauf quand ça tourne !!!) un grand coffre de rangement sous la banquette, très pratique aussi que j’ai fermé par la suite pour l’esthétique.
La caisse basculante à l’arrière fait 2 m par 1.55 m avec pompe hydraulique manuelle et vérin de basculement.
Les ridelles amovibles font 42 cm. Brancards réglables et timon (pour 2 chevaux).
Le poste d’attelage est bâché avec un entourage transparent sur une ossature métallique démontable, très utile par mauvais temps mais aussi pour le soleil.
Feux de signalisation, gyrophare, rétroviseurs. Le poids à vide ? Env. 680 kg.

Conclusion, j’en suis très contente… (Bernard la d'ailleurs intégrée à son catalogue depuis, je crois).

Renseignements complémentaires,
Les Attelages Dulac
Dulac Françoise
76 chemin du Liège
74550 Draillant

Mobile :0673851468
Tel fixe : 0450363916

Mél : france74@orange.fr
Web : http://www.les-attelages-dulac.com

NB : Françoise cherche dans le Chablais, une ferme, pour installer son activité, si vous avez une piste...

samedi 26 juin 2010

Résultats et photos du Championnat d’Europe de Débardage au Cheval, à Euroforest 2010

Le Championnat d’Europe de Débardage au Cheval, organisé par France TRAIT, dans le cadre d’Euroforest 2010 (foire européenne forestière, tournée habituellement plutôt vers le gros machinisme motorisé) s'est déroulé sous une pluie incessante (nous y sommes habitués maintenant) les 17, 18 et 19 juin à Saint Bonnet de Joux (71), prés de Cluny.


Les chevaux débardeurs au beau milieu d'une immense foire forestière, tournée habituellement vers le gros machinisme motorisé... (photo Deny Fady)

Comme l'a dit l'organisateur d'Euroforest, la pluie a peut-être été notre meilleur atout, dans la mesure où les démos motorisées ont du être interrompues, pour cause de boue et de dégradation des terrains, alors que les démos et le concours de débardage à cheval se sont poursuivies comme si de rien n'était...


Les démonstrations de débardage au cheval n'ont pas été interrompues par la pluie incessante, contrairement aux démonstrations motorisées (photo D. Fady)

Mais les objectifs de ce concours et de ces démonstrations n'étaient pas seulement de regrouper la fine fleur du débardage équin européen, et encore moins d'opposer débardage motorisé et débardage au cheval.


Regrouper la fine fleur du débardage équin européen (photo Marion Lhote)

Les objectifs de ce championnat et des démonstrations étaient de rappeler à un monde forestier (qui l'a peut-être oublié) la pertinence (actuelle et future) des animaux débardeurs en forêt et les possibles complémentarités des débardages mécanisé et équin.
Et à écouter les commentaires du public, fort nombreux, et les retours que nous avons eu, hors du milieu "cheval", ces objectifs ont été très largement atteints.


Débardage au câble aérien avec mâts de charge portés (dit Câble-mât), avec attroupage en traction animale, un bel exemple de complémentarité... (photo Jérémy Fady).

Les démonstrations ont permis aussi de présenter les différents modes de débardage réalisables avec les chevaux (des grosses grumes aux petits billons) et les matériels modernes adaptés (trinqueballes et porteurs), d'origine française (Bernard Michon Hippomobile, Le Dule...) ou même norvégienne (Ets Ulvins).


Un triqueballe moderne de l'Ets Bernard Michon Hippomobile, attelé au cheval de José Thorel (Parc de Vincennes, Ville de Paris) (photo Deny Fady).

Enfin, le concours, d'un niveau élevé, à mon avis, compte tenu de la pente assez forte, a permis à chacun (et aux belges en particulier) de montrer son savoir faire... De l'observation des 33 concurrents en simple et en paire et du déroulement de cette manifstation, je tirerais au moins 5 observations :

1) le niveau moyen de compétence des meneurs, augmente d'années en années et c'est tant mieux, même si le système de sélection national pourrait sans doute être amélioré...


Le niveau moyen de compétence des meneurs, qui augmente d'années en années... (photo Marion Lhote)

2) le niveau de dressage des animaux et la qualité des harnais, qui eux aussi progressent avec des améliorations techniques qui montrent l'esprit d'innovation des utilisateurs.


De permanentes innovations techniques pour améliorer l'efficacité des harnais... (photo Jérémy Fady)

3) le renouvellement des meneurs (pas mal de nouvelles têtes, dont des jeunes) qui préfigurent l'avenir de la profession...


La jeune génération des débardeurs qui représente l'avenir de la profession... (photo Deny Fady)

4) enfin mention spéciale à nos amis débardeurs norvégiens qui auront fait prés de 4 000 km dans un car aménagé (et un van) pour nous montrer de très petits chevaux (poneys ?) de race Northlands, (Nordland pony ou Nordlandshest ou Lyngshest). Les traits toujours tendus, ces "petites bêtes" en auront remontré à plus d'un "gros nounours" de débardage...


Les "Nordland pony" de nos amis norvégiens nous auront montré que la valeur n'est pas toujours une question de poids... (photo Deny Fady)

5) et merci à tous les bénévoles d'Hippotese, du CERRTA, du SNCP, de la FECTU... (sur le terrain) et de l'association d'attelage de Bourgogne (qui nous ont nourris), aux organisateurs évidemment (merci Sophie, Marion, Pierre...), aux meneurs bien sûr (qui ont fait de nombreux kilomètres parfois pour venir), aux fabricants qui nous ont prêté des matériels, aux partenaires financiers et à tous ceux que j'oublie et grâce à qui cette manifestation a pu avoir lieu...


Plus de 130 photos en ligne sur le site d'Hippotese ici...

Pour ceux que celà intéresse, le règlement de l'Epreuve de Débardage Euroforest 2010...

Le dossier de presse du Championnat d’Europe de Débardage au Cheval, à Euroforest 2010

Résultats du Championnat d’Europe de Débardage au Cheval, à Euroforest 2010 en simple...

Résultats du Championnat d’Europe de Débardage au Cheval, à Euroforest 2010 en paire...

Un petit lien vers le site de Jean-Léo Dugast, avec de superbes photos (comme d'Hab) et d'autres infos...

mercredi 17 mars 2010

Matériel hippomobile moderne au Salon International de l'Agriculture 2010

Mercredi 3 et jeudi 4 mars 2010, je suis allé au SIA à Paris pour faire un petit reportage sur les présentations de matériel hippomobile moderne.

Et d'abord, j'ai fait un arrêt aux stands d'Equivinum et de Bernard Michon Hippomobile (BMH)...


Le stand Equivinum au SIA 2010, photo Deny Fady

Le matériel Equivinum...

Je doit dire que le nouveau porte-outils (exclusivité salon ?) qu'ils proposent est vraiment "haut de gamme". Il reprend des systèmes techniques éprouvés, comme le mancheron réglable en hauteur par simple poignée (d'inspiration "Plumett") et la roue de terrage à pneu (que nous avions aussi adopté sur notre prototype de "Vignotte").
Le châssis de ce porte-outils, à ouverture triangulaire, est réglable en largeur (facilement, par poignée sur crémaillère, même en travail). Il parait très résistant, toutes les articulations sont munies de graisseurs et les outils sont orientables.
Le système de traction est à tirant avec réglage de déport.
Le système de terrage est un système rapide par crémaillère (ici aussi possible en travail)
Ils proposent toute une gamme de socs et de dents forgés spécialement (pour leur besoin et pour la traction animale), ce qui est rare.
La finition, très pro, avec pièces moulées, est vraiment soignée et l'ensemble ne parait pas trop lourd même si l'on est dans une gamme plutôt "costaud".
Il reste à le tester sur le terrain, mais je fais confiance au concepteur, qui est aussi prestataire pour nous proposer des outils efficaces.
Pas de fiche de prix, il faut contacter le constructeur par mél ou téléphone (voir leur site)


Le stand Bernard Michon Hippomobile au SIA 2010, photo Deny Fady

Le matériel Bernard Michon Hippomobile...

Sur le stand un avant-train et un triqueballe. D'autres matériels sont présentés sur les démonstrations

L'avant-train Bernard Michon.

L'avant-train (pour un ou deux chevaux) est de facture classique, avec cependant un siège courroie (que j'utilise avec bonheur depuis de longues années), je trouve cependant qu'il y manque une courroie "dossier" pour plus de confort et un meilleur soutien du dos.
Il est équipé d'un frein à pied (double commande) et d'un frein à main à crémaillère (type frein à main de voiture). Il est possible de monter sur demande (je le conseille vivement) un frein à main-ralentisseur, type "mécanique de chariot" qui me semblerait bien plus adapté (permet aussi de ralentir dans les descentes et donc de diminuer l'effort de retenue du cheval).
Pour les freins, Je regrette l'usage, ici, des câbles sous gaine qui me semble un point de vieillissement (rouille due à l'humidité stagnante dans la gaine) accéléré des câbles et non contrôlable.
Nota : Nos nombreux essais et notre longue expérience de véhicules modernes qui tournent depuis plus de vingt ans, nous a appris à toujours préférer une transmission directe par câble, (avec renvois poulie si besoin), réglage par tendeur à lanterne, balance d'équilibrage, freins à tambour à commande par excentriques (type agraires) avec ressorts de rappel individuel, à tous autres systèmes de frein.
L'avant-train BMH est aussi muni d'une chape réglable avec boule de 50 amovible, d'une suspension (caoutchouc, type remorque routière) et de garde-boues.


Trinqueballe sur le stand BMH, au SIA 2010, photo Deny Fady

Le triqueballe Bernard Michon.

Le triqueballe est plus novateur avec son treuil de charge (sur toute la largeur) à vis sans fin et ses sauterelles à libération groupée (nous en avions parlé dans un billet précédent).
Il est utilisable en brancards et en timon.
Ça parait solide et bien conçu même si Je pense qu'il y manque une mécanique aussi...


Balance de palonnier sur le stand BMH, au SIA 2010, photo Deny Fady

Les palonniers et balance.

Bernard Michon Hippomobile propose aussi des palonniers à ressorts (type Hippotese) et des balances en inox qui sont extrêmement légers et d'un prix accessible (150 €). Il m'en a prêté un pour test de solidité, je vous tiens au courant...


Palonnier à ressort en inox sur le stand BMH au SIA 2010, photo Deny Fady

La remorque surbaissée pour le travail en ville.

Bernard Michon avait aussi apporté deux prototypes de remorques surbaissées à essieu avant, directeur, pour les usages urbains (ramassage de déchets, transport divers...), et là je doit dire que j'ai été très impressionné de voir en réalité un chariot dont je rêve depuis de longues années.


Remorque surbaissée Bernard Michon au SIA 2010, photo Deny Fady

Je pense qu'il y a là, la base du meilleur système de transport urbains (et agricole aussi), avec une hauteur de chargement possible à 25 cm (voir nos réflexions sur les poses-à-terre dans un précédent billet). Celà permet de charger un bac roulant sans effort mais aussi de monter avec une brouette chargée ou une tondeuse auto-portée...


Remorque surbaissée Bernard Michon au SIA 2010, photo Deny Fady

Celà permet aussi d'envisager des remorques de taille raisonnable mais avec des volumes utile qui approchent les 6 M3 et une hauteur de chargement par dessus les ridelles qui ne dépasse pas 1,10 m.
Bien sûr, il faut sans doute encore peaufiner certains détails, mais la base concrète existe et Bernard Michon est prêt à faire évoluer ses modèles pour répondre à toutes demandes.


Remorque surbaissée Bernard Michon au SIA 2010, photo Deny Fady


Remorque surbaissée Bernard Michon au SIA 2010, photo Deny Fady

D'autre matériels nouveaux étaient présentés en démonstration, comme le matériel agritrait (voir billet précédent) :


Avant train à moteur auxiliaire Agritrait au SIA 2010, photo Deny Fady

Un matériel Equitract (commercialisé par Nord-attelage à ce que l'on m'a dit, bien que je n'ai rien trouvé sur leur site), il s'agit d'un avant-train à quatre roues, avec moteur auxiliaire essence 25 ou 38 cv, embrayage et boîte hydraulique, prise de force (540 tours/minute)…) qui permet d'utiliser une balayeuse ou un broyeur...


Avant train à moteur auxiliaire Equitract au SIA 2010, photo Deny Fady

Et puis une remorque (type Poclain), à 3 roues, utilisée sur les plages de Normandie je crois, le siège du meneur est vraiment dans une position dangereuse (pas de par-botte, et sûrement écrasé en cas d'emballement ou de virage à l'équerre) et la traction en traits sans brancard (traditionnelle du Nord) est vraiment une aberration technique dans la mesure où les chevaux ne peuvent pas retenir la charge. C'est dommage de mal utiliser ce matériel qui fut en son temps très novateur (mais je vous ferai un petit billet à ce sujet un de ces jours).


Remorque type Poclain, à trois roues, au SIA 2010, photo Deny Fady

Il y avait aussi les 2 avant-trains Burkhalter (celui d'Hippotese et celui de la ville de Paris, Bois de Vincennes) déjà connus, le second a été présenté, équipé du dynamomètre électronique et nous avons pu voir sur l'écran géant les résultats des mesures ...


Avant train Burkhalter au SIA 2010, photo Deny Fady


Avant train Burkhalter au SIA 2010, photo Deny Fady


Avant train Burkhalter équipé du dynamomètre électronique, au SIA 2010, photo Deny Fady


Visualisation des résultats mesurés par le dynamomètre électronique sur l'écran géant, au SIA 2010, photo Deny Fady

Et puis enfin une intéressante roulotte réalisé en bois moulé époxy stratifié (technique de fabrication des bateaux) par l'Atelier d'Archimède (www.roulottes.org). Elle est vraiment jolie et ne pèse que 430 kg.


Roulotte en bois moulé époxy stratifié, de l'Atelier d'Archimède, au SIA 2010, photo Deny Fady

L'ensemble de ses présentations étaient vraiment d'un niveau professionnel, tant par la qualité du matériel présenté que par celle des chevaux et des harnais. C'est vraiment réconfortant de constater l'évolution positive de ce rendez-vous du matériel hippomobile moderne en trois ans d'existence.
Rendez-vous donc au SIA 2011.

Vous trouverez l'ensemble des photos de ce reportage sur le site d'Hippotese à la rubrique "reportages" ici...