Hippotese, Le cheval de Travail

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

mercredi 28 février 2024

Agenda Hippotese 2024


(Dernière Mise à Jour : Mercredi 28 février 2024)

L’agenda a pour but de vous partager l’ensemble des événements et animations soutenus par l’association Hippotèse. Vous retrouverez les dates, lieu, participations éventuelles de l’asso et toutes infos jugées intéressantes :-)
Cet agenda (prévisionnel et évolutif) sera mis à jour, au fur et à mesure des informations que nous recevrons.
Un lien permanent dans la colonne de droite du blog permet de le consulter régulièrement.

- Février 2024 :

  • 24 février au 3 mars 2024 :

Salon International de l'Agriculture à Paris Expo Porte de Versailles,
Hippotese présentera différents matériels modernes, avec la présence de Deny Fady et Jean-Louis Canelle. https://www.salon-agriculture.com/

- Mars 2024 :

  • 1 & 2 mars 2024 :

Projet d'écriture politique à Villers-Sous-Chalamont 25270
Petit groupe de travail sur le projet d'écriture du livre politique. Objectif : réflexions prise de décision sur les chapitres à rédiger.
Rdv à 9h le vendredi à la ferme Cannelle - 5038 Rue de Montorge, 25270 Villers-Sous-Chalamont
Repas partagé pendant les 2 jours - Possibilité de dormir au gîte (10€ par nuitée)

  • 8 mars 2024 :

Assemblée Générale du Réseau professionnel Aura Traction Animale à Châteauneuf-sur-Isère 26300 Au programme, joie et bonne humeur, partage d'expériences, démonstrations et tests de matériel sur les plantes aromatiques, intervention IFCE... Repas partagé le midi.
Chez Thierry Bret - 260, chemin des petits châssis - 26300 Châteauneuf sur Isère
Inscription via le formulaire ci-dessous ou par retour de mail reseau.ra.tractionanimale@gmail.com
https://framaforms.org/iscription-ag-du-reseau-professionnel-auvergne-rhone-alpes-de-traction-animale-1707462611

  • 28 mars 2024 de 9h à 17h :

Journée d’études « La traction équine agricole dans la transition agroécologique » à Avignon (Centre INRAE PACA)
Ouverte aux acteurs professionnels (agriculteurs, formateurs et prestataires en traction équine). Journée organisée par INRAE et l’IFCE dans le cadre du projet de recherche interdisciplinaire PETTA (La place des équidés de travail dans la transition agroécologique). Hippotese sera présente.

  • 30 mars 2024 au 1er Avril 2024 :

MULINADE de Pâques à Theneuille (03350)
En partenariat avec l'association Mule Qui Peut, cet évènement a pour objet de permettre aux propriétaires de mules, mulets ou bardots de se retrouver dans une ambiance conviviale pour partager leurs connaissances et leur expérience autour de leur passion commune. Discussions interactives autour de thèmes concernant nos hybrides et projections de vidéos sont au programme. Les adhérents d'Hippotese peuvent participer à cette rencontre en contactant Rémy Pipet par mail : remy.noribox@orange.fr

- Avril 2024 :
Pas de chantier collectif en Dévoluy cette année, Didier est en voyage roulotte !

  • 21 avril 2024 :

Journée Equidés de Travail et Vide Sellerie à Rochebrune (05190) - Hautes-Alpes
Équi Grimpe organise la 3ème Edition Journée Equidés de travail avec un Vide sellerie supplémentaire pour cette édition 2024.
Rassemblement de passionnés, professionnels, et amoureux des équidés de travail.
Nombreux stands et démonstrations toute la journée :
Travail dans les vignes et du sol en traction animale, portage muletier, débardage en foret, Forge et bourrellerie avec l'Atelier Les Crins de Cuir.
Participation d'Hippotese ainsi que de nombreuses asso (la Maison du mulet de Seynes etc...)
Entrée Gratuite, Buvette et restauration sur place.
Stand vide sellerie et stand équidés de travail sur réservation au 0662512858 ou à equigrimpe@gmail.com
RDV chez Association Equi'Symbiose Le Pont, 05190 Rochebrune

- Mai 2024 :

  • 9 mai au 12 mai 2024 :

Chantier-École de Montdenis (Maurienne, Savoie), à Montdenis (73870)
Contacts Odile et Deny Fady 04 79 59 65 50 ou hippotese@gmail.com, voir le blog

  • 30 et 31 mai 2024 :

Journées sciences & innovations équines (JSIE) au Cadre noir à Saumur.
Organisées par l'IFCE, l’objectif de ces journées est de découvrir, échanger et débattre autour des dernières nouveautés scientifiques et techniques de la filière équine. Ces journées sont le rendez-vous des chercheurs, experts et professionnels et sont ouvertes à tous : professionnels, chercheurs, étudiants, journalistes, passionnées, etc.
https://www.ifce.fr/ifce/connaissances/colloques-et-conferences/journees-sciences-innovations-equines/

- Juin 2024 : - -

- Juillet 2024 : - -

- Août 2024 :
(pas de Pferdestark en août 2024 à priori)

  • 21 au 25 août 2024 :

Route trait breizh, en Finistère, Pays de Landivisiau.
https://route-trait-breizh.fr/

- Septembre 2024 : - -
(pas de Tec&Bio en 2024 à priori)

- Octobre 2024 : - -

- Novembre 2024 : - -

- Décembre 2024 : - -

dimanche 4 février 2024

Mesure d'efforts et temps de récupération en buttage de poireaux au cheval (La Kassine améliorée aux potagers de Gaia) Partie 2

Suite du précédent billet sur la recherche d'une méthode non invasive de mesure d'efforts et temps de récupération chez un équidé en situation réelle de travail.

Nous en étions resté au calcul de la puissance instantanée demandée au cheval :

La Puissance (en watt) = Force (en Newton) x Vitesse (en mètre/seconde)

NB1 : on aurait aussi pu écrire que la puissance P (watt) = Travail (joule ou newton.mètre) / Temps (en seconde) car le Travail est le déplacement d'une force (N) x une distance (m)

NB2 : Quand la force n'est pas tout à fait alignée avec le déplacement et forme un angle, on utilise le cosinus de cet angle pour le calcul.

Pour mémoire, je vous redonne les 3 diapos que j'avais réalisé dans une présentation à Avignon en 2018.

Nous avons une vitesse moyenne de 1,06 m/s (voir billet précédent, partie 1)

Nous avons un angle de traction par rapport à l'horizontale de 12,9 °, soit un cos(12,9) = 0.9747 (voir billet précédent).

Mais quelle est la force moyenne développée par le cheval pour ce travail de buttage de poireaux ?

Si l'on regarde la courbe totale des efforts mesurés au DataPalo et mis en forme avec notre application DataGraph pendant l'heure de travail...

On constate, à vue de nez, que l'effort varie de 0 à 140 kgf, avec une tendance moyenne autour de 100 kgf.

Traçons maintenant la courbe de fréquence d'apparition des valeurs d'effort :

Si on regarde la courbe de fréquence d'apparition des valeurs d'effort sur la période, on constate que les valeurs autour de 0 sont très nombreuses, ce nombre baisse ensuite très fortement jusqu'à 45 kgf environ puis la courbe forme une courbe de Gauss.

NB3 : La courbe de Gauss est connue aussi sous le nom de « courbe en cloche » ou encore de « courbe de la loi normale ». Elle permet de représenter graphiquement la distribution d’une série et en particulier la densité de mesures d’une série. Elle se base sur les calculs de l’espérance et de l’écart-type de la série. Pour un échantillon important, il est généralement constatée une courbe en forme de cloche, c’est-à-dire une forte concentration des valeurs autour de la moyenne puis des valeurs de moins en moins nombreuses aux extrémités de la série. (https://www.soft-concept.com/surveymag/definition-fr/definition-courbe-de-gauss.html)

Cette courbe est logique car il y a de nombreux moments où l'outil ne travaille pas :
- 1 temps de déplacement de l'outil jusqu'à la parcelle (et retour),
- 2 temps de retournement en bout de ligne,
- 3 temps de réglage des outils,
- 4 temps de nettoyage des dents,
- 5 arrêt demandé par le meneur pour pose/réflexion/échange/casse-croûte...,
- 6 arrêt non demandé, imposé par le cheval...

Ces données nous renseignent sur les temps de repos/récupération du cheval qui sont très importants et qu'il faut prendre en compte.

On peut considérer :
Qu'un effort de 0 à 5 kgf ne représente aucun travail (pas de mouvement ou seulement un balancement de la chaîne, sans traction),
Qu'un effort de 5 à 45 kgf représente un effort faible avec l'outil relevé (déplacement de l'outil jusqu'à la parcelle, retournement en bout de ligne),
Qu'un effort supérieur à 45 kgf représente la force nécessaire pour réaliser effectivement le travail de buttage.

On peut donc trier par ordre croissant les 18391 valeurs relevées, soit un enregistrement de 10 valeurs toutes les 2s (en fait, toutes les 1,865 s) soit 1 valeur tous le 2 dixièmes de seconde ou 5 données par seconde environ pendant une heure (de 11:06:39 à 12:03:49 soit 57 mn et 10 s ou 3430 s).

On obtient :
-1 11368 valeurs inférieures à 6 kgf -> 61,81 %
-2 2654 sont entre 6 et 44 kgf -> 14,43 %
-3 4368 sont = ou sup à 45 kgf -> 23,75 %

Comme ces données correspondent à des temps, sur l'heure d’activité nous avons en pourcentage du temps passé :

Par contre, on ne peut pas calculer la moyenne de l'effort effectif de buttage à partir de ces données, car cette moyenne serait forcément minorée (avec tous ces moments "sans effort").

On peut alors demander à l'application Datagraph de représenter la courbe de fréquence d'apparition des valeurs d'effort uniquement supérieurs à 45 kgf, on obtient la courbe suivante :

On a donc la moyenne de l'effort "en travail" qui est de :

97 kgf soit 97 x 9,81 = 951,57 N (1 kgf = 9,81 Newton)

NB4 : La plage 78 kgf à 116 kgf (Moins un écart-type, plus un écart-type) correspond presque 70 % des valeurs présentes.

NB5 : L'écart-type est une mesure de la dispersion des valeurs d'un échantillon statistique ou d'une distribution de probabilité (https://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89cart_type).

Nous avons maintenant les données nécessaires au calcul de la puissance moyenne développée par le cheval quand l'outil travaille effectivement.

A savoir :
La Puissance (en watt) = Force (en Newton) cos α x Vitesse (en mètre/seconde)

soit : P = 951,57 x 0.975 x 1,06 = 983,5 W

NB6 : Un cheval vapeur (ch) = 735,5 W
Le cheval-vapeur est une unité de mesure initialement créée par James Watt, qui souhaitait vendre les machines à vapeur de sa firme à des industriels ou des cultivateurs pour faire fonctionner des ateliers ou des engins agricoles. Ses clients potentiels utilisaient précédemment des attelages de chevaux, en chair et en os, pour effectuer ces travaux, il fallait créer une unité qui soit « parlante » pour que l'éventuel client ait un point de comparaison entre les deux sources d'énergie. James Watt effectua un certain nombre de comparaisons entre les machines de sa fabrication et de véritables chevaux entraînant une lourde roue tournant autour d'un pivot central, comme dans certains types de pressoirs agricoles et ce durant plusieurs heures. ''Même si la puissance maximale développée par un cheval pendant un temps court peut être de dix à presque quinze fois supérieure à un cheval-vapeur, on considère que dans le cadre d'une activité soutenue, une puissance moyenne d'environ 1 ch (0,75 kW) par cheval est effectivement conforme aux conseils agricoles des XIXe et XXe siècles.

Références a télécharger : R. D. Stevenson et Richard J. Wassersug, "Horsepower from a horse", Nature, vol. 364, no 6434,‎ juillet 1993 et E. Collins et A. Caine, "Testing draft horses", cité sur Wikipédia.''

Nous aurons l'occasion de reparler de tout cela dans la troisième partie de ce billet...

mardi 9 janvier 2024

Mesure d'efforts et temps de récupération en buttage de poireaux au cheval (La Kassine améliorée aux potagers de Gaia) Partie 1

Comme promis, voici la Kassine-Gaia en action, en buttage de poireaux (voir précédents billets ici et ici).

Cette vidéo est volontairement assez longue pour que vous preniez la mesure de l'intervention (buttage de poireaux) dans son ensemble...

Elle a, à mon avis une valeur pédagogique et intéressera sans doute particulièrement les personnes en formation.

Mais tout d'abord, la vidéo :

Nous avons filmé cette activité de buttage de poireaux, aux Potagers de Gaïa, à Hermance (Suisse) le 25 septembre 2023, nous en avons profité pour faire des mesures au DataPalo (qui est un Datafficheur à un seul capteur monté sur un palonnier porté (bas-cul) que beaucoup d'entre-nous utilisent à Hippotese).


(Le DataPalo porté est simplement monté à la place du palonnier porté habituel)

Les conditions de l'expérience étaient ici de ne pas trop interférer avec le couple meneur/cheval pendant le travail qui doit se dérouler le plus habituellement possible.

L'échange se limite à la lecture des valeurs moyennes relevées, qui sont communiquées en continu au meneur pour information, s'il le souhaite.

A posteriori, on veut analyser et traiter les données relevées et en tirer un maximum d'informations.

L'objectif est de développer une méthode de relevé de données, la moins "invasive" possible pour être utilisée en situation réelle et qui puisse être mise en œuvre par des non-spécialistes.
Les résultats permettront ainsi de se constituer une banques de données de terrain, libre de droit et gratuite, utilisable par tous.

Résultats :

Observations sur le terrain :
Il s'agit d'une parcelle de maraîchage, plantée de 10 lignes de poireaux, déjà bien développés, à désherber et butter en un seul passage.

Un petit tour sur GéoPortail (on est à 100 m de la frontière française, ligne bleue à droite) permet d'estimer la longueur moyenne des lignes qui est de 78 m (le côté du chemin est en trapèze)
Nb1 : On aurait pu mesurer la longueur des lignes avec un Odomètre, mais nous l'avions oublié.


(Estimation de la longueur de la parcelle avec Géoportail, ici 78 m environ)

Nb2 : Il nous manque la largeur de la parcelle, que nous ne pouvons pas évaluer par photo satellite car celle-ci n'est pas à jour.

Cette longueur de 78 m permet d'évaluer la vitesse de travail (distance /temps).

Observations sur la vidéo :
Dans la vidéo, on choisi un buttage sur une ligne si possible sans arrêt (ou en déduisant les arrêts au chronomètre), on obtient un temps de parcours pour cette ligne. En réitérant l'observation plusieurs fois, on obtient un temps moyen par ligne.

1ère ligne 84 secondes
2ème ligne 90 secondes
3eme ligne 80 secondes
4eme ligne 77 secondes
Soit une moyenne de 83 secondes pour 78 m et donc une vitesse moyenne de 1,06 m/s (3,81 km/h).

Nb3 : nous avons le projet de construire un Odomètre/Tachymètre (électronique) avec enregistreur horodaté (synchronisé avec le DataPalo) qui permettra de mesurer la vitesse et les distances sans soucis.

On profite de la vidéo pour trouver une vue latérale qui nous permet d’estimer l'angle des traits par rapport au sol.

Nb4 : ne pas oublier, quand on filme, de multiplier les angles de vue des vidéos et de faire des cadrages de profil et en "plan large" qui permettent aussi d'analyser la position du cheval à l'effort (et observer la position du collier aussi... petit clin d’œil aux personnes qui ont assisté à la journée "collier" en décembre, compte-rendu à venir...)


(Capture vidéo d'une vue de profil "au travail" pour estimer l'angle de traction)

Un petit tour dans Geogebra en ligne permet de récupérer cet angle...


(Un petit tour dans Geogebra, logiciel libre de géométrie...)

La valeur estimée de l'angle de traction est donc de 12,9 °, soit un cos(12,9) = 0.9747

Nous avons la vitesse et l'angle de traction, il nous reste à estimer les efforts pour avoir une idée de la puissance instantanée développée par ce cheval...

C'est ce que nous verrons dans le prochain billet...

dimanche 31 décembre 2023

Bonne année 2024 !

L'année 2023 a été riche d'activités à Hippotese grâce à l'investissement de nombre d'entre vous...

Merci à ceux qui ont donné de leur temps pour que l'Énergie Animale progresse...

Les autres doivent être conscients que l'association n'est que le reflet de l'implication de ses membres...

La réflexion philosophique qui est en bandeau du blog est là pour affirmer que notre travail associatif s'inscrit dans le panel des solutions qui s'imposent face au défi du changement climatique (merci à Jason Rutledge de l'avoir écrite et à Henri Spichiger de me l'avoir fait connaître).

En 2024, chacun d'entre nous devrait régulièrement se poser la question : Et moi, cette semaine, qu'est-ce que j'ai fait pour l'Énergie Animale ?

lundi 25 décembre 2023

Présentation vidéo de la "Kassine-Gaia", une Kassine fortement améliorée...

Nous avions déjà présenté une amélioration de la Kassine de chez Prommata dans un précédent billet ici.

Ce système de relevage avait été réalisé, pour les potagers de Gaïa (Hermance, Suisse), par Roger Fillon que les lecteurs du blog connaissent bien et qui malheureusement pour nous est maintenant en retraite...

L'équipe des potagers de Gaïa, continue cependant d'apporter des modifications à cet outil avec un nouveau partenaire.


Une photo de détails pour ceux qui sont intéressés...

En septembre 2023, nous sommes allés faire des mesures d'efforts en conditions réelles (compte-rendu dans un prochain billet) et ce fut l'occasion de filmer une petite présentation de cette Kassine-Gaïa par Hugo Dufour, qui est la cheville ouvrière du lieu pour l'aspect "matériel-Traction-Animale".


Une autre photo de détails...


Une dernière photo vue de face...

jeudi 30 novembre 2023

Plans cotés d'un timon et d'un palonnier triple relevés à Villers sous Chalamont

Avec ces plans, (après le plan du brancards comtois) nous continuons notre série de fiches techniques pour répondre à vos nombreuses demandes.

Ces 2 fiches techniques ont été réalisées par Ivan et David, merci à eux...

Le timon :

Un dessin vaut mieux qu'un long discours...

Vue d'ensemble...

Le nez de timon, côté joug...

Le joug de timon attelé...

Le timon coté chariot, avec le doigt d'accrochage du palonnier...

Le palonnier sur son doigt...

Arrivé sur le chantier, une fois le joug dételé, on décroche le palonnier et on peut travailler...

Le palonnier triple :

Il permet l'attelage à 3 chevaux de front comme sur cet avant-train Pintow à prise de force sur les roues.

Un dessin vaut mieux qu'un long discours...

A remarquer que les crochets d'attache aux traits n'ont pas été représentés, ni le système d'amortisseur à ressorts car le dessin et les photos suivante représentent un modèle un peu différent de la première photo.

Mais les cotes principales y sont et chacun pourra adapter le modèle suivant ses besoins et compétences...

Encore une photo des détails...

mardi 14 novembre 2023

"Choisir et ajuster le collier à son cheval", Rencontre Utilisateurs TA, mercredi 13 décembre 2023, en Savoie à 73360 Saint-Pierre-de-Genebroz

Hippotese en partenariat avec le Réseau Professionnel Auvergne Rhône Alpes de Traction Animale vous propose une journée d'échange entre utilisateurs de TA, le mercredi 13 décembre 2023, en Savoie, à 73360 Saint-Pierre-de-Genebroz (à 4 min et 2,7 km de Les Échelles 73360)

Le thème de cette journée est "Comment choisir et ajuster le collier de traction à son cheval"


L'affiche de la journée.

Le programme de la journée :

8h30 : Accueil autour d'un café
9h30 : Tour de table de présentation
10h : Discussion autour des chevaux/colliers, mesures et essai en traction
12h30 : Repas partagé
14h : Reprise des discussions et essai en traction
16h : Bilan et perspective - fin de la journée

En présence d'une ostéopathe et d'un bourrelier

Merci de vous inscrire pour faciliter l'organisation de cette journée.

La Tit Ferme, Laurence Bonnel
contact@latitferme.bio

Adresse : 321 Rte de la Molière, 73360 Saint-Pierre-de-Genebroz
Téléphone : 06 87 11 61 07 (sms uniquement)

N'hésitez pas à partager cet évènement à des utilisateurs de votre connaissance.


Mesures d'efforts au Datafficheur (DataPalo monté en "balance") en octobre 2022, chez Laurence Bonnel, photo D. Fady

lundi 13 novembre 2023

Comment surveiller les nouveaux billets du blog d'Hippotese et les nouveaux commentaires (Installer Atom)

A l'Assemblée Générale d'Hippotese 2023, il m'a été demandé de faire des billets explicatifs sur l'utilisation de notre blog, la recherche d'information et le suivi des billets et commentaires.

Commençons par le plus simple, le suivi des billets et commentaires du blog...

Si vous ne consultez pas régulièrement le blog, il peut vous sembler fastidieux de venir pour rien ou de devoir remonter les billets pour lire les nouveautés qui vous intéressent.

Le système de fonctionnement des blogs (qui peut paraître désuet à certains) est basé sur une liste temporelle de billets qui s'empilent les uns sur les autres en fonction de leur date de parution (comme sur les réseaux sociaux du reste), les derniers billets (les plus récents) sont donc sur le dessus...

De base, pour naviguer dans les derniers billets que l'on a pas lu, il faut (il suffit de) remonter la liste.
Pour consulter les derniers commentaires, c'est plus compliqué, il faut les chercher, en lisant tous les billets !

C'est pourquoi, dans notre blog, il existe (depuis toujours) dans la marge de droite, deux listes, mises à jour automatiquement, des 10 derniers billets et des 10 derniers commentaires parus sur le blog.

Plus bas, toujours à droite, on trouve aussi la liste complète des 1055 billets parus depuis la création de ce blog en juin 2005 (il y a donc près de 20 ans !)

Mais il existe aussi un système génial pour être averti des derniers billets ou commentaires sans aller sur le blog, et c'est un système entièrement automatique...
Ce système est utilisable sur le blog depuis sa création mais peu de personnes l'ont mis en place, c'est le système "Atom"


L'Atom Syndication Format — littéralement Format de syndication Atom, ou simplement Atom, est un format ouvert de document fondé sur XML conçu pour la syndication de contenu périodique, tel que les blogs ou les sites d'actualités.
Pour l'utilisateur, la syndication est un procédé de souscription à des sources de contenu.
Pour l'auteur, c'est un procédé de publication simultanée dans de multiples supports.
Sources Wikipedia


Pour faire simple, il suffit d'installer un "agrégateur de sources de contenu" sous la forme d'une extension de votre navigateur web qui va lire le fichier Atom.

Perso, sous Firefox, j'utilise Feedbro

Procédure d'installation :
1) Dans votre navigateur préféré, cherchez "Paramètres" ou "Préférences"
2) Cherchez ensuite "Add-On" ou "Extensions"
3) Chercher une extension en entrant le mot clé "Atom", vous allez trouver plein d'extensions (souvent avec la racine "feed", "nourriture" en anglais), choisissez en une, installer la.
4) Pour souscrire à une source de contenu, il faut lancer le blog concerné, ici Hippotese, puis lancer l'extension, le "Feeder"comme disent les anglophones ( Feedbro dans mon cas), celui-ci détecte le(s) lien(s) Atom automatiquement.
5) Si cette procédure ne fonctionne pas, vous pouvez double-cliquer sur les liens d'abonnement Atom sur le blog, celà devrait vous abonner automatiquement.
6) Si celà ne fonctionne toujours pas, vous trouverez dans le feeder, une option pour s'abonner...

7) Après souscription (ou syndication), voilà ce que l'on obtient en lançant Feedbro et en cliquant en bas à gauche sur l'abonnement à la liste des billets...
On peut tout à fait consulter le blog dans Feedbro, je trouve même que c'est plus rapide pour tous les billets diffusés dans l'année en cours (c'est modifiable)...

8) Ou sur l'abonnement à la liste des commentaires...
On peut de la même façon consulter les commentaires du blog dans Feedbro, je trouve même que c'est plus rapide pour retrouver tous les commentaires diffusés dans l'année (la durée est aussi modifiable)...

9) Si on veut surveiller (du coin de l’œil dans la barre d'outils de votre navigateur) les nouveaux billets et/ou les nouveaux commentaires sans ouvrir le blog, il suffit d'aller dans cette barre d'outils, de cliquer sur l'icône des extensions (une pièce de puzzle sous Firefox), de trouver Feedbro, puis de cliquer-droit dessus et de choisir "épingler à la barre d'outils"...

10) Remarque : S'il y a un nouveau billet ou un nouveau commentaire, un petit numéro bleu apparaît à côté de l'icône

11) Et si vous avez "épinglé dans la barre d'outils", on l'a en "visu" sans effort...

Je met un lien direct à ce billet dans la marge à droite ("Installer Atom"), faites connaître ce système à vos proches si vous le trouvez intéressant...

Voilà, c'est fini pour aujourd'hui, la prochaine fois, je vous expliquerai comment je recherche (et trouve) les infos qui m'intéressent sur le blog...

mercredi 1 novembre 2023

2ème rencontre de l’Association Catalane de Traction Animale, 22 oct 2023

Nous avons de fréquents échanges avec l’Association Catalane de Traction Animale que nous sommes allés visiter en février 2023.
C'est une association récente (5 ans) mais très active.
Quim, que beaucoup connaissent, nous a envoyé un petit compte-rendu de leur 2ème rencontre avec quelques photos...

Le dimanche 22 octobre 2023 a eu lieu la 2ème rencontre de l’Association Catalane de Traction Animale.

L’année dernière c’était la première rencontre organisée pour fêter le 5 ème anniversaire de l’association et cette année on a voulu répéter l’évènement pour partager entre les adhérents et aussi le public moins proche du monde de l’énergie animale.

Le thème central de la rencontre était le concours de labour avec 4 participants avec différents animaux et charrues.

Marc avec son cheval CPC (Cavall Pirenenc Catalá, une race de chevaux lourds catalans, NDLR) et une charrue brabant,

Ondrej avec une belle paire de chevaux de différents origines et une charrue à deux roues originaire de son pays, la République Tchèque,

Jordi avec ça mule et le « forcat » porte-outils originaire de Catalogne,


NB NDLR : Nous avions vu le forcat chez Abel Ibanez lors d'un déplacement à Valencia avec la FECTU il y a quelques années, vous pouvez retrouver des infos intéressantes sur le sujet sur le blog de nos amis les bouviers : http://attelagesbovinsdaujourdhui.unblog.fr


et Bernat avec ça jument CPC et un porte-outils de conception nouvelle.

Après le concours il y a eu des démonstrations avec différents outils pour montrer comment ils fonctionnent.

On a vu comment on réalise un travail à la planche (pour aplatir le labour),

Un semoir ancien remis en état pour la rencontre,

Et on a essayé les balances de collier pour travailler avec 2 animaux en flèche (voir les 2 billets sur le blog ici et ici).

ACTA, Association Catalane de Traction Animale, http://acta.cat

Quim Digon Nadal

lundi 30 octobre 2023

Plan côté de brancards pour l'attelage Franc-Comtois au collier dit "en cheville"

Avec ce plan, nous inaugurons une nouvelle série de fiches techniques pour répondre à vos nombreuses demandes.

Cette fiche technique de brancard, permet un attelage "en cheville" (ou "au prenant d'attelle"), elle a été réalisé par Michel Carrel, elle sera suivi bientôt de 2 autres fiches techniques sur le palonnier triple (pour attelage à 3) et sur le timon pour attelage en paire.

Complément aux croquis sur la fabrication d'un brancard pour attelage au prenant d’attelle :

1) Utiliser du tube de chauffage noir (donc "cintrable") de 50 mm de diamètre ext (2 mm d'épaisseur).

2) Prendre une barre de 6 m, en faire 2 tronçons de 3 m.

3) Cintrer les 2 demi-brancards suivant le plan que l'on peut tracer au sol. Les souder en fin de construction, car le cintrage en une seule pièce est plus difficile à réaliser dans un plan.
Laisser le tube assez long du côté cheval pour réaliser le cintrage et le couper à la bonne distance à la fin de la fabrication.

La longueur totale des brancards peut être modulée selon la hauteur de fixation du brancard au niveau du véhicule, afin que les membres postérieurs des chevaux ne heurtent pas le brancard.

Quelques tailles relevées :
- Sur le plateau 4 roues JL, la hauteur de fixation est de 45 cm et la longueur totale du brancard est de 244 cm.
- Sur l’avant train 3 roues de Laurent, la hauteur de fixation est de 50 cm et la longueur totale du brancard est de 233 cm.
- Sur le chariot suisse JL, la hauteur de fixation est de 54 cm et la longueur totale du brancard est de 230 cm.

Le résultat :


Le brancard résultat, les 2 demi-brancards sont réassemblés par soudure. Phot. Deny Fady


Vue d'une cheville moderne (longueur 150 mm), réalisée à partir d'un étiré, fendu en bout, puis ressoudé pour former la mortaise, Phot. D. F.


Vue d'une cheville moderne (diamètre 10 mm), Phot. D. F.


Vue d'une cheville traditionnelle forgée (diamètre 10 mm) et du buttoir en rond de 10 mm, Phot. D. F.


Détail d'un "prenant de collier" forgés, Phot. D. F.


"Prenants de collier" forgés, montés sur un collier Cédurein Octave Tarravello, Phot. D. F.


Détail d'un "Prenants de collier" en cuir, montés sur un collier Franc-Comtois traditionnel, Phot. D. F.


"Prenants de collier" en cuir sur un chariot traditionnel franc-Comtois, Phot. D. F.


l'attelage "en cheville" était utilisé aussi sur les chariots Grand-Valliers du Haut-Doubt, Phot. D. F.


l'attelage en cheville est utilisé sur des chariots plus modernes à 4 roues, Phot. D. F.


l'attelage en cheville est utilisé sur des chariots modernes à 4 roues, Phot. D. F.


l'attelage en cheville est utilisé sur des chariots modernes à 4 roues, Phot. D. F.


l'attelage en cheville est utilisé sur des chariots modernes à 4 roues, Phot. D. F.


l'attelage en cheville est utilisé sur des chariots modernes à 3 roues, Phot. D. F.


l'attelage en cheville est utilisé sur des chariots modernes à 2 roues, Phot. D. F.


l'attelage en cheville est utilisé sur des chariots modernes à 2 roues, Phot. D. F.

Hippotese était au salon Tec&Bio 2023

Les 20 et 21 septembre 2023, se déroulait pour la 9éme année, le salon Tech&Bio au cœur de Valence. Nina Mass a bien voulu nous faire un petit compte-rendu de notre participation.

Hippotese participe à Tec&Bio depuis plusieurs éditions (depuis la 1ère, en fait, NDLR) accompagné des membres du __Réseau Professionnel Auvergne Rhône Alpes de Traction Animale__ (REPARATA) pour les démonstrations de matériels agricoles en maraîchage et vigne.

Cette année nous sommes une équipe de deux chevaux et de quatre intervenant-e-s. Et c’est coincé.e.s entre le stand des semoirs autonomes et le matériel high tech (chaque année, de plus en plus de robots et de drones, NDLR) que nous nous installons pour deux jours sous un temps "radieux"...


Du soleil à la pluie tempétueuse, on aura tout eu en 2 jours... Photo D. Fady

Au programme de ce salon pour Hippotese :

- Démonstration d’un échantillon du matériel utilisable en travail du sol et en entretien des cultures.
- De nombreux et riches échanges avec les visiteurs et visiteuses du salon sur la traction animale : les formations possibles, les outillages et matériels disponibles, la viabilité de la traction animale...
- Rencontre et échanges entre professionnels...


Ivan et son cheval Kabis avec une bineuse Fatton... Photo D. Fady


Vincent et son cheval Tarik avec une bineuse moderne Fatton... Photo D. Fady

Cette année, c’est un matériel allemand (que nous présentions : Le Kockerling (modèle Super 2/53). Ce porte outils est comparable à un petit Bucher (voir fiche technique N°3) par ses capacités de correction de trajectoire et de changement rapide de barre porte-outils et par l'inventivité des solutions techniques qu'il propose (si cela vous intéresse, nous ferons un billet spécifique bientôt)...

La machine, des années 1960, était vendue accompagnée d’éléments pour l’itinéraire technique de la culture de la pomme de terre (Kartoffel, kartoffel...) en deux rangs : poqueteuse, socs patte d'oie + disques protecteurs, socs butteur et enfin socs patte d'oie + scarificateurs...


Vincent et Ivan avec le Kockerling (test des différents outils et mesure d'efforts au DataPalo)... Photo D. Fady


Nina et Deny avec le Kockerling (buttage de choux et mesure d'efforts au DataPalo)... Photo D. Fady

Évidemment Tec&Bio est toujours l'occasion de retrouver amis et connaissances qui viennent partager un moment convivial...


Thierry Bret du REPARATA qui, avec ses collègues, participe aux démos côté vigne... Photo D. Fady


En arrière plan, l'équipe de l'IFCE d'Uzes, nos partenaires pour le Datafficheur, en spectateurs "connaisseurs"... Photo D. Fady


Les Jérémy(s) du Pot'A Djé, membres d'Hippotese, venus apporter leur soutien et tenir le manche... Photo D. Fady

                                                                                                           Nina Mass

jeudi 19 octobre 2023

Amélioration du harnais Chevilatte, quelques pistes à explorer...

Préambule 2023 :
Ce billet (et le 2 précédents) ont été diffusés sous forme papier dans l'Hippobulle N°30 qui n'est aujourd'hui plus disponible.
Comme je reçois toujours des demandes de renseignements sur le harnais "Chevilatte", je vous les redonne...
Et puis le 4ème billet concernera une fiche technique avec plan côté sur l'attelage Franc-Comtois "en cheville" que nous avons réalisé en mars 2023.

Préambule 2013 :
De janvier 2008 à septembre 2012, nous avons rendu compte, sur le blog d'Hippotese de nos recherches sur la création d'un harnais de travail mixte, utilisable aux traits ou en brancards, simple et efficace en toutes circonstances.
Ce troisième billet récapitulatif concerne les réflexions et améliorations qui ont suivi, (légèrement adaptés et allégés pour former une suite compréhensible).

Il reste un grand nombre de pistes d'amélioration à explorer pour le harnais Chevilatte et aussi pour avancer sur nos objectifs de normalisation et de simplification des harnais.

L'effet palonnier :
On peut craindre (même si nous n'avons pas constaté de problèmes, ni mesuré de pertes visibles) que l'efficacité de la traction soit diminuée ou que des blessures d'épaules puissent apparaître du fait de la rigidité des brancards (en mode "chevilatte") par rapport au mouvement des épaules du cheval.

Pour ceux qui le connaissent, le mode d'attelage du harnais chevilatte est proche de l'attelage en demi-trait (en chaîne) qui était utilisé en particulier sur les brancards des tombereaux agricoles, ce système qui était efficace pour le travail au pas lent, présente sans doute des limites en particulier au trot.

On doit donc réfléchir à des systèmes qui permettent, même avec le harnais Chevilatte, de maintenir l'effet palonnier.

NB : Les scandinaves qui sont utilisateurs de harnais à chevilles latérales depuis des décennies en ont inventés plusieurs que nous allons vous présenter.

1ère solution) Garder les traits et le palonnier : la première solution, la plus simple est de garder le palonnier et les traits pour la traction et les chevilles dans les brancards pour la direction (un peu comme en attelage traditionnel avec sellette et porte-brancard).
Il suffit de prévoir une mortaise (dans les brancards) avec un jeu longitudinal suffisant pour la cheville (une longueur d'une quinzaine de cm me semble adaptée, les scandinaves se contentent eux d'une liberté de 10 cm).


Le harnais scandinave peut aussi s'utiliser avec un palonnier.


La mortaise doit laisser un jeu suffisant pour que le palonnier soit efficient.

Certes, on perd un peu de rapidité à l'attelage (chevilles + traits à accrocher), mais on gagne en confort.

NB : Dans notre objectif de normalisation et de simplification des systèmes de harnachement, nous sommes aussi attentifs aux problèmes de sécurité et en particulier à l'ordre d'accrochage des brancards et des traits.
Chacun sait qu'au moment de l'attelage, on met les brancards dans les porte-brancards puis on accroche les traits au collier, et qu'au déttelage, on décroche les traits puis on dégage les brancards (pour une raison de sécurité évidente, imaginez un cheval qui s'emballe avec les traits encore accrochés et les brancards au sol !).
On pourait imaginer sur le harnais chevilatte, un système de verrouillage des chevilles sur les brancards qui soit aussi le système d'accrochage des traits.
Ainsi les traits, préalablement réglés en longueur, restent sur le palonnier et s'accrochent sur les chevilles une fois celles-ci passées dans les mortaises des brancards.
Dans ce cas, les traits sont bien obligatoirement accrochés après les brancards et décrochés avant... (cette solution reste cependant à valider...).

2ème solution) Utiliser un véhicule/outil avec une structure non rigide et qui donc se déforme avec le mouvement des épaules du cheval :
C'est le cas de notre porteur norvégien (de marque Ulvins) et de beaucoup d'arches de débardage.
C'est la mobilité relative des brancards l'un par rapport à l'autre qui permet de maintenir l'effet palonnier.
Les Scandinaves sont passés maîtres dans la fabrication de ces matériels qui semblent un peu désarticulés et où tous les assemblages autorisent un jeu, limité mais significatif. Il suffit de s'inspirer de leur travail, sans vouloir réinventer la roue.


Une arche de débardage d'inspiration scandinave, très "déformable".


Détail technique du montage à "liberté de mouvement".

Cependant, si ce système est très efficace au bois et en terrain irrégulier avec les outils traînés, il n'est peut-être pas adapté à tous les véhicules ou à toutes les allures... (à vérifier...).

3ème solution) Utiliser des brancards-palonnier (les "brancalonniers" comme les a surnommés Mourad Manesse), là aussi, les Scandinaves ont trouvé des solutions multiples (pour les véhicules à 2, 4, 6 ou 8 roues) qui semblent bien fonctionner et qu'il nous reste à valider, donc...


Système de brancalonnier adapté à un avant-train à 2 roues.


Autre système de brancalonnier sur un porteur à 6 roues.


Autre système de brancalonnier sur un porteur à 8 roues


Le harnais chevilatte (en simple) est utilisable au bois et en double sans aucune modification...

Les avant-traits rigides :
On peut avoir besoin d'utiliser des avant-traits rigides avec un harnais chevilatte (chacun connaît l'intérêt de ce système qui évite les blessures d'épaules en particulier aux chevaux à l'avant-main éclatée et aux épaules saillantes).
Personnellement, je n'étais pas très favorable à ce système qui alourdit et rigidifie le harnais, préférant les avant-traits en chaîne (gaînés caoutchouc), facilement réglables et souples. C'est l'apparition de marques de frottement sur mon cheval, suite à des labours difficiles, qui m'a fait reconsidérer la question.

NB : La solution des Scandinaves de faire un avant-trait en cuir ne convient que si celui-ci est réglable, mais ce réglage est difficile et demande un fastidieux montage-démontage. Cette solution en cuir est aussi plus coûteuse.


Avant-trait Scandinave traditionnel, réglable, en cuir.

La particularité de l'avant-trait rigide en harnais chevilatte (par rapport au harnais de débardage) est qu'il est relié aux brancards par la cheville, il faut donc veiller à ce qu'il ne pousse pas le collier dans les descentes ou les reculés ou se glisse entre la renfonçure du collier et l'épaule du cheval.
On doit aussi veiller à ce que l'avant-trait rigide ne bloque pas la liberté d'encolure qui est un des grands avantages de ce mode de harnachement.
Il faut donc limiter la longueur de celui-ci (32-33 cm sur mon prototype) et terminer l'avant-trait rigide côté collier par quelques maillons de chaîne (3 à 4 maillons semblent suffisants)... à tester sur le long terme.


Prototype d'avant-trait rigide en acier (dia 12 mm, longueur 33 cm) adapté au harnais chevilatte.

Le passage du harnais traditionnel au harnais chevilatte :
Un des intérêts du harnais chevilatte est qu'il peut être utilisé avec votre collier, votre sellette et votre reculement habituel, seul le "porte-cheville" et le brancard sont à adapter.


Porte-cheville chevilatte avec un Collier suisse, une sellette Hippotese et un reculement Grand-Vallier.


Porte-cheville chevilatte avec une Collane savoyarde, une sellette de trait et un reculement Grand-Vallier.


Porte-cheville chevilatte avec un collier américain, une sellette de trait et un reculement classique.

En cas d'usage mixte, on peut aussi faire le choix de garder un système traditionnel de bracelet de brancard amovible et remplaçable par un porte-cheville au besoin...


Didier Mahillon a réalisé plusieurs harnais mixtes à porte-brancard et porte-cheville interchangeables.

De même, un brancard d'attelage peut être modifié sans empêcher son utilisation avec des bracelets porte-brancard par le simple ajout d'une mortaise soudée...


Un brancard de marathon, modifié pour accepter le harnais chevilatte...


Le même brancard en utilisation.

...Ou d'un passant en plat métallique plié et soudé ou boulonné sous l'extrémité des brancards (même en bois).


Différentes techniques de modification simples de brancards traditionnels pour qu'ils soient compatibles "chevilatte".

Nota-Bene : Pierre Gallet a testé un "brancalonnier" dont nous avons diffusé quelques vidéos :

ou en suivant le lien : https://www.youtube.com/shorts/b6TR53an5g8

Conclusion provisoire...

On voit bien avec ces exemples et ces réflexions qu'il y a encore des pistes à explorer pour améliorer nos harnais "chevilatte" et bénéficier ainsi de leurs avantages, sans abandonner nos éléments de harnais habituels...

Il faut juste un peu de courage pour laisser une partie de nos habitudes de côté et tester cette manière d'atteler qui rend nos harnais de travail bien plus polyvalents et libère l'encolure de nos chevaux même aux brancards...

Avis aux amateurs...

Récapitulatif des billets 5 à 9 sur le harnais "Chevilatte" (2008-2012)

Préambule 2023 :
Ce billet, le prochain (et le précédent) ont été diffusés sous forme papier dans l'Hippobulle N°30 qui n'est aujourd'hui plus disponible.
Comme je reçois toujours des demandes de renseignements sur le harnais "Chevilatte", je vous les redonne...
Et puis le 4ème billet concernera une fiche technique avec plan côté sur l'attelage Franc-Comtois "en cheville" que nous avons réalisé en mars 2023.

Préambule 2012 :
De janvier 2008 à septembre 2012, nous avons rendu compte, sur le blog d'Hippotese de nos recherches sur la création d'un harnais de travail mixte, utilisable aux traits ou en brancards, simple et efficace en toutes circonstances.
Ce second billet récapitulatif concerne les billets 5 à 9, (légèrement adaptés et allégés pour former une suite compréhensible).

Recherche sur le harnais "chevilatte" (5ème partie, juillet 2008).

Je vous avais promis de vous tenir au courant des premières modifications et améliorations que nous avons apportées au prototype N°1 après plusieurs mois d'utilisation... Voici donc les premières photos du prototype N°2 :


Le nouveau harnais chevilatte, attelé au "Lama" (dont nous reparlerons sans doute un de ces jours).


Vue en plus gros plan du harnais chevilatte N°2, (les protections des chaînes et de l'anneau ne sont pas encore installées).


Remarquez la sangle en cuir (large et indépendante de la sellette) et sa protection (manchon en fourrure synthétique) et la sous-ventrière (en cuir fauve, teint en noir depuis) qui ont remplacées les sangles synthétiques du prototype N°1 (merci Didier).


Pour mémoire voici l'ancien anneau du prototype N°1, ici démonté.


Pour mémoire voici l'ancien anneau du prototype N°1, ici en place.


Et le nouvel anneau du prototype N°2 en gros plan, formé de 4 anneaux de chaîne soudés ensemble.


Le nouvel anneau du prototype N°2 avec son demi-trait en chaîne (longueur 550 mm) monté avant soudure.


Le nouvel anneau du prototype N°2 (lors des 1ers essais), on voit que la courroie de reculement peut s'accrocher directement sur la boucle arrière et que le trait a sa boucle réservée (pas de contact avec le reculement et accrochage/décrochage plus facile).


Et enfin le nouvel anneau terminé (ponçage et peinture) avec ses 2 boucles en plus (pour le reculement et pour les traits).

Recherche sur le harnais "chevilatte" (6ème partie, août 2008).

Bilan d'utilisation des protections caoutchouc sous les anneaux latéraux.
Pour l'instant, nous n'avons pas encore beaucoup de recul pour ces protections (2 mois d'utilisation, assez intensive quand même, dont un renversement où le cheval est resté couché sur le côté dans le brancard pendant 10 mn sans dommage, le temps d'être désharnaché), mais elles sont faciles à réaliser, peu coûteuses et semblent pleinement efficaces.


Vue d'ensemble du harnais avec les protections latérales.


Détail d'une protection latérale, on aperçoit le mode de fixation de la protection avec une fente (qui laisse passer la sangle de reculement) et un lacet (attaché au 1er maillon du trait en chaîne).


La sangle de sellette reste sous la protection.


Vue de la protection en cours de fabrication, l'ensemble est taillé dans de la bande caoutchouc de récupération de 5mm d'épaisseur.


Et enfin, un petit dessin avec les cotes de fabrication...

Recherche sur le harnais "chevilatte" (7ème partie, octobre 2010) : le plan d'ensemble.

Plan d'ensemble côté du harnais et modification de la fixation des protections caoutchoutées sous les attaches latérales.


(Le harnais chevilatte est un harnais polyvalent, ici utilisé en brancards, Valloire 2010, photo Yoan Fady)

Nous avons même créé une catégorie "Recherche sur le Harnais chevilatte" sur le blog qui vous permettra de retrouver rapidement un des billets sur ce sujet...


(Le harnais chevilatte permet de dégager l'encolure et d'utiliser des véhicules à brancards en forêt, Montdenis 2010, photo Mylène Fady)

Nous avons étudié l'existant pour arriver au prototype N°1 puis au prototype N°2, et enfin après 3 ans d'utilisation à un modèle, sinon définitif, du moins stabilisé, de harnais "chevilatte".


(Le harnais chevilatte permet aussi d'utiliser des traits avec un palonnier, Montdenis 2010, photo Deny Fady)


(Le harnais chevilatte est un harnais adapté aux usages agricoles mixtes en simple, Montdenis 2010, photo Deny Fady)

Et tout d'abord, voici le plan côté de l'ensemble...

Et une série de photos de chaque partie pour vous aider à comprendre...

Nous avons aussi modifié le mode de fixation des plaques de protection caoutchouc, à l'avant sur les avant-traits en chaîne. A l'origine, c'était un lacet de cuir (qui cassait fréquemment), qui a été remplacé par un anneau rond, coupé, monté, puis resserré au marteau, dans lequel, on passe un petit maillon rapide, que l'on fixera ensuite sur la chaîne du demi-trait...

Recherche sur le harnais "chevilatte" (8ème partie, novembre 2011) : les anneaux et les chevilles...

Voici quelques précisions sur les anneaux latéraux de fixation des chevilles qui sont le nœud d'assemblage des harnais scandinaves et "chevilattte", ainsi que sûr les chevilles elles-mêmes...

La forme de nos anneaux porte-chevilles a pas mal évolué depuis le départ. Son "design" n'est sans doute pas la seule solution possible (nous le verrons plus loin), mais cette solution répond aux contraintes techniques tout en restant assez facile à réaliser sans travail de forge (seulement par assemblage d'anneaux de chaîne de récupération par soudure à l'arc).

NB : certaines infos et photos de ce billet ont déjà été diffusées, si elles sont répétées ici, c'est pour la clarté de l'exposé.


Pour mémoire, l'anneau nordique traditionnel, critiqué dans le billet N°4 avec une version inox, non ouvrante des chevilles nordiques originales.

L'évolution de nos anneaux "Hippotese"...


Notre 1er anneau, formé de 2 anneaux galvanisés (80x40 Dia 10) soudés ensemble, les reculements en cuir doivent être montés avec un crochet à passant, l'avant-trait en chaîne fait 600 mm de long.


le second anneau amélioré, le même assemblage de 2 anneaux galva, + un anneau pour le trait et un anneau pour monter directement le reculement cuir avec son avant trait en chaîne de 550 mm


le second anneau amélioré, 1er essais de mise en place


le second anneau amélioré, peinture et montage définitif

Autres "design" d'anneaux.
Nous avons vu dans un billet précédent un autre design d'anneau inventé par Jordi terrazas et repéré sur le site Equibru :


l'anneau Equibru (photo Equibru)


Pierre Gallet a aussi inventé son propre anneau, monté ici sur un harnais bas-cul


L'anneau de Pierre Gallet en gros plan

Plan des chevilles d'origine (nordiques) en inox, version ouvrante.


le plan des chevilles d'origine en inox, version ouvrante.


Essai de fabrication en fer plat des chevilles d'origine, version ouvrante.

Cheville simplifiée.

C'est sur le concours Euroforest 2010 que j'ai pris cette photo d'une cheville simplifiée, intégrée à l'anneau que portaient les petits chevaux norvégiens participants...


Harnais norvégien lors du concours Euroforest 2010.


Détail de la cheville simplifiée, sur le harnais norvégien, lors du concours Euroforest 2010.


Essai de fabrication en anneaux soudés de chevilles simplifiées, version non ouvrante.

NB : Je n'ai pas de recul sur cette dernière cheville simplifiée, mais je pense qu'elle est aussi efficace qu'une autre.
Elle résout le difficile problème d'approvisionnement en chevilles suédoises...
Ceci dit les chevilles amovibles (ouvrantes) sont bien pratiques, en particulier en débardage où on peut les démonter facilement, ce qui évite d'y accrocher en permanence les guides dans les manœuvres courtes (je ne passe les guides que dans les anneaux de la sellette et pas dans ceux du reculement).

Je rajoute une petite photo et proposition de chevilles du site catalan Equibru et diffusé dans leur billet "chevilles", suite aux commentaires de ce billet...

Traduction du texte de Nina :
Traduction très approximative :
Mes amis d'Hippotese, après avoir vu votre article (sur les chevilles du harnais "scandinave"), j'aimerais vous conseiller une petite modification relative à la fabrication des chevilles.
Si on fait les deux pièces identiques, celle du bas ne se met pas correctement en place, et le contact ne se fait que sur un seul côté, ce qui cause une usure anormale, la cheville pouvant même se coincer. Cette petite modification (voir sur les photo les ouvertures différentes sur les deux parties de la cheville) règle le problème. Salutations à tous les hippotésiens !

Merci à Equibru et Nina...

Amélioration de la sous ventrière du harnais "chevilatte" (9ème partie, septembre 2012) et pose de rivets cuivre sur cuir.

En débardage, en particulier en montagne, la sous-ventrière est très sollicitée...


Christian Deiber lors d'un chantier-école à Montdenis en 2007 avec un harnais de débardage Hippotese.

Surtout au passage des talus...
Ici, en Maurienne, la pente est formée de terrasses et de "broues" (nom local des talus) et les ruptures de pente sont fréquentes et donc le cheval tire quelquefois avec son ventre (sa sangle plus exactement)...


Bernard Deschenaux lors d'un chantier-école à Montdenis en 2007 avec un harnais suédois en test et l'arche du porteur norvégien Ulvins.

Ceci dit, tout ceux qui travaillent avec des charrettes à 2 roues ou des tombereaux, même sur le plat, sont (devraient être) aussi sensibles à la largeur des sous-ventrières de leur chevaux.

Et donc, celà fait longtemps que je veux changer la sous-ventrière de mon harnais chevilatte (à l'origine c'est une simple courroie de cuir de 30 mm de large) par une version plus large, afin d'améliorer le confort de mon cheval.

J'ai profité d'une rupture de celle-ci cet été (due à un accrochage des brancards avec un autre attelage) pour tester une sangle de selle de monte (en peau de mouton synthétique) que l'on trouve facilement dans le commerce (je vous tiendrai au courant de la solidité à long terme de cette solution).


Vue générale des anneaux support des cheville latérales et de la sangle de selle que nous allons utiliser en sous-ventrière.

Ceux qui suivent nos recherches sur le harnais chevilatte, auront remarqué qu'il faut, pour mettre en œuvre cette solution, modifier les anneaux latéraux et y ajouter 2 passants sur la partie inférieure pour y fixer les 2 courroies qui permettront de tenir et régler notre nouvelle sous-ventrière.


Gros plan des anneaux latéraux, en bas, l'anneau d'origine, en haut l'anneau modifié.

Cette modification (soudure de 2 anneaux de chaîne de 50 x 25) permet en outre de séparer les courroies inférieures du frottement de la cheville (due au poids des brancards), dont on voit bien le début d'usure qu'elle occasionne à cet anneau (au centre du cercle jaune)...


Gros plan des anneaux latéraux, en cours de modification. Au centre du cercle jaune on aperçoit les traces d'usure dues au frottement de la cheville.

Voici le résultat définitif de la modification.
On peut voir sur la photo, en haut, la sous-ventrière d'origine et en dessous la nouvelle sous ventrière avec ses 4 courroies de fixation-réglage.
L'ensemble en position moyenne de réglage doit mesurer pour un (fort) comtois, environ : 120 cm.


Vue d’ensemble de la nouvelle sous-ventrière avec ses 4 courroies de fixation-réglage. En dessus, pour mémoire, la sous-ventrière d'origine.

On peut remarquer dans la vue précédente que je n'ai pas réalisé de couture mais que j'ai utilisé des rivets en cuivre massif.
Tout d'abord, je suis un piètre bourrelier et mes coutures ne sont pas très bonnes et puis, je sais par expérience que le montage des rivets n'est pas si facile, à moins de respecter quelques règles simples que je me fais une joie de partager avec vous.

Tout d'abord, on doit trouver des rivets en cuivre massif (que je préfère aux rivets en alu qui semblent moins résistants).
Personnellement j'utilise des rivets de 20 à 25 mm de long par 5 mm de diamètre que j'achète aux marchands de matériels de sellerie (on trouve ça aussi sur le web).


Les outils que j'utilise pour la pose des rivets de cuivre massif : une pince emporte-pièce, une pince coupante, un marteau de cordonnier, un tas en acier et un morceau de tube.

Le secret d'un bon montage tient en 4 conditions :
- 1ère condition : Les trous dans le cuir doivent être ajustés au diamètre du rivet qui doit forcer pour rentrer. Moi j'utilise une pince emporte-pièce de qualité.
- 2ème condition : On doit couper le rivet à la bonne longueur (2 à 3 mm de plus que l'épaisseur de cuir à assembler), je fais ça à la pince coupante (tenaille russe), une fois le rivet et sa rondelle en place dans le cuir.
- 3ème condition : On doit mater le rivet progressivement, en agissant sur la périphérie du rivet de manière à faire "fluer" le métal. C'est sans doute le plus difficile et celà demande un certain coup de main. Y aller progressivement par petites touches.
L'utilisation d'un marteau de cordonnier à tête ronde évite de marquer le cuir.
On doit aussi utiliser un "tas" en acier assez lourd pour faire le contre-coup, j'utilise un morceau d'essieu, de section carrée 40x40 à bords arrondis, très efficace.
- 4ème condition : Quant le rivet commence à s'arrondir et à augmenter de diamètre, on doit serrer les deux cuirs en pressant la rondelle à l'aide d'un tube de diamètre adapté.
Personnellement, j'utilise un morceau de tube de cuivre de plomberie de 12 ou 14 mm.

Enfin, on peut finir "la rivure" toujours très progressivement en amincissant les bords. Il faut veiller cependant à garder assez de matière, c'est ce qui fait la solidité du rivetage.

Voici un petit schéma récapitulatif des différentes phases...


Les différentes phases de la pose des rivets de cuivre massif pour assembler deux morceaux de cuir.

Voici le résultat des rivetages sur les courroies de ma sous-ventrière :


Détail des rivetages des courroies droite (longueur 30 cm) de la sous-ventrière.


Détail des rivetages des courroies gauche (longueur 40 cm) de la sous-ventrière.

Nota : Pour les courroies "gauche", j'ai augmenté leur longueur à 40 cm (après réflexion) pour garder plus de possibilités de réglage en cas de test du harnais sur un gros cheval.
Les courroies sont en cuir chromé de 25 mm de large (merci Didier). Les trous des ardillons sont espacés tous les 35 mm.
J'ai aussi utilisé 2 rivets en alu (massif), n'ayant plus de cuivre. Ces rivets sont plus faciles à utiliser car le métal est plus ductile mais je ne sais rien de leur résistance comparée à celle du cuivre.

Récapitulatif des billets 1 à 4 sur le harnais Chevilatte (2008)

Préambule 2023 :
Ce billet et les 2 prochains ont été diffusés sous forme papier dans l'Hippobulle N°30 qui n'est aujourd'hui plus disponible
Comme je reçois toujours des demandes de renseignements sur le harnais "Chevilatte", je vous les redonne...
Et puis le 4ème billet concernera une fiche technique avec plan côté sur l'attelage Franc-Comtois "en cheville" que nous avons réalisé en mars 2023.

Préambule 2012 :
De janvier 2008 à septembre 2012, nous avons rendu compte, sur le blog d'Hippotese de nos recherches sur la création d'un harnais de travail mixte, utilisable aux traits ou en brancards, simple et efficace en toutes circonstances.
Ce billet récapitulatif et le suivant sont une compilation de ces 9 billets, (légèrement adaptés et allégés pour former une suite compréhensible).

Recherche sur un harnais à chevilles latérales (1ère partie, janvier 2008).

Je vais essayer de vous expliquer l'origine de notre recherche sur ce nouveau harnais que nous appelons harnais à chevilles latérales (ou harnais Chevilatte).

Depuis les débuts d'Hippotese (1987), nous cherchons à améliorer les harnais des chevaux de travail, afin qu'ils soient plus légers, plus rapides à poser, plus faciles à fabriquer, plus efficaces...
Nous nous sommes toujours aussi fixé comme règle d'étudier les matériels existants, traditionnels ou non, de toutes les régions ou pays, avant de créer de nouveaux modèles, persuadés que nous sommes qu'il ne faut pas toujours ré-inventer la roue, mais plutôt recréer en mélangeant les genres.
Nous sommes arrivés, entre autres, à deux modèles pour chevaux en simple, qui sont bien fixés aujourd'hui.

1) Le harnais que nous appelons "Franc-Comtois" qui est un harnais mélangeant le mode d'attelage "en cheville" des Monts du Jura (rapide à garnir, simple et sans sellette) et un reculement "Grand-Vallier" très solide et très bien adapté à la pente et au reculé en charge, avec ses 2 avaloires qui empêchent le cheval de s'asseoir.
Il était utilisé autrefois par le limonier des "Trains Grand-Vallier" (attelages de 4 chevaux en ligne) qui emportaient les mâts de bateau du Haut Jura jusqu'à Nantes ou Bordeaux.
Le harnais "Franc-Comtois" est très rapide à atteler en brancards (2 chevilles à mettre, 2 reculements), il n'a pas de culeron et pas de sellette (donc pas de risque de blessure de sangle).

2) Le harnais de débardage Hippotese et pour le travail "aux traits" en général, il est simple, très stable sur le dos du cheval et adapté à la traction vers le bas avec sa sous-ventrière renforcée. Certains modèles sont fabriqués en Biotane (matière synthétique imitant le cuir).

Ces deux harnais sont très performants dans leur fonction (l'attelage en brancards ou l'attelage en traits), leur seul défaut est d'être "deux" justement.

Par exemple, quand je vais au bois avec ma petite carriole et mon Cabri (véhicule à trois roues), j'utilise le harnais Comtois.
Arrivé sur place, je change pour le harnais de débardage Hippotese pour atteler mon traîneau et aller débarder.
Au retour, je reprends le harnais Comtois pour rentrer avec le Cabri.
Si j'avais un harnais susceptible de remplir les 2 fonctions, j'économiserais du temps et j'éviterais d'avoir un 2eme harnais (à acheter) et à apporter au bois.

Voilà la raison principale qui nous a poussées à rechercher un harnais mixte.

Mais il y a aussi d'autres raisons :

  • Le harnais "en cheville" comtois ne peut pas être utilisé avec des véhicules à 2 roues non équilibrés (dont les brancards appuient sur le collier) à cause de l'absence de sellette,
  • Il ne peut pas non plus être utilisé dans des terrains accidentés (typiquement avec des porteurs ou des arches de débardage) dans la mesure ou l'encolure est relativement bloquée par les brancards (ce qui influe sur l'équilibre du cheval).

Le harnais de type scandinave (Suède, Norvège, Finlande) qui possède une sellette et des chevilles au niveau des flancs nous semblait offrir une solution technique intéressante à ces problèmes, d'autant qu'il est utilisable avec des traits.

Nous verrons plus loin que ce n'est pas si simple...

Recherche sur le harnais "chevilatte" (2ème partie, janvier 2008).

Comme nous l'avons expliqué précédemment, avant de concevoir et fabriquer un nouveau harnais, fidèle à notre habitude, nous commençons par aller voir ce qui se fait ailleurs...
Et nous sommes allés du côté du Royaume-Unis chez Doug Joiner (qui est débardeur à cheval en Angleterre).

Doug, comme beaucoup de "Horse-Logger" anglais, utilise du matériel de débardage de type scandinave et donc des harnais à chevilles latérales sur anneau.
Comme les harnais suédois sont chers, il a fabriqué lui-même son harnais.

Voici quelques photos (merci à Sophie Ayache)

Pour celà, il a adapté la sellette agricole anglaise traditionnelle (à gouttière métallique et chaîne plate "porte-brancards") à un anneau de liaison semblable au modèle scandinave.

Il a aussi remplacé l'avant-trait rigide en cuir par une chaîne (qui est réglable) qu'il accroche au collier (ici de modèle "Amish canadien", je pense) et utilise le reculement d'attelage classique (relié aussi par une chaîne).

Plus récemment, Doug (merci à lui pour les photos) a investi dans un harnais suédois d'origine mais il a, là aussi, remplacé l'avant-trait par une chaîne.
Nota : le collier est ici aussi un modèle "Amish Canadien".

On peut remarquer sur ce harnais suédois (d'origine) la sellette articulée à faible surface d'appui (nous n'avons pas d'explication à cette forme si ce n'est la forme du dos des poneys fjord peut-être...).

On peut ici détailler la cheville métallique (et son logement rectangulaire dans le brancard) et sa clé en bois (et son lacet d'arrêt).
A notez aussi la courroie de reculement et son crochet qui est détachable facilement.

On peut voir aussi la protection en cuir sous l'anneau (qui est tenue par la pièce avant à 3 boulons, je pense) et la forme des pièces de liaison des courroies cuir à l'anneau (montées rivetées), que l'on ne trouve pas en France.

Après cette première étude de l'existant, nous allons passer aux premiers essais de fabrication d'un harnais à chevilles latérales (dit "chevilatte") Hippotese.

Recherche sur le harnais "chevilatte" (3ème partie, février 2008).

Et tout d'abord, quelques photos de harnais scandinaves (Norvégiens ici surtout) dans leur milieu "d'origine" qui permettent de mieux connaître les usages.

Ces photos ont été récupérées sur le web, en particulier sur le site de l'association Foreningen Arbeidshesten (http://foreningenarbeidshesten.com) que je remercie chaleureusement.



On peut constater que les filles ont l'air de mener souvent...



Que ce type de harnais est utilisé pour tous les types de traction...


Qu'il n'y a pas que des poneys Fjord dans ces pays même si les chevaux sont dans l'ensemble de petite taille...



Que pour les traîneaux ou les outils agricoles, ils utilisent des brancards rigides (à la place des traits)...


Et qu'il y a sans doute beaucoup à apprendre des Scandinaves en particulier sur le matériel moderne (surtout adapté aux charges petites et moyennes).

Recherche sur un harnais "chevilatte" (4ème partie, mars 2008).

Nous avons donc successivement étudié le harnais "Franc-Comtois" "en cheville" avec un reculement "Grand-Vallier", le harnais de débardage "Hippotese", et enfin le harnais de type "scandinave" et ses variantes "anglo-saxonnes" ainsi que ses utilisations dans son berceau d'origine.

Suite à cette étude de l'existant nous avons écrit un cahier des charges qui s'établit ainsi :

Créer un harnais à un cheval (mais adaptable en paire), utilisable aux traits ou en brancards, muni d'un système d'attelage rapide aux brancards, capable de supporter une surcharge occasionnelle ou permanente (sur le dos du cheval via les brancards) (ex : véhicule à 2 roues dans la pente), muni d'un reculement très efficace (et qui n'assoit pas le cheval), qui laisse une grande liberté d'encolure au cheval (utilisation d'outils à brancards en forêt), qui ne blesse pas (sous ventrière sur-dimensionnée, pas de culeron), qui soit adaptable à tout type de collier ou bricole et à de nombreuses tailles de chevaux, qui soit simple à réaliser (voir éventuellement auto-constructible) et pas trop cher (réutilisation de parties existantes : sellette, reculement...).

Pour aller plus loin, il nous fallait réaliser un prototype opérationnel made-in "Hippotese" et le comparer à un vrais harnais "scandinave" d'origine, acheté en Suède, les 2 étant à tester dans nos conditions locales d'utilisation.

Nous avons donc commandé en Suède un vrai harnais scandinave (sur ce catalogue du fabricant Tarnsjo Arbetsselar, http://tarnsjogarveri.se).
L'ensemble est arrivé en pièces détachées.


Le harnais suédois d'origine, monté, avec des avant-traits rigides en cuir (made in Jura par Vincent Sappez).

Malheureusement au montage de l'arceau métallique sur les coussins de sellette, un écrou borgne trop serré a cassé la tige filetée à l'intérieur d'un des coussins et il a fallu découdre ce coussin pour réparer puis le recoudre (c'est parfois utile un bourrelier... merci Vincent).
Nous n'avons d'ailleurs toujours pas compris l'intérêt de l'arceau de cette sellette...
Et pour tout dire, l'ensemble nous a déçu...
Nous avons été vraiment décontenancés par le montage des pièces de cuir sur les platines métalliques avec des vis et des écrous. Le reculement ne nous parait pas assez solide pour une utilisation dans la pente en attelage agricole ou forestier.
Bref, première impression : pas terrible !
La seule pièce qui nous a émerveillés, c'est la cheville amovible en inox massif de toute beauté (voir plus loin).
Dans un souci de compatibilité (avec les outils d'origine scandinave, comme notre porteur norvégien) nous avons décidé de garder ce modèle comme référence pour nos harnais.


Nos premières chevilles ouvrantes en acier, pâle copie du modèle suédois et la mortaise (trou 45 x 16) à souder sur les brancards, réalisée uniquement à partir de plat 40 x 8.

Didier Mahillon a réalisé un prototype de harnais "chevilatte" modèle "Hippotese" en intégrant un reculement "Grand Vallier", une sellette de l'armée suisse (sur laquelle est cousue une sangle de selle de monte très large, muni d'une protection en fourrure synthétique) à la place de la sellette à arceau, mais nous avons gardé le système à anneau latéral et l'avant-trait massif en cuir.


Le premier prototype de harnais chevilatte made in Hippotese (par Didier Mahillon)

Les essais aux traits furent concluants, il restait à fabriquer des brancards utilisables avec ces chevilles.


Les essais aux traits furent concluants...

Après mûres réflexions, nous avons décidé de modifier des brancards d'un modèle standard, type voiture de marathon pour attelage en sellette, en leur ajoutant simplement la mortaise rectangulaire nécessaire, tout en gardant la possibilité de les atteler avec des porte-brancards traditionnels (sainte compatibilité).



Les brancards en sellette modifiés par l'ajout de la mortaise rapportée

Il sera toujours temps de réaliser des brancards spécifiques plus tard, quand nous aurons plus d'expérience...
Et donc les essais en brancards ont commencé.
En partant de ma maison, entre l'église et le cimetière, j'ai une petite descente qui avoisine les 20 %, qui me permet de tester la tenue des harnais en descente.
Et là ce fut une grande surprise, ça n'allait pas du tout !



Çà n'allait pas du tout, dans les fortes descentes, les anneaux latéraux basculent en se retournant vers avant (vrillent)...

Il faut comprendre que dans ce type de harnais scandinave, toutes les pièces sont assemblées sur ces 2 gros anneaux ronds latéraux.
La sellette porte ces anneaux, la sous-ventrière les empêche de remonter, les avant-traits les relient au collier, le reculement les empêche d'avancer.
Les brancards eux, par l'intermédiaire des chevilles, qui se prennent sur la partie arrière de l'anneau, les tirent en arrière en traction et en avant dans les descentes ou les reculés.

Et bien dans les fortes descentes, les anneaux avancent (d'un poing si le reculement est bien réglé) et que font-ils ?
Et bien, ils basculent et donc ils vrillent la sous-ventrière et les porte-brancards, qui font un tour sur eux-même.
L'avant-trait rigide lui, forme un arc de cercle vers l'extérieur et peut même se décrocher du collier.
Notre harnais "Hippotese" avait donc un gros défaut...

Mais à notre grande surprise, le même test avec le harnais suédois d'origine donna le même résultat...
Donc nous ne savions pas régler ces harnais...
Nous étions découragés...
En cherchant un peu, sur le catalogue même du bourrelier suédois on remarque une photo avec le même défaut et dans toutes les photos de reculés (en concours par exemple) on remarque le même vrillement des anneaux latéraux...
A croire, que les chevaux scandinaves ne reculent jamais ou alors que leurs reculements sont réglés tellement serrés qu'ils ne peuvent avancer...
Le défaut ne venait donc pas d'un mauvais réglage, mais bien d'une mauvaise conception du harnais scandinave !



Les harnais suédois d'origine, présentent tous le même défaut de "vrillement" de l'anneau dans les descentes.

Nous devions trouver une solution afin que l'anneau de fixation ne se vrille pas en descente.
Après une semaine de réflexion et de prototypes nous avons trouvé la solution. Il suffit que la cheville soit fixée à l'anneau en avant des porte-brancards et de la sous-ventrière.
Voici une photo du 1er anneau "anti-vrillement".



Anneau de liaison anti-vrillement "Hippotese", formé d'un gros anneau de chaîne soudé à un demi-anneau.

Les essais reprirent et là ce fut impeccable, l'anneau ne se vrillait plus, le harnais restait en place...
Nous avons décidé dans le même temps de supprimer l'avant-trait rigide en cuir et de le remplacer par un avant-trait en chaîne (donc réglable et moins cher).



Les essais reprirent et là ce fut impeccable...

Conclusion provisoire :
Depuis presque un an, ce harnais a été testé dans pas mal de situations et avec beaucoup de chevaux de tailles très différentes (petit comtois, grand comtois, percheron, ardennais, breton...).
Le principe du harnais à chevilles latérales, mixte, qui libère l'encolure est comme nous le pensions un excellent système, la modification de l'anneau corrige son seul gros défaut.
Il reste évidemment des points de détails à améliorer (entre autres être plus rapide à poser), mais globalement il rempli son rôle et répond parfaitement au cahier des charges.


Ce harnais a été testé dans pas mal de situations et avec beaucoup de chevaux de taille très différentes


Les avant-traits en chaîne ont été gaînés (ici avec une chambre à air de vélo) pour ne pas blesser.

mercredi 11 octobre 2023

Mesure d'efforts au Datafficheur pendant la PferdeStark 2023 avec une grosse charrue mono-soc et une charrue bi-soc (Suite)

Suite du billet précédent sur les mesure d'efforts au Datafficheur avec une charrue mono-soc et une charrue bi-soc...

Je vous avais parlé du développement d'un programme en python (DataGraph Hippotese) qui permet de traiter les données brutes issues du Datafficheur, pour créer un fichier CSV utilisable dans un tableur mais aussi pour tracer automatiquement la courbe d'efforts et maintenant la courbe de fréquence d'apparition d'une valeur d'effort.

Je vous montre les 2 types de graphique que réalise le programme DataGraph-V1-Hippotese pour les 2 charrues vues au précédent billet.

Charrue monosoc :


(Courbe des valeurs des mesures d'efforts au Datafficheur avec la charrue mono-soc White-Horse 715, à partir du programme "DataGraph-V1-Hippotese" en Python)


(Courbe de fréquence d'apparition d'une valeur d'efforts au Datafficheur avec la charrue mono-soc White-Horse 715, à partir du programme "DataGraph-V1-Hippotese" en Python)

On voit bien sur cette seconde courbe que l'on a supprimé les valeurs d'efforts inférieures à 100 kgf (en considérant que dans ces cas, la charrue ne travaille pas).

Il nous reste donc les valeurs supérieures à 100 kgf, on dessine la courbe de fréquence d'apparition de ces valeurs qui a la forme d'une courbe normale (qui est une courbe de gauss particulière).

L'intérêt de cette représentation est que l'on peut calculer facilement la moyenne des efforts (quand la charrue travaille) ici : 739 kgf

On peut aussi calculer l'écart-type (mesure de la dispersion des valeurs d'un échantillon statistique). On sait que les valeurs comprises entre - l'écart-type et + l'écart-type représentent près de 70 % des valeurs de la courbe, ici de 565 à 913 kgf


(Représentation graphique de la fonction de densité d'une loi normale. Chaque bande colorée a la largeur d'un écart-type. Image Wikipédia)

On peut noter que les valeurs comprise entre - 2 x l'écart-type et + 2 x l'écart type englobent 95 % des valeurs... Non représenté sur nos courbes, peut-être à ajouter...

Charrue bi-soc :


(Courbe des valeurs des mesures d'efforts au Datafficheur avec la charrue bi-soc, à partir du programme "DataGraph-V1-Hippotese" en Python)


(Courbe de fréquence d'apparition d'une valeur d'efforts au Datafficheur avec la charrue bi-soc, à partir du programme "DataGraph-V1-Hippotese" en Python)

On voit bien sur cette seconde courbe que l'on a aussi supprimé les valeurs d'efforts inférieures à 100 kgf (en considérant que dans ces cas, la charrue ne travaille pas).

Il nous reste donc les valeurs supérieures à 100 kgf, on dessine la courbe de fréquence d'apparition de ces valeurs qui a la forme d'une courbe normale (qui est une courbe de gauss particulière).

On peut calculer facilement la moyenne des efforts (quand la charrue travaille) ici : 543 kgf (près de 200 kgf de moins que la précédente)

On peut aussi calculer l'écart-type (mesure de la dispersion des valeurs d'un échantillon statistique). On sait que les valeurs comprises entre - l'écart-type et + l'écart-type représentent près de 70 % des valeurs de la courbe, ici de 440 à 647 kgf.

Conclusion :

En conclusion, ces courbes de fréquence d'apparition des valeurs d'efforts et les infos associées nous permettent de caractériser un outil et un terrain dans lequel il est employé.
Elles n'ont cependant de valeur que quand le travail est régulier (en labour, en maraîchage mais sans doute pas en débardage).

A condition que le résultat du travail effectué soit de qualité équivalente, dans un terrain régulier et des conditions climato-pédologiques stables, on peut utiliser ces courbes pour comparer 2 outils.
Nota : Ici le terrain est identique ainsi que les conditions mais pas forcément le résultat du travail (on a pas vérifié la qualité du labour, ni sa largeur, ni sa profondeur) mais cela donne quand même des indications précieuses qui ne sont pas forcément très lisibles sur les courbes d'efforts simples.

Je vous met en téléchargement les 2 courbes de fréquence d'apparition d'une valeur d'efforts (en pdf). Courbe 1 et courbe 2.


Notes pour les spécialistes (de la part des programmeurs qui travaillent sur le programme "DataGraph-V1-Hippotese" en Python) :

Note density :
L'option density dans la fonction hist de matplotlib change l'axe des y de l'histogramme pour afficher une estimation de la densité de probabilité au lieu du nombre de données dans chaque bin.

Lorsque density=True, les valeurs de l'histogramme sont normalisées de telle manière que l'aire sous l'histogramme (c'est-à-dire l'intégrale de la densité de probabilité sur toute la plage de données) est égale à 1.

Cela signifie que chaque barre de l'histogramme n'affiche plus le nombre d'observations dans chaque bin, mais plutôt l'estimation de la densité de probabilité que la valeur aléatoire tombe dans ce bin.

Cela permet de comparer des histogrammes de différents ensembles de données qui peuvent avoir des nombres d'échantillons différents. Il est également utile pour comparer avec une distribution de probabilité théorique ou pour ajuster une courbe à l'histogramme.

Note KDE :
KDE signifie Kernel Density Estimation (Estimation de la densité par noyaux). C'est une technique qui permet d'estimer la fonction de densité de probabilité (PDF) d'une variable aléatoire.
En termes simples, elle permet de lisser un histogramme.

Lorsque vous créez un histogramme pour représenter la distribution de vos données, le nombre de "bins" (c'est-à-dire les barres de l'histogramme) et leur largeur peuvent avoir un impact important sur l'apparence de l'histogramme. Deux personnes peuvent interpréter différemment les données en fonction de la façon dont elles choisissent de "biner" ces données.
C'est un des problèmes majeurs des histogrammes.

L'estimation de densité par noyaux est une technique qui permet de "lisser" un histogramme.
Au lieu de "biner" les données, elle utilise une "fonction de noyau" (d'où le nom "Kernel Density Estimation") pour créer une courbe lisse qui s'adapte aux données.
Cette courbe peut alors être utilisée pour estimer la densité de probabilité à n'importe quel point.

mercredi 4 octobre 2023

Mesure d'efforts au Datafficheur pendant la PferdeStark 2023 avec une grosse charrue monosoc (White-Horse 715) et une charrue bisoc

Au cours des démos de la PferdeStark 2023 (août 2023), nous avons réalisé de (rapides) mesures d'efforts au Datafficheur, en utilisation, sur différents outils dont 2 charrues (une charrue monosoc et une charrue bisoc).

Voici les vidéos et les courbes d'efforts des 2 charrues.

Avertissements : Attention, Il faut remettre en contexte ces mesures indicatives.

Visiblement, les meneurs ne connaissent pas les outils ou ne sont pas habitués à ces modèles.
Il faut préciser que pendant la PferdeStark, des meneurs locaux et leurs chevaux sont à disposition des constructeurs pour les démos.
On leur demande de tirer des outils sur quelques aller-retours sans aucune préparation.
Dans notre cas, nous avons attendu le deuxième aller-retour avec la même charrue pour vous donnez ces indications, c'est à ce moment seulement que les réglages étaient à peu près corrects et le travail régulier.
Enfin, même si le terrain est vraiment facile (une terre de rêve) il avait plu "à verse", la veille.

Mesure d'efforts sur la charrue mono-soc (White-Horse 715) :


(Mesure d'efforts au Datafficheur pendant la PferdStark 2023 avec une charrue mono-soc White-Horse 715, photo D. Fady)


(Courbe des valeurs des mesures d'efforts au Datafficheur avec la charrue mono-soc White-Horse 715, photo D. Fady, à partir du programme "DataGraph-V1-Hippotese" en Python)

(Vidéo des mesures d'efforts au Datafficheur pendant la PferdStark 2023 avec une charrue mono-soc White-Horse 715, vidéo D. Fady)

Pour ceux qui seraient intéressés, je vous ajoute quelques photos de cette charrue mono-soc White-Horse 715 tirées de leur catalogue et le catalogue White-Horse complet que j'ai trouvé sur Internet. Il existe en Allemagne des personnes qui importent ce genre de matériel des États-Unis (Kontakt und Info: reinerwiesotzki(at)gmail.com).


(Charrue mono-soc White-Horse 715, photo White-Horse)


(Charrue mono-soc White-Horse 715, photo White-Horse)


(Charrue mono-soc White-Horse 715, photo White-Horse)


(Charrue mono-soc White-Horse 715, photo White-Horse)

Catalogue White-Horse complet ici

Mesure d'efforts sur la charrue bisoc :


(Mesure d'efforts au Datafficheur pendant la PferdStark 2023 avec une charrue bi-soc de marque inconnue (Pioneer ?) , photo D. Fady)


(Courbe des valeurs des mesures d'efforts au Datafficheur avec la charrue bi-soc, photo D. Fady, à partir du programme "DataGraph-V1-Hippotese" en Python)

(Vidéo des mesures d'efforts au Datafficheur pendant la PferdStark 2023 avec une charrue bi-soc, vidéo D. Fady)

Je vous laisse faire des commentaires sur ces mesures...
Y'a pas de raison que y'ai que moi qui bosse...

lundi 2 octobre 2023

Mesure d'efforts au Datafficheur pendant la PferdStark 2023 avec la sarcleuse Sarchio-SM de Equi-Idea

Au cours des démos de la __PferdeStark__ 2023 (août 2023), nous avons réalisé de (rapides) mesures d'efforts, en utilisation, avec la sarcleuse "Sarchio-SM" de __Equi-Idea__.

Il faut, cependant remettre en contexte ces mesures indicatives.

Visiblement, les meneurs ne connaissent pas l'outil.
Il faut préciser que pendant la PferdeStark, des meneurs locaux et leurs chevaux sont à disposition des constructeurs pour les démos.
On leur demande de tirer des outils sur quelques aller-retours sans aucune préparation.
Dans notre cas, en effet la correction de trajectoire d'une charrue ou d'une bineuse se fait en appuyant (ou inclinant) l'outil du coté opposé, pas en allégeant celui-ci.

Enfin, même si le terrain est vraiment facile (une terre de rêve) il avait plu à verse, la veille.


(Mesure d'efforts au Datafficheur pendant la PferdStark 2023 avec la sarcleuse Sarchio-SM de Equi-Idea, photo D. Fady)

Ces mesures, qui ont été réalisées avec un Datafficheur standard (Master sur le dos du cheval et les 2 capteurs sur les avant-traits) ne sont donc qu'indicatives.

Elles permettent surtout de mettre en relation le film du travail et la courbe produite à partir de ces mesures. Elles permettent de tracer différentes courbes pour réfléchir à la pertinence de ces tracés (et nous faire progresser dans l'écriture du programme "DataGraph-V1-Hippotese" qui permettra à terme de tracer ces courbes de manière automatique)

Il faut préciser que les indications d'efforts de la voix off de la vidéo, sont données en kilogramme-force, (équivalents déca-Newton) chaque seconde.
Ces indications, calculées par le boîtier Master sont des moyennes (chaque seconde) de 10 valeurs de l'effort total, lues par les capteurs (effort total = effort capteur droit + effort capteur gauche).

La première courbe est tracée à partir de ces valeurs moyennes.


(Courbe des valeurs moyennes chaque seconde, des mesures d'efforts au Datafficheur avec la sarcleuse Sarchio-SM de Equi-Idea, photo D. Fady, à partir du tableur de Libre-office)

La seconde courbe, elle, est tracée, non pas avec des moyennes mais avec toutes les valeurs. On a donc une courbe plus hachée et des valeurs plus extrêmes.
Les différences constatées entre les valeurs moyennes de la 1ère courbe (et de la voix-off) et de la seconde courbe sont donc normales.


(Courbe de toutes les valeurs des mesures d'efforts au Datafficheur avec la sarcleuse Sarchio-SM de Equi-Idea, photo D. Fady, à partir du programme "DataGraph-V1-Hippotese" en Python)

Pour rappel, nous estimons qu'un cheval de ce poids, entraîné, peut réaliser un "effort de traction standard" moyen de 70 kgf (effort standard = effort que peut réaliser, en moyenne, un cheval, pendant 6h/jour et 6 jours/semaine et recommencer la semaine suivante).
Ici, on est plutôt sur des moyennes de 90, puis 100 sur l'aller et 110, 120 sur le retour...
Il s'agit d'un effort qu'on peut qualifier de fort sans être excessif, il faudra simplement gérer les temps de travail et les temps de pose.

lundi 4 septembre 2023

L'AG 2023 d'Hippotese aura lieu les 14 et 15 octobre 2023 chez Didier Mahillon à Saint Disdier (05138 Le Dévoluy)

L’Assemblée Générale d’Hippotese aura lieu cette année, Le dimanche 15 octobre 2023 à 9h00, Chez Didier Mahillon, 26 Route des Villards - Les Merles, 05138 Dévoluy, Tél : 06 62 90 23 13

Pour ceux qui viennent à pied ou à cheval, le GR 93 passe devant la maison !
Un parking préférentiel sera réservé à ceux qui viennent en roulotte.
La gare la plus proche se trouve à Veynes à 30 km. Le service de malle poste ayant cessé récemment vous devrez trouver une voiture ou un taxi pour rejoindre Les Merles !
Favorisez le co-voiturage !
Ceux qui veulent arriver avant ou rester après pour profiter des montagnes sont les bienvenu-e-s...


(Une photo de la façade de la maison de Didier, vue de la route, j'ai trouvé que ça...)

Samedi 14 octobre 2023 :

Vous êtes attendu-e-s dès le samedi 14 octobre en début d’après-midi.
Cette année le thème de cette journée portera sur les roulottes (fabrication professionnelle ou auto-construction, expériences ou tentatives de voyage de toutes durées, etc.)
Si vous êtes intéressé-e-s à partager vos expériences, vos photos, vos vidéos, vos documents, vos plans, faites-en part à Didier avant l’AG afin d’organiser votre intervention.
Vous pourrez profiter de cet après-midi pour visiter le petit atelier de bourrellerie de Didier.

Dimanche 15 octobre 2023 :

AG à partir de 9h00 jusqu’à 13h puis repas partagé

Logistique repas :

Le repas du samedi soir est prévu, mais comme d'habitude, vous pouvez apporter vos spécialités solides et liquides que nous aurons plaisir à déguster autour du repas partagé de dimanche midi.

Logistique couchage :

Apportez vos sacs de couchage et matelas. On pourra vous loger dans les chambres de la maison et un peu chez le voisin. Ceux qui veulent dormir dehors pensez que nous sommes à 1250 m…
Une tente collective sera montée (sans chauffage !).
Peut-être qu’il n’y aura pas encore la neige…

Pour celles et ceux qui le souhaitent, il est possible de réserver une nuit payante

- chez le voisin de Didier (contactez Didier)

- dans la chambre d’hôtes à 100m : https://les-claisseraux.jimdofree.com/

- à 3 km au village de Saint Disdier, nuit en dortoir : https://www.gite-devoluy.com/fr/gite

- à 3 km à l’hôtel (***) : https://www.la-neyrette.com/

Boutique sur place :

Vente du livre collectif auquel l’association a contribué "Brèves de Mules" au prix de 15 euros.
Vente des Ressorts de Traction made Hippotese au prix de 70 euros la paire pour les adhérents.

Vous ne pouvez pas venir...

Nous vous regretterons, c'est sûr... Mais vous pouvez quand même soutenir la Traction-Animale et la mise à disposition gratuite en licence libre de tous nos travaux et recherches...
Vous pouvez adhérer, nous soutenir ou acheter des ressorts et le livre "Brèves de mules" en ligne ici : https://www.helloasso.com/associations/hippotese

Itinéraire : Coordonnées GPS : 44.725618071329656, 5.887161231848773
Google Map : cherchez "Villard joly, Seresq, 05138" (vous êtes à 30 m de la maison).


(Vue en mode satellite dans Google-Map, cherchez "Villard joly, Seresq, 05138", vous êtes à 30 m de la maison)


(Vue en mode carte)

Ce billet d'annonce de l'AG Hippotese 2023 en PDF

samedi 2 septembre 2023

Matériel Equi-idea aperçu à la PferdeStark en Allemagne

De retour de la __PferdeStark__ (en Allemagne) qui est sans doute la plus grosse fête de traction animale Européenne, le week-end dernier (26 et 27 août 2023) dont on reparlera sans doute...


(Le stand d'Equi-Idea à la PferdeStark 2023, photo Deny Fady)

...Je peux vous donner des nouvelles d'__Albano Moscardo__ qui avait un stand et qui présentait son nouveau porte-outils multi-rang (Multi-R3).

Il y avait aussi son modèle à changement d'outils rapide sans clés (Multi-VP) qui est une variation du Multi-V classique (voir détails et prix ci-dessous).

Et sa sarcleuse "Sarchio-SM" et son canadien "Canadese" que nous avons pu tester rapidement au Datafficheur pendant une démonstration (compte-rendu dans un prochain billet).

Le nouveau porte-outils Multi-R3 :

Nous n'avons pas eu la chance de voir le Multi-R3 en démonstration mais Albano nous a envoyé quelques photos et nous avons récupéré sur le stand une fiche technique (qui n'est pas encore accessible sur leur site, donc en avant-première...).


(Porte-outils Multi-R3 Equi-Idea)


(Le Multi-R3 en utilisation, photo Equi-Idea)


(Porte-outils Multi-R3 Equi-Idea)


(Fiche technique porte-outils Multi-R3 Equi-Idea)

Le porte-outils Multi-V classique :

Là non plus nous n'avons pas pu le voir en démonstration, nous avons récupéré dans le catalogue 2021, un descriptif du porte-outils et un doc en pdf et sur le stand un tarif 2023 (là aussi en avant-première).


(Porte-outils Multi-V Equi-Idea)


(Fiche technique et tarif 2023, porte-outils Multi-V Equi-Idea)

Et le doc en pdf téléchargeable ici (Equi-Idea-MULTI-V-2018.pdf)

Le porte-outils Multi-VP (à changement d'outils rapide) :

Pas vu non plus en démonstration, nous avons récupéré dans le catalogue 2021, un descriptif du porte-outils et un doc en pdf et sur le stand un tarif 2023 (là aussi en avant-première).


(Porte-outils Multi-VP Equi-Idea)


(Fiche technique et tarif 2023, porte-outils Multi-VP Equi-Idea)

Et le doc en pdf téléchargeable ici (Equi-Idea-MULTI-VP-2020.pdf)

Dans un prochain billet, nous verrons des mesures d'efforts au Datafficheur et des vidéos des démonstrations de la sarcleuse "Sarchio-SM" et du canadien "Canadese".

Si vous voulez en savoir plus sur le matériel Equi-idea d'Albano Moscardo, vous pouvez aller voir sur le site https://www.noieilcavallo.org/ ou écrire à albano.moscardo@gmail.com...
Ou Tel : 0039.045.52.78.99 (Albano parle assez bien français) ou par courrier (à l'ancienne) Equi-Idea, Via Lazzaretto, 98, 37133 Verona - Italia

A noter aussi, la possibilité de consulter le catalogue (2021) à partir du site https://www.sfogliami.it/fl/223776/mp847ckq9pc9hjxq6xc21dxyp5sjtsu (je ne l'ai pas trouvé en pdf enregistrable).

D'autres billets plus anciens sur le blog d'Hippotese...

Colloque-Démonstration de Traction Animale en petite agriculture, le 1er juin 2019, prés de Turin (Italie) en mai 2019

Quelques photos des démonstrations de travail au cheval en vigne et maraîchage à Tec&Bio sept 2017 (des photos du Flex en particulier)

Derniers tarifs du matériel de maraîchage du constructeur italien Albano Moscardo (août 2013)

vendredi 18 août 2023

Journee "Les équidés de travail - une autre forme d'énergie renouvelable", samedi 23 septembre 2023 au Musée du Cheval de La Sarraz (VD Suisse)

Une journée intitulée : "Les équidés de travail - une autre forme d'énergie renouvelable" est organisée en Suisse, au Musée du Cheval de La Sarraz (VD), le samedi 23 septembre 2023.

NB : Hippotese y sera et présentera diverses activités avec les équidés de travail et les différents Datafficheurs.

Programme :

08:30 Accueil, café, croissants
09:00 Ouverture de la journée Ch. Trolliet
09:10 Histoire des équidés de travail en Suisse. Hanspeter Meier
09:40 Un coup d’œil vers l’Afrique : la situation des ânes de travail au Soudan du Sud. VSF-Suisse (vidéo)

10:00 Pause

10:15 Prenons le temps, pour préserver notre environnement ! Henri Spychiger
10:35 Performance et bien-être des chevaux de travail : une étude pilote. Conny Herholz
10:50 Calèche à assistance électrique. Marco Zandona, Henri Spychiger
11:15 Police montée à Genève et Berne. Cédric Berthouzoz, Annalis Müller
11:35 « Et dans le tourisme ? » Claude Jaggi
11:50 Conclusion : « Le cheval de travail, une question de choix ! » Jean-Louis Cannelle

12:30 Repas de midi

14:00 Déplacement à La Filature (20’)

14:30 Démonstrations :

- Débardage. Isabelle Carrel, Marc Rebeaud, A. Stähli
- Effort de traction. Michel Carrel, Deny Fady
- Mulets de bât. Jean-Claude Pesse
- Présentation de la e-calèche. C. Jaggi, Henry Spychiger

16:30 Retour au Château

17:00 Apéritif, discussions conviviales, clôture


Pour tout renseignement complémentaire : info@museeducheval.ch.

Le programme détaillé ainsi que le formulaire d’inscription se trouvent sur le site internet du Musée du Cheval (www.museeducheval.ch) et ci-dessous.

- Flyer de la journée "Les équidés de travail - une autre forme d'énergie renouvelable"

- Programme de la journée "Les équidés de travail - une autre forme d'énergie renouvelable"

- page 1 de 52