Hippotese, Le cheval de Travail

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Recherche

Votre recherche de journée d'échange a donné 39 résultats.

vendredi 20 mai 2011

4ème journée d'échange "utilisation de la traction animale en maraîchage" : Samedi 28 mai 2011

Le 28 mai 2011, se tiendra la 4ème journée technique "maraîchage" en traction animale, réservée aux professionnels, à la ferme de Cocagne (La Rivière 26380 Peyrins, Drôme).

Cette journée est organisée par La Ferme de Cocagne, l'association Rhône-Alpes-TA et Hippotese.

Voici le programme de la journée :

Pour ceux qui préfère imprimer, je vous ai même fait un PDF (800 Ko) ici

Attention l'inscription au repas est obligatoire avant la fin de ce week-end (Tél : 04 75 05 91 92, Fax : 04 75 02 95 79, Mél : traction-animale_fermecocagne-@orange.fr)

Pour venir :
Depuis la Gare de Romans sur Isère ou depuis le contournement de Romans,
prendre la RD 53 direction St Donat.
La Ferme se trouve à 5 kms sur la droite. Elle est indiquée par un panneau.

Plein de photos de la journée d'échange "utilisation de la traction animale en maraîchage" du 29 mai 2010 bientôt en ligne ici...

mercredi 3 novembre 2010

Journée technique "L'énergie animale dans la gestion des espaces naturels" organisée par le CREN Rhône-Alpes

La prochaine journée d'échanges techniques du CREN Rhône-Alpes ** se déroulera mardi 16 novembre 2010 à Château-Gaillard (Ain). Elle sera consacrée à l'utilisation de l'Énergie Animale dans la gestion des espaces naturels.

Le recours à des animaux de trait ou de bât (chevaux, mules, ânes) se développe depuis quelques années pour les travaux d'entretien et de restauration des espaces naturels remarquables. Compatible avec une logique de développement durable, l'énergie animale permet en effet de répondre à des problématiques d'accès ou d'intervention sur des terrains sensibles. Mais les diverses possibilités offertes par cette alternative à l'énergie motorisée restent encore mal connues des gestionnaires d'espaces naturels.

Aussi, la prochaine journée d'échanges techniques du CREN Rhône-Alpes leur proposera de lever un certain nombre d'interrogations. Dans quels cas et sur quels types de chantier utiliser l'énergie animale ? Quels sont les techniques et les matériels existants ? Quelles en sont les limites ? Qui sont les entrepreneurs prestataires et comment travailler avec eux ?


Transport de tuteurs de reboisement à l'aide d'une mule (photo Deny Fady)

Organisée en collaboration avec l'ONF et l'association Hippotese, cette rencontre se déroulera mardi 16 novembre à Château-Gaillard (Ain). Elle s'appuiera, comme les précédentes, sur des témoignages de gestionnaires et d'entrepreneurs. Une grande place sera accordée aux démonstrations de terrain avec la visite d'un chantier du Syndicat de la Basse Vallée de l'Ain et la présentation de différents matériels.

La diffusion d'un cahier technique puis d'un DVD accompagnera cette journée.

Téléchargez le programme complet de la journée d'échanges techniques "L'énergie animale dans la gestion des espaces naturels".



** Le Conservatoire Régional d'Espaces Naturels :

Le Conservatoire régional d'espaces naturels, le CREN Rhône-Alpes est né en 1988. Sa mission, déclarée d’intérêt général, est de préserver la biodiversité rhônalpine.

En partenariat avec les collectivités, les services de l’Etat et de nombreux organismes, le conservatoire anime des programmes visant à :

  • gérer de manière innovante des sites naturels à haute valeur écologique ;
  • assister les collectivités dans leurs démarches de préservation du patrimoine naturel ;
  • favoriser les échanges de savoir-faire techniques et scientifiques (animation de réseau).

Le CREN Rhône-Alpes a adopté un statut associatif garant de neutralité. Présidé par Jean-Yves Chetaille, le conseil d’administration rassemble des représentants des collectivités territoriales, des organismes qualifiés (chambre d’agriculture, fédérations de chasse et de pêche, associations de protection de la nature, etc.), des adhérents individuels et les autres conservatoires rhônalpins.

En effet, le CREN intervient directement dans cinq départements (Ain, Ardèche, Drôme, Loire, Rhône) et en coordination avec les trois conservatoires départementaux de Rhône-Alpes : Avenir en Isère, Asters en Haute-Savoie et CPNS en Savoie.

Au niveau national, depuis 1988, les vingt-deux conservatoires régionaux et les huit conservatoires départementaux se sont regroupés au sein de la Fédération des Conservatoires d'Espaces Naturels.

mercredi 19 mai 2010

Inscription des bénévoles (Hippotese) pour la manifestation " Franche Comté Terre de Traits"

Vous êtes évidemment au courant que va se tenir, en Franche Comté, en Août 2010 (20, 21 et 22 août 2010, à Levier, Doubs) une manifestation géante autour du cheval de trait ... (voir billets précédents)

Je vous passe les superlatifs de l'édition précédente (2006)...

  1. 450 chevaux de trait représentatifs de presque toutes les races de trait européenne,
  2. 620 participants issus de 14 équipes.
  3. Des épreuves variées et innovantes ont mis en valeur les formidables capacités de ces attachants colosses
  4. Un site verdoyant de 60 ha
  5. 400 bénévoles au service des équipes et du public
  6. Un site écologique avec la majorité de la logistique et du transport du public en « taxis-calèches »
  7. Un lieu d’innovation et d’échanges avec des démonstrations d’utilisation moderne de la traction animale
  8. Un site vivant avec la présence de toutes les composantes de la filière cheval : de trait, de sport, de loisir et poney

En 2010... Ce sera encore plus fort avec Le Village Énergie Animale dont Hippotese a la responsabilité :

  1. Tous les constructeurs de matériel moderne en traction animale européens seront présents avec un stand pour nous montrer leurs réalisations...
  2. Une vingtaine de chevaux et mules assureront exclusivement et pendant les 3 jours, une succession ininterrompue de démonstrations de ces matériels en situation...
  3. Un colloque sur : "Energie Animale et Cheval Territorial : intérêts et limites ?" se tiendra sur place, ainsi que de nombreux films et exposition de photos sur le cheval de travail...
  4. Une démonstration permanente, sur la place du village, de trépigneuses anciennes et modernes et de manèges à chevaux présentera les usages statiques, de l'énergie animale...
  5. Il y aura aussi pour les constructeurs, un Trophée de l'Innovation avec pour thème : Ergonomie, Efficacité et Sécurité...
  6. Et évidemment le stand Hippotese pour se rencontrer et boire un coup...

Pour celà nous avons besoin de votre soutien et de votre aide technique, sous la forme d'un coup de main sur le site, avant, pour la mise ne place, pendant la manifestation et aussi après, pour tout remettre en état...

Si vous souhaitez donner un peu de votre temps, une demi-journée, une journée ou plus...
Merci de nous renvoyer le questionnaire ci-dessous par courrier ou par mél...

à DEIBER Christian
Par courrier après avoir imprimé et complété le PDF : 676 Rue de Rincote BUZEGNEY 88220 HADOL
Par mél après avoir complété le DOC : christian.deiber@wanadoo.fr

Questionnaire-benevole-Hippotese-Levier-2010.doc

Questionnaire-benevole-Hippotese-Levier-2010.pdf

lundi 17 mai 2010

Samedi 29 mai 2010 : 3ème journée d’échanges "Maraîchage en traction animale" dans la Drôme

Dans la suite des "journées techniques maraîchage" (voir les photos des journées en 2008 ici et ici), en Nord-Isère, Bernard Dangeard (de La Ferme de Cocagne) en partenariat avec Hippotese, organise la 3ème journée technique d'échanges pour les professionnels dans le cadre du printemps bio.


2ème journée technique d'échanges en maraichage, mai 2009, (photo Deny Fady)

Ce sera le samedi 29 mai 2010 à la Ferme de Cocagne (à La Rivière 26380 Peyrins)

à partir de 9h et jusqu'à 17h30

Objectifs de la journée :

Aider les maraîchers installés ou en projet d'installation qui voudraient utiliser la traction animale. Permettre des échanges techniques sur le terrain, entre maraîchers, utilisateurs d'animaux de trait, concepteurs d'outils agricoles et meneurs d'animaux.
Possibilité d'essayer de pratiquer les différents travaux, d'apporter du matériel à essayer, de se familiariser avec le travail en maraîchage.

Programme de la journée (suivant les conditions météo) :

Matin
Atelier I : arrachage de pommes de terre en serre, puis mise en place d'un engrais vert (matériel : Kassine).

Atelier II : entretien de culture en lignes et sur buttes, sous solage, binage et buttage (matériel : bineuses traditionnelles, porte outils suisse Bucher et bineuse expérimentale,...).

Atelier III : fabrication de buttes avec une charrue simple vigneronne et mise en place d'une culture de courges.

Atelier IV : plantation de pommes de terre avec le porte-outils suisse Bucher.

Après midi
Atelier I : reprise de labour avec outils traditionnels (matériel : canadien, herse triangle et herse zig zag, rouleau,...).

Atelier II : préparation de sol sans labour au cultivateur.

Atelier III : fabrication de buttes ( matériel : bineuse avec soc butteur, kassine et disques billonneurs, autres outils).

Atelier IV : destruction d'engrais vert avec outils traditionnels, autres outils.

17 h bilan de la journée

Aspects pratiques :

repas de midi :
Nous proposons une assiette à 8 euros : salade de crudité composée (légumes bio de la ferme), charcuterie, fromage et pain bio locaux, fraises et verre de vin de producteurs locaux et café. Inscription si possible avant le 21 mai 2010.
seront présents pour cette journée : 3 percherons, 1 mulet et 2 traits comtois.

Contacts :
Bernard Dangeard et Nicolas Fradcourt, Ferme de Cocagne, au 04 75 05 91 92 ou traction-animale_fermecocagne-@orange.fr

Accès au site :
Lieu-dit : La Rivière, sur la D53, entre Romans-sur-Isère et Saint-Donnat-sur-l'Herbasse.
C'est situé à 6 km, au nord de Romans-sur-Isère et à 2 km à l'ouest de Peyrins, dans la Drôme.
Pour ceux qui viennent de plus loin, Romans-sur-Isère est situé à 20 km, au nord-est de Valence (26) sur la route de Grenoble (38).

Vous pouvez télécharger la doc d'information de cette journée au format PDF.

Nouveau : Les photos de la 2ème journée technique de maraîchage de 2009 sont (enfin) visibles ici...

samedi 23 janvier 2010

Le bulletin HIPPOBULLE N°28 comme cadeau de noël...

Nicolas Greff, notre rédacteur en chef, nous livre aujourd'hui (grâce à la complicité postale de Christian Deiber), le nouveau journal d'HIPPOTESE (HIPPOBULLE pour les intimes)...

C'est réservé aux adhérents, pensez donc à renouveler vos adhésions, 20 € à l'ordre d'HIPPOTESE, à envoyer à Didier Mahillon, Les Merles, 05250 Saint Disdier en Dévoluy, (Téléphone : 04 92 58 88 01). N'oubliez jamais que c'est l'une des seule ressource de l'association...
Un bulletin d'abonnement/adhésion est disponible en ligne ici (en pdf), vous pouvez aussi commander d'anciens numéros ici.

Au sommaire de ce Numéro 28 d'HIPPOBULLE (pour vous faire envie !)

Edito (de Jean Louis Cannelle)

Vie de l’association (page 2 à 8) :

  • Compte-rendu AG FECTU 2009 à Villers sous Chalamont (Doubs, France), (d'autres infos ici) la prochaine AG de la FECTU en qui sera organisée par les British Horses Loggers (contact Doug joiner), les 20 et 21 mars 2010 dans le Herefordshire (Grande-Bretagne).
  • Résumé AG du 19 oct 2008, chez Gilles et Ghislaine Bernigaud (Allier), (Compte-rendu ici).
  • Résumé AG du 22 novembre 2009, chez Denis et Régine Cannelle (Jura), (Compte-rendu ici) bientôt.
  • Résumé Stage Hippotese d'initiation-découverte à l'utilisation des chevaux de travail des 30, 31 et 1er novembre 2009 en Franche Comté (photos ici), prochain stage autour du 1er novembre 2010.
  • Résumé du chantier-école de Montdenis des 21, 22, 23 et 24 mai 2009 en Savoie, prochain chantier-école les 13, 14, 15 et 16 mai 2010 (plus d'infos ici).
  • Résumé de la 2ème journée d'échange sur l'utilisation de la traction animale en maraîchage, avec l'ADABIO, le samedi 16 mai 2009 à Saint Chef (Isère). (plus d'infos ici) La prochaine journée sera organisée aux Jardins de Cocagne, avec Bernard Dangeard dans la Drôme en mai-juin 2010...
  • Résumé du concours de débardage et de labour de Serpaize (Isère) organisé par l'ASESC et Vincent Bourguignon le 11 octobre 2009 (plus d'infos ici), nous avions peur que ce fut la dernière édition de ce concours et nous venons d'apprendre qu'il serait reconduit en 2010 (autour de la mi-octobre).
  • Résumé du concours de débardage de Montagny sur Grosne (71) co-organisé par France-Trait et Hippotese, ce concours était une préparation du concours de débardage qui aura lieu lors du salon Euroforest les 17, 18 et 19 juin 2010.
  • Présentation de la manifestation "Franche Comté Terre de Trait", par l'APTC (association organisatrice), les 20, 21 et 22 août 2010 à Levier (Doubs), (voir ici quelques infos complémentaires du journal). NB : Hippotese s'occupera plus particulièrement du "Village Énergie Animale" et des démonstrations qui y auront lieu (voir compte-rendu complet AG 2009 dans le blog bientôt).

Recherches techniques (pages 9 à 11) :

  • Besoin en énergie et adaptation physiologique des chevaux de trait au labour, traduction et synthèse d'une étude conduite au Chili sur des essais de labour (Hervé Jourdain).
  • Réflexion sur la notion de "coup de collier", ou "sacré coup de collier" (Hervé Jourdain)
  • Recherche sur le "dynamomètre à transmission radio" (Hervé Jourdain) : rien ne va plus !

Dossier spécial : Le transport du foin (page 12 à 22) :

  • Réflexion sur les différentes méthodes de transport de foin (Gilles Bernigaud) : les petites bottes, les balles rondes ou le foin en vrac...
  • Chargeur hydraulique de balles rondes en Italie (traduction de Sophie Lepelletier et Didier Mahillon, photos Nicolas Greff), à partir d'un article d'Albano Moscardo présentant l'expérimentation de son prototype.
  • Véhicules de transport pour balles rondes par traction animale (traduction de Berthold Marten), à partir d'un article de Erhard Schroll publié dans "Starke Pferde" N°47. Présentation de plusieurs chargeurs à balle-rondes simples (sans moteurs auxiliaire ni système hydraulique) d'origine allemande et américaine.
  • Réflexions sur 2 chargeur-porteurs de balle-rondes vue à Detmold en 2007 (Nicolas Greff)
  • Présentation d'un prototype de chargeur-porteur pour une balle ronde (Claude Bertholet)
  • Récolte du foin avec une auto-chargeuse auto-entraînée par les roues (Jean Louis Cannelle), vue à Detmold en 2009.
  • Faire 15 tonnes de foin avec une moto-faucheuse et un cheval (Deny fady), présentation du ramassage du foin en vrac en montagne en "barillons", en "trousse" ou avec l'auto-chargeuse manuelle...

Trait d'humeur (page 23) :

  • Dehors la traction animale ! Echo du Salon Tech'n bio (Nicolas Greff)
  • L'énergie animale, l'énergie renouvelable qui sauvera la planète ? (Deny Fady), un tiers des paysans dans le monde utilisent la traction animale, deux tiers utilisent leurs mains, et seulement 2,3 % utilisent un tracteur. Seule la traction animale peut aider les 840 millions de paysans qui n'utilisent que leurs mains à surmonter la crise alimentaire qui se profile...

Liste des sommaires des anciens numéros d'Hippobulle, rappel des contacts et bulletin d'adhésion/abonnement page 24, 25 et 26.

Rappel des contacts :

  • Courrier/adhésion/anciens numéros : Didier Mahillon, Les Merles, 05250 Saint Disdier en Dévoluy. Téléphone : 04 92 58 88 01
  • Courriel : Deny Fady hippotese@free.fr ou directement via le blog à la page " contact " : http://hippotese.free.fr/blog
  • Site Web et son blog : http://hippotese.free.fr, http://hippotese.free.fr/blog (mise à jour hebdomadaire).
  • Bulletin d’information : HippoFlash (2 à 4 fois par an). Contact Patrice Monnet : 03 85 31 77 43
  • journal : Hippobulle : Contacts articles : Nicolas Greff au 04 74 80 13 23 - mél : asinerie.dauphine@orange.fr ou Deny Fady, mél : Hippotese@free.fr
  • Siège social/stages : Jean Louis Cannelle Villers 25270 LEVIER – Tel. : 03 81 49 36 41

NB : A l'occasion de ce billet, nous inaugurons une nouvelle rubrique qui s'appelle "HIPPOBULLE compléments d'infos" qui vous permettra, via la page contact ou le mél, de réagir aux articles du journal sur le blog ou d'envoyer des compléments d'infos et nous permettra de diffuser des vidéos ou des photos complémentaires...

samedi 7 novembre 2009

Le Bœuf Qui Tourne, production d’électricité par traction animale

Jérôme Wentzel m'a fait suivre un article sur un projet de production d'électricité par traction animale, nous avions déjà diffusé un petit billet sur le sujet, mais l'article de Jérôme est beaucoup plus complet et il arrive à point nommé pour notre information sur les manège producteurs d'électricité dans la mesure où nous en présenterons un à la manifestation Franche-Comté-Terre-de-traits en aoùt 2010 sur le Village Traction Animale qui sera autonome en électricité...

«Le Bœuf Qui Tourne» production d’électricité par traction animale (systeme BQT) à RFI-Planète Radio.

Des régions enclavées du globe ont des problèmes d’alimentation énergétique et ne peuvent pas écouter la radio ? Voilà une solution locale et indépendante : Le Bœuf Qui Tourne. Deux membres de RFI-Planète Radio ont monté un prototype de générateur électrique qui fonctionne par traction animale … Et ça marche.

L’essentiel du travail de Max Bale et Guénaël Launay, à RFI-Planète Radio, est de monter des radios locales sur le continent africain. En 2006, alors qu’ils terminaient une installation en Centrafrique, Max et Guénaël ont été une fois de plus confrontés à un problème récurrent : faire de la radio exige de l’électricité, donc de l’essence pour nourrir le groupe électrogène. Mais si l’approvisionnement se tarit, c’est la fin de la radio.  Le soir même, au dîner, l’idée germe.

Quand les routes sont noyées, quand le pétrole n’arrive plus ou atteint un prix prohibitif, quand des villages sont coupés du monde, que reste-t-il sur place, partout à la campagne ? Des bœufs, des zébus. Guénaël et Max avaient leur solution : la traction animale. Ils y croyaient à moitié, mais leur rencontre avec Luigi Damontes, un ingénieur italien, fut décisive.

Convaincu d’emblée, Luigi Damontes conçoit alors les plans de la machine, qui sont à l’origine du prototype : un bœuf tourne, accroché à une perche de 2 mètres de long (la flèche), elle-même accrochée à un axe qui, par un système de démultiplication, entraîne un alternateur, lequel produit de l’électricité. Cette électricité traverse ensuite deux batteries de camion et un onduleur, qui redressent le courant pour alimenter… ce que l’on veut : une radio, un réfrigérateur, l’éclairage d’une clinique ou une sono, dans la limite de la production.

Le premier test en grandeur réelle a eu lieu en Bretagne. L’objectif : démontrer qu’il était possible de faire fonctionner une sono d’1 kilowatt (1000 watts) avec le Bœuf Qui Tourne pendant 3 périodes de 2 heures dans la journée.

La machine, une cage de fer d’un mètre d’arrête, contenant les pignons, les courroies d’entraînement, et le matériel électrique était posée au milieu d’une pâture. Faute de bœuf dans la localité, deux chevaux de trait, des postiers bretons, Mayak et Magic, les remplaçaient au bout de la flèche -les vaches laitières bretonnes étant incapables de faire ce genre d’exercice ! Et pourquoi deux ? Parce que deux animaux s’entraînent l’un l’autre, permettant ainsi une rotation régulière.

Ça marche ! Le Bœuf Qui Tourne sonorise la prairie !
Les postulats sont donc vérifiés : deux chevaux fournissent effectivement, régulièrement, 1,2 kilowatts/h dont il reste 1 kw/h, après les déperditions d’énergie du système, suffisant pour alimenter une petite installation. Des représentants de l’Organisation non gouvernementale Electriciens Sans Frontières étaient là pour en témoigner.

Au titre des avantages du système : l’indépendance énergétique, l’adaptation facile à des animaux différents (bœufs, ânes, chameaux), le coût de fabrication bas (aucun élément onéreux), une maintenance aisée (pièces réparables sur place, batteries de camion faciles à trouver).

Les tests bretons ont néanmoins fait apparaître quelques contraintes : le système implique nécessairement la présence d'un «bouvier» qui encourage de la voix les animaux à tourner sans s’arrêter. L’obligation, également, de trouver un agriculteur qui accepte de « louer » ses bêtes pour faire tourner le générateur pendant les travaux des champs. Des facteurs à intégrer dans le coût global du système.

Produire de l’énergie en temps réel
Ce que l’on pourrait considérer comme un handicap, Max Bâle le présente comme la principale qualité : pas de stockage, mais une production alignée sur le besoin. Selon lui, c’est, de surcroît, l’amorce d’une réflexion sur un changement du mode de consommation énergétique : motiver la consommation sans gaspiller. Finalement, c’est le principe de la dynamo sur le vélo : on éclaire quand on roule. Et oui, on peut faire de la radio pendant 2h le matin et 2h le soir, ou alimenter un appareil de radiographie une matinée par semaine.

Le système du Bœuf Qui Tourne ne se positionne pas comme une réponse ultime et révolutionnaire à la gravissime problématique énergétique mondiale, mais comme une petite idée, simple et accessible, capable de rendre service aux structures géographiquement isolées. Celles-là même qui mettront de nombreuses années avant de pouvoir bénéficier des progrès technologiques occidentaux.

Conçu comme un mécanisme de transition, il favorise l’utilisation de matériaux disponibles localement et tend à réduire la dépendance technologique, en limitant le besoin de compétences professionnelles indispensables pour assurer une maintenance régulière. De plus, il s’efforce de promouvoir le principe du « Je produis l’énergie dont j’ai vraiment besoin, quand j’en ai besoin ! » au détriment des méthodes d’accumulation énergétique, coûteuses et peu respectueuses de l'environnement.

Réduire la dépendance aux consommables importés, mais aussi maîtriser le calendrier de mise à disposition des technologies de pointes en limitant la référence systématique mais virtuelle au couple prise et interrupteur qui pousserait presque à penser que l’électricité sort des murs.

Aujourd’hui, la promotion pour l’accès aux nouvelles technologies de communication est une source indéniable et nécessaire de progrès, souvent énergivores. Elle est pourtant porteuse d'une véritable ineptie chronologique dans les stratégies de développement conçues à l’attention des populations isolées. La fracture numérique masque l’existence d’une fracture énergétique, démodée et peu vendeuse.
Mais sans électricité pas de téléphones portables, pas d'ordinateurs et pas d’Internet.
De là, à penser qu’on met la charrue avant les bœufs…
Et en plus, ça marche !
Le premier prototype d’alimentation énergétique par traction animale est aujourd’hui opérationnel !

Après plusieurs mois de recherches et d’expérimentations, une première phase de tests réalisée en mai 2007, nous a enfin permis de s’assurer de l’efficacité de la machine. Ça fonctionne ! Deux autres séries d’essais, récemment réalisées en France, confirment bien qu’une paire de bœufs ou de chevaux peut, avec ce système, générer une puissance électrique d’environ 1000 watts/heure, et ceci sans trop d’effort… En mars 2008, ce premier prototype a été expédié à Bangui (République Centrafricaine) pour être installé dans les locaux de la station communautaire, Radio Maïgaro, partenaire des projets de Rfi Planète Radio. Depuis cette date, une phase nouvelle d’études en conditions réelles a débuter. Luigi, le concepteur de la machine assurera pendant plusieurs mois le suivi technique. Lors de l'installation, il était accompagné par Max et Guenael qui se sont chargés de l’organisation logistique en collaboration avec des organisations locales d’éleveurs.

La petite histoire: Pourquoi ?
Au cours de nos nombreuses missions itinérantes sur le territoire africain, depuis 1996, toute l’équipe de Rfi Planète radio a pu saisir l’ampleur du problème majeur auquel les radios rurales et autres petites infrastructures locales étaient confrontées, à savoir : l’alimentation énergétique ! Analogiques ou numériques, artisanales ou sophistiquées, rurales ou urbaines, elles sont toutes tributaires des systèmes d’alimentations électriques dont elles disposent. Sans énergie, pas de radios ! pas de communication ! C’est un véritable frein pour toutes les actions menées autour du développement local. Les lignes budgétaires affectées à l’alimentation énergétique représentent de très loin, les principales dépenses de ces petites initiatives de proximité.

Pour qui ?
Pour toutes les petites infrastructures ( radios, cliniques, centres de communication, etc.) situées dans des zones en voie de développement ou l’accès à l’énergie demeure un problème crucial, se cumulant aux dures réalités locales :

  • Contexte géographique (isolement, voies de communication limitées)
  • Contexte économique (niveau de développement du pays ou de la zone)
  • Contexte climatique (saisons sèche, saison des pluies, désertification)
  • Contexte politique du pays (conflits armés limitant les échanges commerciaux)

Mais alors, c'est quoi l’idée ?
La traction animale est couramment utilisée dans les zones rurales, notamment pour l’exploitation agricole, alors pourquoi ne pas utiliser ces habitudes locales pour disposer d’une source d’alimentation électrique autonome et peu onéreuse ? Particulièrement adaptée pour les zones reculées et difficiles d’accès, où l’approvisionnement en carburant reste difficile et onéreux, cette technologie réponds à de vrais besoins en n’utilisant que des ressources locales disponibles sur sites. De plus, elle élimine la phase de stockage, en supprimant l’utilisation de batteries onéreuses, fragiles, polluantes et ayant une durée de vie limitée (souvent moins de 5 ans...).

Comment ça marche ?
Deux animaux tournent autour d’un axe qui, après un système de démultiplication, entraîne un alternateur électrique fournissant une alimentation électrique stable et suffisante. Volontairement simplissime dans sa conception et son utilisation, cette technologie ne nécessite pas de compétences techniques particulières. Elle est d’ailleurs composée à 90% d’éléments détournés et facilement disponibles sur sites. (alternateur et courroies de camions, etc…)

Petit tour d'horizon des technologies actuellement disponibles : Sans être exhaustif , ce petit comparatif n'a d'autre ambition que de lister quelques réalités locales auxquelles nous ne pensons pas toujours, lors de la conception de projets énergétiques en zones reculées.

Alimentation thermique

  • Prix du carburant en constante augmentation (et ça pourrait durer …)
  • Tarifs élevés pour l’acquisition et la maintenance des générateurs
  • Disponibilité du carburant parfois très difficile en période de crise
  • Stockage et vol du carburant

Alimentation solaire

  • Source d'énergie gratuite mais …
  • Budget d’acquisition encore très élevé
  • Période d’ensoleillement réduite (saison des pluies de plusieurs mois)
  • Maintenance complexe et onéreuse
  • Stockage onéreux, fragile, polluant (très nombreuses batteries)
  • Gestion environnementale des déchets (batteries)
  • Vols fréquents de panneaux solaires

Alimentation hydroélectrique

  • Source d'énergie gratuite mais …
  • Proximité obligatoire d’un important cours d’eau à proximité
  • Disponibilité d’un débit stable tout au long de l’année
  • Distance du site de production (danger de coupure et de vol des câbles..)

Alimentation éolienne

  • Source d'énergie gratuite mais …
  • Budget d’acquisition encore très élevé
  • Faible production énergétique
  • Déperdition énergétique importante au cours du transport
  • Zone nécessairement ventée (fortement !) tout au long de l’année (très peu de vent en dessous du 20ème parallèle)
  • Stockage onéreux, fragile, polluant (très nombreuses batteries)
  • Gestion environnementale des déchets (batteries)

Et l'alimentation énergétique par traction animale ?

  • Système tous temps, toutes saisons, toutes zones
  • Technologie autonome (idéale pour les zons très isolées ou en conflits)
  • Réalisation et montage possibles sur sites à partir de matériaux locaux
  • Maintenance très aisée et économique
  • Politique de gestion énergétique (pas de stockage !)
  • Proximité directe avec les sites d’exploitation
  • Bilan environnemental (zéro pollution)
  • Puissance électrique directement adaptée aux besoins
  • Tarif relativement accessible

L'équipe
Les humains concepteurs

  • Max BALE - Chef du projet Rfi Planète Radio
  • Guenael LAUNAY - Responsable d’action de formation Rfi Planète Radio
  • Luigi DAMONTE - Ingénieur électrotechnique italien

La participation animale Tous les animaux relativement importants, présents sur les sites: Bœufs, zébus, ânes, chameaux, etc.

Les structures accompagnatrices

  • Union Européenne Délégation de l’Union Européenne en République Centrafricaine
  • Radio France Internationale
  • Electriciens Sans Frontières
  • CARITAS Centrafrique

Contacts :
Max BALE Expert en développement radio
Chef du Projet RFI Planète Radio (RFI Formation Internationale – Talent +)
Tel : 00 (33) (0)1 44 30 89 94
Prt : 00 (33) (0)6 07 45 68 51
Email : max.bale@rfi.fr

Guénaël LAUNAY Responsable d’actions de formation radio
RFI Planète Radio (RFI Formation Internationale – Talent +)
Tel : 00 (33) (0)1 44 30 89 94
Prt : 00 (33) (0)6 62 63 20 03
Email : guenael.launay@rfi.fr

Aux dernières nouvelles, les concepteurs chercheraient des partenaires avec qui lancer la production de la machine en petite série… Si vous êtes intéressés ?

Jérôme Wentzel

samedi 12 septembre 2009

7eme Rencontre des Muletiers aux Contamines Montjoie (Haute Savoie), samedi 17 octobre 2009


Une vue de la rencontre en 2007 (photo D. Fady)

Nicolas Greff, notre spécialiste ès mule, m'a fait suivre cette info :
Comme chaque année, depuis 7 ans, aura lieu le 3ème samedi d'octobre (le 17), la Rencontre des Muletiers aux Contamines Montjoie (74).

L’objectif de la manifestation consiste à promouvoir la production et l’utilisation du mulet et de l'âne en montagne en encourageant les échanges entre les muletiers. Cette manifestation permet la découverte des différentes activités réalisables avec ces animaux. Foire le dimanche et nombreuses animations complètent cette journée.

Cette année, la rencontre aura lieu de nouveau à proximité de « Notre Dame de la Gorge » (aux abords du centre équestre). L'idée de labelliser un modèle "Mulet des Alpes" ou "Mule de Savoie" fait son chemin pour promouvoir un mulet aux gabarits adaptés aux pays de montagne.

Au programme de cette 7ème Rencontre :

Vendredi 16 octobre 2009 :
17h00 ( à partir de) : accueil des mules et muletiers au centre équestre à Notre Dame de la Gorge (Contamines M.)
19h30 : fondue savoyarde à l'espace animation, déroulement de la journée et inscription des animaux


Une présentation de Bât lors de la rencontre en 2007 (photo D. Fady)

Samedi 17 octobre 2009 :
7h30 ( à partir de ) : accueil des muletiers et animaux (mules, mulets, bardots, ânes, chevaux, ...). Petit déj. Inscription des animaux
9h30 ( à partir de ) : présentation des différentes catégories d'animaux sous forme d'un concours "modèles et allures", en vue du projet de reconnaissance de la "Mule des alpes".
12h00 : repas pris sur place


Le concours en 2007 (photo D. Fady)

14h00 ( à partir de ) : épreuve de bâts ouverte à tous les muletiers sous forme d'un gymkhana en milieu naturel et démonstration de travail avec ânes et mulets (Il faut venir avec ses initiatives !)
17h30 : vin d'honneur

Pour la soirée : repas et bal à l'espace animation (payant)

Dimanche 20 octobre : foire de Saint Gervais avec un défilé d'animaux

Inscription avant le 9 octobre 2009 à
Cécile DEMARGNE
124 chemin du Champelet
74170 LES CONTAMINES MONTJOIE
06 76 61 86 83
cecile.demargne@wanadoo.fr

Et pour les soucis de transport d'animaux, des questions techniques, tel Serge TUAZ : 06 08 26 85 95


François Barchon (belgique) qui fut l'invité d'honneur de la rencontre en 2007, ici au concours de débardage de Montagny (photo Nicolas Greff)

Pour votre info, des photos de la Rencontre des Muletiers en 2007 ici.

jeudi 14 mai 2009

Rappel pour ce samedi 16 mai 2009 : 2ème journée d’échanges "Maraîchage en traction animale" en Nord-Isère

Nostalgie de cette journée de maraichage en 2008, par Nicolas...

La météo pourtant peu favorable n’avait pas eu raison de la motivation des paysans et utilisateurs de traction animale en ce samedi 17 mai 2008 à saint Chef, sur la ferme de Vincent Gay, maraicher bio. 5 animaux au travail, entre 50 à 75 personnes, pas si mal pour une première initiative autour d’une activité qui fait parfois échos d’une nostalgie du passé ; se gardant bien de montrer ces quelques paysans modernes utilisant la traction animale sur des fermes viables économiquement mais aussi socialement et environnementalement.

Plutôt qu’un long discours, je vous laisse parcourir les photos de Deny et Didier pour (re)découvrir cette journée...

Merci à HIPPOTESE et l’ADABIO pour le soutien technique et financier de cette journée.

Pour 2009 la journée maraichage est de nouveau reconduite ce samedi 16 mai 2009, même lieu, même heure avec plus de chevaux...

A bientôt
Nicolas

NB : Toujours à Crucilleux, hameau de Saint Chef (38) en Nord Isère. Pour ceux qui n'ont pas facilement accès à Internet pour trouver le chemin, vous pouvez m'appeler le soir au 04 74 80 13 23.

NB2 : D'autres infos dans le précédent billet ici

lundi 11 mai 2009

Concours International et Rencontre des professionnels du debardage a cheval, Montagny sur Grosne, les 19 et 20 juin 2009

Hippotese est partenaire de l'organisation du Concours International de Débardage à cheval de Montagny sur Grosne, les vendredi 19 et samedi 20 juin 2009.

Extrait du communiqué de presse reçu ces jours :

Concours International de Débardage à cheval de Montagny sur Grosne, les 19 et 20 juin 2009

FRANCE TRAIT, association réunissant les neuf associations de races françaises de chevaux de trait, a pour objectif de développer et dynamiser l’activité de ce secteur particulier de la filière cheval. Dans ses missions, France TRAIT a ainsi décidé de promouvoir le débardage à cheval en organisant les 19 et 20 juin à Montagny sur Grosne un Concours International de débardage à cheval.

Le débardage au cœur du développement durable

Dans les chantiers purement forestiers (coupes d’éclaircie, jardinage) le cheval a pour vocation non pas de concurrencer le tracteur mais d’être complémentaire à ce dernier notamment par ses excellents rendements en opération de débusquage sur de courtes traînes (10 à 40m3 ou 30 à 50 stères/ jr/ homme-cheval). Les intérêts d’une telle pratique s’appliquent à divers domaines.
La forêt est préservée. L’utilisation du cheval réduit les frottements sur les arbres d’avenir, limite l’écrasement de la régénération naturelle, évite l’apparition d’ornières et le tassement du sol et permet le respect des infrastructures, des sites archéologiques, de mémoire, historiques et culturels.
Le cheval se voit attribuer un double rôle. Dans un premier temps, il est utilisé comme source d’énergie, fournissant un effort adapté à la résistance rencontrée sans gaspillage d’énergie (adhérence au sol bien supérieure à celle des tracteurs). Dans un second temps, il est perçu comme un agent de développement local (politique de diversification opérée par les régions, maintien de l’emploi en milieu rural, orientation vers le tourisme rural et la pluriactivité tout en jouant un rôle important dans le développement rural et la conservation du patrimoine).

Une rencontre pour faire connaître cette pratique novatrice

Pour garantir le professionnalisme de cette rencontre et ainsi faire la promotion du débardage à cheval, France Trait s’est entourée de deux organisations européennes : le CERRTA (Centre Européen de Recherches et de Ressources en Traction Animale) et la FECTU (Fédération Européenne du Cheval De Trait pour la promotion de son Utilisation) qui proposera le règlement pour le parcours. La Coopérative Forestière Bourgogne Limousin apportera elle aussi tout son professionnalisme à la manifestation.
Ce concours sera aussi l’occasion de nombreux échanges. En regroupant des débardeurs d’origines différentes, des associations, des organisations, des institutions, des professionnels du domaine forestier ou de la filière cheval de trait et le grand public, la rencontre pourra faire évoluer conjointement l’utilisation moderne du cheval de trait pour répondre à des objectifs de développement durable.
La Galerie Européenne de la Forêt et du Bois, après avoir mis en exergue lors d’Euroforest 2006 le besoin d’évolution des pratiques sylvicoles, réitère son implication en organisant un colloque sur la locomotion du cheval lors de l’effort de traction. Le CERRTA présidera cette table ronde en s’entourant de professionnels concernés par le sujet.

Un programme riche sur deux jours

Le rendez-vous est donc donné au cœur de la Saône-et-Loire, à 30 km à l’ouest de Macon ces 19 et 20 juin 2009. Le vendredi après-midi, vous pourrez assister à une démonstration des sept techniques de débardage utilisées. Le soir sera consacré aux débats avec le colloque à la Galerie Européenne de la Forêt et du Bois, située à Dompierre les Ormes, à 7km du site de compétition de Montagny sur Grosne. La journée du samedi sera consacrée au concours de débardage.

Venez plonger au cœur de la forêt pour assister à cette promotion du débardage à cheval et rejoignez les 5 000 visiteurs attendus lors de ce week-end estival.

Le Dossier de presse de présentation des acteurs et partenaires et des finalités de cette rencontre, au format PDF ici

lundi 20 avril 2009

2eme journée d’échanges sur l'utilisation de la traction animale en maraîchage le 16 mai 2009

La 2ème journée d’échanges : "Utilisation de la traction animale en maraichage" aura lieu en Nord-Isère 38), le samedi 16 mai 2009...


Télécharger le programme détaillé en pdf ici (230 Ko)

dimanche 8 juin 2008

Photos de la Journée-Rencontre "Préparation du sol" chez Denis et Valérie (mars 2008)

La pluie persistante sur les Alpes (depuis 3 semaines) nous permet de combler un petit peu notre retard et de regarder en arrière quand il faisait beau...

Voici avec 3 (petits) mois de retard quelques photos de la journée-rencontre "Préparation du sol" en Traction Animale chez Denis ARNAUD & Valérie MÉO aux Écuries de La Licorne à SAINT GERVAIS SUR ROUBION (Drôme) à 15 km à l'est de Montélimar.

Et oui, ce jour là il faisait soleil et malgré un bon petit Mistral, près de 80 personnes et une dizaine de chevaux (surtout locaux) avaient répondu à l'invitation de Denis et Valérie.

La journée était consacrée à la préparation du sol en maraîchage.

Nous avons eu droit à des démonstrations de canadien à cinq, sept et neuf dents, de charrues à mancheron (type bourguignon), de charrues type brabant, de herse pliante et de divers autres matériels...

Chacun a pu discuter, tester et échanger...

Le beau temps nous a même permis de pique-niquer dehors et de partager un super casse-croûte sorti du sac.

Une bien belle journée donc, qui répond à une demande croissante d'utilisateurs, d'informations sur le travail du sol et le maraîchage et sur le matériel utilisable.

Nous vous avons joint aussi quelques photos d'un châssis à essieu directeur de marque JEFA (fabriqué autrefois dans le Jura), d'un chariot Suisse que nous avions déjà rencontré, équipé d'une bâche, lors de La Convergence Vers Levier en 2006 (voir notre billet) et d'une herse pliante d'un modèle peu courant.

D'autres photos et peutêtre un compte-rendu de Didier à venir...

jeudi 3 avril 2008

Journée d'échange et d'utilisation sur la traction animale en maraîchage samedi 17 mai 2008

Une journée d'échange et d'utilisation sur la traction animale en maraîchage est organisée le samedi 17 mai 2008 en Isère (à Saint Chef à partir de 9h30).

Cette journée est organisée par Hippotese et l'association ADABIO (L’association ADABIO, créée en 1984 a pour objectif de promouvoir l’agriculture respectueuse des personnes et de leur environnement. Voir son site : http://adabio.com).

Objectifs de la journée :
Pouvoir analyser les avantages et inconvénients de la traction animale

  • Tester et échanger sur l’efficacité des outils anciens et moderne en démonstration,
  • Discuter sur l’efficacité des différentes espèces (ânes, mules et chevaux),
  • Aborder les questions de rendement et de budget.

Aspects pratiques :

  • Chacun apporte son pique nique pour le repas du midi.
  • Rdz chez Vincent Gay Maraîcher bio à Saint Chef dans le hameau de Crucilleux (Isère), -> Suivre le fléchage indiqué entre St Chef et Vézeronce-Curtin (38).

Contacts :

Télécharger ici le document explicatif au format PDF

dimanche 9 mars 2008

5eme Chantier-Ecole de débardage à Montdenis (Savoie) du 1er au 4 mai 2008

Le 5ème Chantier-école de Montdenis(Savoie) aura lieu les 1, 2, 3 et 4 mai 2008.


Photo : Véro Détré

Cette année, pour la première fois, un thème a été retenu pour le jeudi 1er et vendredi 2 mai, ce sera : "Comment utiliser les chevaux pour la récolte de petits bois" (diamètre < à 20 cm).

En effet nous pensons qu'il existe une demande (et un potentiel à explorer) pour utiliser les chevaux dans les fortes pentes et/ou en milieu fragile, pour les petits bois en particulier :

  1. En Assistance au défrichage manuel pour :
    • Le Débuscage des tiges coupées,
    • L'Evacuation des rémanents (ronces et branches) ou arbres entiers "feuillés".
  2. Le Transport jusqu'au lieu de traitement pour broyage et fabrication de :
    • Copeaux ou granulés de bois (chauffage),
    • BRF (Bois Raméal Fragmenté).
  3. L'Epandage éventuel sur les zones concernées du BRF (apport en vue de reconstitution d'humus, aggradation des sols).

Nous pensons que ce potentiel a été jusqu'alors peu exploré et qu'il convient :

  1. De mieux connaitre les besoins actuels des donneurs d'ordre,
  2. De recenser les besoins potentiels (non pris en compte actuellement).

Et pour pouvoir répondre à ces demandes et besoins, nous devons réfléchir :

  1. Aux méthodes de travail spécifiques et aux techniques à mettre en œuvre (qui ne sont pas exactement celles utilisées en débardage),
  2. Au matériel spécialisé à répertorier ou à inventer (et/ou à fabriquer et/ou à expérimenter pour ces activités),
  3. Aux complémentarités et synergies qu'il faut activer sur ces chantiers (bucherons défricheurs, entreprises de broyage, utilisateurs des produits broyés...),
  4. Aux modes de calcul de la rémunération du travail (taux horaire, au chantier, à la surface, au volume...),

Certes, ce type d'activité ne sera pas étudié exhaustivement en 2 jours, mais nous voudrions faire avancer la réflexion en se plaçant en conditions réelles et en adaptant les outils et méthodes que nous connaissons à ces nouvelles conditions.

Nous proposons donc le jeudi 1er mai et le vendredi 2 mai de réaliser une simulation en conditions réelles d'exploitation d'un chantier de nettoyage de défriches (sous une ligne électrique à moyenne tension) pour alimenter un broyeur à branches à poste fixe, distant de quelques centaines de mètres.
La journée de jeudi sera consacrée à la mise en place et la mise au point de l'exploitation, la journée de vendredi se fera en présence de partenaires, d'élus et de donneurs d'ordre potentiels, intéressés par la problématique, afin d'échanger sur le sujet.

Seront présentés, en utilisations, des traîneaux, traîneaux à roue, arches et porteurs adaptés aux petits bois...
Mais aussi des chariots surbaissés adaptés à la collecte et à l'épandage.

Les 2 autres jours (samedi 3 et dimanche 4 mai), suivant les demandes, pourront être plutôt orientés vers le débardage en forte pente plus classique et l'utilisation de poulies de retour et de moufflage.

Ces 5ème journées d’autoformation sont ouvertes à tous les membres et futurs membres de l’association Hippotese (pour des questions d’assurance, les personnes non à jour de leur cotisation devront s’acquitter, dès le 1 er jour, de 16 € pour l’année 2008) et leurs chevaux.
L'accueil est rustique (à la maison) et les repas se feront en partie à partir de vos spécialités régionales... (possibilités aussi de gites sur le village).

Pour information, Montdenis est situé à 1400 m d'altitude, en Maurienne (Savoie) sur la commune de Saint Julien Montdenis.
Pour tous renseignements, vous pouvez utiliser le formulaire de Contact du blog (en haut à droite, pensez à laissez une adresse valide de mél pour la réponse), ou écrire un mél à hippotese@free.fr ou téléphoner à Deny Fady au 04.79.59.65.50 (le soir).

Si vous souhaitez d'autres informations sur les précédents chantier-école de Montdenis (photos, présentation, plan d'accés), vous pouvez aller sur le site d'Hippotese à la rubrique "chantiers collectifs" puis choisir "Montdenis".

Si vous souhaitez des informations sur le Bois Raméal Fragmenté, vous pouvez consulter les liens suivants (merci Olivier) :

  1. Un document de base pour comprendre ce qu'est le BRF (ici en maraîchage)
  2. Un site sur le Bois Raméal Fragmenté
  3. Un livre "De l'arbre au sol, les Bois Raméaux Fragmentés"

Nous vous tiendrons informé dans nos prochains billets de l'avancée du projet...

jeudi 21 février 2008

Journée rencontre "Préparation du sol" en Traction Animale près de Montélimard (Drome)

Denis Arnaud et Valérie Méo organisent une journée de rencontre, démonstration, échanges, essais sur la "préparation du sol" en TA.

Cette journée est comme le dit Valérie "sans prétention, amicale, conviviale, avec un but d'échange avant tout".

Au programme : Comme outils il y aura au moins : bineuse, cultivateurs, herse, brabant, butteuse, charrue... attelés en simple ou en double (en majorité avec des chevaux de traits) dans un champ de 3000m2, avec des agriculteurs ou meneurs ayant des expériences diverses et variées.

Espérons que le temps sera avec nous...

Je vous joins l'affiche de la journée au format PDF...

Lieu de la journée chez Denis ARNAUD & Valérie MÉO
Écuries de La Licorne
SAINT GERVAIS SUR ROUBION
(15 km à l'est de Montélimar)

mercredi 20 février 2008

Le bulletin HIPPOBULLE N°27 arrive enfin dans vos écuries...

Grâce au travail acharné de Nicolas Greff, et dans les délais qu'il avait fixé en Assemblée Générale, le journal d'HIPPOTESE (HIPPOBULLE pour les intimes) arrive dans vos boîtes aux lettres aujourd'hui...

C'est réservé aux adhérents, pensez à renouveler vos adhésions, 16 € à l'ordre d'HIPPOTESE, à envoyer à Didier Mahillon, Les Merles, 05250 Saint Disdier en Dévoluy, (Téléphone : 04 92 58 88 01).

Au sommaire de ce Numéro 27 d'HIPPOBULLE (pour vous faire envie !)

Edito (de Didier Mahillon) page 1
Vie de l’association page 2

  • Compte rendu de l'Assemblée Générale d'Hippotese du 7 octobre 2007 chez Odile et Deny Fady
  • Agenda printemps 2008 :
    • Salon de l'Agriculture de Paris du 23 février au 2 mars 2008. Contact : Nathalie Renaud au 03 81 49 36 41
    • Stage découverte traction animale 1, 2 et 3 mai à Villers sur Chalamont (Doubs). Contact : Jean Louis Cannelle au 03 81 49 36 41
    • 5ème Chantier-Ecole d'autoformation de Montdenis (Savoie), Jeudi 1 au dimanche 4 mai, thème : récolte petits bois". Contact : Deny Fady au 04.79.59.65.50 ou hippotese@free.fr
    • Journée traction animale et préparation du sol, dimanche 2 mars 2008 à Saint Gervais sur Roubion (Drome). Contacts : Denis Arnaud et Valérie Méo au 04 75 53 94 87
    • Journée d’échanges sur l’utilisation de la traction animale en maraîchage (Hippotese-ADABIO), samedi 17 mai à Saint Chef (Isère). Contact : Nicolas Greff au 04 74 80 13 23 ou asinerie.dauphine@wanadoo.fr
    • Les équitraits jeunes 2008, à Levier (Doubs), les 26 et 27 avril 2008, contacts Marion Lhote au 06 23 59 57 03 ou Jean-François Barrere au 06 72 38 85 02
  • Compte-rendus :
    • Concours de débardage de Serpaize (Isère), le 14 octobre 2007
    • 5ème rencontre des muletiers, aux Contamines Montjoie (Hte Savoie), le samedi 20 octobre 2007.

Recherches techniques page 7

  • Les abris chevaux
  • Dynamomètre électronique à transmission radio

Compte rendus et voyages d’études page 13

  • Foire allemande de la traction animale à Detmold les 25 et 26 août 2007
  • 5ème Congrés des Chevaux Territoriaux à (Calvados) du 12 au 14 octobre 2007

Trait d’humeur page 16

  • Après 25 années d’investissement, où en sommes nous ?

Et ailleurs page 17

  • Agenda :
    • Assemblée Générale 2008 de la FECTU les 15 et 16 mars, à Lennestadt (Allemagne–Nordrhein-Westfalen), infos : www.fectu.org
    • Grande fête du cheval, à Poznam (Pologne), les 27 et 28 septembre 2008, http://www.konierobocze.pl/
  • Comuniqué de Presse :
    • Les riches traditions hippomobiles Roumaines sacrifiées.

Divers page 19

Foire aux matériels page 19

  • Calèche à vendre
  • 3 véhicules hippomobiles à vendre

Rappel des contacts et prochain Hippobule prévu pour l'automne 2008 page 20

dimanche 7 octobre 2007

5eme congrès des Chevaux Territoriaux à Trouville, les 12, 13 14 octobre 2007

Le 5ème congrès des Chevaux Territoriaux aura lieu à Trouville-sur-Mer (Calvados) du 12 au 14 octobre 2007, pendant les Equi'Days.

NB : On parle aussi de Chevaux Municipaux, Chevaux Cantonniers, ou de Chevaux de Travail en Ville.

Cette année, deux journées d'échanges et de réflexion sont programmées afin de développer le retour du cheval dans la ville.

  • La protection de l'environnement,
  • Les économies d'énergie,
  • La réduction du CO2,
  • Le renforcement de la cohésion sociale

sont des moteurs pour la mise en place d'un projet où le cheval a "assurément" sa place.

Contacts, inscription, organisation : Olivier Linot / Lydia Mallet - 02 31 14 41 59 Mails : dfinances@mairie-trouville-sur-mer.fr ou dgs@mairie-trouville-sur-mer.fr

Retrouver les comptes rendus des congrès précédents sur le site d'Hippotese ici

lundi 25 juin 2007

Voyage en roulotte gitane

Début mars (2007), nous avions reçu ce mel de Jean François...

Je suis en train de préparer un voyage en famille de plusieurs mois en roulotte.
Je recherche des informations sur des expériences de ce type.
Ma roulotte est très grande, elle est tractée en simple par un percheron hongre de 6 ans.
Le gitan, ancien propriétaire de l'ensemble, partait 5 mois par ans en Bretagne mais je n'ai pu avoir que peu d'informations sur ses voyages.

Aujourd'hui je pense être en mesure de gérer le "prévisible" (itinéraire, escales) mais j'ai encore des interrogations sur la conduite pour ne pas me retrouver avec une voiture encastrée dans ma roulotte.

Si vous connaissez des personnes qui ont vécu ce type d'expérience je suis preneur.

Merci et à bientôt Jean-François

Bien sûr j'ai répondu pour demander des précisions sur ce projet un peu fou (comme on les aime...).
Voici le deuxième mél reçu le 10 mars 2007

Bon je présente le projet un peu plus en détail.
Il y a quelques mois on apprend que Wilfrid (un gitan) prend sa retraite et se sédentarise un peu plus, il vend sa roulotte et son cheval et les harnais.
On va le voir, on rêve et devant la rareté de la situation et du prix, on achète le tout.

Lire la suite...

vendredi 23 mars 2007

Jeu N3, Les chevaux de corporations, la solution 8/9

Après une petite interruption, nous continuons notre découverte des "Chariots des Nations" et des travailleurs (et travailleuses) du port d'Anvers (voir articles précédents).

Aujourd'hui, nous allons continuer à nous intéresser à la vie du port.
Et qui dit "port" dit "marchandises", et qui dit "marchandises" dit aussi "sacs" et donc "repriseuses" ou "raccommodeuses" de sacs.

Sur de nombreuses photos, on les voit, ces "raccommodeuses" qui sur le quai et parfois directement sur les empilages de marchandises, réparaient les trous des sacs, pleins ou vides, afin que le précieux contenu ne se perde pas .

Sur les photos, on parle souvent de "zakkennaaisters" ou de "zakkenwijven". Zakken s'écrit avec 2k donc zak = sac, "naaisters" : ce sont les couturières, "zakkennaaisters", il s'agit donc des "raccommodeuses de sacs".
Wijf ou au pluriel, wijven, est le nom populaire, voir un peu vulgaire de femme (il faut penser à l'anglais : wife). Il s'agit donc des femmes qui s'occupent des sacs.
C'était d'ailleurs, la plupart du temps, des femmes de dockers (merci à Luc Maes pour ces précisions linguistiques).

La légende du port raconte que ces femmes ont toutes un grand couteau en poche, qu'elles manient avec habileté et cette réputation tient à distance les matelots et les dockers trop entreprenants.

Car il faut replacer dans le contexte l'ambiance du port, lieu de croisement de tous les baroudeurs du monde où attendent à longueur de journée les débardeurs, embauchés et débauchés au gré de l'entrée au port et des chargements et des déchargements des navires.

Et pour un fois, Hippotese va faire dans le "culturel"...
Je vous livre un extrait du roman LA FANEUSE D'AMOUR de Georges EEKHOUD, que j'ai dégotté au fin fond d'un coffre sur le web et qui nous transporte directement sur les quais du port...

Le matin, les voituriers des nations (1) venaient atteler à ces chars leurs chevaux énormes et les baas (2) venaient raccoler, au "Coin des Paresseux", des compagnons aussi indolents que robustes.
La manutention du port commençait à sept heures, les lourds véhicules s'ébranlaient avec fracas au milieu d'un concert de jurons et d'engueulades. Et à midi, les débardeurs fatigués s'allongeaient sur les montagnes de marchandises ou sur leurs haquets.
Souverainement plastiques les poses de ces forts de Corporations. Charpentés à grands coups, le torse épais, croupés comme leurs chevaux, ils allaient lentement, en gens sûrs de leur force, avec majesté.
Ces coltineurs, aussi décoratifs que les grands navires noirs dont les mâts quadrillaient l'horizon des bassins à perte de vue.
Souvent Clara rougissait sous sa voilette lorsque l'œil scrutateur d'un gabelou (10) ou la prunelle expressive d'un matelot la dévisageait ; elle redoutait de passer devant le "Coin des Paresseux", mais la fascination physique l'emportait sur la répugnance morale.

Là, demeuraient tout le jour les lazzaroni (3) incorrigibles, la racaille des pilotins (4), les travailleurs honoraires, aussi admirablement bâtis que les bons bouleux (5), les lions éternellement au repos, se contentant de représenter, pipant, mains en poches, éborgnés par la visière de leur casquette raffalée et de travers, adossés à la façade du cabaret, clignant des yeux, bâillant, se querellant et n'exerçant leurs biceps que pour se prendre au collet, sous l'influence du genièvre.
Ils invectivaient les passants, raillaient ceux des leurs en train d'ouvrer (6), intimidaient les femmes par leurs gravelures.

Après de longues circonvolutions de barque qui louvoie, Clara revenait invariablement s'exposer à ce rassemblement picaresque (7). Le cœur lui battait, son pas se ralentissait et elle côtoyait avec une terreur délicieuse l'alignement de ces bayeurs.
Quel que fût leur cynisme, ces bougres n'osaient pas interpeler aussi grassement cette dame que les guenipes (8) de leur caste.
La toilette décente de Clara ne rappelait guère la mise excentrique des gourgandines dont plus d'un de ces copieux gaillards apaisait les fringales. Elle les intriguait ; ils se touchaient le coude et se la désignaient sans parler ; se contentant de braquer sur la "madame" leurs yeux de félin qui se ramasse prêt à bondir.
Mais à peine avait-elle atteint le bout de la rangée que déjà les turlupins (9) échangeaient leurs réflexions sur la flâneuse ; celle-ci s'éloignait plus rapidement avec des envies de s'arrêter et d'écouter les hommages de ses admirateurs mal embouchés.

tiré de LA FANEUSE D'AMOUR de Georges EEKHOUD, Un livre en ligne du Projet Gutenberg

C'est beau et bien écrit... mais je vous ai cherché quand même quelques termes dans le dico (Littré "libre" en ligne)

(1) Nations, les corporations ouvrières du port d'Anvers.
(2) Baas, patrons, contrôleur des nations.
(3) Lazzaroni, en italien, ce mot désigne non seulement des miséreux, mais aussi des canailles ou des fainéants.
(4) pilotins, terme de marine. Apprenti pilote, mousse de la timonnerie.
(5) bouleux, Cheval de fatigue qui chemine bien. Fig. C'est un bon bouleux, c'est un homme laborieux et qui remplit sa tâche.
(6) ouvrer, travailler.
(7) picaresque, Se dit des pièces de théâtre, des romans, où le principal personnage est un picaro (en espagnol, un coquin).
(8) guenipes, femme de mauvaise vie.
(9) turlupin, homme qui fait des allusions froides et basses, de mauvais jeux de mots.
(10) gabelou, mot populaire et de dénigrement pour désigner autrefois les employés de la gabelle, aujourd'hui les employés de la douane et de l'octroi.

jeudi 3 août 2006

Carnet de route Convergence (St Disdier-Grenoble, 28-29-30 juillet)

Nous allons essayer de vous faire suivre au jours le jours, sur le blog, un carnet de route de la Convergence des chariots d'Hippotese en route vers Levier.

Didier qui est parti avant nous de St Disdier en Dévoluy (05), progresse week-end après week-end, avant que tous, nous le rejoignions à Montagna Le Reconduit (39) le 15 août, pour le grand départ.

Voici son compte-rendu du parcours St Disdier (05)- Herbeys (38)(prés de Grenoble), le week-end du 28-29-30 juillet 2006.

Nous vous passerons des photos dés que possible...

Lire la suite...

page 2 de 2 -