AG 2001 page 1/4
retour CR AG vers page 2/4

COMPTE-RENDU DE L'ASSEMBLEE GENERALE
Le 22 juillet 2001, chez Didier Mahillon et Nathalie

Rapport moral du président

- A.G. avancée :
Après le tour de table habituel, Jean-Louis indique que l'assemblée générale ayant été avancée (pour cause de naissance prévue chez nos hôtes), tous les comptes ne sont pas bouclés, il précise seulement que l'avant-train Burkhalter pour herser les carrières à coûté 42 000 francs (pour 30 000 F prévu).

- Chantier collectif de débardage :
Gilles Bernigaud fait le compte-rendu du chantier collectif à Digoin (voir compte rendu séparé dans ce numéro).
Quelqu'un demande comment a été diffusée l'info du chantier collectif. Ce chantier a été proposé à la dernière AG et confirmé à Equita-Lyon. Les personnes intéressées se sont fait connaître à ces moments là.
Quelqu'un demande comment cela se passe pour les assurances et Jean Louis précise que c'est l'assurance de l'association HIPPOTESE qui couvre tout.
Les organisateurs (Gilles's family and Co) du chantier expliquent que celui-ci représente beaucoup de travail pour l'organisation, mais c'est surtout l'occasion de se retrouver et de rapporter un peu d'argent à HIPPOTESE. Les chantiers collectifs peuvent aussi être l'occasion d'aider un débardeur potentiel à démarrer ou à se lancer ou de faire connaître à des donneurs d'ordre potentiels les possibilités (mais aussi les contraintes et les limites) du débardage en TA.
Jean Louis explique qu'il ne faut pas rêver pour le débardage à cheval, le milieu forestier n'est pas prêt à payer le prix pour une forêt durable, la forêt est tenue par les marchands de bois. Le travail en forêt a de tout temps été extrêmement difficile ce qui est encore plus vrais quand le travail est sous-payé (ce n'est pas un hasard si les

débardeurs qui le peuvent se tournent vers l'encadrement de formations ou les chantiers de prestige).
La conjoncture est beaucoup plus favorable actuellement dans la vigne, où le travail du cheval est payé généralement 250 francs de l'heure (départ de la maison) alors que l'activité est beaucoup moins usante pour le cheval. Et nos dernières études montrent qu'il faut ce minimum pour vivre décemment (pour 200 jours de travail par an).
Il est regrettable qu'il n'existe pas de syndicat professionnel des débardeurs en TA qui puissent définir le métier et préconiser un revenu décent pour une journée de 8 heures (comme cela s'est monté pour les cochers NDLR). Il existe à notre connaissance une dizaine de débardeurs en TA qui ne font que ça et une centaine de personnes qui sont débardeurs en seconde activité.

- Balance de collier :
Denis Fady explique les essais de "balance de collier", une invention très intéressante d'Antoine Luneau pour les "attelées en ligne" (voir compte rendu séparé dans ce numéro) que nous avons réalisé lors du chantier collectif.

- Journée nationale du débardage au Mans :
HIPPOTESE n'a finalement pas été invitée pour la journée nationale du débardage au Mans par l'ANDPTA (Association Nationale des Débardeurs Professionnels en Traction Animale), c'est dommage... D'autre part, les infos sur l'ANDPTA sont décevantes, il y a fuite des effectifs, Deny Fady pense que Jean Baptiste Ricard, président de l'ANDPTA (et membre du CA d'HIPPOTESE) est trop puriste et qu'une association doit être ouverte et non exclusive. Jean Baptiste est absent (à cause d'un accident), il ne peut nous donner d'explications, Jean Louis propose donc de reporter ce débat.

Bruno, qui a été invité à cette journée du Mans, et Gilles qui était présent, nous racontent leurs visions des choses. Çà s'est bien passée du point de vue technique avec Jean Baptiste et 2 autres débardeurs. Mais L'ONF qui était présente en force, et a apprécié la qualité du travail, n'a pas suivi dans le discours (de clôture) (avaient-ils des consignes précises ?), ils ont dénigré ouvertement le travail en forêt avec les chevaux (même en complémentarité du tracteur ?).
On voit que l'orientation "rentable avant tout" de l'Office nuit fortement à la gestion durable du milieu forestier et qu'il n'existe pas de volonté politique dans ce sens malgré certaines promesses.

- Avant-train de hersage Burkhalter :
L'avant-train de hersage dont nous avions décidé la construction à l'AG 2000 a été construit par un fabricant suisse-allemand, l'entreprise Burkhalter. Il était programmé pour Equita-Lyon, puis pour le Salon du Cheval mais n'était pas terminé. Au salon de l'agriculture (en avril 2001), il a été présenté, avec une herse de 2,80 m de large, un seul cheval, et une carrière de 70 x 30 m. Le tout a été hersé en 1/4 d'heure... "Chapeau bas" messieurs-dames ! de la "belle ouvrage"...
Depuis, il a été testé en usage agricole (hersage de prairie et céréales) et là il prend du jeu. Burkhalter doit le reprendre pour le renforcer. Deny Fady trouve que la construction est un peu légère pour un outil fabriqué par un professionnel, sans parler des vis de réglage qui n'ont pas un "pas carré" et qui vont vite gripper. C'est un matériel expérimental qui demande à s'améliorer...
Ceci dit, Burkhalter est le seul constructeur européen, à notre connaissance, capable de construire un tel outil actuellement. Il a déjà fabriqué plusieurs centaines d'outils à traction animale (certes plus simples) pour l'Allemagne en particulier. C'est aussi un

ASSEMBLEE GENERALE 2001
page 1/4 HIPPOBULLE nº 24
retour CR AG vers page 2/4